03-06-08

Ca passe ou ça casse

 

 

Procès DHKP-C : Cette fois, ça passe ou ça casse

Soyons tous présents le mardi 10 juin au Palais de justice de Bruxelles à partir de 9h.

Ce n'est donc pas fini. Le 7 février dernier, les inculpés du procès du DHKP-C

avaient bel et bien été acquittés des préventions d'appartenance à une

organisation criminelle ou à un groupe terroriste par la Cour d'appel

d'Anvers. Mais le Parquet fédéral ne tarda pas à se pouvoir en cassation au

motif que la Cour d'appel d'Anvers aurait mal interprété la loi

antiterroriste. Ce dernier persiste donc dans sa croisade contre des militants

politiques qui, rappelons-le, hormis certains délits mineurs commis par

certains pour leur sécurité (notamment la possession d'armes et de faux

papiers, à replacer dans un contexte de clandestinité due à la chasse à

l'homme lancée par le régime d'Ankara), délits pour lesquels ils ont été

condamnés et dont ils se sont acquittés en purgeant une peine de prison,

n'ont jamais eu l'intention de commettre le moindre acte de violence, ni en

Belgique, ni ailleurs dans le monde. Rappelons aussi que le Parquet fédéral

n'avait pas hésité à recourir au mensonge (les fameuses menaces infondées sur

sa personne) et à la calomnie pour criminaliser ces militants (accusés à tort

d'être des trafiquants de drogue et des dangers publics), voire à comploter

pour les faire liquider par un Etat tiers, en l'occurrence la Turquie

(cf. l'affaire Kimyongür).

Si les juges anversois ont eu le courage de défaire les mensonges et les

machinations du Parquet fédéral, c'est sans nul doute grâce à leur

perspicacité, celle des avocats de la défense mais aussi grâce à la vigilance

et à la mobilisation citoyennes.

Nombreux sont les cas d'injustice qui passent comme une lettre à la poste

faute d'attention de la part des démocrates de notre pays.

Pour ce qui est du procès DHKP-C, les démocrates toutes opinions confondues,

ont été irréprochables dans leur défense des libertés d'expression et

d'association sans pour autant partager les idées des inculpés. C'est

précisément cette approche impartiale et désintéressée qui a permis de sauver

l'honneur de notre démocratie face aux importateurs d'une justice subordonnée

à la dangereuse doctrine outre-atlantique de  « guerre contre le

terrorisme ».

Une fois de plus, le CLEA compte sur vous tous pour rendre définitive la

victoire juridique du 7 février dernier et ce, en assistant à l'audience du

10 juin prochain, aux côtés des militants inculpés.

Le Clea

15:44 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

De commentaren zijn gesloten.