31-01-08

Walter Luyten

885-b373790f0a0643896add305a6e883c64

 

 

Om even terug te komen op het overlijden van oud-senator Walter Luyten, geef ik hieronder het bericht dat te lezen was op de interessante Blog « Littekens op een stierenhuid »

 

 

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

 

In memoriam Walter Luyten

Oud-senator Walter Luyten overleden
+28 januari 2008

Un flamenco solidario con la causa de Euskal Herria
Een solidaire Vlaming met de Baskische zaak
GARA |

In de Baskische krant Gara verscheen vandaag, 29 januari 2008, het bericht dat Walter Luyten overleden is.

“El ex senador flamenco porVolksunie, hoy en día N-VA, y luchador solidario con la causa vasca Walter Luyten ha fallecido recientemente. El histórico militante flamenco ha tenido una relación muy cercana con este país desde que a principios de los setenta invitó a Telesforo Monzón al Aberri Eguna de Flandes.”

Vlaams ex-senator voor de VU, vandaag N-VA, en solidair strijder voor de Baskische zaak is zopas overleden. De historische militante Vlaming had een hechte band met dit land van het begin van de jaren 70, toen hij Telesforo Monzón uitnodigde op de Aberri Eguna de Flandes. Bedoeld wordt de IJzerbedevaart van 1973.

“En 1972 fue detenido por los gendarmes durante la huelga de hambre que los refugiados políticos vascos realizaron en la catedral de Baiona, y en 1975 por la Guardia Civil, por enarbolar una ikurriña junto a la iglesia de Santa María, durante el Aberri Eguna que aquel año se celebró en Gernika. En su país fue asimismo arrestado en la década de los 80, en relación con una carta que remitió al embajador español”.

In 1972 werd hij gearresteerd door de Franse Gendarmerie tijdens een hongerstaking van Baskische politieke vluchtelingen in de kathedraal van Baiona. In 1975 werd hij door de Guardia Civil gearresteerd tijdens de Aberri Eguna van dat jaar in Gernika, omdat hij met een Ikurriña zwaaide. In zijn land, België werd hij in de jaren 80 ook gearresteerd in verband met een brief die hij stuurde aan de Spaanse ambassadeur.

“El año pasado fue homenajeado en los actos que se celebraron en el contexto del 70 aniversario del bombardeo de Gernika y fue nombrado presidente de honor de la iniciativa Gernika Network, iniciativa en la que participan varios electos europeos para promover la autodeterminación.”

Vorig jaar werd hij gehuldigd bij de herdenking van het bombardement op Gernika, op dat moment 70 jaar geleden, en hij werd erevoorzitter benoemd van het initiatief
"Gernika Network", een initiatief waar diverse Europese gekozenen deel van uitmaken om de zelfbeschikking te promoten.

29-01-2008 om 09:35 geschreven door Natxo  

 

 

19:58 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-01-08

Walter Luyten overleden

 

L'ex-sénateur de la Volksunie Walter Luyten est décédé

28/01/2008  

L'ancien sénateur de la Volksunie Walter Luyten est décédé dimanche soir à l'âge de 73 ans, des suites d'une longue maladie, a-t-on appris lundi.

Cet historien de formation avait siégé sous la bannière de la VU de 1981 à 1991 au sein de la Haute assemblée. En 2001, il était passé dans les rangs de la N-VA. Il avait siégé durant 40 ans au conseil communal de Berlaar, en province d'Anvers. (NLE)

 

Gewezen VU-senator Walter Luyten (73) overleden

 

In Lier is gisteravond gewezen VU-senator Walter Luyten op 73-jarige leeftijd overleden. Luyten was al vier jaar zwaar ziek. Als flamingant stond hij mee aan de wieg van de naoorlogse democratische Vlaamse beweging. De gewezen VU-senator maakte in 2001 de overstap naar N-VA. Partijvoorzitter Bart De Wever spreekt van het verlies van "een trouwe partijmilitant".

Luyten, historicus van opleiding, startte zijn politieke carrière op de studiedienst van de VU. Van 1981 tot 1991 zetelde hij voor de Volksunie in de Senaat. In zijn geboortedorp Berlaar was hij meer dan 40 jaar gemeenteraadslid.

Ook op internationaal vlak liet Luyten van zich horen. Zo hadden zijn acties voor de Baskische scholen ten tijde van de Franco dictatuur, voor de Corsicanen, de Koerden en de Litouwers een aanzienlijke invloed op hun strijd voor zelfbestuur. "Na de Litouwse onafhankelijkheidsverklaring in februari 1991 bedreigden Sovjettanks het Litouwse parlement in Vilnius. Walter Luyten sprak toen dat Litouwse parlement in Vilnius toe terwijl Westerse staten die jonge democratie nog niet durfden erkennen", herinnert Europees parlementslid Frieda Brepoels zich. De Litouwse president Valdas Adamkus lauwerde Luyten in 2006 daarvoor met 'The Cross of Commander of the Order for Merits to Lithuania'. Luyten is de enige Vlaming ooit die dat ereteken in ontvangst mocht nemen.

Walter Luyten wordt maandag 4 februari om 11.30 uur begraven in de Sint-Pieterkerk te Berlaar. (belga/sps)

 

(De Morgen 28/01/08)

 

 

OP 25 april 2007 stond op dit Blog

 

 

Geen sant in eigen land?

 

 

Op 26 april is het de zeventigste verjaardag van het bombardement op Gernika.

 

Terwijl onze media het de laatste dagen vooral hebben over de zestigste verjaardag van een Nederlandse voetballer, wordt onze eigenste Walter Luyten geëerd in Gernika!

 

 GARA > Idatzia > Euskal Herria

Walter Luyten, ex senador flamenco, recibe un homenaje en Gernika

 

http://video.aol.com/video-detail/europa-der-volkeren-vla...

11:36 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

23-01-08

ATUTXA

 

ATUTXA CONDAMNE, DEMARCHE D'ILLEGALISATION ENTAMEE.

 


L’ancien président PNV du Parlement autonome basque, Juan Maria Atutxa, ainsi que les anciens vice-présidents Gorka Knörr et Kontxi Bilbao, ont été condamnés hier par le Tribunal suprême espagnol à une peine de 3 ans et demi d’interdiction d’exercer une fonction publique et à une amende de plusieurs milliers euros pour "désobéissance". Acquittés en première instance, ils étaient poursuivis pour avoir refusé de dissoudre le groupe parlementaire Sozialista Abertzaleak constitué par les élus de Batasuna qui venait d’être interdit.
(Le JPB du mercredi 23 janvier)

 

Lire la suite :
http://www.lejpb.com/idatzia/20080123/art206893.php

 

 

En ook

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/    22-01-2008

 

 

21:22 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Amalgame...

 

Journal du Pays Basque 23/01/08

 

A rimer raciste et terroriste
·Nicolas Sarkozy fustige "terrorisme" basque et partisans du GFA

Nicolas Sarkozy n’a certes pas l'habitude de s’exprimer sur les problèmes politiques du Pays Basque, y compris au commissariat de Bayonne en août dernier lorsque la presse l’attendait sur la question de la lutte contre l’ETA. Mais pour le coup, dans la caserne de la gendarmerie de Pau hier, le chef de l’État français s’est livré à un joyeux amalgame, évoquant le "racisme" des "terroristes" dans un discours qui évoquait pêle-mêle les deux policiers espagnols assassinés à Capbreton et les deux gendarmes adjoints blessés à Saint-Palais jeudi dernier, par des paysans soucieux de défendre l’un des leurs. Certes, face aux gendarmes, il s’agissait d’abord, pour Nicolas Sarkozy, de réaffirmer son engagement dans la lutte antiterroriste, "spécialement dans ce département" a-t-il rappelé, "où la question de l’ETA est une question difficile".Flanqué de la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, et de la Garde des Sceaux, Rachida Dati, le président a affirmé que "s’agissant des terroristes, il n’y aurait aucune faiblesse"."Peu importe qu’il s’agisse de policiers espagnols", a indiqué Nicolas Sarkozy en allusion aux deux gardes civils assassinés à Capbreton, "ce sont des assassins" a-t-il tranché. Il a ensuite exprimé sa "solidarité à l’endroit de deux gendarmes adjoints qui ont été sauvagement blessés" lors des échauffourées qui ont opposé les partisans du GFA à Saint-Palais jeudi dernier."Tout sera fait pour retrouver les coupables et je compte sur la sévérité de la justice pour que ces coupables puissent rendre compte de ce qu’ils ont fait" a-t-il promis."J’ajoute que ces terroristes, non contents d’être des assassins et des mafieux, sont des racistes. Considérer que toute personne qui n’est pas Basque est de catégorie inférieure et n’a pas le droit de vivre au Pays Basque, c’est du racisme" a déclaré Nicolas Sarkozy sans que nul ne comprenne vraiment la référence. Peu avant, un gendarme expliquait au chef de l’État la "campagne de renseignement" mise en place contre "une intense mobilisation de la mouvance basque locale" et promettait des "interpellations imminentes" dans cette affaire.

 

 

 

 

09:19 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Bahar KIMYONGUR

 

Bahar3

 

 

Le SOIR, mardi 22 janvier 2008

Marc METDEPENNINGEN 

Justice

 

La Belgique a bien voulu livrer Kimyongur

 

La Sûreté de l'Etat parle d'un « plan machiavélique »

L'extradition vers la Turquie du Belge Bahar Kimyongur n'a finalement jamais eu lieu. 
 
 

Le rapport annuel du Comité R (surveillance des services de renseignements) confirme que la Belgique a bel et bien voulu livrer l'un de ses ressortissants, Bahar Kimyongur, à la Turquie en contravention avec toutes les règles de droit. En septembre 2006, Le Soir révélait qu'une réunion secrète a rassemblé le 26 avril 2006 au centre de crise du ministère de l'Intérieur 25 magistrats et fonctionnaires représentant la Justice, l'Intérieur et les services du Premier ministre. Cette réunion concernait le sort à réserver à Bahar Kimyongur, un ressortissant belge sympathisant de l'organisation d'extrême gauche turque DHKP-C, condamné à quatre ans ferme par le tribunal correctionnel de Bruges.

Un mois plus tôt, «un service de renseignements ami» (ndlr : les services secrets turcs, selon nos informations), note le rapport, indique que Kimyongur est susceptible de prendre la fuite et de se soustraire à son procès en appel à Gand. La Sûreté ne croit pas en cette éventualité. L'information remonte à la ministre de la Justice et au parquet fédéral qui organisent la fameuse réunion secrète du 26 avril. Au cours de celle-ci, il est demandé que l'OA3 (la police antiterroriste) et le Parquet fédéral prennent contact avec le parquet néerlandais en vue de procéder à l'arrestation de Kimyongur, qui doit se rendre à un concert aux Pays-Bas, et de permettre ainsi sa livraison à la Turquie qui a délivré un mandat d'arrêt international.

Le compte-rendu de cette réunion est modifié à la demande du Parquet fédéral, car l'illégalité de l'opération a été soulignée par plusieurs participants -la Belgique ne pouvant livrer un de ses ressortissants à un pays étranger. Dans un compte-rendu, non amendé par le Parquet fédéral, l'un des agents de la Sûreté note : «Une solution serait d'organiser une surveillance avec l'espoir qu'il (Kimyongur) se rende aux Pays-Bas. La police néerlandaise pourrait être susceptible de l'intercepter et de le mettre, le cas échéant, à la disposition des autorités turques». Des membres de la Sûreté présents se sont offusqués de ce procédé illégal. L'un d'eux, déposant devant le Comité R, a ainsi exprimé son étonnement :  «Le scénario proposé lors de la réunion de crise était machiavélique !».

En exécution des décisions de cette réunion, la police anti-terroriste et la Sûreté ont mis en place une surveillance sur Kimyongur. Leurs homologues néerlandais étaient tenus au courant. Et le Parquet fédéral, selon le rapport, demande au juge d'instruction chargé de l'enquête sur la disparition de la militante Fehryie Erdal, de délivrer un mandat à la DSU (unités spéciales de la police fédérale) lui permettant d'effectuer une «observation transfrontalière». Durant toute l'opération, les services turcs et néerlandais sont tenus au courant par leurs homologues belges. Et c'est ainsi que la voiture de Kimyongur fut interceptée par une voiture banalisée de la police néerlandaise. Son extradition vers la Turquie fut finalement refusée.

Dans son rapport, le Comité R exprime des doutes sévères : «La prétendue finalité judiciaire de l'opération suscite des questions», écrit le Comité R qui déplore que «la Sûreté n'ait pas effectué d'analyse juridique sérieuse sur la légalité de sa mission». Il relève que «les services de renseignement ne sont pas légalement compétents pour observer des personnes». Son rapport s'interroge aussi sur la légalité de la transmission par la Sûreté à l'AIVD (les services néerlandais) de données personnelles relatives à un ressortissant belge. Des renseignements sur le déplacement de M. Kimyongur, selon nos informations, ont également été transmis aux Turcs.

La ministre de la Justice de l'époque Laurette Onkelinx avait démenti l'intention de la Belgique de livrer Kimyongür à la Turquie en le livrant d'abord aux Néerlandais. Le rapport de la Sûreté la dément. Le débat parlementaire sur cette affaire d'Etat n'a jamais eu lieu. «Anne-Marie Lizin, alors présidente du Sénat, n'a jamais voulu réunir une commission à ce sujet», déplore la sénatrice MR Christine Defraigne. 
 
 
 

09:06 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: bahar, clea, justitie |  Facebook |

22-01-08

Journal du Pays Basque 22/01/08

 

L´interdiction des partis politiques marquera les élections aux Cortes


·L’affaire basque sera de nouveau dans l’agenda de la campagne pour le scrutin du 9 mars

Des élections seulement marquées par l’interdiction d’un ou de plusieurs partis politiques, c’est déjà devenu une habitude au sud des Pyrénées. C’est aussi une habitude que d’apprendre par voie de presse des informations judiciaires ou policières tenues par le secret d’enquête. Hier le quotidien El País, proche du parti socialiste au pouvoir en Espagne, a annoncé que la police rendrait dans les 24 heures un rapport sur les liens présumés des partis ANV (Action Nationaliste Basque, créé dans les années 30) et EHAK(créé en 2000) avec la formation interdite de la gauche abertzale Batasuna.

Il s’agirait d’un rapport dont la réalisation avait été demandée par le juge instructeur de l’Audience Nationale espagnole Baltasar Garzón en octobre dernier, juste après avoir ordonné l’incarcération d’une vingtaine de membres de Batasuna qui venaient de tenir une réunion dans la ville de Segura. Le magistrat s’appuierait sur ce document policier pour décréter la suspension des activités d’ANV, qui possède près de 400 conseillers municipaux, et d’EHAK, présent avec sept élus au Parlement de la Communauté Autonome Basque.

L’information de El País intervient une semaine après que le même juge eut déclaré "éteinte" une des deux mesures d’interdiction frappant Batasuna. Le magistrat a expliqué qu’il levait la suspension de ses activités le code pénal espagnol fixant une limite maximum de cinq ans à la suspension d’un parti visé par une instruction judiciaire, mais a toutefois souligné que Batasuna restait un parti illégal en raison de sa mise hors la loi prononcée le 27 mars 2003 par le Tribunal suprême espagnol. Donc, les dirigeants de ce parti restent interdits de toute activité politique, sous peine de nouvelles poursuites pénales, a souligné le magistrat.

La première mesure de suspension dictée par le juge Garzón en août 2007 dans le cadre d’une enquête sur le financement de cette formation avait été prolongée de deux ans le 17 janvier 2006. Il n’y a toujours pas eu de procès dans cette affaire pour laquelle une trentaine de militants ont été incarcérés.

Procédure d’interdiction

Parallèlement à l’éventuelle décision de suspendre les activités d’ANV et d’EHAK, le parquet espagnol va demander dans les prochains jours au Tribunal suprême d’interdire les deux partis. Le procureur général de l’Etat détiendrait, toujours selon la presse, la "base suffisante" pour demander la mise hors la loi d’ANV et d’EHAK. Interrogé par les médias, Cándido Conde-Pumpido n’a pas souhaité fixer de date pour une éventuelle interdiction. "L’illégalisaton d’un parti est une procédure longue qui relève de la loi sur les Partis Politiques", a-t-il simplement dit. Cette loi avait été rédigée ad hoc pour mettre hors la loi Batasuna. Le procureur général a ajouté qu’il espère que bien avant les élections du 9 mars les activités des deux partis seront suspendues par l’Audience Nationale.

Face à leur éventuelle interdiction dans l’immédiat suspension des activités, les deux partis se sont montrés très critiques. ANV l’a fait en présentant ses candidats aux Cortes espagnoles. "EAE-ANV est un parti avec une histoire de 77 ans. C’est une référence dans la lutte des libertés de ce peuple et c’est pour cela qu’il fut persécuté et interdit pendant la dictature franquiste. Maintenant, 40 ans plus tard, nous nous retrouvons dans la même situation.Nos gudari [combattants] et militants ont lutté contre le franquisme aux côtés du PSOE, le même parti qui intègre maintenant la législation répressive franquiste dans sa loi sur les Partis politiques pour nous interdire", a-t-on signalé.

Par sa participation aux élections du 9 mars, ANVsouhaite "faire savoir que nous, les Basques ne voulons plus rester soumis à l’Espagne, qu’il est temps de larguer les amarres, que nous prônons l’indépendance et que Euskal Herria est une nation".

Pour sa part, EHAK a déclaré que ses élus continueront leur travail au Parlement de Vitoria-Gasteiz malgré l’interdiction et qu’un travail d’information auprès des instances internationales sera engagé dans les semaines qui suivent "afin de faire connaître la situation aujourd’hui de notre parti mais aussi du Pays Basque".

Demande d’interdiction avancée

La demande d’interdiction du PCTV serait "déjà très avancée" et elle pourrait être présentée à la fin de la semaine, et celle d’ANV la semaine suivante. Mais rien n’a été confirmé officiellement.

En tout cas, cette affaire d’interdiction n’est pas une surprise. Il y a dix jours, le parti socialiste espagnol a dévoilé, par le biais de son secrétaire général et chef du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero, ses cartes pour la campagne électorale du 9 mars: pas de dialogue avec l’ETA et interdiction d’ANV et d’EHAK [lire notre édition du 15 janvier].

Selon la plupart des analystes, ce scrutin sera très serré, et le PSOEne souhaite pas que la droite puisse exploiter électoralement comme l’a déjà fait à plusieurs reprises la question basque. Certes, d’autres sujets rendus polémiques par l’Eglise tels que le droit à l’avortement, le mariage homosexuel ou le divorce express, feront partie de la munition employée par le PP d’ici le 9 mars. Mais sans doute la grosse artillerie sera d’origine basque. Le PSOE a déjà commencé à répondre en se servant de la même arme. Les suspensions et les interdictions en sont la preuve.



Le droit de décision n’aura pas sa coalition


Les partis de la gauche abertzale hors jeu, il reste à voir quelle stratégie prendront les autres partis du Pays Basque sud. Pour le PP et le PSE c’est simple, car ils sont subordonnés aux stratégies respectivement décidées rue Génova et rue Ferraz. Quant aux autes, il n’y aura pas de "voix unitaire basque" à Madrid, car l’idée de mettre en place une coalition rassemblant les partis qui soutiennent "le droit du Pays Basque à décider de son propre avenir" a échoué.

Le président du PNV au Gipuzkoa, Joseba fut le premier à avoir proposé la mise en place d’une coalition rassemblant les trois partis qui siègent au gouvernement de la Communauté Autonome Basque ‹le PNV, Eusko Alkartasuna et les écolo-communistes d’Ezker Batua‹ ainsi que le parti issu de la gauche abertzale Aralar. "Il est temps de rassembler les forces", avait-il lancé lors du Nafarroa Oinez, la fête pour l’euskara qui se célèbre chaque mois d’octobre en Navarre. Le but, selon lui : "mener à Madrid une seule et unique proposition" politique, celle défendue par le lehendakari Juan José Ibarretxe de consulter l’avis des citoyens basques sur leur avenir. Joseba Egibar avait choisi la Navarre pour lancer sa proposition, car dans cette province la coalition Nafarroa Bai (rassemblant Aralar, EA, le PNV, Batzarre et des indépendants) avait obtenu de bons résultats lors des élections au Parlement espagnol de 2004. "Si NaBai est capable d’être la deuxième force de Navarre, ce qui représente deux députés et un sénateur, pourquoi ne peut-on pas faire ce même rassemblement dans d’autres territoires et présenter une proposition unique à Madrid ?".

Mais l’idée d’exporter la formule de NaBai dans la Communauté Autonome Basque n’a pas suscité de grande émotion ni à l’intérieur de sa propre formation, ni chez les autres partis concernés. Les réticences d’un grand secteur du PNV au projet de consultation populaire proposé par le lehendakari Juan José Ibarretxe auraient court-circuité l’idée d’une coalition, selon des sources internes du parti présidé par Iñigo Urkullu. La raison officielle est pourtant autre : "Peut-on envisager une coalition électorale pour les élections générales de mars avec des formations qui l’ont refusée pour les municipales ?" s’est interrogé début janvier le porte-parole du PNV au Congrès des députés espagnols, Josu Erkoreka, en référence à Eusko Alkartasuna.

Quelques jours plus tard, Andoni Ortuzar, récemment élu à la tête de la fédération du PNV de Bizkaia, a abondé dans ce sens. Selon lui, la coalition était "impraticable" et n’est pas indispensable pour défendre la proposition du lehendakari.

Un deuxième essai de coalition basquiste de gauche entre EA, EB et Aralar a également échoué, Eusko Alkartasuna souhaitant partir en solitaire. Il reste donc une seule possibilité de coalition entre les écolo-communistes d’EB et Aralar. À suivre.

 

12:39 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

19-01-08

C'est bien dit...

 

Avec la culture et la maîtrise du foncier, la langue est l’un des trois indicateurs de la situation d’un peuple. Il suffit que le secteur foncier soit l’otage des règles de la finance pour faire passer une communauté autochtone du statut de propriétaire à celui de locataire.

Cette même communauté se meurt lorsque sa culture est exhibée en folklore ou que sa langue n’est plus parlée.

 

 

 

Gabriel MOUESCA

 

La Nuque raide

2006 Ed. Philippe Rey

         15 Rue de la Banque

          75002 Paris

www.philippe-rey.fr

 

 

 

mouesca

 

20:41 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

15-01-08

liegen loog, gelogen...

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

 

Heeft Binnenlandminister

Alfredo Pérez Rubalcaba

gelogen?

 

10-01-2008

 

De minister van Binnenlandse Zaken, Alfredo Pérez Rubalcaba, was er als de kippen bij om de zware verwondingen van Igor Portu toe te schrijven aan zijn zogenaamde poging om te vluchten en aan de hevige weerstand die hij zou geboden hebben bij zijn arrestatie. Hiermee ondersteunde Rubalcaba de verdediging van de Guardia Civil over de feiten.

 

Askatasuna, die opkomt voor de politieke gevangenen, betwistte die versie en beschuldigde de Guardia Civil van foltering.

 

Op 10 januari 2008 maakte Askatasuna bekend dat er een getuige is opgedoken die het hele voorval heeft meegemaakt.

 

Ziehier, de verklaring die hij heeft afgelegd voor de onderzoeksrechter.

 

 

Juzgado de Instrucción número 1 de Bergara

Instrukzioko 1 zk.ko Epaitegia

 

Acte van verschijning. – In Bergara, 10 januari 2008, is voor S.Sa verschenen, ………….., met DNI (identiteitskaart), ………………., en woonachtig te, …………………, het volgende verklarend:

 

“Zondagmorgen, omstreeks 10.00u, zat ik op een bank in aanwezigheid van mijn hond, in de zone bekend onder de naam “las Malvinas”, recht tegenover de Ikastola (school) van Arrasate, toen ik twee personen zag die van de berg kwamen. Op dat eigenste moment verschenen 5 patrouillewagens van de Guardia Civil en ze reden onmiddellijk naar de 2 personen toe. De Guardias vroegen om de rugzakken en registreerden ze. Ze kwamen ook naar mij toe om mijn hond in bedwang te houden en om mij te identificeren. De wagen van de jongens, een Volkswagen Kadi van grijze kleur werd ook geregistreerd. Uit de wagen of uit de rugzakken werd een pakket te voorschijn gehaald dat in plastiek gewikkeld was. Ik dacht dat het drugs waren en schonk er geen verdere aandacht aan. Toen de Guardias opmerkten wat er in het pakket zat, gaf de chef opdracht de boeien aan te doen en de jongeren in de politiewagen te stoppen. Ik kreeg mijn papieren terug en de raad op te krassen. Ik bleef toch nog een tijd die politieactie gade slaan.

Ik heb omstreeks 09:30u mijn huis verlaten en zat al een tijdje op de bank. De actie zelf moet zowat tussen 10:00 en 10:30u gebeurd zijn. Wat hij gehoord heeft in de media over het uur van de feiten klopt niet, het was ook geen routine bij een wegcontrole en van enige weerspannigheid bij de jongeren heb ik totaal niets gezien. De arrestatie is heel “proper” verlopen in tegenstelling tot wat de media zegt en daarom bin ik ook aangifte komen doen van wat werkelijk gebeurd is.” (Op de foto een kopie van de verklaring)

 

Heeft Binnenlandminister, Alfredo Pérez Rubalcaba, gelogen? En zo ja, hoe komt Igor Portu dan aan die vreselijke kwetsuren?

11-01-2008

 

 

 

La vérité et le mensonge à découvert

Editorial du quotidien GARA, publié le 11 janvier 2008.


Le témoignage effectué auprès du Tribunal de Bergara par un témoin oculaire de l'arrestation d'Igor Portu et de Mattin Sarasola a mis en évidence la version fournie par le ministre de l'Intérieur espagnol. Lundi dernier, la publication du rapport médical d'hospitalisation d'Igor Portu a entraîné la comparution publique du ministre qui, avec le soutien du président du Gouvernement espagnol, loin de balayer les doutes existants à propos des mauvais traitements qu'auraient subi le détenu, a mis en lumière l'absence de volonté du Gouvernement espagnol pour en finir non seulement avec les procédures qui facilitent la pratique de la torture mais également avec la torture elle-même.


La déclaration du témoin révèle des faits remettant en question la version officielle. Cette personne narre en détail les faits dont il a été témoin, depuis que les deux jeunes sont entrés dans son champ de vision, suivis de l'arrivée de deux véhicules de la Garde Civile jusqu'à ce que les policiers lui ordonnent de s'éloigner après avoir menotté les détenus. Le récit remet également en question les informations changeantes publiées par certains médias et les tentatives de lier les lésions dont souffrent les deux jeunes avec les circonstances de leur arrestation et d'une tentative de fuite présumée.


Aujourd'hui, les colonnes de GARA accueillent une lettre adressée par le dramaturge Alfonso Sastre au président du Gouvernement espagnol. C'est une dénonciation affligée de l'hypocrisie de la classe politique espagnole qui réclame le respect des droits de l'homme sous d'autres latitudes mais refuse de voir la réalité en face, et contribue à couvrir les graves vulnérations des droits fondamentaux en vigueur dans l'État espagnol, et dont le dernier exemple est la série d'événements ayant suivi l'arrestation d'Igor Portu et de Mattin Sarasola. Toutefois, à cette occasion, le silence n'a pas couvert le mensonge. La crédibilité du Gouvernement espagnol, des corps de sécurité de l'État et des juges qui font la sourde oreille aux plaintes pour torture et refusent de voir le corps marqué des torturés est au plus bas.

 

 

Les déclarations de Portu au Tribunal de Donostia coïncident avec celle du témoin oculaire de son arrestation et contestent la "version officielle"

 

Publié par GARA, le 11 janvier 2008.

La déclaration d'Igor Portu, effectuée sous le régime du secret auprès du Juge du Tribunal de Donostia qui a ouvert une enquête à propos des circonstances de l'arrestation du jeune lesakar, coïncide parfaitement avec celle du témoin oculaire. Ils affirment tous les deux qu'il n'y avait pas de contrôle routier au moment de l'arrestation, et Portu précise que "nous ne sommes pas partis en courant" mais qu'il a été torturé quelques minutes plus tard, dans un bois non loin d'Arrasate.

DONOSTIA-. Le Comité contre la Torture a rendu publiques les déclarations effectuées par Igor Portu mardi dernier, devant le juge du Tribunal de Donostia chargé de l'enquête sur les tortures infligées par la Garde Civile pendant la garde à vue.

Le témoignage de Portu, qui a déclaré sous le régime du secret, coïncide parfaitement avec le récit d'un témoin oculaire recueilli deux jours après par le Tribunal de Bergara.

Ils déclarent tous les deux que l'arrestation s'est produite à 11h du matin, et non à 13h comme l'affirme la Garde Civile dans sa version officielle, et ajoutent qu'il n'y avait pas de contrôle routier et que les détenus n'ont pas opposé de résistance.

De même, les deux déclarations coïncident sur le fait que l'arrestation a eu lieu non loin d'une école et de blocs de logements, au bas du Mont Udala, à Arrasate.

Portu a déclaré qu'au moment de son interpellation, il ne s'était pas débattu. Les agents lui ont demandé sa carte d'identité et, après l'avoir regardée, ont procédé à une fouille. "Ils lui ont demandé de traverser la route. Il est monté dans une Patrol avec quatre gardes civils, deux devant, deux derrière et lui au milieu. Peu de temps après, soit moins de 50 minutes, ils ont commencé à lui donner des coups de poings et des gifles, en particulier le copilote, selon la déclaration.

Tortures incessantes


La déclaration précise que les agents ont commencé à l'agresser sans délai, avec le véhicule en marche. Les cris ont commencé. Ils ont emprunté un chemin menant, selon les dires des agents, à une rivière. Au fond, il y avait la rivière, où il a retrouvé Mattin Sarasola.
Ils continuaient à le frapper et le menaçaient de mort. Ils frappaient de la main ouverte et à coups de poings, selon le témoignage.
Igor Portu a détaillé devant le juge de Donostia les tortures qu'on lui a infligées quelques temps après sa détention : "Ils le font sortir du véhicule et trois agents l'emmènent vers une sorte de bois en pente qui descend jusqu'à une rivière. On lui dit qu'on a déjà emmené son camarade et qu'ils lui faisaient quelque chose parce qu'il a entendu un coup de feu et a pensé qu'il s'agissait d'un simulacre d'exécution. Puis ils l'ont emmené là où se trouvait son camarade en lui posant sans arrêt des questions. Au bord de la rivière, il est frappé au ventre, aux côtes et à la tête. Ce sont des coups violents. Il était menotté dans le dos depuis le début. Ils lui ont dit qu'ils allaient le plonger dans la rivière, et lui ont ordonné de se mettre à genoux. Ils continuaient à le frapper et lui ont mis la tête dans l'eau jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus", précise la déclaration.
Ils lui ont remis la tête dans l'eau "à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'ils voient que je n'avais presque plus de souffle".
Outre les vexations physiques, Igor Portu a fait l'objet d'humiliations et d'insultes, et a reçu des coups très violents dans les côtes et à la poitrine, ce qui dément totalement la version du ministre de l'Intérieur espagnol, Alfredo Pérez Rubalcaba, qui a affirmé que les lésions de Portu avaient été causées par des mouvements brusques lors de la détention.

D'Arrasate à la caserne d'Intxaurrondo


Après le passage à tabac dans le bois près d'Arrasate, Igor Portu a été emmené à la caserne d'Intxaurrondo, à Donostia, où les coups et les cris ont continués. Il assure qu'avant le transfert à Lesaka, les gardes civils entraient dans les cachots "violemment, sans arrêt, et en posant des questions..."
Avant et après le déplacement à Lesaka pour la perquisition de son domicile, la Garde Civile l'a menacé de s'attendre à subir des conséquences s'il racontait quoi que soit".

Rubalcaba ne comparaîtra pas devant le Parlement
La Commission permanente du Parlement espagnol a rejeté la demande formulée par le PNB, IU, ERC et le Groupe Mixte visant à ce que le ministre de l'Intérieur, Alfredo Pérez Rubalcaba, comparaisse devant la chambre pour éclaircir les circonstances de l'arrestation d'Igor Portu et de Mattin Sarasola.
La requête a été rejetée grâce aux voix du PSOE et du PP. CiU (catalan) s'est abstenu.

 

14:01 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

CLEA

 

L'audience consacrée au verdict du « procès DHKP-C » a à nouveau été ajournée
au jeudi 7 février 2008, à 9 heures du matin.
Le Clea appelle donc ce jour-là à un grand rassemblement, dès 8 heures 30, à
la Cour d'appel d'Anvers.

De plus, vous trouverez ci-dessous la réaction du Clea aux dernières
déclarations du Ministre de l'Intérieur concernant la "lutte antiterroriste".

Le Clea
contact@leclea.be
http://leclea.be

-----------------------------
Une ingérence inacceptable dans le domaine du pouvoir judiciaire
Communiqué de presse du Clea
[Bruxelles, le 11 janvier 2008]

Le CLEA a pris connaissance des déclarations du Ministre de l'Intérieur
concernant la «lutte antiterroriste». Ces déclarations interviennent dans le
contexte d'une alerte antiterroriste assumée par le gouvernement provisoire
et par l'ensemble des services de police, sans qu'il y ait aucune personne
inculpée. A la réelle crise politique l'exécutif tente de substituer une
crise virtuelle.

Dans cette déclaration, M. Dewael cite deux fois le DHKP-C, organisation,
dit-il, «condamnée comme organisation terroriste par un jugement de la Cour
d'Appel de Gand», omettant de dire que le jugement de cette Cour a été cassé.

Emettant le désir de voir adopter une législation nouvelle permettant
d'interdire certaines organisations, le Ministre cite également le groupe
fasciste «Blood and Honor» dont des membres sont poursuivis pour trafic,
massif, d'armes de guerre.

Qu'y a-t-il de commun entre cette organisation, infiltrée dans l'Armée, et
dont les activités visent clairement à la déstabilisation en Belgique,
mais «sous contrôle» selon les dires du gouvernement sortant, et le DHKP-C
dont les activités politiques en Belgique sont strictement légales et dont
les activités en Turquie n'ont pas à être jugées par notre pays? Comment
qualifier, pénalement, «Blood and Honour» dont on ignore la nature de
l'inculpation? Les techniques spéciales d'investigation, dont, dans ce cas,
celle de l'infiltration salariée, lui assureraient-elles l'indulgence de la
Justice
et un statut particulier?

Le Ministre réclame, sans que cela ne figure dans le programme du gouvernement
provisoire, de nouvelles mesures législatives «antiterroristes» et des moyens
accrus pour une «politique proactive» dans ce domaine. Les mesures
législatives et les moyens existent déjà et agissent hors de tout contrôle,
comme le confirment les mesures d'alerte organisées depuis quinze jours.
Cette «stratégie de la tension» masque mal le discrédit qui frappe les partis
politques et des mesures économiques qui pénalisent la population.

Le CLEA appelle tous les démocrates à faire obstacle à des mesures et à une
législation nouvelle qui n'ont d'autre but que d'aligner la Belgique sur les
États-Unis et la Grande-Bretagne, notamment, pays qui mettent en ?uvre des
lois liberticides et mettent fin à la liberté d'expression et d'association.

Le CLEA appelle tous les démocrates et les organisations attachées à la
défense des droits de l'Homme et des libertés publiques à manifester à
l'occasion du verdict de la Cour d'Appel d'Anvers concernant le DHKP-C, le
jeudi 7 février, à 8h30.
_______________________________________________

 

Clea2

13:33 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

10-01-08

Journal du Pays Basque 10/01/08

 

Après le macro-procès du 18/98, place à celui des vingt-deux membres d’Udalbiltza
·"Face à la gravité de la situation", l’institution nationale basque organise une soirée d’information le 18 janvier

A la veille des élections municipales au Pays Basque nord et au lendemain de la sentence du procès 18/98, les membres de l’Assemblée des élus Udalbiltza alertent sur l’imminence de leur procès. Ainsi, le 18 janvier, ils offriront, à Ustaritz, une soirée d’information. Ils se pencheront sur l’affaire concernant les 22 membres d’Udalbiltza, dont l’élu hazpandar Xarlo Etxezaharreta.

A partir de 20 heures, la soirée explorera son aspect juridique, politique et humanitaire. L’inculpé labourdin s’y présentera avec d’autres membres de l’institution nationale. Avocat et membre du Comité de Défense des Droits de l’Homme du Pays Basque, Coco Abéberry détaillera l’aspect juridique. Cette réunion est ouverte aux élus et aux personnes intéressées.

Elle aura pour objet d’informer sur une affaire qui réserve des peines allant de 10 à 15 ans de prison. Telle est la requête du procureur de l’Audience Nationale espagnole, Juan Moral. Il accuse les 22 inculpés "d’appartenance à une organisation armée". Les quatre membres qui encourent des peines de 15 ans sont, en outre, accusés de "malversation de fonds publics".

Cette demande présentée en septembre dernier présage le dénouement proche de cette affaire. Surtout, à la lumière des sentences du procès des mouvements des jeunes indépendantistes Jarrai-Haika-Segi (janvier 2007) et celui du dossier 18/98 (décembre) qui concernait plusieurs entités travaillant pour la construction du Pays Basque. L’élu Xabi Larralde dénonce que cette dernière sentence "rend délictuel le fait de travailler pour la construction nationale, dans les mouvements sociaux et à l’étranger en tant que pays". Et Xarlo Etxezaharreta de conclure : "c’est une agression contre le Pays Basque". Cette période décisive se trouve d’ailleurs entre deux rendez-vous électoraux. Les municipales des provinces du sud se sont déroulées en mai 2007 et les trois provinces du nord préparent les leurs pour mars prochain.

 

Suite/vervolg http://lejpb.com/idatzia/20080110/art206668.php

 

22:22 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Journal du Pays Basque 10/01/08

 

 

Amnesty exige de Madrid une enquête impartiale sur les tortures
·Les voix critiquant la version officielle d’une arrestation musclée ne cessent de s’élever

Les critiques des organismes publics, des associations et des partis politiques ne cessent de s’élever depuis la diffusion par la presse du bilan médical sur l’état de santé d’Igor Portu, jeune Lesakar arrêté dimanche par la Garde Civile à Arrasate et hospitalisé d’urgence lundi matin de bonne heure. Il a été immédiatement transféré à l’unité des soins intensifs pour être traité d’une côte fracturée, d’une perforation pulmonaire et de plusieurs hématomes et blessures. D’ailleurs, le fait que certains médias espagnols tels que l’ultralibéral El Mundo ou le pro-socialiste El País aient affirmé dans leurs colonnes que la deuxième personne arrêtée présentait elle aussi "un état scandaleux de lésions externes", a aidé à remettre d’autant plus en question la version officielle d’une "arrestation musclée".

L’organisation de défense des Droits de l’Homme Amnesty International a exigé des autorités de Madrid d’établir si des mauvais traitements ou des tortures avaient été infligés à ces jeunes, accusés par le ministère espagnol de l’Intérieur d’appartenir à l’ETA. Les explications données lundi par le ministre Alfredo Pérez Rubalcaba, affirmant que l’interpellation avait été menée "conformément à la loi", sont "inadaptées", car "aucune enquête interne" n’a été menée.L’organisation a demandé à Madrid de mener une enquête "impartiale, exhaustive et indépendante".

 

Suite/ vervolg  http://lejpb.com/idatzia/20080110/art206667.php

 

09-01-08

Dit kan toch niet!

http://www.france-info.com/spip.php?article62113&theme=69&sous_theme=69

 

·  ETA: membres arrêtés dimanche responsables de l'attentat à l'aéroport de Madrid

09/01/2008-[12:34] - AFP

MADRID, 9 jan 2008 (AFP) - Les deux membres présumés de l’ETA interpellés dimanche en Espagne ainsi qu’un autre en fuite sont les auteurs présumés du spectaculaire attentat du 30 décembre 2006 à l’aéroport de Madrid qui avait tué deux personnes, a annoncé mercredi le ministre de l’Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba.

 

 

 

De Franse media, die niet van fijnzinnigheid kunnen verdacht worden, zetten dan wel grote beschuldigende titels maar “nuanceren” in hun teksten terwijl de nieuwslezer van Radio1 deze namiddag wist te melden dat de twee jongemannen die maandag opgepakt werden, ETA leden zijn (en niet: zouden zijn). Samen met een derde die op de vlucht is, zijn zij (en niet: zouden zijn) verantwoordelijk voor de dodelijke aanslag op de luchthaven van Madrid, op 30 december 2006… Vanwaar al die zekerheden? Wat met het vermoeden van onschuld? Werden er bekentenissen afgelegd? Onder welke omstandigheden?

 

Waar wel zekerheid over bestaat, is over het feit dat Igor Portu vreselijk toegetakeld naar de spoedafdeling van het ziekenhuis moest gebracht worden...

Hieronder het verslag ( in het Castilliaans, maar ik hoop een vertaling te vinden)

 


http://www.gara.net/agiriak/20080107_parte_igorportu.pdf...


18:25 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: foltering |  Facebook |

08-01-08

Meer politiegeweld

 

 

7/01/08

 

 

*Atzo Arrasaten atxilotutako bi lesakarretako bat hospitalera eraman dute eta UBIan dago; bi sahiets xehetuta eta birika perforatuta dauka jasandako torturen ondorioz. Hau da Igorren  egoera. Mattin-en berririk ordea ez dugu. Berria zabaltzeko eskatu digu familiak, jende guztiak jakin dezan.

 

Mesedez, zabaldu zuen kontaktuen artean, euskal herriko benetako egoera zein den jakin dezan jendeak.

 

milesker*  

 

 


    *Ayer dos jovenes de Lesaka fueron arrestados en Arrasate, Mondragón. Uno de ellos, Igor, tiene dos costillas rotas y un pulmón perforado a causa de las torturas que ha sufrido en estas pocas horas que lleva incomunicado. Sin embargo sobre la situación de Mattin no sabemos nada. La familia nos ha pedido que difundamos la noticia para que todo el mundo lo sepa, ya que esto no lo explican los medios de comunicación. 
   Por favor difundir este mensaje entre  vuestros contactos para que todo el mundo sepa la verdadera realidad que vivimos en Euskal Herria.
    
    *Gracias. *

    

    *Hier, deux jeunes de Lesaka ont été arrêtés à Arrasate/Mondragon. L'un deux, Igor, a deux côtes cassées et un poumon perforé suite aux tortures subies durant les quelques d'incommunication. Il a été hospitalisé en soins intensifs alors qu'il se portait parfaitement bien au moment de son arrestation. De la situation de l'autre, Mattin, nous ne savons rien. La famille nous demande de diffuser l'information afin que tout le monde le sache car les medias ne le racontent pas.

S'il vous plaît, diffusez ce message à vos contacts pour que le monde sache la réalité que nous subissons en Euskal Herria.

 

*Merci.

 

Voir aussi  http://lejournal.euskalherria.com/idatzia/20080108/art206605.php

 

    Ahir dos joves de Lesaka van ser detinguts a Arrasate, Mondragón. Un d'ells, Igor, té dues costelles trencades  i un pulmó perforat a causa de les tortures que ha sofert en les poquetes hores que porta incomunicat. En canvi sobre la situació de Mattin no sabem res. La família ens ha demanat que difonguem la notícia per a que tothom ho sàpiga, ja què això no ho expliquen els mitjans de comunicació. 
   Si us plau envieu aquest missatge a tots els vostres contactes per a que tothom sàpiga la realitat que vivim a Euskal Herria. 

    *Gràcies.* 


 

Zondag 6 januari werden twee jonge mannen uit Lesake opgepakt in Arrasate/Mondragon. Eén van hen, Igor, na te zijn opgepakt in perfecte gezondheid,  moest worden opgenomen in de spoedafdeling met twee gebroken ribben en een geperforeerde long ten gevolge van de « ondervraging ». Van de andere jonge man, Mattin had mijn gisteren, maandag, geen nieuws. De familie vraagt deze informatie te verspreiden wetende dat de media hier, eens te meer, niet zullen over spreken.

Met dank bij voorbaat.

Meer op http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

    * Yesterday another two men from Lesaka (Basque Country) were arrested in Arrasate. One of them had to be taken to Hospital an he is at ICU (Intensive Care Unit): two smashed ribs and a perfored lung due to the tortures by the police. That is the news about Igor. There is still no news from Mattin. Please let everybody know what is going on in the Basque Country and forward this e-mail to all your contacts.

 Thank you very much.

 

 

09:32 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) | Tags: folteringen, politiegeweld |  Facebook |

31-12-07

MENSENRECHTEN in Frankrijk

 

Droits de L'homme : l'Etat Français étrangle l'OIP.

 

Plus un sou pour l'Observatoire International des Prisons.

 

La Ligue Bretonne des Droits de l'Homme condamne la récente décision du gouvernement français concernant l'OIP (Observatoire International des Prisons) Association à but non lucratif et indépendante des pouvoirs publics régie par la loi du 1er juillet 1901, la section française de l'OIP a pour but de promouvoir, partout dans le monde, le respect des personnes incarcérées au regard des dispositifs internationaux relatifs aux droits de l'homme. Concrètement, l'OIP principalement, dresse et fait connaître l'état des conditions de détention des personnes incarcérées, alerte l'opinion, les pouvoirs publics, sur l'ensemble des manquements observés mais aussi, informe les personnes détenues de leurs droits et soutient leurs démarches pour les faire valoir.

En effet, trop peu de média ont relayé l'information : cette année, l'OIP ne recevra aucune des deux subventions auxquelles cette ONG avait pourtant droit depuis1999. C'est ce qu'a décidé le Premier ministre français. L'OIP perd ainsi 10 000 euros qu'elle recevait jusqu'à présent au titre de la défense des droits de l'homme. Idem concernant une subvention de 40 000 euros, que versait la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et la toxicomanie, qui dépend aussi de Matignon. La Ligue Bretonne des Droits de l'Homme s'étonne au passage que les associations françaises de défense des droits de l'homme ne se soient pas émues de cette situation qui en dit long sur la manière dont l'Etat français considère son système pénitentiaire. Nous rappellons que le comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements dégradants (CPT) du Conseil de l'Europe vient une nouvelle fois d'epingler l'Etat francais ,dans un rapport publié le 10 decembre, pour sa politique pénitentiaire.

Pour la LBDH M. Herjean


http://www.oip.org/

 

17:40 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

30-12-07

Terrorisme?

 

Gelezen op http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

29-12-2007

Alleen vijanden worden terroristen genoemd

Interview met meester Paul Bekaert

Gelezen in de scriptie: “Het I.R.A.: Vrijheidsstrijders of Terroristen?”,
door  Diederik Demuynck©

 

Paul Bekaert is advocaat en werkt tevens voor de Liga van de Mensenrechten.

Hij is bijzonder goed vertrouwd met de problematiek rond bewegingen zoals het IRA en ETA.

 

Vraag 13. Hoe definieert u “terrorisme” op basis van uw praktische ervaring en op basis van het voorgaande?

 

“Terrorisme is een term waarvan ik helemaal niet hou. Zoals je weet, zijn de terroristen van gisteren de presidenten van vandaag (Mandela, Arafat).

Dat is natuurlijk een cliché, maar het is nu eenmaal zo. Wanneer is men een terrorist? Als men met niet velen is. Heeft men wel voldoende manschappen, dan is men opeens een bevrijdingsbeweging. Heeft men dan ook de macht dan is men een regering.

 

Zo gaat dat in de geschiedenis. Ik vind de term “terrorisme” dus onbruikbaar.

Het wordt altijd gebruikt door politieke tegenstanders en is dus zeer subjectief beladen.

 

Wat doet men in feite? Men zegt dat er geweld in de wereld is. Wanneer dat geweld uitgaat van de staat dan is het moreel blijkbaar aanvaardbaar. Gaat datzelfde geweld uit van een politieke opposant, dan is het opeens niet meer aanvaardbaar.

Ik zou veeleer spreken van “politiek geweld” om politieke doelstellingen te bereiken. Je kunt dan zeggen dat dit ondemocratisch is, wel dan zij het zo. Dat is dan omdat men het op een democratische manier nooit zou halen in het Noord-Ierse of Spaanse systeem. Ik zou dus de term terrorisme zo weinig mogelijk gebruiken, maar wel de term “politiek geweld”. Hierover kan je dan een politiek en/of moreel oordeel uitspreken, maar dan moet je wel consequent zijn. Dezelfde mensen die het politieke geweld veroordelen van een bevrijdingsbeweging, gaan dan politiek geweld van staten wel goedkeuren.

 

Het is niet eenvoudig, hoor.”

29-12-2007 om 08:33 geschreven door Natxo  

19:19 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-12-07

Journal du Pays Basque

 

 

Le JPB > Pays Basque

2007-12-29

 

 

 

Le juge Garzón interdit les rassemblements d’Etxerat

L’association des familles des détenus basques souhaite dénoncer le dernier accident mortel "provoqué par la dispersion pénitentiaire"

Le juge de l’Audience Nationale espagnol Baltasar Garzón a décidé d’interdire les rassemblements organisés par l’association des familles des prisonniers politiques basques Etxerat pour dénoncer un nouvel accident mortel d’une proche de détenu. En effet, la belle-mère du prisonnier basque Unai Gonzalez est décédé des blessures provoquées par un accident alors qu’elle accompagnait sa fille vers la prison de Teruel, située à 500 kilomètres du Pays Basque [lire notre édition de mardi]. Etxerat s’était adressée aux gouvernements français et espagnol pour qu’ils mettent fin à la politique d’éloignement et de dispersion pénitentiaire, et avait appelé la société à se mobiliser.

Dans sa décision, le magistrat espagnol demande au gouvernement de la communauté autonome basque de "prendre les mesures nécessaires pour empêcher la tenue des rassemblements".

Soutien syndical

Ces mobilisations avaient reçu le soutien jeudi de la grande majorité des syndicats du Pays Basque sud. Dans un communiqué commun, les formations LAB, ESK, Hiru et STEE-EILAS, ainsi que l’organisation agricole EHNEet du Pays Basque nord ELB, dénoncent la politique pénitentiaire mise en place par les Etats espagnol et français. Selon les formations syndicales, dans un premier temps cette politique d’éloignement et d’isolement avait été conçue pour "casser le collectif des prisonniers politiques basques", mais actuellement "elle est maintenue pour punir les familles et les proches" des détenus.

Les syndicats appellent les responsables des gouvernements de Paris et de Madrid à "arrêter cette politique de vengeance, (Š) cette injustice qui vient de provoquer une nouvelle mort".

Hier midi à Donostia-Saint-Sébastien, un rassemblement devant le siège du Parti Socialiste d’Euskadi a dénoncé que "la dispersion assassine".

 

15:33 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

27-12-07

in Le Journal du Pays Basque

 

Accident grave sur la route des prisons

Au lendemain de la conférence de presse des familles, le bilan de l’année 2007 s’est alourdi lundi. Les parents du prisonnier Unai Gonzalez, ainsi que sa femme et sa belle-mère, ont eu un accident de voiture alors qu’ils se dirigeaient à la prison de Teruel pour rendre visite à Unai, pour 1000 km aller-retour. Après l’accident qui s’est produit à La Rioja, lorsqu’un camion leur a barré la route, ses deux parents ont pu regagner leur domicile, mais sa femme et sa belle-mère ont été admises à l’hôpital de Txagorritxu. Sa belle-mère risque d’être amputée d’une jambe et perdra sans doute la mobilité de ses membres inférieurs. Dernière minute :

Cette personne est décédée hier en fin de journée.

 

26/12/07

 

 

Etxerat exige des engagements après l’accident mortel


·Au lendemain de la mort d’une proche d’un détenu, l’association demande des mesures

L’association des familles des prisonniers politiques basques Etxerat a appelé hier les gouvernements français et espagnol à mettre fin à la politique d’éloignement et de dispersion pénitentiaire subie autant par les proches des prisonniers que par eux-mêmes. Cette demande fait suite à l’accident qui a coûté la vie à la belle-mère du prisonnier basque Unai Gonzalez alors qu’elle accompagnait sa fille vers la prison de Teruel, située à 500 kilomètres du Pays Basque

Les porte-parole d’Etxerat Polentzi Goikoetxea et Mila Maiztegi, qui font partie des familles enfermées depuis samedi à la cathédrale du Buen Pastor de Saint-Sébastien, ont souligné que dans ce cas concret c’est "le PSOE et le gouvernement espagnol qui sont les responsables" de la mort de Natividad Junko. Selon l’association, ces décès "rentrent dans les calculs des partis qui gouvernent la France et l’Espagne", lesquels sont "très conscients des conséquences de leur politique pénitentiaire criminelle". Etxerat a réclamé à Paris et Madrid de mettre fin à cette politique pénitentiaire et de prendre des engagements concrets dès maintenant.

D’après cette association, une trentaine de personnes ont été victimes d’accidents de la route pour la seule année 2007, et dix-sept ont péri sur la route depuis la mise en place de cette politique pénitentiaire qui oblige les proches à parcourir en moyenne 800 km par visite en France et 600 km en Espagne.

Jusqu’à quand ?

Selon l’association de défense des droits des prisonniers politiques basques Askatasuna, les accidents qui ont touché des proches de détenus ne relèvent pas du hasard. "Car cette situation n’est pas une fatalité, c’est le résultat d’une politique soigneusement pensée par des hommes et des femmes concrets, parmi lesquels les dirigeants actuels français et espagnols, qui n’hésitent pas à mettre la vie des proches des prisonniers dans la balance de la répression".

"Jusqu’à quand ces familles devront-elles choisir entre abandonner leurs prisonniers, ce qui n'arrivera jamais, et prendre le risque de mourir sur la route en allant les voir? Jusqu’à quand les partis politiques, les différents agents politiques et sociaux, les syndicats et associations se contenteront-ils, au mieux, de tièdes déclarations, quand la grande majorité de la société basque a déjà exprimé à de multiples reprises sa volonté d’en finir avec cette politique de dispersion? Jusqu’à quand ces accidents se produiront-ils dans le plus grand silence de tous ceux toujours si prompts à dénoncer la violence?" s’est interrogée Askatasuna tout en exigeant la "fin immédiate de cette politique brutale et criminelle, qui piétine de façon honteuse les droits essentiels des prisonniers et de leurs proches, qui programme de nouvelles morts chaque semaine, et qui, c’est le pire de tout, ne sert à rien d’autre qu’à s’enfoncer toujours plus profondément dans le conflit politique basque".

Des centaines de personnes se sont rassemblées mardi et hier pour dénoncer ce dernier accident mortel, dont à Bayonne, à Hendaye à Ascain ou à Saint-Jean-Pied-de-Port.

 

27/12/07

 

 

 

15:22 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

22-12-07

On torture...

 

ASKATASUNA
14 Bourgneuf Karrika 64100 Baiona/
14 Rue Bourgneuf 64100 Bayonne
Tel / Fax : 00 33 5 59 59 01 84
Mob: 06 21 92 57 48
askatasuna.eh@free.fr
 

GORKA LUPIAÑEZ SAUVAGEMENT TORTURÉ PAR LA GUARDIA CIVIL

 

Le jeune Gorka Lupiañez, arrêté le 6 décembre dernier à Berriz (Bizkaia) par la Guardia Civil, a été maintenu au secret jusqu'au 14. Accusé d'être un membre de l'ETA, il était toujours sous ce régime quand il comparu devant le juge de l'Audience Nationale madrilène le 12 et qu'il a été incarcéré. Pendant les cinq jours qu'il a passés entre les mains de la Guardia Civil, il a été sauvagement torturé: frappé, humilié, étouffé, noyé, violé. Des extraits de son témoignage en pièce jointe.

 

C'est la 41ème plainte déposée cette année pour tortures et mauvais traitements de la part des forces de police, en majorité la Guardia Civil mais aussi la police nationale espagnole et la ertzaintza, police autonomique basque. Askatasuna accuse le gouvernement espagnol d'utiliser la torture et des traitements barbares pour atteindre ses objectifs politiques, et accuse le gouvernement français de collaborer pleinement à cette ignominie et notamment avec ce corps de tortionnaires. Mais nous accusons aussi les partis, les agents politiques et sociaux et une partie des médias qui, toujours prompts à condamner la 'violence', regardent ailleurs et passent sous silence la pire de toutes, protégeant ainsi les tortionnaires. En finir avec cette cruauté est le premier des pas à accomplir, aucun autre chemin ne peut mener à la résolution de ce conflit. Il ne s'agit pas seulement d'avoir ne serait-ce qu'une once d'humanité, c'est du pur bon sens politique.

 

 

Euskal Herria, le 21 décembre 2007

 

15:07 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Er wordt gefolterd in Spanje!!!!!!!!!!!!!!

 

 

Boodschap van de
familie van Gorka
Lupiañez
gearresteerd op 6 december 2007

Lluís Maria Xirinachs, overleden op 11 augustus 2007, was Catalaans priester, senator en werd gearresteerd door de Guardia Civil, omwille van volgende uitspraak: “Ik sta aan de kant van ETA. Zij doden soms wel, maar folteren nooit.”    


De familie van Gorka Joseba Lupiañez Mintegi, gearresteerd door de Guardia Civil op 6 december 2007, heeft een boodschap de wereld ingestuurd:

 

"Gisteren (17 december 2007) hebben wij een bezoek gebracht aan Gorka en hij zag er bijzonder zwak uit. Aangezien wij willen dat de folteringen, waaraan hij onderhevig was, openbaar worden gemaakt, geven wij hier een kleine opsomming van wat hem is overkomen:

 

  1. 50 à 60 keer per dag een plastic zak over hoofd tot hij de verstikking nabij was
  2. De testikels en de penis werden met een touw afgesnoerd, en er werd zonder ophouden aan het touw getrokken in zoverre dat er bloed uit de penis kwam
  3. Hij kreeg constant slagen op de testikels
  4. Hij kreeg constant slagen op het hoofd
  5. Hij werd tot tegen de verdrinkingsgrens aan ondergedompeld in een bad
  6. Er werd een tuinslang in zijn mond gestopt om zijn buik vol met water te spuiten.
  7. Hij moest op handen en voeten lopen en er werd een stok in zijn aars gestopt, die constant naar binnen geduwd werd
  8. Met een revolver op zijn hoofd werden schijnexecuties uitgevoerd.”

Ik moet er niet bij vermelden dat hij de gehele tijd naakt was.

Dat heeft zo 5 dagen geduurd, de totale incomunicado-periode. Een periode waarin niemand weet waar een gevangene zich bevindt en waarin geen enkel contact met de buitenwereld toegestaan is. Commentaar overbodig.

22-12-2007 om 09:01 geschreven door Natxo  

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

 

Message de la famille de Gorka Lupiañez, arrêté par la Garde Civile, le 6/12/07 :

 

"Hier, nous avons rendu visite à Gorka et nous l'avons trouvé plutôt faible. Bien que les tortures qu'il a subies aient été dénoncées publiquement, voici, entre autres, ce que la Garde Civile lui a infligé:

  • tête enfermée dans un sac en plastique 50 à 60 fois par jour
  • les testicules et le pénis attachés par une corde sur laquelle on tirait sans arrêt
  • coups sur les testicules
  • coups incessants sur la tête
  • sodomisé avec un bâton
  • baignoire (plonger la tête dans l'eau jusqu'à l'étouffement)
  • introduction d'un tuyau d'arrosage dans la bouche pour faire enfler le ventre, plein d'eau

Il est maintenant incarcéré à la prison de Soto del Real, à Madrid

 

 

 

14:55 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

20-12-07

18/98

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

19-12-2007

Opgeruimd, staat netjes

Macroproces 18/98

19 december 2007

 

De uitslag van het vonnis was eigenlijk al voor het proces van start ging, op 21 november 2005, zo goed als bekend. De beklaagden moesten kost wat kost veroordeeld worden. Schendingen van de rechten van de verdediging bij de vleet, gemanipuleerde bewijslast of bekentenissen afgelegd onder foltering, waren voor het Hof van geen tel. De politieke uitzonderingsrechtbank Audiencia Nacional zou een uitspraak doen, die in de lijn lag van wat het politieke establishment van de Partido Popular in grote mate en van de PSOE (socialisten) in mindere mate hadden gevraagd. Het is nu zover. De uitzonderingsrechtbank had echter het vonnis niet afgewacht, want op 30 november 2007 was het bevel gegeven om over te gaan tot de arrestatie van 46 beklaagden op de 52, waarvan er nu al 35 in de cel zitten.

 

Op het ogenblik dat de voorzitster, Angela Murillo, aanstalten maakten om hert vonnis voor te lezen, sprongen de beklaagden recht en met opgegeven vuist zongen zij uit volle borst het “Eusko Gudariak”, het lied van de Baskische soldaat. Sommige beklaagden sprongen zelfs op de banken. Angela Murillowas in alle staten, zoals wel meer gebeurde tijdens het proces zelf, en liet woedend de beklaagden de zaal uitzetten, onder een hysterisch geschreeuw: "Fuera, fuera en cállese, cállese", Buiten, buiten en hou jullie mond, hou jullie mond. Op het moment dat de beklaagden verwijderd werden, stonden nu de sympathisanten in de zaal recht, applaudisseerden en riepen: “Gora Euskal Herria askatuta”, Leve vrij Euskal Herria.

 

Het Verdict

Van de 52 beklaagden werden er 47 veroordeeld tot gevangenisstraffen tussen de 2 en de 18 jaar, samen goed voor 525 jaar.  Vijf werden er vrijgesproken.

Volgens het vonnis zijn KAS en EKIN veel meer dan satellietorganisaties. KAS bestaat volgens het vonnis uit een volks- en mediatiek front van ETA, en EKIN is niets anders dan KAS, maar dan verkleed onder een mantel van wettelijkheid. Murillo ging zelfs zover hen de ingewanden en het hart van ETA te noemen.

Voor XAKI had Murillo de omschrijving “internationale arm” uitgevonden. Het bewijs hier voor samenwerking met ETA was dat leden van Herri Batasuna als vertegenwoordigers optraden.

De Fundación Joxemi Zumalabe werd ook van samenwerking beschuldig, omdat zij de burgerlijke ongehoorzaamheid als alternatief voor de gewapende strijd hadden gepromoot.

19-12-2007 om 15:42 geschreven door Natxo  

 

 

 

 

Le Journal du Pays Basque

 

 

 

Confirmation du verdict annoncé dans la presse
·L’Audience Nationale a communiqué hier aux intéressés le verdict du macro-procès 18/98 diffusé dans la presse il y a trois semaines

Trois semaines après la diffusion dans la presse du verdict concernant l’un des procès du macrodossier 18/98 [lire le journal du 1er décembre], l’Audience Nationale, la plus haute juridiction pénale espagnole, a condamné à des peines allant de 2 à 24 ans de prison 47 personnalités reconnues pour leur travail pour la culture, la langue ou pour leurs prises de position publiques pour l’indépendance du Pays Basque. Cinq autres ont été acquittés.

Ces personnes font partie du plus grand procès organisé à Madrid pour des affaires basques et qui s’est tenu de novembre 2005 à mars 2007. Un procès truffé d’irrégularités et basé sur la thèse de l’"entourage", prôné par le juge Baltasar Garzón selon lequel tous les mouvements ayant les mêmes objectifs que l’ETA font partie de l’organisation armée. À cause de ces manquements, après huit mois d’audience, le procès avait même été annulé, pour tout reprendre dès le début. Même après la reprise, une délégation de juristes internationaux venus en observateurs avait dénoncé les manquements aux droits de la défense, qui n’avait pas eu accès, entre autres, au dossier de mise en accusation.

Le jugement communiqué hier reprend mot par mot le verdict annoncé par la presse le 30 novembre dernier et confirmé par le ministre espagnol de l’Intérieur le lendemain. Les peines d’incarcération prononcées totalisent plus de 500 ans pour les 47 personnes. Ces militants appartiennent à un ensemble d’organisations basques agissant sur le terrain politique (Kas-Ekin), international (Xaki), médiatique et culturel (le journal Egin) ou promouvant des actions de désobéissance civile (Fondation Joxemi Zumalabe).

Hier, lors de la lecture du jugement, la juge Angela Murillo a été interrompue par une vingtaine des personnes jugées qui se sont levées dans le box des accusés pour entonner, le poing tendu vers le ciel, l’Eusko gudariak, un chant indépendantiste. Après évacuation des accusés, la magistrate a continué.

Kas-Ekin n’était pas seulement un "satellite" de l’ETA mais "faisait partie du c¦ur même" du groupe basque armé, a estimé dans son verdict la présidente du tribunal de l’Audience nationale, Angela Murillo. La magistrate a également estimé que Xaki n’était "rien de moins que l’appareil international" du groupe basque armé et que la Fondation Joxemi Zumalabe avait "collaboré de manière décisive avec l’organisation ETA".

Le tribunal a ainsi intégralement suivi la thèse du parquet, selon lequel ces organisations appartenaient à l’appareil politique de l’ETA, comme l’avait défendu le juge Baltasar Garzon. De 1998 et 2002, ce magistrat a cherché à démanteler plusieurs organisations proches ou faisant partie de la gauche abertzale.

 

09:43 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

15-12-07

DHKPC

 

L'audience consacrée au verdict du « procès DHKP-C », initialement prévue le 20 décembre, a été finalement ajournée au 17 janvier 2008, à 9 heures du matin.

Le Clea appelle donc ce jour-là à un grand rassemblement, dès 8 heures 30, à la Cour d'appel d'Anvers.

Les informations pratiques au sujet de ce rendez-vous vous seront communiquées très prochainement, ce qui ne doit évidemment pas vous empêcher de diffuser d'ores et déjà largement le tract disponible sur :
http://leclea.be/pdf/tract-170108FR.pdf

D'ici là, le Clea vous souhaite de joyeuses fêtes.
http://leclea.be
contact@leclea.be

16:06 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

14-12-07

BATASUNA

 

http://lejournal.euskalherria.com/idatzia/20071214/art206195.php

 


·La Cour européenne des Droits de l’Homme accepte partiellement les requêtes présentées par Batasuna concernant sa dissolution et son interdiction

La Cour européenne des Droits de l’Homme a partiellement accepté les demandes de Batasuna, d’après son avocat Didier Rouget. Présentées en 2004, elles portaient sur la liberté d’expression, d’association et le droit de recours et ont reçu une réponse favorable partielle.

"La recevabilité concerne les requêtes d’Herri Batasuna, Batasuna, Herritarren Zerrenda et celles des plateformes municipales illégalisées", comme l’explique Me Rouget, et comprend les demandes faites sur deux articles de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. La Cour de Strasbourg examinera maintenant le fond des requêtes associées à l’article 10 (droit à la liberté d’expression) et à l’article 11 (droit à la liberté de réunion et d’association) de la Convention.

Toutefois, la demande portant sur l’article 13 restera sans suite. Elle remettrait en question "l’impartialité et l’indépendance" du président du Tribunal Suprême de l’Etat espagnol, Francisco José Hernando.

En 2006, la Cour européenne avait fait un pas en acceptant l’examen de ces demandes. Cette fois, elle passe à une étape supérieure et s’approche de la sentence. D’après l’agence EFE, le délibéré est attendu dans les prochains mois.

Dans leurs requêtes, les plaignants reprochent à l’Etat espagnol d’avoir promulgué, en 2002, une loi avec l’intention d’illégaliser et d’en finir "avec l’expression politique de l’indépendantisme basque". Le texte remarque que les termes employés dans cette loi sont "vagues et confus". Un an plus tard, en mars 2003, le Tribunal Suprême interdisait Batasuna, l’empêchant de se présenter aux élections municipales de mai.

"Un pas important"

En 2006, lors de la première approbation, l’avocat de Batasuna Didier Rouget était déjà enthousiaste. "C’est un pas important qui montre que nous sommes sur la bonne voie", confessait-il au Journal, "c’est une prise de conscience par les organismes internationaux de la situation qui se déroule aujourd’hui au Pays Basque".

Il ajoutait: "sous prétexte de lutte antiterroriste, on a interdit la liberté d’expression, on a restreint de façon énorme la liberté d’association en Pays Basque. Maintenant, il y a un contrôle qui peut être effectif de la part de la Cour européenne des Droits de l’Homme".

 

 

Batasuna

 

 

 

 

12:21 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

11-12-07

LIBERTE...

 

« La première chose sur laquelle on fait beaucoup d'erreurs, c'est qu'on croit que la liberté d'information, le droit à la liberté de la presse, c'est un droit du journaliste. Mais pas du tout, c'est un droit du lecteur du journal. C'est-à-dire que ce sont les gens, les gens dans la rue, les gens qui achètent le journal, qui ont le droit d'être informés. Ce sont les gens qui travaillent dans une entreprise, dans un chantier, dans un bureau qui ont le droit de savoir ce qu'il se passe et d'en tirer les conséquences ».

Jean-Paul Sartre

20:16 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (2) |  Facebook |

09-12-07

SPREIDINGSPOLITIEK

 

Volgens de gegevens van september 2007, zijn er

608 Baskische politieke gevangenen verspreid

over 87 gevangenissen in 4 staten.


 

3 Baskische politieke gevangenen zitten opgesloten in 2 Engelse gevangenissen en 2 andere nog eens in 2 Canadese gevangenissen. 

In de Franse staat zijn er 153 Baskische politieke gevangenen verspreid over 32 gevangenissen.

Geen enkele van hen bevindt zich in een gevangenis die in Baskenland gelegen is.

De gemiddelde afstand van die gevangenissen ten opzichte van Baskenland is 808 kilometer.  

In de Spaanse staat zijn er 450 Baskische politieke gevangenen verspreid over 51 gevangenissen.

Slechts 16 van hen bevinden zich in gevangenissen in Baskenland.

De andere Baskische politieke gevangenen zijn op een gemiddelde afstand van 623 kilometer verwijderd van Baskenland. 

 

KAART VAN DE VERSPREIDING

 

De SPREIDINGSPOLITIEK om Baskische politieke gevangenen ver van huis op te sluiten, is één van de principes waarop het gevangenisbeleid van Spanje en Frankrijk steunt.  

Een politiek die de persoonlijkheid van de gevangene wil breken, en het Collectief dat ze vormen, wil vernietigen.  

Een gevangenisbeleid dat de dood van al 22 Baskische politieke gevangenen als gevolg heeft: ten gevolge van ziektes opgelopen in de gevangenis, van een diepe depressie of van het weigeren van toegang tot medische assistentie wanneer een ziekte vastgesteld werd. Nochtans een universeel recht.

 

Men mag niet vergeten dat de spreiding ook voor de familie en vrienden van de gevangene een straf is.  

Elk weekend rijden meer dan 1200 Basken duizenden kilometers om hun vrienden, familieleden en geliefden te bezoeken.  

Deze verplaatsingen brengen niet alleen hoge kosten met zich mee maar verhogen ook de risico’s van dodelijke ongevallen op de baan.

 

Als gevolg van de spreiding zijn er al 16 familieleden en vrienden van Baskische politieke gevangenen omgekomen

 

Op 6 december 2004 waren Karmele Solaguren en Jose Luis Gerra onderweg om hun zoon Ekain te bezoeken, die in de gevangenis van Alcalá-Meco opgesloten zit. Ten gevolge van een ongeval was Jose Luis zwaar gewond. Karmele verloor het leven.

 

GENOEG!!! 
ASKI DA!!!

 

Deze schandelijke gevangenispolitiek moet stoppen! 

Rond de permanente schending van de rechten van de Baskische politieke gevangenen in Spanje en Frankrijk! 

DOORBREEK DE STILTE 

Solidariteit !


 
 

KARMELE 
in blijvende herinnering! 
 
Nee aan de spreidingspolitiek!

 

 

13:41 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

05-12-07

18/98

 

SOUFFRANCE DE LA LIBERTE EN SOUFFRANCE

 

 

L’aberrant macro procès connu sous le nom de « Sommaire 18-98 » vient de se conclure à Madrid, presque 10 ans après son instruction, aussi épouvantablement qu’il avait commencé : 46 des 52 citoyens basques inculpés ont été condamnés à des peines allant de 9 à 18 années de prison. Ils ont tous été incarcérés avant même que le verdict ne soit prononcé. Grâce à une claire collusion entre le pouvoir politique et le judiciaire, la sentence était connue d’avance par le ministre espagnol de l’intérieur, de voyage en Allemagne qui s’en est réjoui.

 

Ils ont été jugés et condamnés par l’Audiencia Nacional, tribunal politique, copier-coller et réminiscence des T.O.P. (tribunaux d’ordre public) fascistes de l’époque de Franco, dont le juge Garzón est l’un des magistrats instructeurs. C’est lui qui avait ordonné, entre autres forfaits, la fermeture des quotidiens Egin et Euskaldunon Egunkaria ; lui encore qui a interdit le parti politique Batasuna et envoyé en prison tous ses dirigeants.

 

Tous ces prisonniers politiques sont connus pour leur engagement, aussi acharné que pacifique, dans tous les domaines où le Pays Basque se construit de façon démocratique, populaire, en quête de justice sociale et politique. Parmi les condamnés figurent des avocats, des animateurs de communautés chrétiennes, des membres d’organismes populaires, des directeurs de journaux, des journalistes, des syndicalistes, des animateurs de mouvements de masse, des militants de la gauche basque, des professeurs d’université, des scientifiques, des personnes impliquées dans la langue basque, des écologistes, d’anciens maires… Il n’y manque que le monde des affaires, chasse gardée celle-ci de « l’entourage radical » du PNV.

 

La logique de ce jugement politique répond aux élucubrations de ce juge Garzón, imbu d’un sentiment infatué de sa personne, inquisiteur anti-basque du XXe siècle, dont la trajectoire internationale lui permet les plus grandes aberrations politico-judiciaires en interne. Pour lui (suivant en ceci la doctrine des gouvernements espagnols de droite ou de gauche) tout ce qui a trait à l’indépendantisme basque, tous ceux qui œuvrent pour un pays basque libre et solidaire appartiennent ou collaborent avec l’ETA.

 

Tous ces citoyens ont été condamnés pour « appartenance à la trame sociale, politique, internationale, économique ou médiatique d’ETA », certains au titre de dirigeants, d’autres en tant que collaborateurs.

 

Se taire devant cette énormité, devant ce jugement politique aux relents fascistes est un crime de lèse démocratie ; se complaire dans l’amalgame, agréer que tout militant basque, parce que militant basque, appartient à la trame d’ETA est une terrible indécence envers la liberté commune.  Nous ne pouvons pas garder silence, agir comme si rien ne se passait ou comme si ce qui se passe est logique et nécessaire.

 

Le moment est particulièrement grave, la démocratie est en réel danger. Vous en êtes avertis. Vous pouvez être pour ou contre un pays basque maître de son destin. Peu importe. Le problème est ailleurs … et si près. A quelques encablures de chez vous ; sans besoin de faire (même s’il faut le faire aussi), pour assouvir vos besoins d’engagement militant, de longs voyages revendicatifs vers d’autres peuples en danger à des milliers de kilomètres de chez vous : en Pays Basque la démocratie se meurt !

 

Et quand elle est en péril chez le voisin elle peut le devenir également en Pays Basque nord. Les récentes arrestations de personnes de chez nous obéissent au même critère, au même amalgame obscène qui traite de criminaliser tout élan politique et démocratique envers notre pays basque.

 

J’interpelle solennellement vos consciences ; j’assigne aussi mes amis des organisations politiques et des mouvements alternatifs à ne pas laisser passer ceci, à réagir, à résister. Que vous soyez en phase ou en opposition avec nos efforts pour que ce pays soit basque et solidaire. Les fondements de notre, de votre démocratie sont en jeu. 

 

Miguel Torre   07/12/04

 

 

 

13:56 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

22-11-07

CLEA

 

(1)
**Un procès qui engage nos libertés**
Ce sera donc le jeudi 20 décembre prochain, à 9 heures, que la Cour d'appel
d'Anvers rendra son verdict dans l'affaire DHKP-C, un procès qui engage nos
libertés et crée une jurisprudence à la loi dite «antiterroriste»,
jurisprudence qui va déterminer le vrai contenu de la loi.

Le Clea appelle tous les citoyens à, d'ores et déjà, bloquer cette date pour
venir, lors de l'ultime audience, soutenir les militants poursuivis. Un
rassemblement aura lieu sur les marches du Palais de Justice d'Anvers dès
8h30.

A ce sujet, vous pouvez consulter la plaidoirie de Bahar Kimyongür sur:
http://www.leclea.be/anvers/plaidoirie_bahar.html

Vous pouvez également lire les comptes-rendus des dernières audiences sur:
http://www.leclea.be/anvers/compte-rendu141107.html
http://www.leclea.be/anvers/compte-rendu151107.html


(2)
**Non à la criminalisation de la lutte sociale**
Dans «l'affaire Thierry Delforge» -ce militant syndical, membre du Clea,
condamné à un an de prison pour un graffiti- le verdict sera, quant à lui,
prononcé le mercredi 12 décembre à 14 heures au Palais de Justice de
Bruxelles. Un rassemblement aura lieu sur les marches du Palais de Justice
dès 13h30. Le militant bruxellois compte également sur votre solidarité.

Cette semaine, que ce soit mardi 20 à Anvers ou mercredi 21 à Bruxelles, plus
d'une soixantaine de personnes sont venues à chaque fois assister aux procès,
pour défendre le droit de militer. Mobilisez vos connaissances car il faudra
être encore plus nombreux les 12 et 20 décembre prochains pour les verdicts.


(3)
**Activités d'information et de soutien**
Avant cela, vous pouvez assister, à Liège, à une conférence sur la remise en
cause des droits démocratiques en Belgique, ce vendredi 23 novembre à «La
Braise».

Vous pouvez également visionner le film «Résister n'est pas un crime» et
assister à un débat au Festival du film cinéma d'Attac lors de la séance du
27 novembre, à la salle du Musée, au Botanique.

Enfin, vous pouvez participer au repas organisé en solidarité avec Thierry
Delforge au Centre Collectif García Lorca de Bruxelles, le vendredi 30
novembre à partir de 19h00.

Vous trouverez plus d'informations sur ces deux rendez-vous sur notre site
internet:
http://www.leclea.be

A bientôt.
Le Clea

20:56 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Wat denken de Zwitsers over het conflict?

 

 

Chronique d'une arrestation annoncée

Paru le Mercredi 21 Novembre 2007
   MATHIEU CRETTENAND*    

Opinion PAYS BASQUE - L'arrestation, début octobre, des membres de la direction du parti séparatiste basque Batasuna est révélatrice du climat actuel qui règne au Pays basque à la suite de la rupture du cessez-le-feu par l'ETA.
Quatre mois après l'annonce de la rupture du cessez-le-feu «permanent» par l'organisation séparatiste basque Euskadi Ta Askatasuna (ETA) (7 juin 2006), l'automne a amené avec lui une vague d'arrestations sans précédent dans le milieu indépendantiste basque. En effet, le 4 octobre dernier, au nom de la lutte contre le terrorisme, le juge Baltazar Garzón a ordonné l'arrestation de vingt-trois cadres politiques du parti Batasuna, lequel représente entre 12% et 15% de l'électorat au Pays basque espagnol. Cette rafle n'a de spectaculaire que son ampleur. Depuis l'échec du processus de paix initié officiellement par le gouvernement espagnol de José-Luis Zapatero en juin 2006, et surtout à l'approche des élections législatives nationales (mars 2008), la pression judiciaire et politique sur les membres du milieu indépendantiste était devenue toujours plus insistante. La détention des membres de la direction du parti indépendantiste cadre donc logiquement avec la politique menée par les autorités espagnoles au fil du temps. Pour rappel, Batasuna est un parti interdit en Espagne depuis 2003 pour être considéré comme le bras politique de l'ETA.

Une vengeance politique?

L'annonce par l'ETA de la rupture des négociations avec le gouvernement a provoqué l'ire des autorités espagnoles. Pour ne pas devoir payer le prix politique de l'échec du processus de paix aux prochaines élections nationales, le gouvernement socialiste a choisi une nouvelle fois la manière forte pour répondre au défi de l'indépendantiste basque. L'histoire semble se répéter à l'infini au Pays basque depuis la transition démocratique espagnole, puisqu'aucun des gouvernements n'a été, jusqu'à aujourd'hui, capable de mener à terme un processus de résolution du dénommé «conflit basque». Encore une fois, les pires prévisions ont eu raison des espoirs qu'avait suscité cette nouvelle volonté de dialogue politique pour obtenir une résolution pacifique du conflit. La récente détention des membres de la direction de Batasuna correspond malheureusement à un schéma habituel du gouvernement espagnol, alternant le bâton et la carotte avec le parti indépendantiste selon les circonstances. Pour les milieux indépendantistes, la rupture de la trêve par l'ETA, et par conséquent des négociations, annonçait le retour des temps difficiles, ceux-ci ne faisant sans le moindre doute que débuter.
En analysant la situation actuelle, un mois après ces détentions, on ne peut éviter de soupçonner dans l'arrestation de la direction de Batasuna une vengeance politique. En effet, en criminalisant aux yeux de l'opinion publique les mouvements liés au séparatisme basque, le gouvernement socialiste, avec l'appui du pouvoir judiciaire, fait preuve d'opportunisme politique et évite d'assumer sa part d'échec dans le processus de négociations. Cependant, en agissant ainsi, le gouvernement oublie momentanément que les questions de fond du conflit n'ont toujours pas trouvé de solutions durables et pacifiques. Alors, pourquoi cette conclusion si catastrophique, alors qu'une proposition d'accord était encore sur la table au mois de mai 2007? Le gouvernement espagnol s'est-il risqué dans ce processus sans être décidé à s'engager dans une solution durable pour le conflit? Pour sa part, le séparatisme basque a-t-il fait preuve d'intransigeance dans ses revendications? Ce sont autant de questions auxquelles il faut répondre pour prendre le pouls actuel du conflit basque.


Les négociations du processus de paix

Le processus de paix qui s'est achevé en juin dernier constituait la troisième tentative de trouver une solution à la question basque depuis la transition démocratique espagnole (1975-1978). A nouveau, deux concepts étaient au centre des négociations: le droit à décider du peuple basque (l'autodétermination) et la territorialité (regroupement des régions constituant le Grand Pays basque, en particulier les Communautés autonomes du Pays basque et de la Navarre, la partie française étant définitivement traitée à part). En acceptant de négocier politiquement de la question, il semble bel et bien que le gouvernement de Zapatero était décidé à trouver une solution négociée au conflit basque. Néanmoins, un retour sur le contenu des négociations filtré par la presse basque et espagnole nous surprend du manque d'ouverture des autorités espagnoles au moment de se compromettre réellement pour une solution mettant un terme à la lutte armée. En effet, l'issue des négociations était de toute évidence imaginable depuis l'initiation du dialogue.
Durant les deux rounds de négociations – en automne 2006 et en mai 2007, dont certaines réunions ont été effectuées sous les auspices du Centre pour le dialogue humanitaire Henry-Dunant –, deux modèles pour le Pays basque s'affrontaient: d'un côté, la gauche nationaliste exigeait la constitution d'une nouvelle Communauté autonome composée du Pays basque actuel (Euskadi) et de la Navarre avec une consultation préalable de la population; de l'autre côté, le gouvernement socialiste ne proposait qu'une réforme institutionnelle dans les Communautés autonomes basque et de Navarre, avec la possibilité de constituer un organe commun entre les deux régions, mais en aucun cas la création d'une nouvelle Communauté autonome. Le refus systématique du gouvernement d'entrer en matière sur les propositions du mouvement séparatiste provoqua la décision de l'ETA de mettre un terme au cessez-le-feu déclaré le 22 mars 2006. En refusant de continuer à négocier sur cette base, l'organisation armée annonçait qu'elle ne déposerait jamais les armes pour une demi-solution au Pays basque. La résignation de la direction de Batasuna à la décision de l'ETA contribuait pour sa part à faire perdurer le conflit.
A cinq mois des élections législatives nationales prévues le 9 mars 2008, il est plus qu'improbable que le gouvernement et les partis politiques se risquent dans un nouveau processus de paix. En effet, le coût politique d'un tel processus exige aujourd'hui des acteurs politiques de mesurer avec soin toutes leurs positions et leurs interventions publiques en relation au conflit basque. De plus, d'un point de vue électoral, la décision de l'ETA de refaire entendre les armes astreint les autorités espagnoles à multiplier les actions répressives pour démontrer à la société espagnole sa ferme volonté de démanteler la structure de l'organisation en utilisant tous les moyens policiers et judiciaires, y compris contre des groupes n'ayant rien à voir avec la lutte armée. Néanmoins, penser que la répression de l'Etat sera capable à elle seule d'anéantir complètement l'ETA est une vision irréelle. L'ETA n'a pas besoin de milliers de membres pour jouer son rôle dans le conflit. Le renouvellement constant de ses militants nous enseigne qu'elle n'a actuellement aucune difficulté pour se régénérer et poursuivre sa fonction de stimulation d'un processus de négociation.


Marge de manoeuvre étroite

Ainsi, même privée de justification et de légitimation depuis les attentats islamistes du 11 mars 2004 de Madrid, la violence politique qui attire l'attention internationale sur le conflit basque semble fatalement condamnée à fonctionner et à se perpétuer de la même manière. A moins qu'un gouvernement ne fasse preuve de volonté politique en acceptant les réformes institutionnelles nécessaires à la résolution du conflit. Zapatero osera-t-il une nouvelle négociation s'il est réélu en mars 2008? Rien n'est moins sûr. Toutefois, l'alternative du parti de la droite, le Parti populaire, ne laisse pas beaucoup de marge de manoeuvre au nationalisme basque dans la recherche d'une solution au conflit. I
Note : *Ligue internationale pour les droits et la libération des peuples (LIDLIP

 

09:20 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

20-11-07

Observatoire international des prisons

 

L’OIP demande la publication immédiate des constats et recommandations du Comité de prévention de la torture (CPT)

19/11/07

La section française de l’Observatoire international des prisons (OIP) vient d’interpeller Mme Rama YADE, secrétaire d’État aux droits de l’homme dont les services assurent la liaison avec le Conseil de l’Europe, pour que le gouvernement lève sans délai la confidentialité qui frappe le rapport établi par le Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) à la suite de sa neuvième visite en France effectuée entre le 27 septembre et le 9 octobre 2006, ainsi que la réponse des autorités françaises déposée à Strasbourg le 8 novembre 2007.

La publication immédiate de ces deux documents apparaît d’autant plus indispensable qu’un projet de loi pénitentiaire est sur le point d’être soumis à la discussion du Parlement de sorte à remédier aux critiques récurrentes dont font l’objet les prisons françaises. Il importe que les faits constatés par le CPT ainsi que ses recommandations soient portés à la connaissance de la représentation nationale et, plus largement, fassent l’objet d’une restitution publique.

Pour la plupart des pays, l’autorisation de publier le rapport et la réponse associée intervient dès réception de cette dernière par le CPT. La France refuse jusqu’à ce jour de souscrire à ce principe (lors de la visite effectuée par le Comité en 2004 à l’île de la Réunion, six mois ont séparés le dépôt de la réponse française et l’autorisation de publier). Cette situation est d’autant plus dommageable que la publicité des travaux du CPT est de nature à inciter les agents des services concernés à mettre fin aux manquements constatés et les autorités à mettre en œuvre les mesures préconisées. Elle est également d’autant plus regrettable que des pays comme la Norvège, la Suède ou le Danemark autorisent le Comité à rendre public successivement ses « observations préliminaires » (qui suivent la visite) puis son rapport (transmis aux autorités six mois après la visite) et enfin la réponse du gouvernement (qui doit être remise six mois après réception du rapport). Il est indéniable que cette pratique permet de renforcer notablement la portée des constats et préconisations du CPT.

L’OIP rappelle que lors de sa précédente visite en métropole en juin 2003, le CPT avait considéré (1) que dans les maisons d’arrêt dans lesquelles il s’était rendu (2) « les détenus étaient soumis à un ensemble de facteurs néfastes -surpeuplement, conditions matérielles déplorables, conditions d’hygiène créant un risque sanitaire indéniable, sans même mentionner la pauvreté des programmes d’activités - qui peuvent légitimement être décrits comme s’apparentant à un traitement inhumain et dégradant ». Par ailleurs et plus généralement, le CPT affirmait que la « réduction immédiate et drastique du surpeuplement (...) constitue une exigence fondamentale pour assurer, sans plus attendre, des conditions de détention dignes et humaines à la population incarcérée ».

L’OIP souligne de surcroît le rôle du CPT qui, dans le cadre de son 17ème Rapport général d’activités, indiquait que son « but est de provoquer des changements nécessaires afin de renforcer la protection contre les mauvais traitements » et que « ce n’est que dans le cas où le dialogue entre le Comité et un État conduit à la réalisation de cet objectif que l’on peut parler de coopération efficace ».

(1) Rapport au Gouvernement relatif à la visite effectuée en France par le CPT du 11 au 17 juin 2003, Strasbourg, 31 mars 2004. (2) établissements de Loos (Lille) et de (Saint-Roch) Toulon.



Source/auteur : http://wwwoip.org

11:22 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

17-11-07

CLEA

 

Ce mardi 20 novembre 2007 se tiendra la dernière audience du procès DHKP-C.
Après les plaidoiries des avocats, c'est au tour des prévenus présents,
Sukriye Akar, Kaya Saz, Musa Asoglu et Bahar Kimyongür de parler.

Ces quatre militants ont des choses à dire à la Cour mais également à tous les
citoyens de notre pays.
Venez donc les écouter et les soutenir, dès 8H30 à la Cour d'appel d'Anvers,
35A Waalse Kaai.

Vous pouvez découvrir les principaux arguments avancés par les avocats ainsi
qu'un compte-rendu complet des dernières journées du procès sur:
http://www.leclea.be/anvers/compte-rendu12-131107.html

Vous pouvez consulter la Carte Blanche, publiée dans La Libre Belgique de ce
16 novembre, traitant des enjeux du procès DHKP-C sur:
http://www.lalibre.be/article.phtml?id=11&subid=118&art_id=383493

Le Clea
contact@leclea.be

autocollant

17:36 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

13-11-07

ASKAPENA

 

Nous sommes conscients que la désinformation est une arme de guerre utilisée pour stopper les processus de libération, pour séparer les peuples. 


 

Askapena, organisation internationaliste basque, fait un petit résumé de la situation actuelle au Pays basque et porte à votre connaissance les noms des organisations qui ont exprimé leur soutien et dénoncé l'incarcération de la direction de Batasuna et la recrudescence de la répression. 


 

Situation au Pays basque et solidarité internationaliste 

Depuis que le PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, actuellement au gouvernement en Espagne) et le PNB (Parti Nationaliste Basque, actuellement au gouvernement autonome basque) ont décidé d’interrompre, en janvier 2007, la ronde de négociations qu’ils étaient en train de mener avec Batasuna (Unité Populaire Indépendantiste) et la  rupture qui a suivi, en juin, du cessez-le-feu que l’organisation politique et militaire ETA avait déclaré en mars 2006, la répression a  significativement augmenté au Pays basque. 


 

Répression 

Pendant les six premiers mois du cessez-le-feu décrété par l’ETA 

- 38 militants de diverses associations sociales ont été convoqués par les juges du Tribunal National pour répondre du travail politique qu’ils étaient en train de réaliser. 

- 46 actes politiques ont été interdits. 

- 23 manifestations ont été violemment réprimées. 

- 208 citoyens et citoyennes basques ont été jugé(e)s pour leurs activités politiques. 

- La police espagnole a réalisé, au moins, 73 contrôles sur les routes du Pays basque. 

- L’armée espagnole a réalisé des manoeuvres dans 27 villages du Pays basque. 

- 476 personnes ont subi des contrôles d’identité pour avoir fait de la propagande politique. 

Ces derniers deux mois 

- Batasuna (parti indépendantiste qui a  15% des voix), Askatasuna (association de soutien au Collectif de prisonnier(e)s politiques basques), Senideak (Association des familles des prisonniers politiques basques), Segi (Organisation des jeunes indépendantistes) (et un long etcoetera) sont des organisations basques qui continuent à être interdites depuis la fin de l’année 2002. 

- 9 septembre : une manifestation en faveur du Collectif des prisonnier(e)s politiques basques, qui avait lieu tous les ans depuis plus de 30 ans à Donostia, a été interdite par le gouvernement basque. 9 personnes ont été arrêtées et 11 personnes ont été blessées. Une des personnes arrêtées a été Juan Mari Olano, porte-parole d’Askatasuna. 

- 25 septembre : la police française a arrêté 13 citoyens et citoyennes basques au nord du Pays basque (Pays basque sous administration française), dont 7 ont été incarcérées. 

- 18 octobre : l’ertzantza (police basque) a violemment réprimé, à Hernani, un hommage de masse rendu aux gudaris (militants basques) du village. Le résultat en a été plusieurs personnes blessées et  2 personnes arrêtées. 

- 31 octobre : le prisonnier politique basque Iñaki Bilbao, qui se trouve dans la nouvelle prison de Puerto III (tout au sud de la Péninsule Ibérique), arrête la grève de la faim et de la soif qu’il avait faite pendant 10 jours. Il a été transféré à l’hôpital et alimenté de  force par ordre du juge. 

- 5 novembre : 25 dirigeants de Batasuna ont été incarcérés lors de ces dernières semaines. 

La pression policière dans les rues et sur les routes augmente. 

La gauche basque fait un grand travail de mobilisation (assemblées, débats, affichages, manifestations, autodéfense, etc.) dans le domaine social, culturel et politique : éducation, mouvement ouvrier, jeunes, populaire, récupération de la langue, défense des prisonniers et prisonnières politiques... Et tout cela avec l’objectif tactique d’obtenir le droit à l’autodétermination du peuple basque dans la lutte vers un Pays basque indépendant et socialiste.  

Jo ta ke irabazi arte ! 

Dans cette lutte le peuple basque n'est pas seul, de partout arrivent des marques de solidarité. Les dénonciations et mobilisations internationales de solidarité avec la gauche indépendantiste basque ont augmenté, voici les signatures de quelques partis, collectifs et mouvements. 
 

Europe 

Galice :

- NÓS-Unidade Popular 
- A.C. O Fervedoiro (Cuntis) 
- Primeira Linha

- FPG (Galiza)

- PL (Galiza)

- C.S. A Fouce  
- AGIR, Organizaciom Estudantil da Esquerda Independentista 
- C.S. Atreu! (A Coruña) 
- CEIVAR, Organismo Popular Anti-repressivo 
- Chove ou!?, Colectivo Galego em Euskal Herria 
- C.S. Henriqueta Outeiro (Compostela) 
- L.S. Baiuca Vermelha (Ponteareas

- Causa Galiza (C.GZ, Galizia) 

Castille :

- Izquierda Castellana.

- Comite de Solidaridad con los Pueblos (Valladolid) 

État espagnol :

- Plataforma por la paz, el diáogo y los derechos

- PCPE

- POR

- PCEr

- PCE (m-l)

- Corriente Roja

- Espacio Alternativo

- Socorro rojo

- Comunistas 3

- Gazte Komunistak

- Insurgente.org 

Paya Catalans :

- Endavant

- CAJEI

- Coordinadora Obrera Sindical - COS

- Corrent Roig

- Comite de Solidaridad de Barcelona

- Moviment de Defensa de la Terra

- Comité Català de Solidaritat Internacionalista.

- Comié executiu del PSAN 

Andalucie :

- Jaleo-Andalucia gazte erakundea.

- Asociaci Cultural Identidad Andaluza (Almeria).

- CUT-BAI (andalucia) 

État français :

- LCR

- JCR (Jeuness Comunist Revolutionare)

- Comité « Liberez-les des soutien aux prisonniers politiques » - Nord-Pas de Calais

- CSPB (Paris)

- Corti-ko sinatzaileak 

Corse :

- Ghiuventute pasolina

- Corsica Nazione Indipendente 

Bretagne :

- Emgann 

Occitanie :

- Anaram Au Patac 

Sardaigne :

- A Manca pro s’Indipendentzia –Sardigna

- « 28 de Abrili »-Organizadura de sa Juventudi Sarda

- IRS

- Associazione Culturale “la citta di Ar”Sassari (Sardegna) 

Grèce :

- KOE Communist Organization of Greece

- Greek Social Forum

- The Anti-imperialist Space. 

Italie :

- CSO Vittoria

- Rete dei Comunisti

- Federazione Giovanile Comunisti italiani Roma

- Comitato con la Palestina nel cuore

- Radio Euskadi (RadioOndaRossa)

- Confederazione Cobas

- Federazione Romana del Partito della Rifondazione Comunista

- Coordinamento per l'unità dei comunisti

- CDR

- Sindicato dei Lavoratori in Lotta (SLL-Napoli, Italia).

- PRC (Bologna, Italia)

- Militant, Associazione Sinistra Critica

- L'Ernesto

- Erromako Euskaldunberriak

- Marco Odorici (Capogruppo PRC Comune Casalecchio di Reno)

- Fosco Giannini (senatore Prc, direttore de « L'Ernesto »)

- Enrico Campofreda (giornalista, Roma)

- Adriana Spera (Capogruppo P.R.C.-S.E al Consiglio Comunale di Roma)

- Claudio Ortale (capogruppo PRC-SE Municipio Roma 19)

- Nando Simeone (Consiglio Provinciale di Roma)

- Comitati d'Appoggio alla Resistenza – per il Comunismo (CARC, Italia)

- Associazione Culturale “la citta di Ar”Sassari (Sardegna)

- Associazione !a la calle! (Paolo Pontaleoni, Italia)

- Colletivo Internazionalista di Napoli (Italia)

- Comitato Friul-Euskal Herria 
 

Autriche :

-Collectif Révolution Permanente (DNK, Autriche) 

Flandres :

- N-VA 

Suisse : 
- CSOA il Molino, Lugano 
- CUAE, sindacato studenti universitari di Ginevra
 
 

Amérique 

Martinique :

- PKLS 

Guyanne (Gwyian) :

- Mouvement de Décolonisation et d'Emancipation Sociale (MDES) 
 

Mexique :

- Députés Humberto Zazueta Aguilar et D. José Jacques Medina (PRD)

- Coordinación Nacional Frente Nacional de Lucha por el Socialismo (FNLS, Mexico )

- Organizaciones Libres del Pueblo (OLP) 
 

Colombie :

- Comité de Solidaridad Presos Politicos-Santiago de Cali-Colombia

- Red estudiantil Antorcha 

Venezuela :

- Coordinadora Simón Bolivar.

- Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV, Venezuela).

- Congreso Bolivariano de los Pueblos

- Coordinadora Popular de Caracas

- Movimiento Gayones

- Casa de Encuentro Bolivariana Freddy Parra

- Colectivo Alexis Vive

- Telesur 

Argentine :

- Martin Fierro

- Quebracho (Argentina)

- Frente Popular Darío Santillán

- Diáspora, Rosario (Argentina)

- Movimiento Libres del Sur (MLS, Argentina) 

Chili :

- MPMR Movimiento Patriótico Manuel Rodriguez  

Bolivie :

- CC- P.C (MLM) de la Bolivie 

Uruguay :

- Plenaria Memoria y Justicia

- 26 marzo/ Frente Amplio

- Asamblea Popular

- Organización Libertaria Cimarrón

- Sindicato del Taxi *SUATT

- Radio Centenario

- Resumen Latinoamericano

- Journal El Adoquin

- Canal 2 TV Comunitaria

- Radio Comunitaria

- Estudiantes psicología

- FUCVAN (Cooperativistas de Vivienda por Ayuda Mutua)

- Agencia Bolivariana de Prensa

- CCB (Coordinadora Continental Bolivariana) 
 

Asie 

Kurdistan:

- MLCP (Northern Kurdistan)

- Yekitiya Xwendekar Kurdistan (YXK, Kurdistan). 

Inde :

- Manik Mukherjee-Vice-President-All India Anti-imperialist Forum 
 

Afrique 

Afrique su Sud :

- South Afric Comunist Party (SACP, Hegoafrika) 

Océanie

Tahiti :

- Tavini Huiratiraa 
 

Maluku:

- Maluku-ko Siwa-Lima frontea 

Il ya eu des manifestations à : Belfast, Cork, Dublin, Milano, Rome, Santiago de Chili, Montevidéo, Caracas, Bordeaux, Rennes, Barcelone... dont quelques unes devant les ambassades d'Espagne.

 

Merci beaucoup pour votre solidarité, la lutte continue.

Vive la tendresse des peuples !

Vive la solidarité internationaliste ! 

Askapena. Mouvement internationaliste de solidarité

Novembre 2007

 

askapena_miniatura

 

16:56 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |