28-05-09

Des Basques à l'ONU

 

Autonomia Eraiki se rend à l'ONU pour faire entendre la voix des Basques

Frederik Verbeke - publié 12/05/2009 | eitb.com |

Tout comme l'an dernier, l'objectif de la délégation basque est d'obtenir pour le peuple basque d'Iparralde "les moyens de garantir son existence", de démontrer que dans l'Hexagone il y a aussi des peuples autochtones, et que l'Etat français refuse de les reconnaître.


Des membres du groupement autonomiste basque Autonomia Eraiki (la voie de l'autonomie) se rendront à New York pour y participer à la session annuelle de l'instance permanente sur les questions autochtones des Nations unies (UNPFII), qui auront lieu du 18 au 29 mai.

Chaque année, des délégations des peuples autochtones du monde entier s'y rassemblent pour discuter des questions autochtones sur le développement économique et social, l'environnement, la culture, l'éducation, la santé et les droits de l'homme.

Pour la deuxième année consécutive une délégation en provenance du Pays Basque nord participera à la réunion.

Créé en 2007, Autonomia Eraiki veut dénoncer à New York que l'Etat français ne respecte pas la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones qu'il avait pourtant signé en septembre 2007.

Tout comme l'an dernier, l'objectif de la délégation basque est d'obtenir pour le peuple basque d'Iparralde (Pays basque nord) "les moyens de garantir son existence", de démontrer que dans l'Hexagone il y a aussi des peuples autochtones, et que l'Etat français refuse de les reconnaître alors même qu'il a signé cette déclaration des Nations unies.

La délégation ne présentera pas seulement la situation du Pays Basque, mais profitera aussi de ces sessions pour resserrer les liens avec quelques-unes des nombreuses délégations qui y participeront.

L'UNPFII, qui se définit elle-même comme "la voix des autochtones aux Nations unies", est une instance créée en 2000 auprès du Conseil économique et social de l'ONU.

 

Un rapport de l'ONU dénonce la discrimination linguistique en France

Dans le cadre de cette réunion à l'ONU, il convient de rappeler qu'au mois de mars 2008, l'ONU avait publié un rapport, réalisé par l'experte indépendante Gay Mc Dougal, dénonçant la discrimination soufferte par les minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques de la part de l'Etat français, et qui mettait surtout l'accent sur le non respect des droits linguistiques et culturels des Bretons, des Catalans, des Occitans et des Basques.

Dans ce rapport, Mc Dougall remarquait que "la politique du gouvernement est de promouvoir le français au détriment des langues régionales" et dénonçait que la communauté basque était "menacée en France par manque de statut officiel".

Suite à ce rapport, l'Observatoire des Droits Linguistiques Behatokia avait critiqué que l'Etat français continuait à faire la sourde oreille aux recommandations de l'ONU telles que reconnaître l'existence de minorités "nationales ou ethniques, religieuses ou linguistiques" ou modifier les lois pour permettre de sanctionner les pratiques discriminatoires.

Mais le rapport, qui considérait que le basque était menacé en France par manque de statut officiel, se penchait aussi sur le sort les autres communautés autochtones. Les communautés religieuses et ethniques de l'Hexagone souffrent aussi régulièrement des frustrations à cause de leur marginalisation dans la vie politique et sociale, une situation qualifiée d'extrêmement grave.

 

 

 

Pour tout savoir sur le déroulement de cette visite :

 

http://autochtonia.hautetfort.com/

 

logo_gde

16:03 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

De commentaren zijn gesloten.