23-05-07

Een verlies...

Op VRTnieuws:

 

Folkzanger Dirk Van Esbroeck is overleden

wo 23/05/07 - Folkmuzikant en zanger Dirk Van Esbroeck is overleden aan de gevolgen van kanker. Hij was 60 jaar. Van Esbroeck was een van de oprichters van de folkgroep Rum, die in de jaren 70 voor een folkrevival zorgde in Vlaanderen.

Rum stak traditionele muziek in een hedendaags jasje en koos resoluut voor het Nederlands. Bekende nummers van de groep zijn "Poezeminneke" en "Jan mijne man".

In de jaren 80 hield Rum het na veel personeelswissels voor bekeken. Twee jaar geleden kwamen de originele groepsleden, Paul Rans, Wiet Van der Leest en Dirk Van Esbroeck, weer samen om te toeren met de meiden van Laïs.

Dat jaar werd ook een verzamelbox van Rum uitgegeven waarin de eerste vier LP's van Rum zijn samengebracht.

Hij vond inspiratie in Argentinië en poëzie

Van Esbroeck had ook nog heel wat projecten naast Rum. Hij nam heel wat cd's op met folkmuziek, tango, zeemansliederen en poëzie en componeerde ook muziek voor theater- en filmproducties.

Tot zijn 18e jaar leefde hij in Argentinië en dat vertaalde zich ook in zijn muziek. Twintig jaar lang speelde hij tangoliederen met zijn groep Tango al Sur. Maar hij liet zich ook inspireren door de Jiddische, Turkse en Bulgaarse traditie.

In 2004 bracht hij het album "La voyageuse" uit. Daarvoor zette hij gedichten van onder anderen Lucebert, Guido Gezelle en Luc Gruwez op muziek.

Op 1 juni zou hij 61 jaar geworden zijn.

Dirk Van Esbroeck op Radio 1

In 2006 interviewde radiomaker Pat Donnez Dirk Van Esbroeck. Je kunt het gesprek via deze link herbeluisteren.

Nu zondag is er een extra uitzending van het Radio 1-programma "Titaantjes", helemaal gewijd aan de zanger een muzikant.
 
SOLO-SLIMb

foto: Cultuurcentrum De Kern

13:10 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

17-05-07

CLEA

 

In België, Frankrijk of elders :
Militanten zijn geen terroristen !!

CLEA protesteert tegen de toenemende criminalisering van politieke militanten,
zowel in België als in andere landen.
CLEA roept alle democraten en progressieven op om zich te verenigen tegen de
repressie van de sociale bewegingen en voor een echte - en geen formele -
democratie. Vandaag betekent dat: de Belgische anti-terroristenwet uit 2003
radicaal in vraag stellen.
U kan binnenkort hierover een motie tekenen op onze site www.leclea.be.

De toenemende criminalisering aan de hand van enkele feiten :

- Altermondialisten uit Luik werden wekenlang afgeluisterd en vervolgd voor de
rechtbank omdat ze een vreedzame protestmanifestatie hebben georganiseerd !
http://petitions.agora.eu.org/missurecoute/index.html
- Een actie van Greenpeace wordt gelijkgesteld met "bendevorming" !
http://www.greenpeace.org/belgium/fr/gp-vs-electrabel/liberte-d-expression
- Manifestanten tegen Sarkozy worden via een snelrechtprocedure veroordeeld
als "casseurs" : zie attachment van deze mail.
- De procureur op het proces van de DHKP-C houdt vol dat er
terroristen-opleidingskampen bestaan in België !
http://www.leclea.be/#obsession

In België, net als elders, worden fundamentele vrijheden in vraag gesteld en
politieke opposanten worden veroordeeld.

Reageer en informeer u op onze website, neem deel aan onze acties en strijdt
samen met ons !

Eerstvolgende samenkomsten :
http://www.leclea.be/#rdv

- donderdag 17 mei : Cinéma d'Attac
http://www.bxl.attac.be/spip/spip.php?article645
- de bijeenkomst van 16 mei werd uitgesteld
- donderdag 31 mei in Cinema Nova : Résister n'est pas un crime

20:55 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Pas rassurant...

 

Face à la multiplication des cas de criminalisation des contestataires en
Belgique et ailleurs, le Clea réagit.

Nous appelons à l'unité de tous les démocrates et de tous les progressistes
contre la répression des mouvements sociaux, pour une démocratie réelle et
non formelle. Ceci passe aujourd'hui par la remise en question de la loi
antiterroriste belge de 2003 (vous pourrez prochainement signer une motion à
ce sujet sur notre site leclea.be ; en attendant, lisez l'attaché de ce
mail).

Incroyable? Des altermondialistes liégeois écoutés et poursuivis pour avoir
organisé une manifestation pacifique :
http://petitions.agora.eu.org/missurecoute/index.html

Scandaleux ! Greenpeace assimilé à une association de malfaiteurs :
http://www.greenpeace.org/belgium/fr/gp-vs-electrabel/liberte-d-expression

Aberrant ? Des manifestants anti-Sarkozy condamnés en procédure accélérée
comme casseurs :
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070511.OBS6805/le_temoignange_dune_amie_de_romain.html.

Malhonnête ! Le procureur au « procès DHKP-C » Delmulle soutient qu'il existe
des camps terroristes en Belgique :
http://www.leclea.be/#obsession


En Belgique, comme ailleurs, tout devient possible : la remise en question de
nos libertés fondamentales comme la condamnation d'opposants politiques.

Réagissez, informez-vous sur notre site, participez à nos actions, militez à
nos côtés...

Les prochains rendez-vous du Clea sont disponibles sur :
http://www.leclea.be/#rdv (avec notamment) :

 - Le 17 mai (auhourd'hui) : dans le cadre du cinéma d'Attac à l'Arenberg se
déroulera une conférence avec Bahar Kimyongür et Peter de Smet (Greenpeace) :
http://www.bxl.attac.be/spip/spip.php?article645

 - Le 31 mai au Nova  sera projeté le film  « Résister n'est pas un crime »...

Attention notre débat avec les têtes de liste aux élections initialement prévu
ce soir est postposé

A très bientôt...

15:22 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

01-05-07

1 mei

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=S5Vd-8YbMRk&mode=related&search=

 

 

As soon as your born they make you feel small,
By giving you no time instead of it all,
Till the pain is so big you feel nothing at all,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.
They hurt you at home and they hit you at school,
They hate you if you're clever and they despise a fool,
Till you're so fucking crazy you can't follow their rules,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.
When they've tortured and scared you for twenty odd years,
Then they expect you to pick a career,
When you can't really function you're so full of fear,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.
Keep you doped with religion and sex and TV,
And you think you're so clever and classless and free,
But you're still fucking peasents as far as I can see,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.
There's room at the top they are telling you still,
But first you must learn how to smile as you kill,
If you want to be like the folks on the hill,
A working class hero is something to be.
A working class hero is something to be.
If you want to be a hero well just follow me,
If you want to be a hero well just follow me.

J.Lennon

12:32 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-04-07

 

 

gif_1erMai2007

 

21:17 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Soloplaat voor Maddi Oihenart

 

Maddi Oihenart déploie ses ailes
·Premier album solo pour la chanteuse souletine, composé avec le Gipuzkoar Juantxo Zeberio

Elle a déjà la reconnaissance.Elle a désormais l’album. Un disque justement intitulé Maddi Oihenart, comme pour bien signifier que les musiciens qui l’ont composé se sont retrouvés autour de sa voix comme un élément central.Autre indice, en guise de sous-titre de ce tout nouvel opus publié par les éditions Elkar, l’inscription "Hari biru", comme un "brin de fil".C’est avec cette idée que la chanteuse souletine et le compositeur gipuzkoar Juantxo Zeberio Etxetxipia ont construit les mélodies, en se retrouvant souvent à mi-chemin, dans une salle prêtée de la mairie d’Arbonne.

"Le disque porte mon nom, mais il s’agit d’un échange de sensibilités avec Juantxo" expliquait jeudi Maddi Oihenart, lors de la présentation de ce très lyrique 11 titres.Un disque comme un "fruit commun" ou un échange de plusieurs mois.Des textes de Maddi Oihenart, d’Itxaro Borda, ou deux chansons traditionnelles d’Etxahun Topet et de Maialen Lujambio. Et des musiques en commun, signées selon par Juantxo ou Maddi et sans ordre de création, écrivant selon la mélodie ou le texte en premier. Si Maddi Oihenart veut partager son premier album solo avec les musiciens, Juantxo Zeberio Etxetxipia explique en revanche "l’exercice particulier du chant a cappella" dans lequel excelle Maddi Oihenart et l’ordre de bataille de cette collaboration de plusieurs mois dans "l’importance donnée à sa voix". Comme on tire un brin de ficelle, le disque s’est fait petit à petit, grâce à une première rencontre à l’issue d’un concert en Soule.

De cette rencontre, Maddi Oihenart retiendra un "grand plaisir", perceptible dans cette ¦uvre sensible, toute en délicatesse et en murmures limpides.Un "début d’apprentissage" pour celle qui collectionne les collaborations et déploie ainsi ses ailes."Moi j’ai tout à apprendre dit-elle, et j’espère continuer". Bien sûr, il y a eu des difficultés, comme la simple distance entre la chanteuse vivant en Soule et les musiciens, "presque tous de Gipuzkoa", ou des divergences de langues.Pour Juantxo, "les difficultés de la langue sont surmontables" et cette collaboration entre Soule et Gipuzkoa est plutôt "naturelle"."C’est la magie de ce genre de disque" juge Maddi, en ce sens qu’il peut tout transcender. Enregistré dans des conditions de direct, ce disque promet de trouver "la même cohérence sur scène".Une tournée est prévue, notamment en juin à Iruña et Tolosa, en juillet à Madrid et à l’automne à Gazteiz, en attendant qu’une date soit arrêtée en Pays Basque nord.


13:59 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

23-04-07

Franse humor:)

 

21:19 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

16-04-07

Bahar KIMYOMGUR

Bahar3

 

Mardi 17 avril, à 9 heures sur les marches du Palais de Justice de Bruxelles,
se déroulera un rassemblement pour exiger la cassation du « verdict DHKP-C ».
La dernière audience du procès aura lieu directement après en présence de
Bahar Kimyongür.

Dès 19 heures au Gracia Lorca (47 rue des Foulons à 1000 Bruxelles) se tiendra
une conférence avec Jean Bricmont (UCL), Jean-Claude Englebert (Ecolo), Jean
Flinker (Clea) et des avocats des condamnés pour commenter le verdict de
cassation ainsi que pour envisager les perspectives de lutte contre les «
législations antiterroristes » qui criminalisent la contestation sociale.

Quoi qu'il arrive ce mardi, le combat du Clea se poursuivra. Vous pouvez déjà
noter dans vos agenda la date du 28 avril où Ray Cabrera (Buena vista social
club) se produira lors d'un événement à ne pas rater.

Pour vous tenir informés des évolutions du « procès DHKP-C » et en saisir les
enjeux majeurs, n'hésitez pas à consulter l'attaché de ce mail et notre site
http://www.leclea.be

 

UNE PARTIE TRÈS PEU CIVILE…

Jean FLINKER 

Six décembre 2005. Dès la toute première audience du procès, la 14ème Chambre correctionnelle du tribunal de Bruges est bousculée par un véritable coup de force: l’avocat Kris Vincke, au nom de l’État turc, y est installé comme Procureur fédéral-bis…

Apparemment, cela n’a pas été sans mal. Le Président Freddy Troch n’est pas parvenu à s’entendre avec ses deux assesseurs (le premier juge titulaire Madame D’Hooghe qu’il a dépossédé de sa fonction, ainsi que son adjoint De Busscher), ni à les convaincre. Peu importe: l’essentiel est fait. Surtout, si l’on se souvient des rétroactes. Lors de l’instruction, une commission rogatoire avait été envoyée aux Pays-Bas pour y récolter des informations complémentaires sur le «Parti-Front révolutionnaire pour la libération du peuple». Le juge hollandais avait accepté d’aider ses homologues belges, mais à une condition: que les informations transmises restent confidentielles et ne soient surtout pas communiquées à la Turquie (où elles auraient pu être utilisées contre des opposants au régime). Que s’empresse de faire le besogneux juge Troch, poussé dans le dos par Johan Delmulle? Dès l’entame du procès, il va donc autoriser Vincke à plaider et à intervenir à toutes les autres audiences –avant même de savoir si l’État turc est habilité ou pas à intervenir comme partie civile, une décision renvoyée à trois mois plus tard, avec le jugement final sur le fond… Conséquences: en première instance, l’État turc devient l’invité de plein droit du tribunal –son avocat-échotier étant officiellement accrédité et encouragé à prendre connaissance de tout le dossier pénal, à déclamer aux  côtés du magistrat fédéral «ce qui est en Turquie, et ce qui n’est pas». Bref, six jours de propagande non-stop pour dicter les principaux arguments qui devraient modeler le jugement. En vertu de quoi, le tribunal aura été sous la coupe d’un procureur cacheté et d’un procurateur acheté (étant entendu que le régime d’Ankara aura pu, de la sorte, tenir tribune pour vanter son irrésistible probité démocratique et dépeindre chacun des accusés sous les traits du parfait salaud). Poing final, quand l’essentiel s’est déjà passé ? Le jugement du 28 février 2006 déclarera… non fondée la constitution de la partie civile revendiquée par l’État turc, «ce dernier n’ayant pas encouru de dommages personnels»

Plus explicitement. Se constituer partie civile, c’est demander des dommages-intérêts pour un préjudice –en dehors de la peine entraînée par le délit (peine dont la nature et l’intensité sont recommandées par le ministère public). Peut donc être reconnue «partie civile», une personne (physique ou morale) qui intente une action devant une juridiction pénale afin d’obtenir réparation du préjudice subi par suite d’une infraction.

Plus explicitement. Le tribunal correctionnel (en l’occurrence Freddy Troch, qui finalement a bien dû s’en remettre aux principes de Droit, tels que rappelés par ses deux assesseurs et par les jugements successifs de la Cour de Cassation) en conviendra: «L’Article 3 du Code d’Instruction criminelle détermine que la réclamation judiciaire civile revient à ceux qui ont subi des dommages. Pour que la constitution comme partie civile soit recevable, la partie doit non seulement décrire son exigence de réparation des dommages, mais aussi relever qu’elle a été personnellement  dommagée (Cassation, 4 avril 1987). Il doit, de ce fait, avoir été subi un dommage personnel par le délit. La réclamation d’une personne naturelle ou d’une personne de droit ne peut être acceptée si la partie civile n’a pas un intérêt personnel et direct.

Ici, la partie civile [l’État turc, NDLR] ne prouve pas quel dommage direct matériel et/ou moral elle a subi à la suite de faits qui sont mis à charge des inculpés. Ceci est jugé par le tribunal d’une manière inattaquable (Cassation, 16 décembre 1992) (…).

Le fait que l’État turc a probablement un intérêt dans la punition des inculpés ne suffit pas non plus à la recevabilité de son action civile (…) [d’autant] que l’intérêt dans la punition se mêle à l’intérêt de la communauté –l’État belge– qui a confié exclusivement l’exécution de l’action judiciaire au ministère public (Cassation, 24 janvier 1996).

Attendu les principes précédents, la constitution de l’État turc comme partie civile à la suite de ces méfaits doit être considérée comme non recevable»

Premiers commentaires? La quatorzième Chambre correctionnelle aura institué, de fait, un tribunal à trois juges et –c’est une «première»– à deux procureurs. En effet, le magistrat fédéral Delmulle y représentait l’intérêt général, la société et les lois servant à les défendre. Or l’État turc n’ayant jamais pris la peine de détailler, un à un, les dommages par lui encourus, Vincke devenait par là même un second magistrat défendant, lui aussi,  «l’intérêt général». Ce qui ne peut être. En réalité, pour que sa position de partie civile soit recevable, l’État turc aurait non seulement dû décrire son exigence de réparation mais relever en quoi il aurait été «personnellement» touché. La demande de dommages-intérêts, exigée par une personne physique ou une personne de droit, ne peut être acceptée si elle n’a pas un intérêt personnel et direct à faire valoir. En l’occurrence, la Turquie n’a jamais explicité (au cas par cas) quel dommage en particulier (dommage direct, qu’il soit matériel ou moral) elle aurait subi par les faits mis à charge des inculpés, ou de l’organisation dont ils sont accusés d’être des membres, voire des dirigeants.

COPIE CONFORME. À Bruges, c’est entendu, les avocats des prévenus avaient, dès le départ, insisté pour que le Tribunal se prononce d’abord sur le non recevabilité de la procédure civile revendiquée par la Turquie. Trois types de raisons étayaient leur conviction : il était parfaitement clair que l’État turc n’avait nullement pour but d’exiger un pur dommage, mais de mettre le ministère public sous pression afin qu’il sanctionne plus lourdement les accusés ; mais d’exercer lui-même la procédure pénale et de prendre connaissance du dossier afin de pouvoir l’utiliser. Las: le premier juge avait rejeté cette question préalable comme étant prématurée, décidant que réponse y serait apportée à la fin du procès, avec le jugement.

Conséquemment, l’avocat Vincke, plaidant pour l’État turc, aura pu assister aux débats du début à la fin et, de surcroît, y participer des plus activement. Bien que le président du tribunal ait finalement, dans son jugement, considéré que la constitution de la partie civile n’était nullement recevable, le mal était donc fait. Et pour cause: le trop dévoué juge Troch aura totalement fait main basse sur l’argumentaire utilisé par Ankara, via son faire-valoir Kris Vincke. Dans son jugement, le tribunal correctionnel consigne, en toutes lettres, page 72 (il vaut la peine d’en lire lentement les attendus): «Il est justement fait remarquer, par la partie civile, que le DHKP-C se pose, dans son plaidoyer, comme une sorte d’organisation des droits de l’Homme –ce qui n’est, en aucune sorte, le cas. Les attentats et les meurtres sont commis par le DHKP-C uniquement pour atteindre son objectif : le renversement et la contestation active du régime étatique capitaliste. C’est, en effet, leur propre idéologie qui les conduits à commettre ces attentats. Les membres du DHKP-C choisissent expressément de ne pas prendre part à une société démocratique. Il n’appartient pas au DHKP-C de ne pas reconnaître un Etat de droit établi, de dire son propre Droit, et de choisir tous les moyens violents possibles pour troubler l’ordre de Droit.

Selon le jugement du tribunal, et considérant les motifs cités plus haut, il n’est pas satisfait aux conditions pour démontrer qu’on se trouverait dans un état de nécessité».

Or ici, le premier juge s’est non seulement expressément basé sur ce que la «non partie civile» était venue défendre durant les audiences, mais –plus accablant encore– en a repris littéralement les vitupérations, ainsi libellées dans les Deuxièmes conclusions au nom de l’Etat turc, pages 9 et 10 (dont il vaut la peine de lire lentement les attendus…): «Dans son plaidoyer, le DHKP-C s’est fait tout a coup passer pour une sorte d’association de défense des droits de l’Homme. Ce qui n’est absolument pas le cas. Les attentats et les meurtres (souvent commis contre des personnes totalement innocentes, comme des passagers dans un bus ou des hommes d’affaires) sont prêchés par eux comme essentiels pour atteindre leur objectif : le renversement et la contestation active du régime étatique capitaliste. C’est leur propre idéologie qui les conduits à commettre ces attentats. Ils choisissent expressément de ne pas prendre part à cette société démocratique. Ce n’est pas au DHKP-C de ne pas reconnaître un Etat de droit établi, de dire son propre Droit, et d’utiliser tous les moyens violents possibles pour troubler l’ordre de Droit».

Incroyable ? Incroyable. ll est, en effet, incroyable que l’on laisse la supposée partie civile plaider sa propre cause au point de totalement contaminer, avec les arguments desservis, le jugement final pour –en fin de compte–  convenir  que l’Etat turc ne pouvait agir comme partie au procès…

PAIN BÉNI. Avec le recul, pas difficile de le constater: pour aboutir à un verdict «à la sévérité exemplaire», le Parquet fédéral avait impérativement besoin que soit nommé un magistrat servile à la tête du tribunal de première instance. Avec les trois juges de la Cour d’Appel de Gand, là par contre, c’est rien que du pain béni. Si l’on s’en tient à l’action civile portée par la Turquie, la question de sa recevabilité y aura été réglée avec la rapidité de l’éclair (les juges du siège ayant une nouvelle fois [1] décidé de ne tenir aucun compte des arguments contestataires relevés par le jugement du premier degré ou, beaucoup plus simplement encore, de les dézinguer).

De la page 191 à la page 193 de leur Arrêt, le Président J. Logghe ainsi que les juges T. Denys et J. Libert vont ainsi entièrement avaliser la qualité et l’intérêt exigés pour affirmer l’Etat turc comme partie civile contre «le premier accusé Asoglu Musa, le deuxième accusé Saz Kaya, la troisième accusée Erdal Fehriye, la cinquième accusée Akar Sukriye, le sixième accusé Demirtas Irfan, le septième accusé Ekici Hasan, le neuvième accusé Karatas Dursun, la dixième accusée Sari Zerrin et le onzième accusé Kimyongür Bahar, pour la somme symbolique de un euro à cause du dommage subi, à la fois matériel et moral (…)».

Eléments probants avancés? Aucun. Eléments de jurisprudence opposés ? Aucun. À la place, une série de pures tautologies («En se constituant partie civile, en exigeant des dommages et intérêts pour le préjudice subi, la Turquie fait explicitement connaître qu’elle exige une compensation du dommage sur lequel est basée cette constitution [sic]»). À la place, l’énoncé de critères qu’en réalité l’État turc… ne remplit pas du tout («Il suffit que soit rendu crédible [sic] qu’il existe réellement [sic] un dommage au moment [sic] de la constitution comme partie civile, que la partie civile a personnellement [sic] subi ce dommage et que celui-ci a été causé par l’une des infractions [sic] qui constituent l’objet de cette procédure pénale»); ou alors, l’utilisation systématique d’adverbes et d’expressions autosuffisantes: «Incontestablement», «sans aucun doute», «des faits déclarés prouvés», «donc», «manifestement», «il suffit que»… Voyez plutôt: «L’État turc possède incontestablement la qualité pour exiger la réparation du préjudice qu’il a subi personnellement, ainsi que les dommages qui s’identifient avec l'intérêt général de ses ressortissants, et l’État turc a sans aucun doute également intérêt à exiger un dédommagement, même si ce n’est qu’un euro symbolique pour voir ses droits reconnus. L’intérêt de l’État turc ne se limite donc nullement à ce que les faits déclarés établis soient punis. Les inculpations A, B, C, D, E et N [2] sont d’ailleurs manifestement de nature à causer directement et personnellement des dommages considérables à l’État turc. Dans la mesure où il existe une association de malfaiteurs, une organisation criminelle ou un groupe terroriste causant un danger réel et manifeste à la sécurité des citoyens et/ou à l’autorité en Turquie, l’État turc se voit d’ailleurs obligé de prendre des mesures sécuritaires étendues et chères par définition. Ce préjudice peut être imputé à ceux qui menacent cette sécurité en faisant partie de ces groupements, en prenant part à leurs activités, ou en y remplissant des fonctions importantes voire dirigeantes.

En se constituant partie civile, en exigeant des dommages et intérêts pour le préjudice subi, la Turquie fait explicitement connaître qu’elle exige une compensation du dommage sur lequel est basée cette constitution.

Pour accepter la constitution comme partie civile, il n’est pas nécessaire que le dommage soit déterminé dans sa totalité, complètement et définitivement et/ou qu’il soit budgétisé en chiffres. Il suffit que soit rendu crédible qu’il existe réellement un dommage au moment de la constitution comme partie civile, que la partie civile a personnellement subi ce dommage et que celui-ci a été causé par l’une des infractions qui constituent l’objet de cette procédure pénale.

Quand il est seulement réclamé une compensation provisionnelle ou symbolique (ce qui est le plus grand droit de n’importe quelle partie préjudiciée), il n’est pas non plus exigé que l’État turc détaille ou budgétise plus spécifiquement ce dommage. Enfin, la partie civile n’est en aucun cas obligée d’exiger la compensation intégrale du dommage et peut se contenter d’une compensation symbolique dans le but de faire reconnaître son préjudice»…

LEÇON DE DROIT. Contester la partie de l’Arrêt prononcé par la Cour d’Appel, pour ce qui concerne singulièrement la soi-disant «partie civile turque»? Ce n’est pas difficile, même si quelques considérations de Droit évidemment s’imposent.

Pour qu’une constitution de partie civile soit recevable, elle doit répondre à cinq critères :

— le prétendu dommage doit être réel au moment de la constitution ;

— la constitution de la partie civile doit se rapporter au dommage subi personnellement par elle ;

— le prétendu dommage doit avoir été causé par un délit qui fait l’objet de l’action pénale ;

— le juge doit être compétent pour attribuer une compensation ;

— la partie civile doit indubitablement laisser paraître qu’elle souhaite réparation du dommage qui fonde son action comme partie. Le seul intérêt à poursuivre pénalement ne réside donc pas dans le fait de se constituer partie civile.

Reprenons ces différentes conditions, point par point.

     «Un dommage réel»? L’introduction de l’action civile, devant la justice pénale, n’a d’autre but que la réparation d’un dommage privé causé par le délit, qui doit avoir réellement eu lieu. Il est, dès lors, tout à la fois surprenant et remarquable que l’État turc n’a nullement précisé le dommage qu’il aurait encouru, et n’en a pas spécifié le montant monétaire. Quand il est déclaré, dans les Conclusions de l’avocat Vincke, «Il est avéré que les dommages encourus suite aux  activités du DHKP-C sont  énormes…», la partie turque veut signifier qu’elle n’a pas à les prouver, étant entendu que «le concluant ne souhaite pas en faire une histoire d’argent et qu’il limite son exigence à un euro symbolique comme compensation du dommage».

«Concernant le dommage»…: ces termes ont été ainsi motivés par la dite «partie civile» dans ses Conclusions: «Comme précisé dans la citation, des attentats contre des personnes et des biens visent à attenter aux intérêts de l’État turc. Ainsi, à côté des victimes innocentes (les hommes d’affaires assassinés, les passagers de bus tués par des attentats, les blessés), c’est aussi le concluant qui est victime puisque ses intérêts sont / peuvent [sic] être atteints». Or de cet extrait, il apparaît clairement que la partie civile ne sait pas elle-même si (par les attentats tels qu’évoqués) ses intérêts particuliers ont été effectivement dommagés… Or au moment où la Turquie demande à se constituer partie civile, le dommage doit être réel, pas hypothétique. De ce fait, le raisonnement avancé ici ne tient pas une seconde.

     «Un dommage personnel»? Des personnes qui ne sont atteintes que d’une manière indirecte ne peuvent prétendre se porter partie civile. En l’espèce, l’État turc ne démontre nullement un dommage direct. En page 4 de ses Conclusions, «la partie civile» pose elle-même que «cela ne signifie pourtant pas que l’État turc n’aurait souffert d’aucun dommage, d’autant que les méfaits perpétrés touchent, par étapes intermédiaires [sic], les institutions politiques». Et, page 14, «ce que la concluante ne peut accepter, c’est qu’à travers des actions violentes à l’encontre de citoyens innocents (assassinats et attentats) et des propriétés individuelles, les fondements [sic] de l’Etat turc soit visés et atteints». Dans les mêmes Conclusions sont d’ailleurs énumérés une série de méfaits supposés, lesquels auraient tous été accomplis par le DHKP-C en Turquie. Pour autant que l’on peut en déduire, les attentats concerneraient principalement des citoyens de l’État turc; ainsi est-il fait mention, dans les Conclusions, d’attentats contre des politiciens, des hommes d’affaires, des policiers. Il est inutile, dès lors, d’expliquer que ce n’est pas l’État turc mais bien les familles de victimes présumées qui ont directement souffert d’un dommage. Idem pour ce qui concerne le dommage occasionné à des ressortissants de l’État turc: il n’occasionne évidemment pas, du même coup, un dommage à l’État turc en tant que tel.

Qui plus est. Qui plus est la Cour d’Appel enfreint, elle-même, l’article 3 du Code d’Instruction criminelle selon lequel l’action judiciaire, visant à faire reconnaître un dommage causé par un délit, revient à ceux qui ont subi ledit dommage. A l’appui, on peut se référer à l’Arrêt attaqué, où la Cour d’Appel juge que, dans le cas d’espèce, des méfaits de droit commun sont à l’ordre du jour si des personnes privées, des biens et des intérêts sont immédiatement et directement atteints. Ainsi, l’Arrêt de la Cour précise en pages 32 et 33 : «Nulle part dans les accusations, il n’est fait mention d’attentats contre des institutions politiques turques (…). Cela concerne donc bien des délits de droit commun dont des personnes, des biens et des intérêts privés sont des victimes directes et immédiates et qui ne portent pas atteinte directement aux institutions politiques de l’État turc, n’ont ou ne peuvent avoir de conséquences sur celles-ci». De ces affirmations, il ressort donc explicitement que l’État turc, en tant que tel, n’a pas subi de dommages personnels. En conséquence, il ne possède pas la qualité requise pour se porter partie civile.

     «Le dommage doit être causé par un délit qui fait l’objet de l’action pénale»? L’action de la partie civile (en vertu de l’article 3 du Code d’Instruction criminelle) est uniquement recevable si elle a une relation spécifique avec le méfait pour lequel le prévenu est poursuivi. Le dommage, qui n’a pas été causé par le délit poursuivi, n’est dès lors pas recevable. Là où «la partie civile», dans ses Conclusions, donne une interminable énumération de présumés attentats qui auraient été accomplis par le DHKP-C en Turquie, elle renvoie vers des délits dont la défense des prévenus ne peut vérifier la véracité et qui, en plus, n’étaient même pas mentionnés dans la citation ouvrant la procédure judiciaire… En réalité, ces attentats supposés n’ont pas à être soumis au jugement du tribunal. D’autant que, et cela va de soi, les membres supposés ou les sympathisants du DHKP-C ne doivent pas être tenus d’expier pour tout ce que le mouvement aurait accompli. Toutefois, on voit bien la manœuvre: l’État turc tente ici de les mettre tous dans le même sac et d’amalgamer l’ensemble des inculpés avec le DHKP-C. Se faisant, les délits visés (qui ont été énumérés dans les Conclusions déjà citées) servent à la partie turque pour pouvoir légitimer son action civile et la rendre recevable. Or à ce jour, la prétendue «partie civile» n’a pas livré la moindre preuve démontrant que les prévenus seraient en quoi que ce soit responsables des infractions citées.

«PAR NATURE»? En Droit, iI doit néanmoins y avoir un lien causal entre le dommage et la faute qui peut être reprochée –ce qui n’est, en l’occurrence, notablement pas le cas. Où la Cour pose que les charges A, B, C, D, E et N «sont manifestement de nature à causer directement et personnellement des dommages considérables à l’Etat turc» (page 192), c’est le principe même du lien causal entre la faute et le dommage (tel que rappelé dans l’Article 1382 du Code civil) qui n’est pas respecté –car rien n’établit que «par nature» un fait incriminé cause nécessairement un dommage, encore faut-il prouver qu’il a occasionné, lui et lui seul, un préjudice effectif. Et là où la Cour pose que «l’Etat turc a indubitablement l’intérêt d’exiger une réparation, même si ce n’est qu’un euro symbolique, pour voir ses droits reconnus» (page 192), c’est le principe avancé dans l’Article 1382 du Code civil qui est bafoué car il ne suffit pas de dire que «les droits doivent être reconnus», encore doit-il être prouvé qu’un dommage s’est produit par l’atteinte à ces droits.

L’ensemble de ces éléments confortent ainsi le constat établi par la défense: la constitution de la partie civile n’est pas fondée sur la reconnaissance d’un dommage subi, mais sur l’exercice de la fonction occupée par le Ministère public. Ce qui ne peut être.

     «Le juge doit être compétent»? En la circonstance, cette condition est remplie (excepté pour les faits soumis au tribunal mais qui ont été commis sur le territoire turc: dans ces cas, le tribunal n’est pas compétent pour ce type d’incriminations).

     «L’action doit être indubitablement basée sur la réparation d’un dommage»? Avoir pour seul intérêt «que soit énoncée une sanction et qu’elle s’applique» est insuffisant pour soutenir la constitution d’une partie civile. Or dans ce procès, c’est bien l’unique objectif poursuivi par la partie turque. Et cet intérêt-là est, pour ainsi dire, «absorbé» par l’intérêt général –lequel est défendu, à l’occasion d’infractions pénales, par le ministère public. L’État turc tente ainsi de s’accaparer le rôle dévolu à ce dernier…  

Conclusions ? Dans un Arrêt de la Cour de Cassation daté du 24 novembre 1982, il est judicieusement affirmé: «Attendu que la demanderesse n’apporte pas la preuve d’un quelconque droit ou d’un quelconque intérêt dans lequel elle aurait subi un préjudice suite aux délits imputés aux prévenus; que ce qu’elle nomme une atteinte à son intérêt personnel est en réalité "l’intérêt de tous les citoyens à ce que les délits soient poursuivis en justice et que leurs auteurs soient punis ; qu’il s’agit de l’intérêt général dont la défense incombe en principe exclusivement au ministère public" ; que la circonstance que la plaignante est une institution d’intérêt public devant veiller à la défense de valeurs morales, ne constitue pas une raison suffisante pour déclarer recevable l’action civile de la demanderesse et qu’en décider autrement reviendrait à permettre à tout un chacun d’intervenir dans l’action pénale en introduisant des actions civiles qui sont en fait fictives mais qui auraient pour effet, sinon pour but, d’inciter le ministère public à agir en justice, voire… de l’y contraindre».

Or, par ses allégations à l’emporte-pièce, empilées les unes sur les autres, la Cour d’Appel de Gand n’aura jamais cessé de prendre à contre-pied chacun des «Attendu que» ici convoqué puis révoqué par la Cour de Cassation elle-même. On ne saurait mieux dire.

Jean FLINKER


 

______

NOTES

[1] : Voir, dans Qu’est-ce que la politique, «Des criminels ?».

[2] : Pour les différentes accusations mises à charge des prévenus, voir (dans Sükriye Akar, condamnée sans motif…) «La preuve par neuf…»
 

07:01 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

30-03-07

Balade eb Pays Basque

 

De laatste maanden is het me, wegens tijdsgebrek, onmogelijk om teksten te vertalen. Bovendien werd mijn computer erg… euh… laat ons zeggen: wispelturig!     

 

Het was me onmogelijk de computer van mijn dierbare echtgenoot op te eisen voor meer dan knip- en plakwerk. Mijn spaarvarken moest eraan geloven en ik hoop nu, beetje bij beetje, ook weer meer tijd te vinden voor de berichtgeving over “Balade en Pays Basque”.

 

Al die tijd verwaarloosde ik, noodgedwongen, de berichtgeving over dit radioprogramma dat me nauw aan het ligt!

 

Morgen, 15u,  op

 

http://rbg.online.stalig.net/live.mp3.m3u


"BALADE EN PAYS BASQUE"
samedi 31 mars de 15h à 17h
(Week-end des finales du
Kan ar Bobl à PONTIVY)

A cette occasion,
nous évoquerons les caractéristiques du
KANTU XAPELKETA,
concours de chant basque réservé
cette année aux enfants
+infos
: http://www.eke.org/albisteak/1173202855

 

Meer over de Kantu Xapelketa, Baskische zangwedstrijd, dit jaar gewijd aan de kinderen

 

 

23:39 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

24-03-07

JPB

 

Le JPB > Pays Basque 2007-03-24
Un an après, tout un pays en quête de paix
·Aujourd’hui, jour pour jour, cela fait un an que le "cessez-le-feu permanent" annoncé par l’ETA le 22 mars 2006 est entré en vigueur

"Euskadi Ta Askatasuna [ETA] a décidé de déclarer un cessez-le-feu permanent à partir du 24 mars 2006. L’objectif de cette décision est d’impulser un processus démocratique au Pays Basque pour construire un nouveau cadre dans lequel soient reconnus les droits qui nous reviennent en tant que Peuple, et dans lequel soit garantie pour l’avenir la possibilité de développement de toutes les options politiques".

Un an après l’entrée en vigueur du "cessez-le-feu permanent" de l’ETA, les graines d’espoir que cette annonce avait semées dans cette terre basque tardent à pousser. Difficile de maintenir l’espérance face à un processus de dialogue beaucoup trop lent, où les pas ont été faits au goutte-à-goutte et dont les fondements ont été secoués par le séisme de l’attentat de l’ETA à l’aéroport de Barajas du 30 décembre et par la rupture officielle de tout dialogue qui s’ensuivit.

Pourtant, malgré les difficultés, les graines semées peuvent encore repartir, nourrie par le besoin. Le besoin de dépasser les souffrances liées au conflit est le meilleur des engrais dans ce type de processus, comme l’a déclaré à maintes reprises le leader irlandais du Sinn Féin, Gerry Adams. À cela il faut ajouter d’autres besoins.D’une part, celui du gouvernement socialiste de trouver une issue avant les élections législatives de 2008, puisque la paix est la pierre angulaire du mandat de José Luis Rodríguez Zapatero et il ne peut pas se permettre d’échouer. D’autre part, le besoin de la gauche abertzale de trouver une solution pour participer de plein droit dans la vie politique et pour mettre en place un cadre politique lui permettant de défendre son choix indépendantiste au-delà du statu quo.Et, enfin, peut-être le besoin le plus important, celui de la population basque et de la société espagnole qui ne demandent pas autre chose que la reprise du dialogue pour mettre un terme au problème.

Une majorité pour le dialogue

Un récent sondage réalisé par l’institut GESOP à la demande du quotidien catalan El Periodico de Catalunya montre à quel point la société est en quête de paix. Quelque 58,8% des personnes interrogées souhaitent voir relancer les pourparlers entre le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero et l’ETA, malgré l’opposition farouche du Parti Populaire. Certes, il s’agit d’un pourcentage bas par rapport à celui que les sondages montraient il y a un an (près de 80%).

Mais, tenant compte de la pression exercée par les médias de la droite contre le dialogue et par la droite même à travers des manifestations comme celles de Madrid et de Pampelune d’il y a quinze et huit jours, le fait que 60% de la société se dise favorable à la reprise des pourparlers avec l’ETA est extraordinairement significatif. Tout comme il est significatif que 55,1% des enquêtés pensent que le PP est responsable de l’accroissement des tensions politiques en Espagne, alors que seuls 18,3% des sondés imputent ce phénomène aux socialistes.

Tout cela montre l’existence d’un décalage entre les votants traditionnels de la droite, dont une grande partie serait favorable au dialogue, et les dirigeants du Parti Populaire, qui ne semblent pas disposés à mettre un terme à l’utilisation de la question basque en tant qu’arme électorale.

Dans ces circonstances, José Luis RodríguezZapatero, qui a réaffirmé sa "détermination intacte" à en finir avec le conflit basque, pourrait confronter avec beaucoup plus de tranquillité l’opposition du PP. Selon la presse madrilène, le locataire de La Moncloa attend un communiqué de l’ETA avant de relancer le processus de dialogue.

Il faut rappeler que dans sa revendication de l’attentat du 30 décembre, dont elle a déploré les morts, l’ETA avait affirmé que son cessez-le-feu restait "en vigueur". Mais cela ne suffit pas au gouvernement. Un nouveau communiqué, qui serait diffusé avant le 8 avril, journée de l’Aberri Eguna [jour de la patrie basque], annoncerait toujours selon les médias madrilènes un engagement "plus déterminé" de la part de l’ETA.

Au jour d’aujourd’hui, cette information n’est qu’une hypothèse basée sur une longue tradition.En effet, l’ETA ayant l’habitude de se manifester autour de la date de l’Aberri Eguna, il est logique d’espérer un communiqué avant le 8 avril d’autant plus qu’à cette date s’ajoute celle des douze mois depuis l’annonce du cessez-le-feu. Mais de là à affirmer que dans cette éventuelle déclaration l’organisation armée basque annoncerait un "abandon définitif de la lutte armée" comme l’annoncent certains médias, il y a de la marge.

La seule certitude aujourd’hui, c’est que l’ETA n’a pas encore donné son avis sur la proposition de la gauche abertzale sur la mise en place d’une double autonomie politique au Pays Basque nord et sud. Si un communiqué existe, il devrait très certainement se prononcer sur la question. Sur le reste, mystère. Et élucubrer sur ce que l’ETA pourrait annoncer ne sert qu’à vendre des journaux ou à augmenter l’audience.

La voie politique

Et alors que certaines rédactions bruissent de rumeurs sur l’imminence d’un communiqué de l’ETA qui "clarifierait" ou "modifierait la donne", le deuxième pilier du processus de paix, le dialogue entre les partis politiques, reste toujours bloqué. Les socialistes conditionnent la reprise du dialogue à une annonce de l’ETA concernant l’abandon définitif des armes. La direction du PNV, même en partageant cette position, estime que les contacts doivent se poursuivre en attente d’une déclaration de l’ETA sur l’"abandon définitif de la violence" permettant un "dialogue résolutif".Eusko Alkartasuna, tout en demandant une déclaration de ce type à l’ETA, espère davantage de pas du gouvernement espagnol.Tout comme la troisième formation du tripartite, Ezker Batua-IU qui propose la mise en place d’une commission mixte Vitoria-Madrid pour relancer le processus.

Enfin, Batasuna, qui a déclaré jeudi qu’"un scénario de non-violence multilatérale est absolument nécessaire pour rendre possible le dialogue et la négociation politique et surtout l’accord politique final", a appelé à avancer dans les pourparlers entre les partis politiques pour débloquer la situation actuelle.

"L’opportunité historique" d’obtenir la paix est "toujours ouverte", a affirmé le porte-parole Navarrais de Batasuna Pernando Barrena. Selon lui, "cela relève de l’ETA et du gouvernement [espagnol] de mettre en place un scénario de non-violence multilatérale" et "des partis politiques d’avancer vers un accord sur la solution politique du conflit".

Sans doute, le pessimisme est l’état d’âme le plus facile à adopter, surtout un an après la vague d’optimisme qui avait inondé tous les esprits du Pays Basque. Mais, s’il est vrai que la situation actuelle ne porte pas à l’optimisme, le fait que malgré tous les obstacles la majorité de la société soutienne la reprise du processus de paix est un élément d’espoir indéniable. Toutes les parties ont intérêt à répondre à cette demande.



Chronologie
22 mars. L’ETA déclare un "cessez-le-feu permanent" en vigueur à partir du 24 mars.

29 mars. Le juge Fernando Grande Marlaska écroue le leader de Batasuna Arnaldo Otegi et lui impose une caution de 250 000 euros.

1er avril. À l’appel du Forum de Débat National, des milliers de personnes manifestent à Bilbo en soutien d’un processus de paix.

7 avril. Arnaldo Otegi quitte la prison après avoir payé sa caution.

8 avril. Des femmes de toutes sensibilités politiques (sauf le PP) créent la plateforme Ahotsak.

14 juin. L’ETA exprime sa volonté de mener jusqu’au bout un processus de résolution du conflit.

20 juin. Plusieurs personnes sont arrêtées en Pays Basque nord et sud accusées d’appartenir au réseau financier de l’ETA.

29 juin . Le président Zapatero annonce solennellement le lancement d’un "dialogue" avec l’ETA, et insiste sur le "respect des décisions que prendront librement les citoyens basques".

6 juillet. Première rencontre symbolique entre le Parti socialiste d’Euskadi (PSE) et le parti de la gauche abertzale Batasuna.

Début août. Le prisonnier politique Iñaki de Juana Chaos entame une grève de la faim afin de dénoncer sa mise en examen pour deux articles d’opinion publiés dans la presse. Le parquet requiert 96 ans de prison.

20 août. Un groupe de personnes brûle un minibus à Donostia pour dénoncer la situation d’Iñaki de Juana Chaos. C’est le début de la reprise de la kale borroka.

Début septembre. Premières réunions informelles des partis basques en vue de trouver un préaccord sur le volet politique des négociations.

23 octobre . Un commando de l'ETA vole 350 armes près de Nîmes. Le président Zapatero prévient par la suite qu’il y aura des "conséquences". Gel des contacts entre partis basques.

24 octobre. La justice confirme l'inculpation d'Arnaldo Otegi et de 37 autres membres de Batasuna.

25 octobre. Le Parlement européen apporte son soutien au processus basque.

4 novembre. L’ETA prévient dans son bulletin interne de la rupture du processus faute "d'avancées visibles" de la part de Madrid.

6 novembre. M. Zapatero affirme que son gouvernement "ne fera pas de concession", c’est-à-dire pas de geste d’apaisement tel que pourrait l’être le rapprochement.

7 novembre. Après un jeûne de plus de deux mois, Iñaki de Juana Chaos rentre à nouveau en grève de la faim pour dénoncer sa condamnation à treize ans de prison pour deux tribunes libres.

11 novembre . Batasuna affirme que le processus se trouve dans une situation très grave.

29 novembre. Trois activistes présumés de l’ETA, dont le chef présumé de son appareil logistique, Zigor Garro Perez, interpellés à Quézac.

2 décembre. Arrestations de trois autres membres de l’ETA près d'Aurillac.

5 décembre. Pour Batasuna, dans les conditions actuelles le processus n’est pas viable.

9 décembre. Un dirigeant socialiste affirme que l’ETA n’était pas au rendez-vous de la réunion prévue dans un pays d’Europe avec des émissaires de Madrid au mois d’août.

12 décembre. Batasuna : "le processus est sur le point de couler".

13 décembre. M Zapatero assure qu’il fera les "gestes nécessaires à chaque étape", mais "pas de faux pas".

20 décembre. La presse annonce qu’une première réunion entre émissaires du gouvernement et de l’ETA a eu lieu le 14 décembre "dans un pays européen", information que Madrid a refusé de confirmer.

30 décembre. Attentat à l’aéroport de Madrid. Deux morts.

2 janvier. Le ministre espagnol de l’Intérieur Alfredo Pérez Rubalcaba affirme que le processus est "liquidé".

6 janvier. Le rassemblement auquel le Mouvement pro-amnistie devait annoncer ses contributions pour la résolution du conflit est interdit. La police autonomique charge et interpelle deux personnes. Quelques heures auparavant la Garde Civile avait arrêté l’animateur de Radio Pays Sébastien Bedouret.

8 janvier. Batasuna appelle l’ETA à "conserver intacts" les engagements du communiqué du 22 mars.

9 janvier. L’ETA revendique l’attentat et affirme dans un communiqué que son cessez-le-feu est pour autant maintenu.

11 janvier. Tout en condamnant l’attentat, le groupe de députés européens créé en soutien au processus, lance un appel pour "sauver la paix".

13 janvier. Des milliers de personnes à Bilbo à l’appel du lehendakari. Le thème de la manifestation "Pour la paix et le dialogue" est changé à la demande des socialistes pour éviter la participation de la gauche abertzale.

15 janvier. Lors d’un discours au Congrès, le chef du gouvernement espagnol appelle à un "grand consensus démocratique contre le dialogue".

19 janvier. Le Tribunal Suprême déclare les mouvements de jeunes Jarrai, Haika et Segi "organisations terroristes". Une vingtaine de jeunes sont incarcérés.

22 janvier. Nouvelle réunion entre le lehendakari Juan Jose Ibarretxe et des représentants de Batasuna.

3 février. Des milliers de personnes manifestent à Bilbo pour le dialogue à l’appel de la démarche Milakabilaka.

5 février. Début de la campagne de mobilisation du Collectif des prisonniers politiques basques.

6 février. Suivant la thèse selon laquelle "tout est l’ETA", le ministère public demande des peines qui totalisent 484 ans de prison pour la cinquantaine d’inculpés dans le macro-dossier 18/98.

13 février. Ouverture d’enquête au Tribunal supérieur de Justice du Pays Basque contre les dirigeants socialistes Patxi Lopez et Rodolfo Ares pour s’être réunis avec Batasuna.

24 février. L’Ertzaintza charge contre une manifestation de la gauche abertzale à Bilbo.

1er mars. Le prisonnier Iñaki de Juana Chaos est transféré dans un hôpital de Donostia et arrête sa grève de la faim.

3 mars. La gauche abertzale présente lors d’un meeting à Iruñea-Pampelune sa proposition d’un double cadre d’"autonomie politique" pour les trois provinces basques du nord d’une part et pour les quatre du sud de l’autre. Le tout dans une "perspective nationale".

6 mars. Alors que le PP l’accuse de "céder" face à l’ETA, M. Zapatero annonce au Congrès que son gouvernement "est en train de chercher un grand accord politique pour la vie en commun en Euskadi", pour "se mettre d’accord sur les principes essentiels d’un nouveau cadre politique".

10 mars. Manifestation à Bilbo en soutien des personnes inculpées dans le macro-dossier 18/98 dont le procès finit le 14 mars. À Madrid, la droite et l’extrême droite manifestent à l’appel du PP pour protester contre le transfert de Chaos.

17 mars. Manifestation à Iruñea-Pampelune à l’appel de l’UPN sous le thème "La Navarre n’est pas négociable". Toute l’opposition navarraise critique la mobilisation.


22:15 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

22-03-07

Bahar

Bahar3

 

 

Chères amies, chers amis,

Nous vous invitons à venir ce dimanche 25 mars dès 13h30 devant la prison de
Nivelles pour réclamer la "Liberté pour Bahar".

Comme Noam Chomsky, célèbre intellectuel américain ; comme Georges Debunne,
ancien secrétaire général de la FGTB et ancien président de la CES ; comme
Karin Resetaritz et d'autres parlementaires européens libéraux ; comme Josy
Dubié et Marie Nagy, parlementaires fédéraux Ecolo ; comme Georges-Henri
Beauthier, ancien président de la Ligue des Droits de l'homme ; comme des
milliers de citoyens en Belgique et ailleurs, vous êtes déjà très nombreux à
avoir signé l'appel « Liberté pour Bahar » sur le site du Comité pour la
liberté d'expression et d'association http://leclea.be

ATTENTION : cet appel est récent, n'est pas la pétition contre l?extradition
de Bahar vers la Turquie !
En effet, nombre d'entre vous ont signé au printemps 2006 cette pétition
lancée par le Clea. L'Etat belge avait tenté de remettre secrètement via les
Pays-Bas Bahar Kimyongür aux autorités turques. Heureusement, la Justice
hollandaise l'a relâché. Mais en novembre 2006, un tribunal gantois n'a pas
suivi l'avis hollandais et a condamné Bahar à 5 ans de prison ferme alors
qu'il n'a commis aucun acte délictueux ! L'appel « Liberté pour Bahar »
proteste contre cette condamnation en Belgique. Nous encourageons ceux qui
n'ont pas encore signé cet appel, en croyant qu'ils l?avaient déjà fait, à se
rendre sur notre site pour marquer leur solidarité avec Bahar, pour refuser
les attaques que subissent actuellement la liberté d'expression et
d'association.

Le 27 mars aura lieu, au Palais de Justice de Bruxelles, l'unique audience en
cassation du jugement prononcé à Gand à l'encontre de Bahar Kimyongür et
d'autres militants d'origine turque. Il est essentiel que ce jugement soit
cassé car il s'agit d'une décision créant une jurisprudence en vue de
criminaliser la contestation sociale en Belgique sous couvert de « guerre
contre le terrorisme ».

Dans ce cadre, pour rappeler que s'exprimer, s'organiser, contester n'est pas
du terrorisme ; pour montrer qu'on ne condamne pas en Belgique un citoyen
pour ses opinions ; le Clea vous invite à participer aux actions suivantes :

- Si vous réussissez à convaincre simplement une personne de votre entourage à
signer l'appel « Liberté pour Bahar » d'ici mardi, nous atteindrons le
chiffre impressionnant de 5 000 signataires avant l'audience en cassation. Il
s'agira d'un signal fort pour exiger la cassation du procès.

- Ce dimanche 25 mars, à 13h30 devant la prison de Nivelles : Rassemblement «
Liberté pour Bahar ».
Des personnalités francophones et néerlandophones rendront visite à Bahar
Kimyongür puis interpelleront la presse. Les personnalités suivantes seront
notamment là : Jean Bricmont (UCL) Lieven De Cauter (KUL), Stephan Galon
(FGTB), Anne-Theresa De Keersmaeker (chorégraphe), Eric Goeman (Attac
Vlaanderen et Democratie 2000)...
Le lieu de rendez-vous est le suivant : 4 avenue de Burlet, 1400 Nivelles (à
deux pas de la gare).

- Ce mardi 27 mars, à 9H au Palais de Justice de Bruxelles : Rassemblement «
Annulation du procès DHKP-C ».

Enfin, pour ceux qui ne pourraient vraiment pas se libérer pour ces
rendez-vous -et pour les autres également-, deux autres événements sont
prévus :

- Le 27 mars à 19H au Garcia Lorca (rue des Foulons 47 à 1000 Bruxelles) :
Café politique « Que penser du verdict en cassation du procès DHKP-C ? »

- Le 28 mars, dès 16H et durant toute la soirée, au café « Het Groot Gevaar »
(avenue de Jette 18 à 1081 Koekelberg) : Concert de soutien à Bahar Kimyongür
(avec des nombreux groupes reggae, rock...).

Toutes les informations au sujet de ces événements sont http://leclea.be

Soyez mobilisés, nous comptons sur vous, à bientôt, le Clea


 

21:26 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

21-03-07

Publicité et torture

Chronique de Paul Hermant

 

Chronique du lundi 26 février sur la RTBF Radio:

(..) quand je ne suis pas à la radio, j’écoute la radio. Et notamment cette nouvelle émission, Média première, (..) cette émission qui fait entendre les voix et les avis des auditeurs sur ce qu’ils pensent de ce qu’ils écoutent et de ce qu’ils voient.
Mon attention a été attirée, figurez-vous, par une trop courte discussion autour d’une publicité qui fait scandale ces temps-ci. Il s’agit de ce spot radio où l’on plonge et replonge un taux d’intérêt dans une baignoire tant qu’il n’avoue pas qui il est ni pour qui il travaille.
Et j’avais écouté un professeur du secondaire, en direct à l’antenne, s’inquiéter du passage d’un spot s’amusant de la torture, à un moment où disait-il, la violence pose question partout. (..) En studio, une dame a défendu la profession publicitaire. Elle nous a conseillé de «prendre un peu de recul» et «de ne pas percevoir les choses au premier degré». Elle nous a aussi mis en garde: «Ce n’est pas toujours facile en 30 secondes, de comprendre les choses. C’est pour ça qu’en radio, il faut de la répétition», a-t-elle dit. Hé bien, c’est ce que je vais faire, Sophie, je vais répéter. Je vais répéter les propos qu’a tenus le vice-président américain Dick Cheney, il y a seulement quelques mois, en octobre 2006. A un journaliste lui posant cette surprenante question: «Etes-vous d’accord qu’une trempette dans l’eau ne pose pas de problème de conscience si cela peut sauver des vies américaines ?», le vice-président fit cette réponse: «Ce n’est même pas la peine
d’y réfléchir, ça a été un outil très important pour rendre le pays plus sûr».
Et c’est vrai, ce n’est même pas la peine d’y réfléchir, quel plus bel hommage pouvait-on rendre à la banalisation de la torture et
au retour de la baignoire que de l’utiliser comme un argument publicitaire ? C’est du second degré? Mais dans le registre de torture, on a aussi la brûlure au second degré, par exemple, qui n’est pas mal non plus. (..) Je me demande parfois si le monde n’est pas trop complexe pour le comprendre en 30 secondes.

 

 

18:22 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

 

17:16 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Maialen in concert

 

http://www.itelebista.com/fr/video/1363

13:27 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Unai Romano

 

Voor wie een woordje engels begrijpt

 

http://www.youtube.com/watch?v=H9otlBYc6XE&mode=related&search=

 

Interview en anglais

12:58 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

BAHAR

 

Rassemblement au Palais de Justice de Bruxelles

le 27 mars à 9 heures.

Pour l’annulation du « procès DHKP-C » 
 

Mardi prochain, le 27 mars, se déroulera l’unique audience en cassation du verdict prononcé en novembre 2006 dans le cadre du « procès DHKP-C ». Le Clea (le Comité pour la liberté d’expression et d’association) organise un rassemblement à cette occasion à 9 heures du matin au Palais de Justice de Bruxelles afin d’exercer une pression citoyenne pour que le « procès DHKP-C » soit annulé, pour que le verdict condamnant Bahar Kimyongür et plusieurs militants d’origine turque soit cassé. 
 

De nombreuses raisons doivent inciter les citoyens et les militants en Belgique à se mobiliser pour ce rendez-vous très important. En effet, le « procès DHKP-C » est un procès test pour notre démocratie.

Au cours de cette affaire, les tribunaux belges ont utilisé la nouvelle loi « antiterroriste » inspirée par les législations élaborées suite aux attentats du 11 septembre par l’administration Bush. Des militants ont ainsi été condamnés à plusieurs années de prison en étant qualifiés de « terroristes » alors qu’ils n’ont commis aucun acte violent en Belgique, en Turquie ou ailleurs. Ce sont, en fait, des opposants politiques exprimant un point de vue contestataire à l’égard du régime d’Ankara qui ont été criminalisés ; ce qui menace la liberté d’expression, la liberté d’association et le droit à la contestation de tous les militants dans notre pays.

Dans ce procès très clairement politique, on a reculé très dangereusement les limites de l’Etat de droit et du procès équitable, au nom de la prétendue « guerre contre le terrorisme ». Cette affaire est l’expression d’une régression dangereuse : ce sont désormais les juges qui vont décréter ce que l’action politique se doit de faire… pour être raisonnable, efficace, légitime et tolérée. C’est intolérable ! 
 

Les avocats des condamnés dans cette affaire ont relevé pas moins de 19 irrégularités pouvant justifier la cassation de la décision du 7 novembre à Gand. Depuis la présence de l’Etat turc comme partie civile dans le procès jusqu’aux refus systématiques des juges concernant les demandes d’enquête complémentaire émises par la défense, en passant par l’atteinte manifeste à la publicité des débats ; les éléments ne manquent pas pour critiquer l’aspect formel de ce procès. 
 

Le Clea appelle les citoyens, les militants à venir massivement se rassembler au Palais de Justice de Bruxelles ce mardi 27 mars à 9 heures pour ensuite assister à l’audience où comparaîtront Bahar Kimyongür, Musa Asoglu, Sukriye Akar et Kaya Saz, quatre détenus politiques en Belgique.

Il est nécessaire de faire un effort pour être présent à ce rendez-vous historique. En effet, c’est la dernière occasion de s’opposer au jugement prononcé dans cette affaire. Si le verdict n’est pas cassé, la jurisprudence belge permettra aux tribunaux de condamner pour « terrorisme » tous ceux (syndicalistes, altermondialistes, pacifistes, anarchistes, communistes…) qui expriment une opinion contestataire et s’organisent pour la faire entendre.  

Soyons vigilants : avec un peu d’avance, si nous n’y prenons pas garde maintenant, Bahar Kimyongür et ses camarades… c’est nous ! 
 
 
 

Toutes les informations sur ce rendez-vous et sur les tenants et aboutissants des jugements prononcés dans « l’affaire DHKP-C » sont sur : www.leclea.be

09:21 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

18-03-07

 

 

Deze maand in MEERVOUD

 

 

Volkerenrubriek 

 

Baskenland: Iñaki De Juana beëindigt hongerstaking 

In de marge van het moeizame vredesproces in Baskenland, heeft de zaak Iñaki De Juana de laatste maanden voor heel veel spanningen gezorgd.

Voor veel Spanjaarden is Iñaki een monster.  Dit beeld wordt aangewakkerd door de propagandamachine van de neofranquistische partij Partido Popular (PP).  Vijfentwintig mensen heeft hij van het leven beroofd en nooit toonde hij berouw.  Iñaki De Juana is de inzet geworden van de machtsstrijd tussen de regerende sociaal-democraten (PSOE) en de oppositiepartij PP.  Allebei eisen zij het recht op om zich de radicaalste en de zuiverste antiterroristische partij te noemen.  Hun plat populisme straalt af op de buitenlandse media, die zonder verpinken het gekleurde jargon overnemen.

In Baskenland is Iñaki een held.  Met zijn hongerstaking bracht hij het ellendige lot van de meer dan 700 Baskische politieke gevangenen onder de aandacht.  Iñaki zou normaal in oktober 2004 vrijkomen, maar de Spaanse machthebbers zagen dit niet zitten.  Daarop begon hij op 7 augustus 2006 met een hongerstaking van 63 dagen.  Toen hij op 7 november werd veroordeeld tot dertien jaar cel voor uitspraken in de pers begon hij met een tweede hongerstaking.  Toen bleek dat hij doorzette, werd Madrid bevreesd voor de gevolgen.  Iñaki werd geboeid en onder dwang gevoed.  Eind januari stierf zijn moeder, hij had ze al sinds 2005 niet meer gezien en mocht niet naar de begrafenis.  Enkele dagen later publiceerde The Times aangrijpende foto’s van de uitgemergelde maar vastberaden hongerstaker.  Het protest in Baskenland groeide aan.  In een poging om de gemoederen te bedaren werd de straf van 13 jaar verminderd tot 3 jaar, maar Iñaki gaf geen duimbreed toe.  Eind februari wist Iñaki de voedingssondes te verwijderen en ging zijn gezondheid er zienderogen op achteruit.  Op 1 maart besliste de Spaanse regering in allerijl om Iñaki naar een ziekenhuis in Baskenland over te brengen, waarna hij huisarrest zou krijgen.  Toen het nieuws bekend werd dat Iñaki onderweg was naar Baskenland gingen sympathisanten langs de weg staan.  Enkele honderden mensen wachtten hem op in het ziekenhuis van Donostia.  Pas daar aangekomen gaf hij zijn hongerstaking na 115 dagen op.

Intussen roepen de neofranquisten moord en brand.  Ze organiseren grote betogingen en aarzelen daarbij niet om te goochelen met de cijfers over het aantal aanwezigen.  Vrede willen ze duidelijk niet, enkel de totale uitroeiing van het Baskische nationalisme kan hen tot bedaren brengen.

Tot slot willen we het beeld nuanceren van de gruwelijke seriemoordenaar Iñaki De Juana, dat ook in onze media is verspreid.  Van de 25 moorden waarvan hij is beschuldigd, zijn er 24 gepleegd tegen personen van het Spaanse repressieapparaat.  Het gaat om leden van de Guardia Civil, militairen, ...  Er is slechts één slachtoffer dat de Amerikanen in de categorie  ‘collateral damage’ zouden onderbrengen. 

Baskenland: ELB blijft de grootste in Iparralde 

In Frans-Baskenland of Iparralde staat de strijd voor eigen instituties hoog op de agenda.  Iparralde zit gevangen in één departement samen met het grotere Bearn, waardoor de Basken bijna steeds aan het kortste eind trekken.  In de landbouwsector is de Baskisch-Occitaanse tegenstelling misschien wel het grootst.  In Iparralde is Euskal herriko Laborarien Batasuna (ELB) de grootste boerenvakbond die ijvert voor een duurzame landbouw.  In het Occitaanse Bearn - waar grootschalige landbouw overheerst - is de Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de baas.  Door een niet-evenredige zetelverdeling is ELB nauwelijks vertegenwoordigd in de departementale landbouwkamer.  Daarom werd er op initiatief van ELB in 2005 een eigen Baskische Landbouwkamer opgericht, die niet erkend wordt door Parijs.

Eind januari werden er verkiezingen gehouden voor de departementale landbouwkamer.  FDSEA zette alles op alles om ELB de grond in te boren, maar dat lukte niet.  Omdat de telling van de stemmen departementaal verloopt, is het niet mogelijk om precies te weten hoeveel stemmen ELB behaalde in Iparralde.  Volgens berekeningen van ELB behaalden ze 51,4 % (51,5 % in 2001) van de stemmen.  Door te goochelen met de participatiegraad, doet de FDSEA daar nog een aantal procenten van af.

Wat er ook van moge zijn, ELB heeft stand gehouden tegen een ongenadig offensief van de agro-industrie en het Franse establishment.  Nu ggo’s (genetisch gemanipuleerde organismen) met alle mogelijke middelen over het Franse platteland worden verspreid, is het syndicale werk van organisaties als ELB meer dan welkom. 

Baskenland kort 

Vakbondsverkiezingen

De afgelopen maanden zijn er in Spaans- of Zuid-Baskenland vakbondsverkiezingen geweest.  ELA, LAB, CCOO en UGT zijn daarbij de grote spelers.  ELA en LAB zijn links-nationalistische vakbonden terwijl CCOO en UGT een Spaanse stempel dragen.

Ondanks een felle campagne tegen de Baskische vakbonden hielden zij toch stand.  In de Baskische Autonome Gemeenschap ging ELA er met 40,70 % licht op achteruit in vergelijking met de verkiezingen van 2002 toen ze een historische 41,35 % neerzetten.  In Nafarroa is er opnieuw een lichte winst voor ELA: 21,48 %.  LAB groeit lichtjes in de BAG (16,75 %) en Nafarroa (12,28 %).  Aan Spaanse zijde gaat de UGT er op achteruit ten koste van de communistische CCOO.  Enkel in Nafarroa hebben de Spaanse vakbonden een meerderheid. 

Sébastien Bédouret vrijgelaten

Op de terugweg van een solidariteitsmeeting voor de Baskische politieke gevangenen in Donostia werd Sébastien Bédouret op 6 januari gearresteerd door de Guardia Civil.  Bédouret is een medewerker van de Parijse zender Radio Pays die zich richt tot de ‘nationale minderheden’ in Frankrijk.  In de bagage van Bédouret werd een tijdschrift gevonden dat ruim verspreid wordt in Baskenland, namelijk ‘Zutabe’, het tijdschrift van ETA.  Ondanks zijn Franse nationaliteit werd Sebas flink aangepakt door de Spaanse ordehandhavers (zie daarvoor onze weblog op www.meervoud.org).  Hij werd overgebracht naar Madrid en opgesloten.  Eind januari werden de kantoren van Radio Pays in Parijs doorzocht door de politie.  Op 9 maart werd Sebas vrijgelaten.

Vlamingen die sympathie hebben met Baskenland zijn weer maar eens gewaarschuwd.  De Spaanse staat is niet gelukkig met buitenlandse pottenkijkers en is niet te beroerd om iemand drie maanden vast te zetten en te mishandelen.  Democratie op z’n Spaans, het kan een hele ervaring zijn! 

 

Wie eens een echt, gedrukt exemplaar van Meervoud wil uitproberen (dus met àlle artikels, inclusief foto's), en niet in het buitenland woont, kan een gratis proefnummer aanvragen. U doet uzelf - en ons - natuurlijk nog meer plezier met een heus abonnement. Meervoud VZW overleeft dankzij haar abonnees, en wil dat graag zo houden. Alvast hartelijk dank!

http://www.meervoud.org/index.php?blz=proefnabo&type=...

Een jaarabonnement (10 nummers) kost 25 euro (binnenland) of 40 euro (buitenland). Steunabonnement: 40 euro (binnenland) of 50 euro (buitenland), te storten op het rekeningnummer 001-2384501-26 van VZW Meervoud bij Fortis Bank.

Wie uit het buitenland betaalt gebruikt, om onnodige kosten te vermijden, best de volgende gegevens:
Naam van de bank: Fortis Bank
BIC (Bank Identification Number), ook gekend als SWIFT-code: GEBABEBB
IBAN (International Banking Account Number): BE59 0012 3845 0126

Abonnees uit Nederland kunnen ook storten op rekening 86.49.11.068 van de SNS-bank te Maastricht.
 

 

 

 

21:25 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

"Handelaars in nieuws"

 

Handel in nieuws: een stand van zaken 


Politieke Avond met Freddy de Pauw over de toenemende handel in nieuws 


 

Dinsdag 27 maart 2007 van 19u00 tot 21u00

Vlaams Huis, Drukpersstraat 20, 1000 Brussel 


 

Toegang: gratis (meer informatie: 02/22.33.140) 


 

In 2005 verscheen bij het Davidsfonds het boek ‘Handelaars in nieuws’ van Freddy de Pauw.  Hoewel hij niets nieuws vertelde als hij het had over de toenemende commercialisering van de media, was zijn boek toch ontluisterend.  Met tal van voorbeelden schetste hij de mechanismen die achter de moderne media schuilgaan.  Geïllustreerd met citaten beschreef hij hoe mediamagnaten over hun mediakanalen denken.  Aan het einde van het boek was het beeld van de objectieve media flink bijgespijkerd.

Op de Politieke Avond komt het verhaal van het boek aan bod en worden aanvullingen gegeven uit de actualiteit.  Zorg dat je erbij bent! 

Freddy de Pauw was jarenlang buitenlandjournalist voor De Standaard.  Tegenwoordig lees je hem op www.uitpers.be, dé Vlaamse nieuwswebstek voor buitenlandse berichtgeving. 
 

20:50 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

15-03-07

 

 

Dossier d'information sur la 14e section anti-terroriste de Paris et
les outils répressifs de l'Etat français

 

http://www.askatasuna-uztaritze.org/dossier_fr/14-section...

 

30 ANS DE RÉPRESSION EN EUSKAL HERRIA

 

http://www.askatasuna-uztaritze.org/actualites/30ans-de-repression-2007/30ans-repression-01-2007.htm

 

13:32 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

12-03-07

Maïalen ERROTABEHERE

 

"Bonsoir à tou(te)s...

 

Maïalen ERROTABEHERE que nous avons eu le plaisir de voir 2 fois à PLOEMEUR, sera en concert à DONOSTI/St Sébastien le jeudi 15 mars à 19h30... Ce concert sera retransmis en direct sur internet !

 

Toutes les infos sur le site de mon émission : http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr

 

@+

 

ALAIN"

 

 

 

 Donderdag 15 maart, geeft Maïalen ERROTABEHERE een concert in Donosti. Trouwe luisteraars van "Balade en Pays Basque" kennen haar. Het concert is te volgen via Internet

op  http://www.gipuzkoakultura2.net/kmk-zuzenean.php om 19u30

 

22:06 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

11-03-07

LIBRE - VRIJ

7-picture1

 

SEBASTIEN LIBRE !
Sébastien a été libéré ce soir vers 21h.
Radio Pays
Sa libération était imminente dès ce matin. Moyennant caution, Sébastien a pu sortir de sa détention madrilène et prendre un train de nuit pour Paris.
Il retrouve sa compagne et son fils Gaby, né alors qu'il était encore incarcéré.

Toutes les équipes de Radio Pays se réjouissent de cette libération et remercient toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour le soutenir pendant deux mois de "captivité".
C'est à présent à lui de vous donner rapidement de ses nouvelles.

Mais notre station reste mobilisée pour continuer à soutenir tous ceux qui sont encore aux prises d'une justice partiale et répressive en France comme en Espagne.

 

10:56 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

08-03-07

SPBL

 

Solidaires du Peuple Basque en lutte

148 ave Jean Lolive

93500 PANTIN

 

Paris 4 mars 2007

 

 

Cabinet du Premier Ministre

57, rue de Varenne

75700 PARIS

 

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

Nous voudrions attirer toute votre attention sur la situation de Jesus Maria  ZABALA MUGIRA, prisonnier politique basque, qui aura accompli l’intégralité de sa peine le 8 mars prochain et qui doit donc être libère dans la mesure où il ne fait l'objet d'aucune requête de la part de l'État espagnol..

 

Compte tenu de ce qui s’est passé dans les cas similaires précédents, nous craignons que cette personne soit expulsée et remise sans son accord à la Guardia Civile à une des frontières avec l'État espagnol. Cette pratique qui « impose le pays d’accueil à l’expulsé » est illégale, et a été condamnée, à chaque fois qu'elle a pu être jugée par les tribunaux administratifs français. En dépit de ces condamnations, cette pratique perdure en toute impunité dans l’indifférence générale comme dans celle de ceux désignés pour faire appliquer la loi

 

Le gouvernement de l’État français, dans le déni de la question basque n’a, à ce jour, fait aucun signe pour montrer une quelconque volonté d’arriver à une paix durable au Pays Basque et persévère dans cette attitude.Il manifeste ainsi son choix de préférer le maintien du statu quo avec des conséquences qu’il ne cesse de condamner par ailleurs, plutôt que de rechercher une solution politique à un problème de nature strictement politique.

 

Nous exigeons que les droits de Jesus Maria ZABALA MUGIRA soient respectés et que le gouvernement français s'engage dans ce sens.

Nous exigeons le respect de la loi et des traités internationaux.

 

Liberté pour Jesus Maria ZABALA MUGIRA

 

23:05 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

01-03-07

Bahar

 

Bonjour,

Voici deux rendez-vous importants:

-Le 3 mars, 16H : Rassemblement devant la prison de Bruges pour soutenir Musa
Asoglu, Sukriye Akar et Kaya Saz (Penitentiair Complex Brugge - Legeweg 200 -
8200 Sint Andries/Brugge).
Départ de Bruxelles: 14H à la Bourse.

-Le 27 mars, 9H : Audience en cassation du « procès DHKP-C » au Palais de
Justice de Bruxelles.

Venez nombreux...

Pour en savoir plus sur les aspects scandaleux du procès, le texte que nous
vous proposons en attachement vous intéressera certainement. D'autres
informations se trouvent sur
http://leclea.be


---

 

CE QUI EST EN JEU…

Jean FLINKER 

Le 7 novembre dernier, sept personnes –toutes accusées de faire partie du groupe révolutionnaire turc DHKP-C– ont été condamnées à de lourdes peines de prison (de 4 à 7 ans ferme).

Les avocats de la défense ont introduit un pourvoi en cassation, contre ce jugement prononcé par la Cour d’Appel de Gand. L’issue de ce pourvoi sera connue le 27 mars. La défense n’exclut pas que l’affaire soit portée, par la suite, devant la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg.  

En septembre 1999, trois membres du DHKP-C («Parti-Front révolutionnaire pour la libération du peuple») étaient arrêtés à Knokke : dans les véhicules qu’ils utilisaient, dans l’appartement où ils logeaient, la police a retrouvé plusieurs armes et de nombreux documents politiques.

Rapidement, le juge chargé de l’instruction va être dépossédé de l’enquête initiale et les charges retenues contre les personnes inculpées vont être artificiellement élargies par le Parquet fédéral: à l’infraction d’association de malfaiteurs va ainsi s’ajouter l’accusation d’appartenance à une «organisation criminelle» et à un «groupe terroriste». Pour cette dernière qualification, on a gonflé le dossier en y ajoutant des faits de 2004, notamment la diffusion d’un communiqué de presse sur un attentat manqué en Turquie.

Il faut souligner que le DHKP-C, en tant que mouvement politique, mène essentiellement un travail de caractère démocratique en Turquie (ce qui n’est pas sans risque, compte tenu de la nature du régime en place à Ankara). Mais cet activisme au grand jour est appuyé, secondairement, par des actions armées, toujours ciblées (contre des représentants du pouvoir: policiers tortionnaires, mafieux utilisés par les services secrets pour assassiner des opposants, responsables militaires chargés de la répression contre la gauche…). Ces actions d’auto-défense armée se sont toujours limitées à la Turquie : le DHKP-C n’a commis aucun fait de violence en Belgique, ce qui est d’ailleurs confirmé par la Sûreté de l’Etat.  

Pour des raisons d’une extrême gravité, cette «affaire terroriste» et le verdict de la Cour d’Appel de Gand (qui dit en avoir établi la vérité judiciaire) se doivent d’interpeller tous les défenseurs des droits de l’Homme.

Avec le procès du GICM (le Groupe Islamique Combattant Marocain), dont le jugement a été rendu le 19 janvier 2007, le procès «Erdal et consorts» constitue la première application en Belgique de la loi antiterroriste du 19 décembre 2003, une législation des plus controversées…

Car c’est peu dire que le procès a donné lieu à une série de positionnements inquiétants.  

Selon la défense, comme il s’agissait de délits de nature politique, seule la Cour d’Assise était compétente pour en juger, conformément à l’article 150 de la Constitution. La Cour d’Appel a rejeté cet argument parce que les délits du DHKP-C «ne portent pas directement atteinte aux institutions politiques turques» : «Le fait de commettre des attentats sur des personnes (principalement des officiers de police, des juges, des industriels et des citoyens ordinaires) et des bâtiments (bureaux de police, tribunaux, centres commerciaux, etc…) n’est pas en soi de nature à atteindre l’action et l’organisation des institutions politiques législatives ou de menacer l’organisation de l’Etat.

Le seul fait d’être chef ou membre de l’association, une organisation criminelle et terroriste qui commet de pareils attentats et les revendique, est encore moins de nature à atteindre l’action et l’organisation des institutions législatives politiques de la Turquie ou de menacer l’organisation de l’Etat turc » (Page 35).

Pourtant, dans le même arrêt du 7 novembre 2006, il est –à de multiples reprises–  spécifié que le but de cette organisation est bel et bien de « renverser l’Etat turc au moyen de la lutte armée».

Comme en première instance (où l’affaire à juger n’était, soi-disant, pas politique et ne pouvait donc relever que du tribunal correctionnel), la Cour d’Appel va toutefois développer –sur des pages entières– des prises de position engagées, qualifiant (pour mieux le disqualifier) le DHKP-C de mouvement communiste ou marxiste-léniniste «extrémiste». En voici quelques exemples, tous caractéristiques du discours «apolitique» tenu et constamment entretenu par la Cour :

Page 127 : «Il est on ne peut plus clair que la commission systématique et successive d’attentats à l’encontre d’hommes politiques turcs, de personnalités militaires, de magistrats et d’hommes d’affaires, et contre des bâtiments publics, a eu de graves conséquences pour l’organisation et l’administration du pays (...). L’exercice de la lutte armée est de nature à porter gravement atteinte et à désorganiser la structure constitutionnelle fondamentale du pays».

Page 186 : «Par la concrétisation de ses principes dans des faits de destruction et de violence sanglante, uniquement parce que des personnes représentent l’establishment capitaliste ou des autorités, le DHKP-C est une association extrêmement dangereuse et un groupe terroriste –qui renvoie à un état d’esprit dangereux déjà même chez ceux qui veulent en faire partie».

Page 130 : «C’est leur idéologie marxiste-léniniste qui les conduits vers ces attentats».

Page 128 :  «En ce sens, l’extrême gauche et l’extrême droite sont les deux aspects d’un même mal».

La Cour d’Appel de Gand ? Elle s’est constamment appliquée à nier la nature essentiellement politique de l’affaire qu’elle avait à juger. Tout en usant de considérants politiques à même de déconsidérer l’idéologie des prévenus. 

La défense avait également invoqué un «état de nécessité», arguant que les accusés et leur mouvement politique en Turquie menaient une lutte violente en réaction à une violence d’Etat : celle d’un régime dominé par l’armée. Depuis la Seconde Guerre mondiale en effet, la Turquie a subi trois coups d’Etat militaires (le dernier a instauré une dictature épouvantable qui, dans les années 80, a entraîné l’arrestation de 650.000 personnes). En réalité, derrière un façadisme démocratique, les militaires tiennent encore et toujours les rennes du pouvoir. La Turquie détient le record des violations de la Convention européenne des droits de l’Homme (75% des plaintes que doit juger la Cour de Justice de Strasbourg concerne la Turquie) et compte encore des milliers de détenus politiques dans ses prisons. Les juges de Gand n’ont pas voulu en convenir: «Que certaines autorités turques utiliseraient manifestement des moyens illégaux pour se venger (…) ne sont pas non plus à relever pour le jugement des faits qui sont actuellement à charge des accusés» (page 44).

Or le refus de reconnaître cet état de nécessité, et les justifications qui en sont données, est sans doute l’élément le plus révoltant figurant dans l’arrêt de la Cour d’Appel (page 127): «Le coup d’Etat fasciste (…), la répression de l’Etat turc constituent une réaction à la démonstration de force du parti ouvrier au sens large». Ainsi, selon la Cour (qui ne fait pas de politique), la répression fasciste serait une réaction (légitime en elle-même) à la lutte du mouvement ouvrier. Et puisque tous les désordres sont imputables au mouvement ouvrier (qui serait, en quelque sorte, coupable de vouloir faire triompher ses droits), l’évocation d’un prétendu «état de nécessité» est ici inconvenant, incongru et donc à exclure. Historiquement, il faut cependant constater que c’est avec les mêmes arguments qu’ont été justifiés et honorés tous les putsch fascistes –de Mussolini à Pinochet, en passant par Franco et les colonels grecs.

     Dans la même logique scandaleuse, la Cour a également rejeté toutes les requêtes formulées par la défense pour prendre en considération la situation en Turquie durant la période 1997-2004 (période des faits incriminés) : «Il n’est pas utile d’aller plus loin dans les éventuels méfaits accomplis par les pouvoirs turcs, ni dans les violations des droits de l’Homme en Turquie» (page 42).

D’un côté, on a donc fait totale abstraction du contexte politique réel en Turquie. Mais de l’autre, la Cour s’est néanmoins permis de juger les actions revendiquées par une organisation politique agissant dans un pays situé à plus de 3.000 kilomètres de la Belgique. Sur le plan déontologique, cet arrêt donne la chair de poule. 

La Cour considère les prévenus comme faisant partie d’une organisation criminelle, que l’on doit aussi qualifier de groupe «terroriste». Ces concepts ont été introduits dans la loi pénale belge respectivement en 1999 et en 2003. Il s’agit donc d’incriminations récentes pour lesquelles «le procès Erdal  et consorts» constituait un test. Il faut se rappeler qu’au moment où ces deux projets de loi étaient présentés au Parlement, un large mouvement de protestation s’était développé parce qu’on pouvait craindre que ces incriminations soient utilisées pour réprimer des courants politiques et syndicaux dérangeants.

L’aspect politique de la loi sur les organisations criminelles, présentée dans l’exposé des motifs comme une arme contre le terrorisme (nous sommes en 1996, donc bien avant le 11 septembre 2001), a été alors abandonné par le législateur. Le projet initial a été profondément modifié. Le concept d’«atteintes aux institutions politiques» a été mis de côté et on a précisé que les mouvements, dont le but était exclusivement politique, ne pouvaient pas tomber sous le coup de la loi. Le tribunal correctionnel de Bruges avait donc, à juste titre, accepté que la loi sur les organisations criminelles ne puisse pas s’appliquer au DHKP-C. La Cour d’Appel…, non. Elle a mis à mal aussi bien le texte que l’esprit de la loi (tels que voulus par le législateur) pour conserver l’incrimination d’organisation criminelle. Cette décision constitue un dangereux précédent car, de cette manière, on pourrait appliquer la loi contre tous mouvements légaux (politique ou syndical), si des délits étaient commis dans leur sillage. Dans le cas du DHKP-C, il s’agit, selon la Cour, d’extorsion pour la perception des cotisations du mouvement.

     L’application très large du délit de groupe «terroriste» par la Cour est aussi extrêmement dangereuse. Cette infraction a été retenue pour deux des sept prévenus parce qu’ils auraient distribué un communiqué, au sujet d’un attentat manqué en Turquie, par l’intermédiaire d’un Bureau d’information. Le communiqué n’était pas la revendication de l’attentat mais la présentation d’excuses envers les victimes de cet accident. Le DHKP-C a un Bureau d’information à Bruxelles depuis le début des années 90 et celui-ci a toujours pu fonctionner sans problèmes. Du jour au lendemain, cette liberté d’expression est devenue «participation à un groupe terroriste», par la magie de l’entrée en vigueur de la loi antiterroriste. Pourtant, la loi belge sur les infractions terroristes contient une disposition qui précise que cette incrimination ne peut pas menacer le droit à la liberté d’expression. Les mises en garde émises au moment de la discussion de l’avant-projet de loi par certains démocrates, qui craignaient que des opinions politiques dissidentes soient considérées comme des délits, sont ainsi devenues réalité.   

Pendant le procès Erdal, la défense a aussi dénoncé le fait qu’il s’agissait d’un procès d’exception. Un tribunal spécial a effectivement été mis en place. L’indépendance du tribunal a été contestée parce que le juge Freddy Troch est venu siéger à Bruges spécialement pour le procès. Il a été désigné sur avis du Parquet (le Procureur général de la Cour d’Appel de Gand), qui, en tant que responsable des poursuites, est partie au procès, au même titre que les prévenus. Une partie contribue donc à décider par qui son procès sera jugé. Pour la défense, c’était inacceptable. Or la Cour d’Appel a rejeté cet argument. La défense ira probablement porter cette question à Strasbourg (après avoir saisi la Cour de Cassation) parce qu’elle considère qu’il s’agit d’une violation de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’Homme (droit au procès équitable).

     Procès d’exception parce que, pour démontrer que le DHKP-C est une organisation «terroriste», la Cour n’a pas hésité à utiliser des faits et des éléments s’étant déroulés dans d’autres pays (Turquie, Allemagne, Pays-Bas…) et à d’autres moments que ceux de la période infractionnelle (par exemple, des faits remontant aux années 70, lorsque certains prévenus n’étaient même pas nés ou étaient encore enfants). Ou alors, il s’agissait de faits ayant eu lieu à des moments où les délits d’organisation criminelle et de groupe terroriste n’existaient même pas dans la loi belge. Selon la défense, il s’agit là d’une violation manifeste de «la saisine» du tribunal, c’est-à-dire du principe selon lequel le tribunal n’est saisi que des faits commis pendant la période et sur le territoire visé par la citation (ici la Belgique).

     Procès d’exception également parce qu’aucune des demandes d’enquête complémentaire émises par la défense n’ont été acceptées (même une simple demande d’audition de témoins à l’audience a été refusée…) : «Ce n’est donc pas le procès de l’État turc qui doit être fait et, par conséquent, les enquêtes qui tendraient à montrer la culpabilité de tiers (y compris l’État turc ou ses responsables) ne servent pas à trouver la vérité en rapport avec les faits reprochés aux accusés dans le cadre de cette procédure pénale»  (page 42).

     Procès d’exception enfin, parce que la publicité des débats a été sérieusement hypothéquée –les personnes, faisant partie du public, devaient présenter leurs documents d’identité à l’entrée et devaient se soumettre à des fouilles répétées, ce qui est évidemment rebutant et décourage les gens à assister au procès.   

Trois des condamnés ont fait l’objet d’une arrestation immédiate le 28 février 2006, au terme du prononcé du verdict de première instance à Bruges, et ont été écroués séance tenante. Le procès d’exception s’illustre aussi ici, dans le régime de détention spécial auquel ont été soumis ces trois détenus : isolation (aucun contact possible avec les autres détenus, pas d’accès au travail au sein de la prison…), contrôles renforcés (de la correspondance, des visites familiales…) et traitements humiliants (fouilles à nu, lumière dans la cellule pendant toute la nuit…). Les avocats de Sukriye Akar, Musa Asoglu et Kaya Saz ont dû introduire, devant le tribunal des référés de Bruxelles, jusqu’à cinq recours consécutifs contre ce régime arbitraire parce qu’il violait les droits fondamentaux des personnes. Le juge leur a donné entièrement ou partiellement raison –estimant, à juste titre, que l’étiquette de «terrorisme» ne devait pas automatiquement mener à l’imposition d’un régime pénitentiaire honteux. Faut-il le préciser: ces conditions de détention illégales et inhumaines étaient conduites et, à chaque fois, reconduites voire renforcées  par le ministère de la Justice dans le seul but d’humilier les prisonniers et de casser leur moral.  

L’un des épisodes, probablement les plus inquiétants, s’est déroulé en marge du procès. En avril 2006, Bahar Kimyongür, un des prévenus, a été arrêté aux Pays-Bas parce que la Turquie avait demandé son extradition. La Belgique ne pouvait répondre à cette injonction dans la mesure où Kimyongur a la nationalité belge et qu’on n’extrade pas ses propres nationaux. Les Pays-Bas, eux, le pouvaient. Le mandat d’arrêt international turc se fondait sur une action de protestation pacifique ayant eu lieu en novembre 2000 (lors de la venue du ministre des Affaires étrangères Ismail Cem au Parlement européen à Bruxelles), et sur le délit d’appartenance au DHKP-C (tel qu’affirmé par le tribunal correctionnel de Bruges). Début juillet 2006, la justice néerlandaise a refusé l’extradition et Kimyongur a été libéré. Le 19 septembre 2006, Le Soir a révélé qu’une réunion secrète s’était tenue, quelques jours avant l’arrestation de Kimyongur aux Pays-Bas, à l’initiative de Laurette Onkelinx, en présence des hauts responsables de trois Cabinets ministériels, de toutes les forces de Police et de Sûreté, ainsi que du Parquet fédéral (dont Johan Delmulle qui officiait au procès du DHKP-C pour y requérir contre les prévenus…). Le plus inquiétant dans cet épisode, c’est la collaboration active du gouvernement et du Parquet fédéral pour assurer la pleine réussite de cette tentative d’extradition –en sachant pertinemment bien que Kimyongur risquait d’être torturé voire assassiné en Turquie… 

Conclusions ? Dans ce procès très clairement politique, on a reculé très dangereusement les limites de l’Etat de droit et du procès équitable, au nom de la prétendue «guerre au terrorisme».

Dans cette époustouflante affaire, la lutte juridique n’est pas encore terminée (loin s’en faut), mais il est d’ores et déjà évident qu’il s’agit là d’un procès-test, comme expression d’une régression dangereuse: ce sont désormais les juges qui vont décréter ce que l’action politique se doit de faire… pour être raisonnable, efficace, légitime et tolérée.

15:59 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Allen daarheen...

 

10:13 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

28-02-07

Alternatieve boekenbeurs

 

 

Op zaterdag 10 maart is het zover: de 6de Internationale Alternatieve BoekenBeurs in de Centrale van 10 tot 18 u met een aansluitend punky avondprogramma.

Je vindt er anarchistiese boekenstands van hier en van over de grens, en een brede waaier aan lezingen, workshops en video's.

Ook de Liga voor Mensenrechten zal er zijn!

Meer info op http://users.pandora.be/aboekenbeurs

 

16:45 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

27-02-07

Tournée Peio 2007/2009

 

Tournée Peio 2007/2009

Dans le cadre de la tournée 2007/2009 du chanteur basque Peio SERBIELLE et de la sortie de son nouvel album "NAIZ" (disponible sur son site, à partir de mai 2007), nous recherchons des ensembles vocaux (chœurs mixtes adultes et/ou enfants) susceptibles de partager la scène avec Peio sur l'ensemble de son spectacle. Si vous êtes intéressé(e) par cette proposition qui pourrait trouver place dans votre programmation 2007/2009, merci de bien vouloir prendre contact avec nous dès que possible. Contacts : Jean-Bernard SERBIELLE - tél. : 06 84 78 79 75 - email : jean-bernard.serbielle@wanadoo.fr



16:18 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

 

 
 
Meeting indépendantiste à Rennes le vendredi 2 mars

Meeting indépendantiste à Rennes le vendredi 2 mars

Bonjour,

Nous tenons par la présente à vous informer du meeting qu'Emgann-MGI organise à Rennes le vendredi 2 mars à 19h salle du champ de mars, en présence de délégations étrangères notamment Basque et Occitane. Ce meeting s'inscrit dans le contexte de l'appel de Corte que nous avons signé avec nos camarades des peuples sous domination française. Nous avons décidé avec eux de nous saisir de l'occasion des élections présidentielles françaises pour rappeler l'existence de nos nations respectives et de réaffirmer leur droit à l'autodétermination. Lors de ce meeting qui constituera un moment fort de la campagne nous rendrons public nos consignes de vote pour le premier tour et deuxième tour des présidentielles.

Nous allons profiter de cette occasion pour offrir un cadre d'organisation collectif à tous les nationalistes de progrès pour rassembler le plus large possible et ainsi faire progresser la conscience nationale Bretonne. Le jour du meeting nous rendrons publique ce cadre organisationnel.

Pour Emgann-MGI Gael Roblin.

 

15:04 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

 

 

AAP15ansdeluta

 

08:43 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

26-02-07

Bahar & Co

 

Meer nieuws op

 

http://leclea.be/accueil.html

22:00 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Ook een prettig WE achter de rug?

Dan even dit:

 

http://www.kaosenlared.net/noticia.php?id_noticia=31403

 

http://www.eitb24.com/multimedia/galeria/es/politica/2007022420523810/Graves-incidentes-en-Bilbao/

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

http://cspb.unblog.fr/

 

16:41 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |