31-07-08

Balade en Pays Basque

 

 

BALADE EN PAYS BASQUE

Zaterdag 2 augustus

Van 15u tot 17u

 

De uitzending van 2 augustus wordt live uitgezonden van op het

FESTIVAL INTERCELTIQUE te Lorient

 

De groep IPARVENT zal door Alain voorgesteld worden met een interview van de zangeres Haizea .

trobadainternacional07067-full;init_

 

 EN DIRECT sur INTERNET
http://rbg.online.stalig.net/live.mp3.m3u

A visiter également
http://www.myspace.com/baladeenpaysbasque

15:56 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

28-07-08

Nieuwe link! Nun da Popo?

A3 français copier.jpg

11:53 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

25-07-08

O ma liberté

Un poème de Patrick Bulle (que je vous présenterai plus tard !)

 

 

O ma liberté

 

Sur les sentiers âpres de l’Artzamendi,

Bâton de marche en main, j’use ma cinquantaine,

Et si l’effort épuise le corps vieillissant

Il m’est plus doux que les remous de cette peine,

Car l’amour qui magnifie aussi avilie.

 

Sous le ciel bleu d’octobre,-où dansent des vautours-,

Qui dore et irise l’écume de la Nive

Qui déroule ses méandres vers l’océan,

Je suis venu dire au torrent ce qui m’arrive,

Que ce mal que j’ai est le mal d’amour

 

Et me voici là, à soupirer ma douleur,

En cette forêt d’Iraty qu’octobre dore,

Dressant ses long fûts en l’espace flamboyant ;

Me voici éructant ce mal qui me dévore,

Asséchant de mon âme la vive liqueur.

 

J’ai porté mes pas et ma peine sur la grève,

Eclaboussée par le crépuscule basque ;

Mais là encore les lanières du temps

Fouettent, autant que l’atlantique bourrasque,

L âme où l’amour demeure larvaire sans sève.

 

Ce mal, tapi au fond de moi, bête recluse,

Las, fait fi de mes sens que cet asile exalte ;

Mon corps est sa niche et mes larmes son sang.

Ses assauts, ses tourments n’ont ni cesse ni halte,

Comme la houle au large de Saint-Jean-de-Luz.

 

Je porte aussi, de cet amour, l’amère écume

Sur les contreforts si mordorés de la Rhune,

Aux fougères rousses et genêts jaunissants ;

Du lever du soleil au coucher de la lune

Mon âme langoureuse s’emplit de sa brume.

 

Aussi je vais parmi des voies d’asphodèles

Qui offrent aux cieux cléments leurs blanches hampes ;

Leurs suave, doux parfum, des plus envoûtants,

N’anesthésie pas ce mal qui, en moi, rampe :

Je demeure, ô ma liberté, sa citadelle.

 

Ecrit en Octobre 2005, au Pays-Basque ,sur les flancs de L’ARTZAMENDI, en pensant à vous, cher Péio Serbielle, et en écoutant vos chansons (lecteur Mp3), et y « aérant » ma solitude

 

 

23:04 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

22-07-08

Ah, bon!

On peut rire ??????? Une fois?

http://www.20minutes.fr/article/242371/Monde-Comment-les-... 

Comment les terroristes se disent bonjour

Le 21 juillet, l'hebdomadaire Le New Yorker publiait en couverture une caricature du couple Obama dans le Bureau oval, poing contre poing, lui avec un costume musulman traditionnel, elle avec une kalachnikov. Après que ces deux-là se sont salués avec le poing  lors d'un meeting de campagne, un commentateur sur le site de droite Human Events avait cru y reconnaître le «style Hezbollah». Plus tard, sur Fox News, E.D. Hill avait parlé de «poing contre poing terroriste». Mais au fait, comment les terroristes se saluent-ils vraiment ?

Avec une triple bise. Les membres d'al-Qaïda utilisent certainement la façon traditionnelle de se saluer au Moyen-Orient: une étreinte, puis trois «joue-contre-joue» - la droite avec la droite, la gauche avec la gauche, et encore la droite avec la droite. Ce geste s'accompagne de l'expression arabe as-salaamu aleikum, que la paix soit avec toi, et de la réponse wa aleikum salaam, avec toi aussi. Les adhérents du Hamas et du Djihad islamique se disent bonjour de la même façon; les laïcs du Front de libération de la Palestine diraient plutôt marhaba ou ahlan usahalan au lieu de as-saamu aleikum.

Dans un livre publié sous un pseudo (Au coeur du Djihad: mémoires d'un espion infiltré dans les filières d'al-Qaïda), un ancien espion raconte avoir assisté à une manière singulière de se dire bonjour dans le camp de Khaldan, en Afghanistan: les jeunes recrues d'al-Qaïda se saluaient d'un coup d'épaule.

On sait que les extrémistes environnementaux ou «éco-terroristes»,
comme le Front de libération de la Terre, se saluent avec le poing levé ou serré, associé aux Etats-Unis au mouvement Black Power. Un geste souvent considéré comme une marque de solidarité avec les causes anticonformistes.

En privé, les membres du groupe séparatiste basque ETA se saluent en euskara, la langue basque. Pour dire bonjour, c'est généralement kaixo, mais aussi aupa ou epa. Pour un salut un peu plus formel, les membres d'ETA peuvent dire Zer moduz zaude? (Comment ça va?) et répondre Ondo! Eta zu? (Bien, et vous?). Certains peuvent utiliser aussi Beti borroka egin! (Toujours lutter), slogan de l'ETA.

Les membres des Farc colombiennes suivent la coutume locale: les rebelles de base optent pour une poignée de main. Entre un simple guérillero et un commandant de haut rang, le salut sera plus formel - le guérillero au garde-à-vous demande la permission de parler et appelle le commandant comandante. Les guérilleros s'appellent parfois entre eux camaradas, camarades, en référence à l'idéologie marxiste.

Pour ne pas être reconnus, les membres de l'Armée républicaine irlandaise évitaient d'avoir des manières spéciales de se saluer en public - cela aurait pu être utilisé contre eux lors d'un procès. Ils s'appelaient par leur prénom et se comportaient comme des connaissances. Même une recrue de base appelait Gerry Adams et Martin McGuinness, deux anciens leaders supposés de l'IRA, Gerry et Martin.

Quand ils se rassemblaient à l'abri des regards, les membres de l'IRA se comportaient un peu comme une unité militaire
. En présence d'un officier supérieur, ils se mettaient au garde-à-vous, la main serrée derrière le dos. Mais l'organisation n'avait pas vraiment de salut officiel. Pendant les années 1970, le chef  des prisonniers de l'IRA au centre de détention de Long Kesh a introduit un «double salut» (la main deux fois portée au front), distinct du salut simple (la main au front une seule fois) de l'armée britannique, mais la sauce n'a jamais pris.

Posté mardi 15 juillet


Par Juliet Lapidos

 

22:34 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

14-07-08

AVIS

 

 

Bonjour à tous,

Le flûtiste du groupe Comas, Sylvain Barou, qui s'est produit à Brosella samedi soir, s'est fait voler ses instruments de musique et son ordinateur dimanche à la gare du Midi à Bruxelles.
Il s'agit de 3 flûtes traversières en bois dont 2 fabriquées par Stephan Morvan et une par Jil Lehart.

Des infos détaillées suivront. En attendant, nous vous demandons d'être vigilants sur tout instrument de ce type en circulation.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des infos. Merci de diffuser ce message le plus largement possible.

Contact Comas : info @ comasmusic.com (supprimer les espaces)

http://www.comasmusic.com/

22:36 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

10-07-08

 

 

 

Pour ceux et celles qui passeront leurs vacances en Bretagne, visitez le site de « Balade en Pays Basque » pour en savoir +  sur les concerts d'artistes basques dans cette région, durant l'été!

Zij die hun vakantie in Bretagne doorbrengen en meer willen weten over optredens van Baskische artiesten tijdens deze zomer, kunnen een kijkje nemen op

 http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr/page6.html

22:25 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

09-07-08

CLEA

 

COLLABORATION POLICIÈRE «TURQUIE-BELGIQUE» : NOUVELLES RÉVÉLATIONS

 

Communiqué du Clea - 9 juillet 2008

 

[En html: http://leclea.be/communiques/revelation090708.html ]

[En pdf: http://leclea.be/pdf/Communique090708.pdf ]

 

 

Il y a deux semaines, une délégation turque --composée de cinq chefs de la police et de deux procureurs antiterroristes-- était reçue par les autorités judicaires belges qui leur confiaient les archives du DHKP-C, saisies en septembre 1999 dans un appartement à Knokke.

C'est atterrant. Que certains des plus hauts magistrats de notre pays puissent ainsi rencontrer les représentants d'un État où se pratique toujours la torture contre des opposants politiques et se mettent ainsi «au service des bourreaux»..., voilà qui est tout simplement effarant.

D'autant que les responsables de la police antiterroriste turque sont réputés pour leur cruauté (en particulier la «TIM-1» spécialisée dans l'interrogatoire des militants et sympathisants du DHKP-C).

Or, sur l'une des photos représentant cette délégation policière turque (photo qui vient de paraître dans le quotidien Sabah), on reconnaît distinctement l'homme en civil qui avait insulté et menacé de mort Bahar Kimyongür («Siktir lan, orospu çocugu. Senin gibileri gebertmek lazim», «Va te faire f..., fils de p... Des types comme toi, il faut les buter»...) durant une des sessions du procès devant la Cour d'appel de Gand, en septembre 2006. Des membres de la police fédérale avaient d'ailleurs été obligés d'évacuer ce provocateur de la salle d'audience pour ramener le calme dans le prétoire.

http://leclea.be/communiques/revelation090708.html

Outre cette toute récente visite d'une délégation turque de haut rang, d'autres cas de collaborations scélérates entre polices belge et turque avaient --pourtant-- déjà fait l'objet de dénonciations dans la grande presse (francophone notamment). Ainsi en avait-il été lorsque furent finalement révélés les dessous du kidnapping de B. Kimyongür aux Pays-Bas (en avril 2006) --un enlèvement organisé sous l'autorité de la ministre de la justice de l'époque, la socialiste Laurette Onkelinx.

À titre d'exemple, nous vous renvoyons à l'article paru dans Le Soir du 22 janvier 2008. Edifiant.

 

  «Le rapport annuel du Comité R (surveillance des services de renseignements) confirme que la Belgique a bel et bien voulu livrer   l'un de ses ressortissants, Bahar Kimyongür, à la Turquie en   contravention avec toutes les règles de droit. En septembre 2006, Le Soir révélait qu'une réunion secrète a rassemblé le 26 avril 2006 au centre de crise du ministère de l'Intérieur 25 magistrats et fonctionnaires représentant la Justice, l'Intérieur et les services du Premier ministre. Cette réunion concernait le sort à réserver à Bahar Kimyongür, un ressortissant belge sympathisant de l'organisation d'extrême gauche turque DHKP-C, condamné à quatre ans ferme par le tribunal correctionnel de Bruges.

  «Un mois plus tôt, «un service de renseignements ami» (ndlr : les services secrets turcs, selon nos informations), note le rapport, indique que Kimyongür est susceptible de prendre la fuite et de se soustraire à son procès en appel à Gand. La Sûreté ne croit pas en cette éventualité. L'information remonte à la ministre de la Justice et au parquet fédéral qui organisent la fameuse réunion secrète du 26 avril. Au cours de celle-ci, il est demandé que l'OA3 (la police antiterroriste) et le Parquet fédéral prennent contact avec le parquet néerlandais en vue de procéder à l'arrestation de Kimyongür, qui doit se rendre à un concert aux Pays-Bas, et de permettre ainsi sa livraison à la Turquie qui a délivré un mandat d'arrêt international.

  «Le compte-rendu de cette réunion est modifié à la demande du Parquet fédéral, car l'illégalité de l'opération a été soulignée par plusieurs participants --la Belgique ne pouvant livrer un de ses ressortissants à un pays étranger. Dans un compte-rendu, non amendé par le Parquet fédéral, l'un des agents de la Sûreté note : «Une solution serait d'organiser une surveillance avec l'espoir qu'il (Kimyongür) se rende aux Pays-Bas. La police néerlandaise pourrait être susceptible de l'intercepter et de le mettre, le cas échéant, à la disposition des autorités turques». Des membres de la Sûreté présents se sont offusqués de ce procédé illégal. L'un d'eux, déposant devant le Comité R, a ainsi exprimé son étonnement :  «Le scénario proposé lors de la réunion de crise était machiavélique !».

  «En exécution des décisions de cette réunion, la police anti-terroriste et la Sûreté ont mis en place une surveillance sur Kimyongür. Leurs homologues néerlandais étaient tenus au courant. Et le Parquet fédéral, selon le rapport, demande au juge d'instruction chargé de l'enquête sur la disparition de la militante Fehryie Erdal, de délivrer un mandat à la DSU (unités spéciales de la police fédérale) lui permettant d'effectuer une «observation   transfrontalière». Durant toute l'opération, les services turcs et néerlandais sont tenus au courant par leurs homologues belges. Et c'est ainsi que la voiture de Kimyongür fut interceptée par une voiture banalisée de la police néerlandaise. Son extradition vers la   Turquie fut finalement refusée.

  «Dans son rapport, le Comité R exprime des doutes sévères: «La prétendue finalité judiciaire de l'opération suscite des questions», écrit le Comité R qui déplore que «la Sûreté n'ait pas effectué d'analyse juridique sérieuse sur la légalité de sa mission». Il relève que «les services de renseignement ne sont pas légalement compétents pour observer des personnes». Son rapport s'interroge aussi sur la légalité de la transmission par la Sûreté à l'AIVD (les services néerlandais) de données personnelles relatives à un ressortissant belge. Des renseignements sur le déplacement de M. Kimyongür, selon nos informations, ont également été transmis aux Turcs.

 «La ministre de la Justice de l'époque Laurette Onkelinx avait   démenti l'intention de la Belgique de livrer Kimyongür à la Turquie en le livrant d'abord aux Néerlandais. Le rapport de la Sûreté la dément. Le débat parlementaire sur cette affaire d'État n'a jamais eu lieu. «Anne-Marie Lizin, alors présidente du Sénat, n'a jamais voulu réunir une commission à ce sujet», déplore la sénatrice MR Christine Defraigne.»

En réalité, dès le début de l'affaire «DHKP-C» en 1999, plusieurs secteurs de la police belge avaient décidé de transmettre des données confidentielles liées à l'enquête judiciaire aux services spéciaux turcs. C'est ainsi que des pièces figurant dans le dossier d'instruction

--pourtant secret-- avaient été publiées par la presse d'Ankara. Nous sommes en mesure d'en apporter les preuves. Inédites. Il s'agit notamment d'une photo de la militante Fehriye Erdal reproduite dans les quotidiens turcs Günes et Posta le 4 novembre 1999, ainsi que dans Öncü

le 6 novembre 1999... De même, une photo du secrétaire général du DHKP-C Dursun Karatas avait été «fuitée» vers le quotidien Hürriyet (qui la reproduisait dans son édition du 5 mars 2000).

http://leclea.be/communiques/revelation090708.html

Quant à l'article susmentionné du journal Sabah, il vient confirmer que les services secrets turcs mènent un travail de «filatures techniques» sur le sol belge, travail dont les résultats viennent d'être communiqués à la Belgique, ce que révèle l'article de Marc Metdepenningen paru dans Le Soir, ce 30 juin:

  «Selon le journal Sabah, les enquêteurs turcs auraient remis aux enquêteurs belges (qui ne commentent pas) des informations relatives à la localisation de Fehryie Erdal, qui avait échappé à la Sûreté de L'État belge, à la veille de sa condamnation par le tribunal   correctionnel de Bruges en février 2006. Les Turcs auraient également transmis des informations «sur base de filatures techniques» relatives à la présence en Belgique de Dursun Karatas  (le leader du DHKP-C dont la mort des suites d'un cancer à la clinique du Parc Léopold à Etterbeek avait été prématurément annoncée depuis la Turquie en février dernier --ainsi que sur le nº2 de l'organisation Zerrin Sari)... »

21:06 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

08-07-08

28 ans!

 

Journal du Pays Basque 8 juillet 2008

Sagardui : 28 longues années en prison


·Depuis hier, Jose Mari Sagardui, "Gatza", est le plus ancien des prisonniers politiques de l'Europe

Depuis hier, le prisonnier politique basque Jose Mari Sagardui Moja, Gatza, est incarcéré depuis 28 ans dans les différentes prisons de l'Etat espagnol.

Ses concitoyens de Zornotza, en Bizkaia, ont maintes fois et à différentes occasions, sollicité sa libération ainsi que celle de ceux et celles qui ayant purgé leur peine se trouvent toujours en prison.

De toute l'Europe, Gatza est le prisonnier politique qui a passé le plus d'années derrière les barreaux.

Le samedi 12 juillet prochain un groupe de citoyens de sa ville a appelé à se rendre à un acte où sont conviés à participer les habitants de l'ensemble du Pays Basque. L'appel a été effectué lors d'un rassemblement pour la défense des droits des prisonniers politiques basques qui se répète tous les vendredis dans différents endroits d'Euskal Herria.

A Zornotza un communiqué a été lu où il a été informé de la convocation d'un acte de dénonciation qui aura lieu sur la place Udaletxea de Zornotza à 18h pour le samedi qui arrive.

"Comment peut-on comprendre qu'ils maintiennent prisonnier Gatza autant d'années ? Comment saisir qu'il soit éloigné à plus de 800 kilomètres ? Comment peut-on admettre que les 28 années passées en prison, l'ont été dans la phase 1, avec les conditions les plus difficiles? Comment peut-on concevoir qu'il soit enfermé dans sa cellule entre 20 et 22 heures par jour? Et comment peut-on comprendre qu'on lui interdise de pratiquer du sport, d'étudier ou bien d'autres activités ?" ont-ils dénoncé dans ce communiqué.

Le porte-parole d'Askatasuna a dénoncé que les Etats espagnol et français "au vu de l'échec de la politique de dispersion, recherchaient uniquement la vengeance" et a précisé que "pour les Basques, la démocratie espagnole s'est convertie en un grand Guantanamo".

Libération en 1995

Il a fait remarquer que l'unique manière de changer cette situation était "que les droits du Collectif des Prisonniers Politiques Basques soient respectés par la reconnaissance de leur statut politique, en les regroupant au Pays Basque et en situant la politique pénitentiaire en termes de solution". Gatza aurait dû être libéré en 1995 et malgré cela, 13 ans après, il est toujours en prison, situation qui peut durer jusqu'en 2010.

09:18 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Gatza

09:15 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

03-07-08

BALADE EN PAYS BASQUE

 

 

Balade en Pays Basque

op Radio Bro Gwened

Zaterdag 5 juli

zal Alain Hervochon ons de CD voorstellen  van een nieuwe groep uitgegeven bij

 AGORILA :

M.M.X. (Maialen, Mixu, Xabaltx).

Maialen ERROTABEHERE is een bekende in  « Balade en Pays Basque »,

Mixu is de zanger van de groep  SUSTRAIA (rock) en XABALTX  heeft zijn roots in de pop/folk

Hieronder nu al te ontdekken :

http://www.euskosare.org/kultura/sortie_officielle_cd_mmx

... En meer !

Alain ontmoette Peio SERBIELL, begin juni, en Peio onderhield zich met hem over de film  "XAN NAIZ NI". Mooie beelden van Euskal Herria op tekst van Marc LARGE en muziek van Peio SERBIELLE.

In een interview zal Peio deze film voorstellen!

Afspraak nu, 5 juli, tussen 15u en 17u!!!!!

Voor hen die op verlof gaan en meer willen weten over deze film, hieronder data en adressen waar hen te ontmoeten en de film te bekijken!

Peio et Marc seront présents sur les lieux suivants (liste non-exhaustive) :le 19/07/2008 : Leclerc Mont-de-Marsan


le 25/07/2008 : Cidrerie "Hurrup eta Klik" à Saint-Jean-Pied de Port (Peio seul, show-case, rencontre ...)


les 26 et 27/07/2008 : Grottes d'Isturitz


le 29/07/2008 : Leclerc BAB Anglet


Du 07 au 09/08/2008 : Saint-Jean-Pied de Port (en extérieur : projection du Film + Rencontres)


le 13/08/2008 : Fête de Dax - Journée des enfants (diffusion du film "XAN NAIZ NI" dans le Parc)


le 18/08/2008 : Radio-crochet aux Arènes de Dax. Présentation en ouverture du film "XAN NAIZ NI"


le 19/08/2008 : ATRIUM Dax

07:21 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

02-07-08

BALADE EN PAYS BASQUE

 

Balade en Pays Basque

Sur Radio Bro Gwened

Samedi 5 juillet

Alain Hervochon nous propose :

« Emission très en phase avec l'actualité !

Une nouveauté musicale aux éditions AGORILA :

M.M.X. (Maialen, Mixu, Xabaltx).

Nous connaissons très bien Maialen ERROTABEHERE dans « Balade en Pays Basque »,

Mixu est le chanteur du groupe SUSTRAIA qui nous surprend ici avec un répertoire très intimiste, et XABALTX apporte une touche pop/folk

Ces trois artistes se font plaisir et nous font partager le bonheur d'être ensembles. Nous découvrirons 6 extraits de cet album. »

... en Plus !

« J'ai rencontré au début Juin, Peio SERBIELLE qui m'a parlé du film "XAN NAIZ NI". Des très belles images du Pays Basque sur des textes de Marc LARGE mis en musiques par Peio SERBIELLE (Extraites de son dernier album "Naiz").
Grâce à l'interview (7'), Peio nous présentera lui-même ce film de 26' qu'on espère voir bientôt en Bretagne. »

Complément de programme varié...

RENDEZ-VOUS
SAMEDI 5 JUILLET
de 15h à 17h

Pour ceux et celles qui partent en vacances et veulent en savoir plus sur Peio SERBIELLE, Marc LARGE et ce film

PROJECTIONS, RENCONTRES ET DEDICACES

Peio et Marc seront présents sur les lieux suivants (liste non-exhaustive) :le 19/07/2008 : Leclerc Mont-de-Marsan


le 25/07/2008 : Cidrerie "Hurrup eta Klik" à Saint-Jean-Pied de Port (Peio seul, show-case, rencontre ...)


les 26 et 27/07/2008 : Grottes d'Isturitz


le 29/07/2008 : Leclerc BAB Anglet


Du 07 au 09/08/2008 : Saint-Jean-Pied de Port (en extérieur : projection du Film + Rencontres)


le 13/08/2008 : Fête de Dax - Journée des enfants (diffusion du film "XAN NAIZ NI" dans le Parc)


le 18/08/2008 : Radio-crochet aux Arènes de Dax. Présentation en ouverture du film "XAN NAIZ NI"


le 19/08/2008 : ATRIUM Dax


 

 

21:06 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |