18-06-08

 

 

 

 

http://lejournal.euskalherria.com/idatzia/20080618/art209...

Lorea ZEZEAGA et Unai HERNANDEZ / Réfugiés politiques basques

Une atteinte permanente aux droits fondamentaux

Bien que les moyens de diffusion officiels, par intérêt, s'efforcent de dissimuler cette réalité, nous sommes aujourd'hui des centaines de réfugié(e)s au Pays Basque nord (environ 2000 à travers le monde) qui, en raison du conflit politique, vivons sans reconnaissance aucune et privés des droits qui sont les nôtres. Le problème n'est pas nouveau, certains ne veulent pas voir cette réalité, mais il s'agit bien là d'un triste épisode de l'histoire politique du Pays Basque du siècle dernier et de ce début de siècle.

Cela peut paraître incroyable, pourtant au XXIe siècle, il existe encore au c¦ur de l'Europe des femmes et des hommes persécutés pour avoir défendu leurs idées politiques, pour avoir dénoncé l'absence de démocratie, pour avoir fui par crainte d'être torturés, pour avoir protégé ceux qui sont persécutés. En effet, les Etats français et espagnol n'ont jamais été aussi loin dans l'arsenal répressif judiciaire et le bombardement médiatique destiné à justifier cette répression. Ce formatage idéologique nous suggère que la situation de réfugiés politiques n'a plus de raison d'être dans l'Europe d'aujourd'hui, mais la réalité démontre encore et toujours que nous, réfugiés Basques, sommes le produit d'un conflit. Le film polémique sur le GAL, que nous avons pu voir ces dernières semaines dans les salles de cinéma, va dans le même sens, mais il n'a pu éviter la question de fond : ici, la négation des droits et l'absence de démocratie entretiennent le conflit.

Mais au-delà de la lecture politique de la situation, il y a la réalité quotidienne des réfugiés. Nous sommes une monnaie d'échange dans les négociations entre Etats, et notre vie quotidienne devient très souvent un enfer. Soumis à la menace d'un mandat d'arrêt européen sans aucun fondement juridique et aux affabulations policières, craignant d'être expulsés et placés entre les mains de la police espagnole, le plus souvent privés du droit de travailler et de toute protection sociale, nous vivons dans une précarité qui nous empêche de nous projeter dans un quelconque avenir. Entre-temps, notre mission est claire : témoigner de ce qui se passe au Pays Basque, dénoncer l'injustice, et revendiquer notre identité en tant que réfugiés politiques au sein de la communauté internationale.

Mais nous ne sommes pas seuls, l'engagement en faveur de notre peuple et la solidarité qui nous est témoignée pour surmonter cette situation nous donnent la force d'aller de l'avant. Nous savons que nombreux sont les collectifs et les personnes touchés par les différents types de répression, mais nous tenons pour notre part à apporter et rendre public notre témoignage sur cette situation interminable, afin de bousculer la mémoire de ceux qui font montre d'une amnésie intéressée.

gal

10:33 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

De commentaren zijn gesloten.