29-09-08

Geen vervolging...

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

TOUS LES MILITANTS LIBÉRÉS

La justice cesse ses poursuites contre Batasuna et le bar Kalaka

 

Eitb24

26/09/2008

L'action engagée au Pays Basque nord contre Batasuna est terminée, tous les membres ont été relâchés sans aucune charge. Et les 4 prévenus du Kalaka devraient aussi être relâchés.

 Le "coup de filet chez les nationalistes basques" a tourné court : les interrogatoires et les éléments collectés lors des perquisitions, notamment au siège à Bayonne du parti Batasuna, interdit en Espagne mais légal en France, n'ont pas permis de réunir des éléments à charge suffisants pour fonder des poursuites dans l'immédiat, précise-t-on de source judiciaire.

Les quatorze personnes placées en garde à vue ont donc été remises en liberté.

Si les enquêteurs espèrent "pouvoir progresser après l'exploitation complète des documents saisis et des investigations complémentaires", cette enquête préliminaire du parquet antiterroriste sur l'hypothèse d'un financement des attentats commis par l'ETA par l'intermédiaire du parti Batasuna en France n'a pas abouti.

Si ces soupçons avaient été confirmés, la dissolution de Batasuna en France serait devenue possible, une perspective qui devrait s'éloigner avec l'échec de l'opération.

Selon le parquet de Paris, 11 militants indépendantistes basques ont été arrêtés mercredi dans deux dossiers différents, tandis que les familles des personnes visées et Askatasuna ont toujours affirmé que 14 personnes avaient été placées en garde à vue.

Une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris portait sur le financement de partis politiques basques comme EHAK, suite à la demande du juge espagnol Baltasar Garzon.

Les autres arrestations sont intervenues dans le cadre de l'information judiciaire ouverte suite à l'attentat perpétré le 11 juin 2006 à Bidarray (Pyrénées-Atlantiques) contre l'hôtel Ostapé du chef Alain Ducasse, a-t-on appris de source judiciaire et auprès des personnes libérées vendredi.

La fin du dossier "Kalaka"

Selon des sources reliées au Parquet de Paris, une des quatre personnes détenues à titre provisoire depuis presque un an dans l'affaire du bar Kalaka aurait quitté vendredi soir la maison d'arrêt d'Angoulême où il était en détention provisoire, ajoutant que les trois autres "devraient suivre".

L'attentat perpétré contre le complexe hôtelier d'Alain Ducasse le 11 juin 2006, et toujours en attente de jugement, avait vu en effet la perquisition, le 24 septembre 2007, du bar "Kalaka'' de Saint-Jean-Pied-de-Port et l'arrestation d'une quinzaine de personnes dont quatre étaient toujours en attente de jugement.

A l'occasion de la proximité avec ce premier anniversaire, plus de 1.000 personnes avaient manifesté samedi dernier à l'appel de l'association de défense des prisonniers basques Askatasuna pour protester contre ces incarcérations.

 

 

 

12:24 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

25-09-08

Enkele reacties

 

Hieronder enkele reacties na de arrestaties die Baskenland troffen met een "korte" vertaling of samenvatting

ASKATASUNA

14 Bourgneuf Karrika 64100 Baiona/14 Rue Bourgneuf 64100 Bayonne

Tel / Fax : 00 33 5 59 59 01 84

Mob: 06 21 92 57 48

askatasuna.eh@free.fr

www.askatu.org

CONFÉRENCE DE PRESSE DE CE MATIN

Voici le texte lu par Maite GOYENETCHE et Miguel TORRE, porte-parole de BATASUNA, lors de la conférence de ce matin à Bayonne.

"Conférence de presse de BATASUNA

Le 25 Septembre 2008

Merci de votre présence.

Nous sommes ici des membres de BATASUNA et de la gauche abertzale.

Nous allons vous faire part de la lecture que Batasuna fait suite aux arrestations survenues hier.

A l'issue de cette analyse, il n'y aura pas pour l'instant d'autres interventions ou questions-réponses.

Le parti politique BATASUNA tient tout d'abord à exprimer son entière solidarité avec les personnes arrêtées ainsi qu'avec leurs familles respectives.

Les raisons pour justifier cette opération sont variées et disparates.

Mais nous ne tomberons pas dans le piège de l'intoxication de l'Etat français. Nous souhaitons clarifier la véritable cause de ces arrestations.

En arrêtant des porte-parole et des militants actifs de BATASUNA, en réalisant des perquisitions dans les domiciles des militants et dans son siège c'est bien la structure politique même de BATASUNA et le projet porté et animé par BATASUNA que l'Etat français veut anéantir. L'Etat français a voulu et veut porter un coup fatal à BATASUNA, mais BATASUNA est ici, devant vous, et sera présent dans les jours à venir pour continuer son travail politique de terrain.

La répression de l'Etat français contre BATASUNA se situe à un moment clé dans la situation politique en Pays Basque. BATASUNA a plusieurs fois indiqué qu'un nouveau cycle politique commençait pour le Pays Basque Nord.

En effet, face à la politique de négation et d'assimilation orchestrée par l'Etat français depuis plusieurs décennies, et face aux pseudo-outils de concertation et de développement proposés par lui au Pays Basque, BATASUNA a pris l'initiative de lancer une nouvelle proposition pour sortir le Pays Basque nord de l'agonie actuelle.

En janvier 2007, BATASUNA a rendu publique sa proposition d'un cadre d'autonomie pour le Pays Basque Nord. Ce cadre institutionnel a pour objectif de reconnaître le Pays basque nord, d'y renforcer la démocratie locale et de lui donner des compétences dont il a besoin pour exister et des moyens adéquats. Ce cadre autonomique est le minimum vital pour la survie du Pays Basque nord.

Or, la nécessité d'un cadre institutionnel, est partagée par beaucoup d'acteurs socio-économiques et par des agents politiques autres que BATASUNA. Beaucoup affirment aujourd'hui que les pseudo-outils proposés par l'Etat, ne permettent pas de sortir le Pays Basque Nord de la situation alarmante dans laquelle il se trouve.

Et c'est bien cela que l'Etat français ne supporte pas, ce dont il a peur.

Ce n'est pas BATASUNA en soi mais bien la volonté d'un pays de se prendre en main que l'Etat français veut anéantir, c'est l'existence du Pays Basque que l'Etat français souhaite voir disparaître.

M. Sarkozy, Mme Alliot-Marie, le Pays Basque existe : reconnaissez-le.

Ainsi, donc, pour l'Etat français BATASUNA, qui constitue une véritable force de proposition et de mobilisation est de trop et c'est pourquoi il a arrêté mercredi ses militants.

L'Etat français a peur : d'une proposition d'Autonomie : d'une chambre d'agriculture alternative, de projets sociaux et économiques qui voient le jour grâce à la participation financière des habitants des 7 provinces, de la force de notre proposition.

Il est clair pour Batasuna, au vu de ces éléments analysés, que nous sommes face à une opération politique et non judiciaire comme l'a déclaré Mme Alliot Marie ; que, sous pretexte d'attentats et autres, le but est bien de stopper l'activité politique de Batasuna et la dynamique lancée pour reconnaître le PB nord.

Afin de maintenir un semblant de démocratie, l'Etat français n'ose pas encore véritablement franchir le pas de l'illégalisation d'un parti ou de mouvements. Mais il bloque les comptes bancaires de ses militants, il collabore aux mandats d'arrêt européens, il envoi en justice des associations, il salit et criminalise des centaines de militants...

Face à cette attitude anti démocratique, nous devons garder le cap et continuer à travailler ensemble pour atteindre nos objectifs, à savoir la reconnaissance et le respect du Pays Basque.

Dans l'immédiat, nous appelons les forces vives de ce pays à se rassembler pour dénoncer ces arrestations massives, et défendre le droit à la liberté d'association et d'expression.

A cet effet, BATASUNA appelle à une manifestation, ce samedi 27 septembre à 16H à la place des basques à Bayonne.

Le thème de la manifestation sera :

« Euskal Herria Onartu eta Errespetatu - Herria aintzina-Batasuna Aintzina »

« Reconnaissez et respectez le Pays Basque.

Le peuple va de l'avant - Batasuna va de l'avant ».

Nous appelons aussi toutes les forces politiques, syndicales et autres à ne pas se taire devant la situation, à exprimer leur désaccord et à appeler à la manifestation de samedi.

Merci pour votre présence et à samedi"

Euskal Herria, le 25 septembre 2008

 

BATASUNA verklaart zich solidair met de opgepakte personen en hun families. Volgens hen wil de Franse Staat door de arrestaties en huiszoekingen de politieke werking van Batasuna ten gronde richten.  Batasuna deed meerdere voorstellen om Baskenland uit zijn doodstrijd te helpen. Het is niet zozeer Batasuna als wel de wil van de Baskische bevolking die door de Franse Staat moet vernietigd worden. Frankrijk wil Baskenland zien verdwijnen. Daarom moesten de militanten van Batasuna opgepakt worden.
Frankrijk is bang voor een vraag naar autonomie.

Het gaat hier niet om een rechterlijke operatie maar om een politieke handeling, onder het voorwendsel van onderzoeken naar aanslagen en andere met het doel de politieke activiteiten van Batasuna te stoppen.

Batasuna roept op deze arrestaties aan te klagen en de vrijheid van vereniging en meningsuiting te verdedigen.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE D'AUTONOMIA ERAIKI

 

Jeudi 25 septembre.

Pour tout contact ; Filipe Lascaray 06 09 01 01 38

Gabi Mouesca 06 23 16 27 23

 

Autonomia Eraiki dénonce avec fermeté la vague d'arrestations qui  s'est produite ces lundi 22 et mercredi 24 septembre en Iparralde.

Ces opérations politico-judiciaires à grand spectacle n'ont pour autre but que d'alimenter un conflit sur la base de l'intoxication médiatique, l'amalgame et le mensonge.

De tels procédés, loin de concourir aux efforts nécessaires à une juste résolution du conflit en Euskal Herri, ne font qu'accroître les facteurs de crispation et de violence.

Notre  solidarité pleine et entière va à  l'ensemble des militant(e)s touché(e)s par cette répression.

Militant(e)s qui sont connu(e)s et reconnu(e)s comme des acteurs de la vie politique et sociale d'Euskal Herri.

Nous appelons l'ensemble des citoyen(ne)s à ne pas se laisser abuser par les gesticulations répressives de l'Etat français et à participer aux diverses actions de solidarité faisant suite à cette scandaleuse opération.

 

Autonomia Eraiki

25 septembre 2008.

 

Autonomia Eraiki klaagt de arrestaties aan. Volgens hen hebben deze operaties enkel tot doel het conflict aan te wakkeren door middel van mediatieke intoxicatie, amalgamen en leugens. Deze middelen, in plaats van tot een oplossing te leiden, vergroten enkel de ergernis en verhogen het risico op geweld.

Zij betuigen hun solidariteit met de betrokken personen en roepen de Baskische burgers op zich niet te laten misleiden door de repressieve bedrijvigheid van de Franse Staat en deel te nemen aan de solidariteitsacties die gevoerd worden.

 

Anaram Au Patac       movement revolucionari de l'esquera occitana

COMUNICAT DE PREMSA   -  COMMUNIQUE DE PRESSE  /  25-09-2008

 

Anaram au Patac condamne l'opération policière française contre la gauche independantiste basque 

Le mouvement de la gauche révolutionnaire occitane Anaram Au Patac constate une nouvelle fois que le gouvernement français suit la stratégie policière et judiciaire sans issue que mène Madrid depuis plus de 10 ans aujourd'hui contre le mouvement de libération basque.

Les arrestations spectaculaires effectuées ces derniers jours contre les représentants de Batasuna sont l'illustration de cette collaboration et de la mise en scène dirigée par Madrid pour criminaliser des mouvements qui ont pignons sur rues et dont les militants sont connus et respectés.

De l'autre coté des Pyrénées, la justice espagnole a rendu illégal l'expression politique d'une partie de la population, qui ne demande que le droit de s'autodéterminer et de défendre un projet politique de gauche. C'est la mise en place d'un Etat d'exception qui ne fait qu'éloigner une résolution politique du conflit dont Madrid et Paris, pourtant, disent tant vouloir voir la fin.

L'Etat français avec son expérience dans l'ancienne Indochine, en Algérie, et plus récemment en Kanakie, n'a-t-il rien compris ? Pense t'il que l'on peut faire taire par la force un peuple qui se lève ? Et cela sans violer tous les principes signés dans les instances internationales ? Rappelons que la Guardia civile et la Policia Nacional espagnoles sont régulièrement accusées de torture contre les militants basques arrêtés et que c'est en partie avec les informations soutirées de cette façon que la police et justice française travaillent. 

Pour toutes ces raisons et par ce que Anaram au Patac revendique le respect du droit à l'autodétermination, nous condamnons cette nouvelle opération policière contre la gauche indépendantiste basques et ses militants. Une opération complètement disproportionnée contre des personnes publiques, qui ont des familles et des emplois et que la police aurait aussi bien pu convoquer.

La répression n'est pas la solution et seul des négociations et le respect des droits des peuples résoudront le conflit.

Anaram au Patac tient aussi a appeler les organisations, syndicats et associations qui se disent progressistes, a s'inquiéter de ce qui se passe au Pays Basque sud et nord. Des techniques répressives sont à l'œuvre et serviront et servent déjà à réprimer les mouvements sociaux et politiques jugés trop subversifs par les Etats.

Anaram au Patac se solidarise avec les revendications des manifestations qui ont lieu et qui auront lieu samedi 27 septembre à 16h à Bayonne, place des Basques et celle de Bilbao le samedi 4 octobre à 17h30.

Anaram Au Patac (Occittaanse linkse revolutionaire beweging) veroordeelt het politieoptreden tegen de Baskische linkse onafhankelijkheidsbeweging en stelt eens te meer vast dat de Franse regering de Spaanse uitwegloze strategie volgt.

Zij betreuren deze buitenissige actie tegen publieke personen die op een eenvoudige convocatie van de politie zouden ingegaan zijn.

22:52 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Wat gebeurt er in Noord Baskenland?

Wat is er gaande in Noord Baskenland????

 

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20080924....

 

http://www.lesinfos.tv/index.php/2008/09/24/315-interpell...

 

http://www.lefigaro.fr/

 

 

Le Journal du Pays Basque 25/9/08

 

La Justice française franchit le pas et s'en prend à un parti légal

 

 

25/09/2008

Goizeder Taberna


Lundi, six personnes ont été arrêtées ; 14 ont été interpellées hier. S'il y a quelque chose qui caractérise toutes ces arrestations, c'est bien la confusion sur leurs raisons. Cependant, les dirigeants du parti indépendantiste Batasuna ont clairement été la cible de l'opération policière menée par les juges Laurence Le Vert et Mari-Antoinette Houyvet, hier.


Effectivement, les porte-parole Xabi Larralde et Jean-Claude Aguerre ont été arrêtés à leur domicile, respectivement à Bayonne et à Juxue et le siège de Batasuna a été perquisitionné toute la journée d'hier. Ont suivi les arrestations de Jean-François Lefort et Maider Duhalde (Bonloc), Jon Irazola (Mendionde), Antton Etxeberri (Bunus), Haritza Galarraga (Saint-Pée-sur-Nivelle), Jokin Etxeberria (Urrugne), Aurore Martin (Anhaux), Patricia Martinon et Eñaut Elosegi (Ayherre), Guiliano Cavaterra, Frédéric Carricart et Gwenaëlle Morvan (Bayonne), d'après le mouvement anti-répressif Askatasuna. La police est allée chercher Zigor Goieaskoetxea, mais ne l'a pas trouvé chez lui.


Pau et Bayonne


D'eux d'entre eux, A. Etxeberri et F. Carricart, travaillent pour Le Journal du Pays Basque et se sont fait remarquer par leur professionnalisme et leur implication dans le projet. Le premier a été amené à Pau, tout comme Jean-Claude Aguerre et Maider Duhalde, et le second ainsi que Giulano Cavaterra, Jokin Etxeberri ont passé la nuit à Bayonne, d'après les informations transmises par Askatasuna, sans préciser où se trouvent les autres personnes.


L'opération semble se prolonger au moins jusqu'à aujourd'hui, puisqu'une douzaine de fourgons de la gendarmerie se sont installés à la place des Basques de Bayonne pour deux jours, d'après ce qu'ils ont dit aux journalistes.


Elle a été menée par les services de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire, et les services policiers de Pau et de Bayonne, a-t-on précisé de source policière à l'AFP. Lors des perquisitions, les maisons ont été passées au peigne fin pendant toute la journée d'hier pour certaines, d'après les témoignages des familles des personnes interpellées.


Selon le parquet de Paris, les arrestations d'hier seraient liées à deux affaires distinctes, toutes deux suivies par les juges antiterroristes parisiens Laurence le Vert et Marie-Antoinette Houyvet, présentes mercredi sur les lieux. Sept des personnes seraient interpellées par commission rogatoire, dans l'affaire de l'attentat du complexe hôtelier Ostape de 2006, et cinq autres dans une enquête préliminaire de la section antiterroriste du parquet de Paris sur le financement de la mouvance nationaliste basque, d'après les informations survenues en milieu de journée, alors qu'on ne parlait que de 12 interpellations.


Illégalisation des partis


Quatre des personnes détenues figurent déjà parmi les responsables de Batasuna qui ont été visés par la mise sous séquestre de leur compte bancaire, une opération décidée en avril dernier à la demande du juge antiterroriste espagnol Baltazar Garzon.
La presse espagnole, n'a pas hésité à lier l'opération policière et le dossier ouvert par le Juge Garzon sur EHAK. Un dossier qui vient grossir les rangs des partis interdits par la Audiencia Nacional et le Tribunal suprême. Parlant au nom de Batasuna, Maite Goienetxe a dénoncé une "illégalisation camouflée" et a demandé au Gouvernement français de ne pas suivre le chemin pris par le Gouvernement espagnol.


Réunis à Toulon pour une Conférence internationale pour la création du centre de coordination de la lutte contre la drogue dans la Mer Méditerranée, Michèle Alliot-Marie et, son homologue espagnol, Alfredo Perez Rubalcaba se sont exprimés sur l'affaire. La ministre de l'Intérieur française a précisé que l'illégalisation de Batasuna ne "dépendait pas uniquement" de son ministère.


Dans la soirée près de 900 personnes ont dénoncé cette opération dans les communes suivantes : Bayonne (250), Saint-Jean-Pied-de-Port (150), Larceveau (150), Urrugne (100), Saint-Pée-sur-Nivelle (110), Bonloc (80), Mauléon (25). Dans la soirée une centaine de personnes sont allées exprimer leur solidarité à Aurore Martin à Anhaux.

 

08:42 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

23-09-08

Balade en Pays Basque

 

Après quelques semaines d'interruption,

l'émission "BALADE EN PAYS BASQUE"

est de retour sur les ondes de RADIO BRO GWENED

(Et sur INTERNET bien sûr !)

le samedi 27 septembre

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Après avoir tenu compte des remarques constructives

dont certain(e)s d'entre vous m'ont fait part,

d'importantes modifications interviennent :


* L'émission n'aura plus qu'une durée d' 1 heure

mais le rythme devient HEBDOMADAIRE !

( De 15 h à 16 h CHAQUE SAMEDI )


* Le samedi après-midi étant souvent

un jour réservé à diverses activités,

chaque émission sera REDIFFUSEE

le lundi soir de 21 h à 22 h


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


J'espère que ces modifications
répondront à vos attentes

et je vous donne donc
RENDEZ VOUS SAMEDI 27 SEPTEMBRE à 15 h
(Ou le lundi 29 à 21h)

Pour une "BALADE EN PAYS BASQUE"
nouvelle formule

Alain

http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr/ 

 

Zaterdag 27 september begint het nieuwe seizoen van « Balade en Pays Basque », na enkele weken onderbreking.

 Vanaf nu zullen wij iedere week, van 15u tot 16u, kunnen genieten! Voor de afwezigen is het mogelijk een herhaling te horen, elke maandagavond tussen 21u en 22u.

Voor meer info, klik op de link Alain!

 

 

21:44 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

17-09-08

Autonomia

 

Het collectief Autonomia Eraiki werd opgericht in 2007 met een dubbel objectief: deelnemen aan het vredesproces met het vooruitzicht het heersende conflict in Baskenland op te lossen en de autonomie, als institutioneel instrument en als kader van een sociaal emanciperend project, te bevorderen.

Autonomia Eraiki, trouw aan zijn doeleinden en een galoperende repressie waarnemend, wenst de bewoners van Noord Baskenland te waarschuwen voor de problemen die drie militanten, Zigor, Jon en Xarlo, bekend om hun sociale en politieke acties, te wachten staan. Deze militanten zijn het slachtoffer van dezelfde Spaanse politieke, gerechtelijke kwelgeesten die ook al leidden tot het onwettig verklaren van meerdere linkse patriottische partijen en tot de opsluiting van hun verantwoordelijken. Diezelfde kwelgeesten zijn ook verantwoordelijk voor het opdoeken van kranten en het blokkeren van 35 bankrekeningen van militanten in Iparralde (Noord Baskenland) Telkens weer zijn het enkel organisaties die een politieke mening willen laten kennen die het doelwit vormen van deze vervolging. Telkens weer wordt de vrijheid van mening en van meningsuiting geschonden. In Baskenland wordt meningsvrijheid als een vergrijp beschouwd. Eenieder riskeert dan ook sancties of zelfs gevangenisstraffen.

Autonomia Eraiki herinnert er de locale en nationale politieke autoriteiten aan dat enkel de dialoog en onderhandelen kunnen leiden tot een oplossing van het conflict. De Geschiedenis kan het bevestigen. Repressie was nooit een oplossing. Repressie getuigt enkel van een gebrek aan moed en een schuldige onverantwoordelijkheid.

Daarom vragen wij allen, mannen en vrouwen, die betrokken zijn bij het beheer van Euskal Herria, te weigeren borg te staan voor de heersende Spaanse repressiepolitiek. Wij vragen hen alle mogelijke initiatieven te nemen die naar een dialoog en de vredeslogica kunnen leiden.

Autonomia Eraiki herhaalt zijn wens een democratische oplossing te bekomen voor het conflict in Baskenland. Een referendum, waar iedere burger zich vrij kan uiten zou de basis van de oplossing zijn.

AUTONOMIA? LEHEN URRATSA ASKATASUNAREN BIDEAN!   

Autonomia Eraiki 2008ko buruilaren 15-a

THE_logo

16:37 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

16-09-08

Autonomia

 

Le collectif Autonomia Eraiki s'est créé en 2007 avec un double objectif : participer au processus de paix pour résoudre le conflit en cours en Euskal Herri et promouvoir l'autonomie, comme outil institutionnel et cadre d'un projet social émancipateur.

C'est pourquoi, Autonomia Eraiki, fort de ses objectifs et prenant acte d'une escalade répressive inquiétante, tient à alerter les habitants du Pays basque nord sur la situation touchant trois militants connus et reconnus comme acteurs de la vie sociale et politique, Zigor, Jon et Xarlo. Ces militants sont les victimes de la même politique de  harcèlement de la part du bras politico judiciaire espagnol qui a conduit l'illégalisation successive de plusieurs partis de la gauche abertzale, l'arrestation et l'emprisonnement de leurs responsables, des fermetures de journaux et qui a conduit au blocage de 35 comptes bancaire de militants en iparralde. A chaque fois ce  sont uniquement des instruments d'expression politique qui sont visés et la liberté de pensée et d'expression qui est bafouée. Au Pays Basque le délit d'opinion est en vigueur et menace quiconque de répression ou même d'emprisonnement.

Autonomia Eraiki tient à rappeler aux autorités politiques locales et nationales que seule la voie du dialogue et de la négociation est de nature à mettre un terme au conflit en cours. L'Histoire nous en  est témoin. La répression n'a jamais été la solution. Elle n'a été que la marque d'un déficit de courage et d'irresponsabilité coupable.

Ainsi, nous appelons l'ensemble des hommes et des femmes qui ont une quelconque responsabilité dans la gestion du présent touchant Euskal Herri, à refuser de cautionner la politique répressive de l'Etat espagnol et à prendre toutes initiatives susceptibles de favoriser le dialogue et la logique de Paix.

Autonomia Eraiki, réitère ici son souhait de voir une résolution démocratique au conflit touchant le Pays basque basée sur la volonté librement exprimée par les citoyens d'Euskal Herri via un  référendum. AUTONOMIA, LEHEN URRATSA ASKATASUNAREN BIDEAN !  

Autonomia Eraiki taldea 2007an sortu zen helburu bikoitzarekin: gataska gainditzeko bake prozezuan parte hartu eta Autonomia bultzatu instituzio gisa eta  burujabegarri izan dadin gizarte proiektu gisa.

Hortarako, eta zapalkuntzaren igoaldi aranguragarria ikusirik, Autonomia Eraikik Euskal herritarrak abisatu nahi ditu ezagunak diren 3 militante politikoek, Zigor, Jon eta Charlok jasaiten duten  egoeraz. Militante horiek, estado españolaren politika jazarpenagarriaren ondorioz izan diren alderdi zonbaiten ilegalisazioa edo hauen arduradunen presondegiratzea baita kazeta batzuen hestea edo oino iparraldeko 35 banko konduen blokatzeak bezala, eraso berdina pairatzen dute. Aldi oroz    adierazpen politikoaren tresnak dira unkituak eta pensatzeko eta adierazteko askatasuna izorratua. Euskal Herrian iritzi edo pentsa molde delitua jarria dute eta honen izenean nor nahi zapalkuntzaren aztaparretan eror daiteke.

Autonomia Eraikik, agintari politikoeri oroitarazi nahi die, elkarrizketak baizik ez duela gatazka gainditzen ahalko.Historia hor dugu lekuko, zapalkuntza ez da sekulan aterabidea izan.

Deitzen ditugu beraz, herri honen  axola eta herri hontan  ardura edo eragina duten euskal herritar guziak Estado españolaren politika errepesiboari uko egitea eta elkarrizketaren eta bakearen alde diren ekimenak bultzatzea. 

Autonomia Eraikik, Euskal Herriaren gataska gainditzeko aterabide demokratiko baten nahia eta beharra baieztatzen  eta erreferendumaren bidez   Euskal herritarrek beren nahikeria libreki adierazteko aukera   ukan dezaten eskatzen duela berresten du.

AUTONOMIA, LEHEN URRATSA ASKATASUNAREN BIDEAN !

 

Autonomia Eraiki 2008ko buruilaren 15-a

 autonomia

21:10 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

10-09-08

Zij weigeren naar Madrid te gaan!

Trois militants abertzale refusent d'aller à Madrid

 

 Le Journal du Pays-Basque

10/09/2008

Amaiur Belauste

Dans le cadre de la procédure d'illégalisation des partis politiques basques Batasuna, EAE-ANV et EHAK par les autorités espagnoles, trois militants de la gauche abertzale ont donné une conférence de presse hier à Bayonne. Les militants de Batasuna, Zigor Goiaskoetxea et Jon Goio ont été convoqués à l'Audience Nationale de Madrid par le juge de ce tribunal d'exception, Balatasar Garzon, dans le cadre de l'affaire lié à EHAK. Et la convocation de Xarlo Etxezaharreta est liée à l'affaire d'Udalbiltza et sera également traitée par ce même juge.

Les trois militants, accompagnés par des responsables d'Askatasuna, ont tenu à expliquer leur refus de se rendre à l'Audience Nationale espagnole.

D'après Zigor Goiaskoetxea, «nous refusons de collaborer avec ce tribunal d'exception car celui-ci ne peut en aucune façon juger notre activité politique» et il a rajouté que «ce même tribunal permettait la pratique de la torture en protégeant ceux qui l'appliquaient». Il a insisté sur le fait que l'ensemble du Pays Basque vivait dans un état d'exception et a mentionné qu'avec ce procès, c'était l'activité politique de la gauche abertzale dans son ensemble qui était mis en jeu. «Leur objectif est de neutraliser les militants de la gauche abertzale» a-t-il poursuivi. Rappelons que depuis le mois d'avril dernier, plusieurs comptes bancaires ont été bloqués sur ordre de la juge Le Vert à la demande de son homologue espagnol Garzon. Askatasuna a lancé un appel de soutien et a demandé à prendre part aux mobilisations futures.

 

 

21:27 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

09-09-08

Haiz'Egoa

 

HAIZ EGOA

PRESENTATION  ALBUM - AURKEZPENA

 

« Kant' haiz zuzenean »

par

le choeur Haiz'Egoa

 

Samedi 13 septembre 11h00

 

Libraire elkar - Baiona

 

Irailaren 13a larunbatarekin 11etan

 

La présentation sera suivie d'un apéro animé par le choeur Haiz'Egoa

Aurkezpenaren ondotik, aperitifa, Haiz'Egoa koralak animaturik

 

  Le choeur Haiz'Egoa Kantuz a été fondé il y a 9 ans par quelques membres de la peña Haiz'Egoa, amoureux du chant et désireux d'interpréter à trois ou quatre voix des mélodies douces ou entraînantes.

Le choeur est dirigé par Sophie Larrandaburu, enseignante en musique et férue de chant basque. Trois musiciens viennent compléter le groupe, Valérie Lucugaray à la guitare, Florence Amestoy et Serge Etchegoyen à l'accordéon.

Choeur pluri-générationnel de plus de 50 membres, où des "vétérans" du chant basque côtoient de "jeunes" pousses pleines de fougue.

La symbiose des voix est à l'image de l'amitié et de la solidarité qui unit ses membres.

Dans un répertoire éclectique mais surtout centré sur le chant basque, le choeur interprète des créations de sa chef, des chants traditionnels basques et souletins ou des adaptations à 3 ou 4 voix de chants plus contemporains.

 Alternant les chants festifs ou plus classiques, à l'image de ce qu'est le Pays Basque, le plaisir des sens et la douceur de vivre !

 

 http://haizegoa.hautetfort.com/

drapbasq

20:42 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

03-09-08

Peio Serbielle op de radio

PEIO SERBIELLE OP DE RADIO !

 

 Nee! Niet op de Belgische, Vlaamse of Franstalige radio! Peio mag nog steeds Frankrijk niet verlaten! Voor een interview moeten buitenlandse journalisten zich verplaatsen of telefonisch contact nemen!

 Maar wel op

 FRANCE INTER

In het programma

 "Sous les étoiles exactement"

Op vrijdag 12 september 2008

Van 3u00 tot 4u00

Dit programma blijft te beluisteren op Internet gedurende 7 dagen!!!!!!!

 www.radiofrance.fr

 

♪♪♪♪♫♫♫♪♪♪♪

 

 Peio SERBIELLE ook nog op

 RADIO PAYS

 Txalaparta

 Woensdag 10 september 2008

Van 13u tot 14u

 www.radiopays.org

 radiopays

 ♫♫♫♫♪♪♪♫♫♫♫

 

 Het album NAIZ is nog steeds te verkrijgen op

www.peio-serbielle.com

  in de platenwinkels zoals

 

Mollat Musique Bordeaux: http://www.mollat.com/mollat.aspx

 Elkar Mégadenda  Bayonne : http://www.elkar.com/sarrera.cfm?hizkuntza=3&id=37333...

 Cultura  Pau : http://www.lalibrairie.com/amikuze/Musiques/?id=162181220...

Herri Ekoizpen Mauléon  : http://www.produits-basques.com/

 Kukuxka St-Jean Pied de Port 

FNAC Pau

 ESPACES CULTURELS Leclerc (Anglet, Urrugne, Oloron, Pau, Tarbes, Mont-de Marsan, Dax, St-Paul les Dax)

Diapason  Angoulême  

340MS Nîmes

Librairie Louis XIV St-Jean de Luz

 

Via Internet :

 

http://www.euskobizia.com/

http://www.gara.net/

 ttp://www.menestrersgascons.com/vente/achat/index.php?cat...

 

 Als toemaatje, luister naar Peio op

www.myspace.com/peioserbielle

 

22:13 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |