15-02-08

 

 

NO PASARÁN !
Editorial de l'émission du 2008-02-05
Txalaparta

NO PASARÁN !

« Ils ne passeront pas ! ». C’était, de 1936 à 1939, le mot d’ordre rageur hurlé par des millions de Républicains espagnols devant l’avancée inexorable des troupes conduites par le caudillo fasciste et séditieux Francisco Franco. « No pasarán ! » Et les Brigades internationales, avec les peuples d’Espagne, tentaient d’arrêter les troupes franquistes, dans un mouvement généreux de solidarité dans la Résistance contre ceux qui n’avaient comme point commun que leur haine de la démocratie, les factieux de l’armée espagnole comme de la Phalange et leurs collaborateurs de l’Allemagne hitlérienne et de l’Italie fasciste.

« No pasarán ! » C’était le cri poussé par tous ceux qui, depuis l’Andalousie jusqu’en Catalogne, jusqu’au Pays Basque, voyaient dans le coup de force franquiste un coup mortel porté à la liberté, une atteinte à leur dignité de citoyens responsables, une négation brutale de leurs particularismes auxquels ils avaient commencé à redonner vie sans avoir besoin, pour cela, de recourir à la violence. Et tous ces habitants de l’Espagne républicaine, et avec eux ces combattants des Brigades internationales qui avaient accouru pour les aider de plus de cinquante pays différents, tous sentaient qu’ils vivaient un moment historique certes pour l’Espagne mais aussi pour tous leurs pays d’origine, qu’ils devaient coûte que coûte arrêter la marche triomphante d’un fascisme dont le grondement montait de façon inquiétante dans toute une partie de l’Occident, qu’à une démission de leur part ne manquerait pas de succéder une tempête effroyable et destructrice qui les toucherait tous en semant la haine, la mort, ou, à tout le moins, l’écrasement de l’homme par l’homme.

 

La suite sur

http://www.radiopays.org/euskadi/actu.php?id=397


21:09 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

De commentaren zijn gesloten.