31-10-07

Tien kleine negertjes

 

Le Journal du Pays Basque 31 oktober 2007

Le lehendakari Ibarretxe sera assis au banc des accusés
·Ils sont mis en examen pour participation à des réunions ayant pour but de mettre en place une table de négociation

Roberto Saiz, juge d’instruction du Tribunal supérieur de justice de la Communauté Autonome Basque (TSJPV), a ordonné hier l’ouverture d’un "procès oral" à l’encontre du chef du gouvernement Juan José Ibarretxe, de deux dirigeants du Parti Socialiste d’Euskadi (PSE-PSOE) et de cinq membres du bureau de Batasuna pour avoir tenu des réunions entre eux.

Selon le magistrat, le lehendakari, les socialistes Patxi Lopez et Rodolfo Ares, et les membres de la gauche abertzale Juan Joxe Petrikorena, Rufi Etxeberria, Olatz Dañobeitia, Arnaldo Otegi, Pernando Barrena et Joseba Permach "ont pu commettre une infraction" en se réunissant alors que Batasuna est un parti interdit dans l’Etat espagnol depuis 2003.

Les rencontres s’étaient tenues après le "cessez-le-feu permanent" décrété par l’ETA en mars 2006. Juan José Ibarretxe s’était réuni avec des membres de Batasuna en avril 2006 en vue de mettre en place une table de négociation entre les différents partis politiques dans le cadre d’un processus de paix.

Le secrétaire général ainsi que le porte-parole du PSE, Patxi Lopez et Rodolfo Ares, avaient rencontré publiquement les dirigeants de Batasuna en juillet 2006 dans une réunion qui avait symbolisé l’ouverture d’un processus de négociation et de paix.

Alors que le représentant du ministère public a estimé que ces poursuites étaient infondées et a demandé un classement sans suite, le magistrat en a décidé autrement. Le juge considère qu’il n’y a aucune raison de déclarer un non-lieu et qu’il y a "au contraire des indices d’un délit". Roberto Saiz estime que les dirigeants de la gauche abertzale sont les "auteurs d’un délit présumé de désobéissance" car ils ont poursuivi une activité politique, et que le lehendakari et les responsables socialistes sont des "collaborateurs nécessaires".

Les deux organisations de droite et d’extrême droite, Foro de Ermua et Dignidad y Justicia, qui sont à l’origine de la plainte, ont requis des peines de prison. Foro de Ermua a requis une peine de quatre ans de prison à l’encontre d’Arnaldo Otegi un an pour chacun des quatre délits de désobéissance, deux ans et neuf mois à l’encontre de Juan Jose Ibarretxe, neuf mois pour Patxi López et Rodolfo Ares en tant que "collaborateurs présumés à un délit de désobéissance". Juan Joxe Petrikorena et Rufi Etxeberria risquent deux ans de prison, alors que Pernando Barrena et Olatz Dañobeitia un an pour un délit présumé de "désobéissance".

De son côté, Dignidad y Justicia a demandé deux ans de prison pour Ibarretxe et un an pour López et Ares, ainsi que des peines pouvant aller de un à trois ans pour les membres de Batasuna, pour les mêmes délits. Aucune date n’a été fixée pour le futur procès.

"Parler avec tous"

Juan Jose Ibarretxe s’était déjà justifié en mars devant ce même tribunal lors d’une audition préliminaire, soulignant que lors de son investiture en 2005, il avait promis aux citoyens de la Communauté Autonome Basque de "parler avec tous" pour chercher une solution au conflit basque. "J’ai rencontré effectivement (...) les leaders de Batasuna (...), je continue à le faire actuellement et je continuerai à le faire à l’avenir", avait-il alors déclaré.

Le lehendakari Ibarretxe, membre du Parti nationaliste basque (PNV) avait souligné le fait que le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero s’était réuni avec l’ETA. Si le chef de l’exécutif espagnol "a rencontré une organisation clandestine, quel est le problème pour que moi je rencontre un parti politique?"

La porte-parole du gouvernement de Vitoria-Gasteiz, Miren Azkarate, a estimé que le renvoi en justice du lehendakari, des dirigeants socialistes et des membres du bureau de Batasuna relève d’une "impulsion politique" et représente "l’ouverture d’un procès à l’encontre de la société basque, à l’encontre de son souhait d’atteindre la paix et la normalisation politique".

Miren Azkarate a rappelé que, "alors que partout dans le monde le dialogue est la voie pour résoudre les conflits, le juge d’instruction estime que l’attitude positive de parler est un délit. Par ce fait, il est en train de criminaliser le dialogue politique".

 

 

 

17:52 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

26-10-07

Flandriatik Ikastolentzat

 

Nafarroa Oinez

21 octobre 2007

 

 

Ce 21 octobre on fêtait la fête annuelle « Nafarroa Oinez » à Viana, Navarra.

« Oinez » signifie « à pied »… Il s’agit d’une marche !

 

Nafarroa Oinez est la plus grande fête organisée afin de récolter des fonds pour les Ikastolas de Navarra (écoles enseignant en Euskara). Chaque année une autre commune est désignée pour organiser cette fête et à chaque fois plus de 100.000 visiteurs viennent visiter, à pied ! (oinez), un circuit qui leurs propose divers activités et dégustations.

 

Le logo de cette année était une clef et un trou de serrure. Le slogan était

« Giltza daukagu «    Nous avons la clef !

 

Quel sens donner à ce slogan ?

 

-         … nous avons la clef  vers l’Euskara dans notre région

-         … nous avons la clef permettant nos enfants d’apprendre l’Euskara

-         … nous avons la clef garantissant un enseignement de qualité en Euskara

-         … nous avons la clef permettant de diffuser l’Euskara, « lingua navarrorum » parmi tout les habitants de Navarre

 

Erdozaintzi Etxart Kolegioa

 

Les Ikastolas d’Iparralde manquent de moyens.  Les villages de Larzabale (Larceveau) et Ostabat (Oztibarre) (pas loin de Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Palais) ont besoin d’un coup de main.

Ostabat vient d’inaugurer son Ikastola « Erdozaintzi Etxart Kolegioa ». Le gouvernement autonome d’Hegoalde (Pays Basque espagnol) a pris en charge tous les frais de construction malgré les protestations du gouvernement de droite d’ « Iparralde » (Pays-Basque Français), considérant cette intervention comme une « intrusion »  de Vitoria-Gasteiz.

 

Pour meubler les Ikastola (meubles, matériel didactique) les comités de parents cherchent à récolter 110.000 euros !

 

Versez 30 euros et devenez actionnaire !

 

Nere laguntzari esker PAGO bat landatua izanen da

Oztibarreko oihanean.

 

Je planterai un hêtre dans la forêt de Oztibarre

 

Qui veut aider, peut me contacter via ce Blog. Je donnerai les coordonnées du

Flandriatik Iskatolentzat (Comité Flamand de soutien aux Ecoles Basques)

dont Ludo Docx, prètre flamand, est co-fondateur

 

 

 

Nafarroa Oinez

21 oktober 2007

 

 

Op 21 oktober werd de jaarlijkse Nafarroa Oinez gevierd te Viana, Navarra.

Oinez betekent te voet en Nafarroa is uiteraard Navarra. Dus te voet door Navarra.

 

Nafarroa Oinez is het grootse feest ten voordele van de Ikastolas (scholen met Baskisch onderwijs) van Navarra. Het objectief is fondsen verzamelen voor de infrastructuur van de Ikastolas. Op die dag realiseren de bezoekers (ieder jaar meer dan 100.000) te voet (oinez) een circuit in de gemeente van de Ikastola die het feest inricht (ieder jaar een andere gemeente). Op dit circuit is het mogelijk aan diverse activiteiten deel te nemen, of om een natje en een droogje te verorberen.          
Het logo van dit jaar (er wordt voor de ouders en de leerlingen een wedstrijd uitgeschreven) was een sleutel en een sleutelgat, en de slagzin was "Giltza daukagu" (Wij hebben de sleutel).

Welke betekenis moeten we nu aan dit logo schenken?

  • … wij hebben de sleutel van het Euskara in onze zone
  • ...  de sleutel die nodig is opdat onze kinderen Euskara zouden kunnen leren
  • … de sleutel die garanties biedt op een kwalitatief onderwijs in het Euskara
  • … de sleutel die het mogelijk maakt om het Euskara, "lingua navarrorum", te … … verspreiden onder alle inwoners van Navarra.

 

Erdozaintzi Etxart Kolegioa

Ook in Iparralde is er nog altijd tekort aan middelen voor de Ikastolas. Niet ver van Saint-Jean-Pied-de-Port (Donibane Garazi), op de weg naar Saint-Palais (Donapaleu) liggen de dorpjes Larceveau (Larzabale) en Ostabat (Oztibarre).

In Oztibarre is zopas een nieuwe Ikastola ingehuldigd: het “Erdozaintzi Etxart Kolegioa”. De autonome regering van Hegoalde (Spaans-Baskenland) heeft alle bouwkosten op zich genomen, via een (nep)-‘Stichting’, want de rechtse franskiljonse “machthebbers” in Iparralde (Frans-Baskenland) hebben heftig geprotesteerd tegen wat zij noemen de “inmenging” van Vitoria-Gasteiz (zetel Baskische regering): “… ils se mêlent dans les affaires intérieures de la France!...” Het zijn natuurlijk hypocrieten, want zelf steken ze geen hand uit.

 

Voor de uitrusting van de Ikastola (schoolmeubelen, didactische materiaal) moeten de 2 oudercomités 110.000 euro’s bij elkaar zien te krijgen. Maar Oztibarre is arm.

 

Het is mogelijk aandeelhouder te worden van de Ikastola van Oztibarre door stortingen vanaf 30 euro’s.

 

Nere laguntzari esker PAGO bat landatua izanen da Oztibarreko oihanean.

 

Dankzij mijn steun zal een beuk geplant worden in het bos van Oztibarre.

 

Wie zijn steentje wil bijdragen, kan mij contacteren of gaat naar

 RSS  http://natxo.feedxs.com/euskalherria voor de nodige coördinaten.

 

Flandriatik Ikastolentzat, Vlaams Steuncomité voor Baskische Scholen.
Medeoprichter is de Vlaamse priester Ludo Docx.

 

Originele tekst op http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

15:58 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (1) |  Facebook |

24-10-07

Balade en Pays Basque

 

Prochaine « Balade en Pays Basque »

Samedi 27 octobre de 15h à 17h…

 

Volgende « Balade en Pays Basque »

Zaterdag 27 oktober van 15u tot 17u…

                                                                                                                        

Avec notamment la présentation du dernier album du groupe

TRIKI TRAKA : « Euskal rock unplugged »  qui propose

Des adaptations triki/folk de grands standards des groupes rock,

Reggae etc des années 80 à 200.

Surprenant ! Impossible à décrire !

 

Met, ondermeer, de nieuwe Cd van TRIKI TRAKA:

“Euskal rock unplugged”

Te ontdekken!!!

 

… Et comme d’habitude un complément de programme varié:

 

En ook nog :

 

OSKORRI, BIDAIA, Iker GOENAGA

Juan-Mari BELTRAN, KOKIN

 

NAIA, HEGALKA, Mikel LABOA, Peio SERBIELLE

 

NEGU GORRIAK, Fermin MUGURUZA

 

 

A écouter en cliquant ici:

 

http://rbg.online.stalig.net/live.mp3.m3u

 

  

Voor wie meer wil weten… ga ook de webstek van

 Alain Hervochon bezoeken

 

http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr/page1.html

22:39 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

22-10-07

NAIZ

 

J’ai essayé de faire démarrer ce Blog « en musique », question de vous mettre l’eau à la bouche mais je n’y arrive pas ! Je suis nulle ! J

 

Découvrez le nouveau CD, « NAIZ », de Peio SERBIELLE qui sort ce mois d’octobre !

Visitez les sites suivants où vous pouvez découvrir 2 titres extraits de ce nouvel album

www.myspace.com/peioserbielle

www.peio-serbielle.com

www.cotebasque.net

Pays Basque Magazine : http://www.paysbasquemagazine.com

Pyrénées Magazine : http://www.pyreneesmagazine.com/

L’objectif étant de faire profiter un maximum de personnes sur Internet, de ces titres. 

Ce nouveau CD promet de la jouissance.

Voici la présentation :

« Je vous entends déjà. Non ! N'ayez crainte. Il ne s'agit point d'une nouvelle façon de conjuguer le verbe être. Quoique… "NAIZ" –"Je suis", donc !-, c'est le premier volet de la trilogie que le chanteur basque Peio SERBIELLE publie aujourd'hui au sujet de sa Terre.
Le Pays Basque, bien sûr –Euskal Herria, la Terre des Basques- mais aussi, la Terre des Autres.
Parce que –pour reprendre une expression devenue à la mode-, Peio SERBIELLE a toujours eu "le Goût de l'Autre". Des autres.
Ses collaborations artistiques diverses en témoignent (Richard GALLIANO, Jean-Pierre MADER, Nilda FERNANDEZ, Thierry ELIEZ, Frédéric GAILLARDET, CORO AMETSA, Nouvelles Polyphonies Corses, Kepa JUNKERA, Maddi OIHENART, Joaldunak KILIMON, etc …).

Le disque "NAIZ" – premier opus de ce triptyque - reprend aujourd'hui une partie des rencontres scéniques (concerts, plateaux radios, TV, etc …) réalisées avec des artistes issus de la scène basque et d'ailleurs.

Cet album est avant tout une histoire d'homme.
Une histoire de blessure, aussi.
Un cri d'Amour lancé à la face d'une société et de ses mentors qui pratiquent la palinodie à tout va ! Sans vergogne ! Et qui n'hésitent pas à renier aujourd'hui ce qu'ils ont adoré hier …
Une histoire de tendresse. Aussi.

Parce que, sans la tendresse, et partant, ces mégatonnes d'Amour que nous nous devons de donner à l'Autre, rien n'existe …
Rien ne peut exister !
Pas même cette prétendue société – ce regroupement aléatoire de bipèdes clonés et lobotomisés - en marche … vers le Néant.
Une histoire d'Espoir enfin ! Sans attendre ce voyage … vers demain !

Une invitation à demeurer en haleine, mûs par ce prurit de curiosité et d'indignation pour refuser tout ce qui ne nous correspond plus. Ce disque, nous l'aimons. Plus que tout.

C'est aussi une nouvelle direction artistique. Réalisé sur la Route : "A la maison" comme dit Peio, avec un studio mobile. Sans nul doute, cet album est plus acoustique que ses précédentes réalisations. Nous remercions tous les partenaires (musiciens, artistes, techniciens, producteurs, médias, amis, …) qui nous ont fait confiance et qui ont accepté ce défi. »

 

Pour la réalisation de cet album, Peio a fait appel à de nombreux intervenants :

RENAUD Chanteur (avec l'aimable autorisation de "Ceci-cela" et EMI Music France) Nadine ROSSELLO Chanteuse italienne, récitante

Chœur mixte XARAMELA Direction : Marie-Jo GOUDARD

Quatuor à Cordes ARNAGA 1er violon : Arnaud AGUERGARAY 

2ème violon : Olivier PARROT

Alto : Olivier SEUBE

Violoncelle  : Emmanuelle BOUILLIER

Philippe de EZKURRA Accordéon, bandonéon

Pierre DAYRAUD Percussions

Patrick LE MERCIER Violon, bombarde, guimbarde, saz, flûte

Pajáro CANZANI Percussions additionnelles (bongos, maracas, bombo)

Prises de sons / mixage (ANGEL Studio – Paris)

Daniel DIAZ Contrabasses, mastering (www.dedeland.comParis)

Christophe COHEN

Marc-André NICOLAO Studio mobile

Nelly ETCHEVESTE Piano Yamaha

Jean-Bernard SERBIELLE Studio Abbey Road (bas)

Il tient à honorer d'une mention spéciale deux acteurs essentiels qui ont rendu possible la réalisation de cet album :

Patrick BEBEY Pianos, claviers, arrangements, direction artistique (également collaborateur de Youssou'n Dour, Charlélie Couture, Francis Lalanne, …)

Claude PY Guitares, arrangements, coach vocal, ingénieur du son, co-directeur artistique (également collaborateur de Luis Llach, Toure Kunda, Papa Wemba, …)

Toute l’équipe veut aussi remercier tout particulièrement la SACEM, le groupe MILAN PRESSE (Pays Basque Magazine, Pyrénées Magazine, …), la Société POLYNOME, COTEBASQUE.NET, pour leur conseil et leur aide précieuse.

 
Parce qu’Internet est aujourd'hui la RADIO MONDIALE par excellence, nous avons choisi de nous inspirer du chemin indiqué en 1545 par Bernard DETXEPARE, Poète basque visionnaire, qui disait déjà : "Euskara, jalgi hadi kanpora, plazara, mundura", Soit : "Langue basque, sors de la cuisine, va sur la place, va de par le Monde !"

Nous vous invitons à réserver, dès aujourd'hui, le nouvel album "NAIZ" de Peio SERBIELLE (sortie Octobre 2007) que nous diffuserons principalement sur internet.


Peio vous donne rendez-vous
pour "Naiz" et vous invite,
d'ores et déjà, à le
réserver
au 00 33 6 28 41 60 26
ou par email : novaeste@free.fr

 

♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫

 

De nieuwe Serbielle komt eraan !

Ik wou jullie via deze Blog al enkele nummers laten horen maar blijkbaar ben ik een vreselijke nul » wanneer het op “hoogstandjes?” aankomt.J

Ga dus kijken en luisteren op:

www.myspace.com/peioserbielle

 www.peio-serbielle.com

www.cotebasque.net (zie ook mijn links).

Pays Basque Magazine : http://www.paysbasquemagazine.com

Pyrénées Magazine : http://www.pyreneesmagazine.com/

De te beluisteren nummers zijn prachtig en de uitverkorenen die reeds meer te horen kregen zijn gewoon lyrisch.

Een korte vertaling van de voorstelling van deze CD :

«  Nee, het gaat hier niet om een tweede vervoeging van het werkwoord « zijn »* maar om het eerste deel van een trilogie, geïnspireerd door de Wereld. De Wereld van Peio Serbielle : Baskenland, Euskal Herria, maar ook de Wereld van de Anderen.

Peio was steeds geïnteresseerd in de Anderen. De artistieke medewerkingen kunnen hiervan getuigen en ook voor deze CD deed hij beroep op vrienden en kennissen: Renaud, Nadine Rossello, het koor XARAMELA, het strijkkwartet ARNAGA, Philippe  EZKURRA, Pierre Dayraud, Patrick Le Mercier, Pajaro Canzani, Daniel Diaz, Christophe Cohen,

« Naiz », eerste werk van deze trilogie, laat ons kennis maken met vrienden en kennissen muzikanten. De medewerkende artiesten komen niet alleen uit Euskal Herria !

Deze Cd is eerst en vooral het verhaal van een man. Een verhaal van leed. Een oproep tot Liefde gericht aan een maatschappij die zich steeds weer tegenspreekt en waarin   vandaag verguisd wordt wat gisteren werd aanbeden…

Een verhaal van tederheid, liefde en hoop zonder welke niets of niemand kan bestaan.

Deze CD, opgenomen, onderweg, in een mobiele studio (“thuis” zoals Peio zegt) is akoestischer dan de vorige Cd’s.

Deze Cd zal niemand teleurstellen!

 “Naiz” is te koop via telefoon

op 00 33 6 28 41 60 26
of per email :
novaeste@free.fr

Een probleempje met de taal ? Contacteer me!

 

* referentie naar een nummer van Urko “Ni naiz”

 

21:40 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

21-10-07

Help de Ikastolas!

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

15:59 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Journal du Pays Basque

 

Autonomia Eraiki : relancer le débat sur la question institutionnelle au Pays Basque
·Le groupe de réflexion Autonomia Eraiki organise le week-end prochain un premier forum à but pédagogique

Un an après sa création, le groupe de réflexion Autonomia Eraiki organise un premier forum autour de l’autonomie en tant que formule institutionnelle qui pourrait répondre le mieux aux besoins du Labourd, de la Basse-Navarre et de la Soule, mais qui pourrait aussi permettre de développer une relation étroite avec les provinces du Pays Basque sud. "Il y a un an, lorsque nous avons commencé à nous organiser, l’idée c’était de replacer dans l’actualité la question de l’autonomie", a évoqué Ttotte Etxebeste, membre du groupe de réflexion.

La présentation officielle de cette démarche qui défend sa neutralité vis-à-vis des partis politiques a eu lieu à la veille de l’Aberri eguna (journée de la patrie basque) dans un contexte de processus de paix "qui a malheureusement capoté par l’obstination des Etats français et espagnol à refuser la reconnaissance du Pays Basque". Concernant le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule, Autonomia Eraiki estime "indispensable" une reconnaissance institutionnelle de la part de l’Etat français.

"Pour nous, l’outil le plus adéquat pour répondre aux questions économiques, sociales ou culturelles au Pays Basque c’est l’autonomie", a souligné Ttotte Etxebeste tout en ajoutant qu’il est "urgent" de remettre ce débat sur la place publique. Une urgence qui rime avec opportunité politique après la campagne de Batera de recueil de signatures pour l’organisation d’un référendum, après la proposition de Batasuna sur une double autonomie pour l’ensemble du Pays Basque, et après l’annonce du lehendakari de la Communauté Autonome Basque Juan José Ibarretxe d’organiser une consultation populaire en octobre 2008. Opportunité politique à un moment où la commission Balladur "vise à renforcer les pouvoirs du Président", alors qu’"il n’y a pas dans le monde de république présidentialiste où le pouvoir du chef de l’Etat n’ait pas de contre-pouvoir local, sauf peut-être la Colombie", a expliqué Vianney Cier, l’un des organisateurs. Donc, si la tendance est de renforcer les pouvoirs de proximité, c’est une raison de plus pour confronter l’autonomie à cette "structure archaïque française".

Un long travail

Ce premier forum sur l’autonomie est le résultat d’un "long travail" réalisé depuis "des années" par grand nombre de militants, a-t-on précisé, un travail qui doit rentrer dans une nouvelle phase dans laquelle l’idée de l’autonomie "doit être menée par tous les acteurs de la société", en commençant par les formations politiques, et au-delà des clivages idéologiques. "On veut faire comprendre que le minimum vital pour ce territoire est l’autonomie" et cela au-delà des clivages idéologiques, car cette formule institutionnelle intéresse toutes les sensibilités politiques, insiste Gabi Mouesca, promoteur lui aussi d’Autonomia Eraiki.

Pour le démontrer, les organisateurs ont invité le soir du vendredi 26 octobre et le samedi 27 octobre à l’IUT de Bayonne "des personnalités politiques et des experts, témoignant des processus autonomiques en cours" en Polynésie, Kanaky, Jura suisse, Ecosse, Pays de Galles, Catalogne, et bien sûr la Navarre et la Communauté Autonome Basque. "Ce forum est l’occasion de nous nourrir des expériences d’autres peuples vivant l’autonomie". Et puisque ce forum s’inscrit aussi dans une "démarche pédagogique", le groupe de réflexion a invité tous les partis "sauf ceux qui tiennent des propos racistes", voir l’extrême droitepour qu’ils partagent leurs points de vue sur la question. Ils auront l’occasion de le faire samedi à partir de 16h lors de la table ronde "L’autonomie, institution pour le Pays Basque nord dans l’Europe du XXIe siècle?"

Mais le forum démarrera la veille au soir (20h30) par une conférence-débat sur l’autonomie en Polynésie et Kanaky, a expliqué Audrey Hocq. À cette table ronde participeront entre autres, Victor Maamaatuaiahutapu, vice-président du mouvement indépendantiste Tavini Huitaraa, ou le professeur de droit international Jean-Pierre Massias.

Samedi après-midi, les intervenants (Pascal Price, député au parlement du Jura; Jordi Veira, chargé de mission de la coalition catalane CiU; Frédérique Roux, professeur d’université; Mikel Arana, parlementaire d’IU à l’hémicycle de Gasteiz; Patxi Zabaleta, dirigeant d’Aralar; Yann Choucq, avocat) débattront sur les divers statuts d’autonomie existant en Europe.

Ces journées s’inscrivant dans un esprit pédagogique, les débats seront enregistrés pour une éventuelle diffusion ultérieure.

autonomia iparralde autonomie pays basque nord

 

15:37 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

18-10-07

PRESOS

Liste des prisonniers politiques basques
Dans les prisons françaises et espagnoles
Txalaparta
Dans les prisons françaises:

mise à jour du 18-octA-07
_________________________________________________________
NOM Prénom / N° d'écrou / Bâtiment / Prison
_________________________________________________________
ABAD URKIXO Patxi / 911 846 / D2-nord / Fresnes H
ABAUNZA MARTINEZ Javier / 12 sep 2007 / / Extrad. Tempo.
AGINAKO ETXENAGUSIA Asier / 331 355U / D1 / Fleury H
AGIRRE GOÑI Ekaitz / 359 054B / D3 / Fleury H
AGUERRE Didier / 1 993 / / Lannemezan
AGUIRRE GARCIA Harriet / 25 379 / / Nanterre
AGUIRRE ODRIOZOLA Javier / 11 341 / / Poissy
AGUIRREBARRENA BELDARRAIN Aitor / 5884 / D2-G305 / Val-de-Reuil
AGUIRRESAROBE OLAGOY Eneko / 324 724M / D1 / Fleury H
AIZPURUA AIZPURU Jose Domingo / 360 239Q / D1 / Fleury H
ALBERDI ZUBIERREMENTERIA Ane Miren / 350 664G / 6E / Fleury F
ALBISU IRIARTE Mikel / 929 159 / / Fresnes H
ALCALDE ECHEANDIA Gotzon / 347 264M / D5 / Fleury H
ALCANTARILLA MOZOTA Peio / 61 041 / / Gradignan
ALMANDOZ ERVITI Jose Miguel / 348 629V / D3 / Fleury H
ALTUNA IJURCO Haymar / 370 / MAC / Meaux
ARAMENDI JAUNARENA Alaitz / 360 225Z / 4E / Fleury F
ARAMENDI LANDA Marian / 61580 / / Gradignan
ARANALDE IJURCO Maite / 918 269 / / Fresnes F
ARANBURU Frédéric / 1 594 / bloc 1 / Lannemezan
ARANGUREN URROZ Asier / 28 447 / / Nanterre
ARANIBAR ALMANDOZ Ioseba Antton / 359 055C / D5 / Fleury H
AREITIO AZPIRI Alaitz / 358 367 E / 6E / Fleury F
ARIETALEANIZ TELLERIA Iñaki / 42 305 / / Osny
AROZENA EIZAGIRRE Haimar / 355 661P / D5 / Fleury H
ARZALLUZ GOÑI Asier / 932 260 / / Fresnes H
ATXURRA EGURROLA Julen / 4 116 / / St Maur
BARANDALLA GOÑI Oihan / 28 894 / / Nanterre
BARENECHE Mixel / 21 646 / / Agen
BERASATEGUI ESCUDERO Ismael / 17 802 / / Villepinte
BERISTAIN GUTIERREZ Iker / 359 056D / D5 / Fleury H
BERNADÓ BONADA Marina / 353 922 Y / 6E / Fleury F
BETOLAZA VILLAGRASA Gorka / 10 098 / MA1 / Seysses H
BEYRIE Laurenxa / 339 586R / 4E / Fleury F

BIDART Joan / / / Tulle
BIDART Philippe / / / Assignation
BIENZOBAS ARRECHE Jon / 06 nov 2006 / / Extrad. Tempo.
BILBAO ARESTI Eneko / 353 998F / D5 / Fleury H
CAMPO BARANDIARAN Jose / 338 311E / D1 / Fleury H
CARASTORRE ALDAZ Juan Ramón / 12 sep 2007 / / Extrad. Tempo.
CARDAÑO REOYO Aingeru / 359 053A / D1 / Fleury H
CASTILLO ALARCON Abelardo / 9252 / / Joux-La-Ville
CAU ALDALUR Jose Antonio / 287 384Z / D2 / La Santé
CEBERIO AYERBE Jose / 329 423U / D3 / Fleury H
CELARAIN ORTIZ Oscar / 13 922 / / Ré
CHIVITE BERANGO Mercedes / 329 018D / 4E / Fleury F
COELLO ONAINDIA Aitziber / 331 358 X / 6E / Fleury F
CORNAGO ARNAEZ Galder Bihotz / 359 557Y / 6E / Fleury F
CORTAZAR GARCIA Aitor / 327 634Z / D3 / Fleury H
DERGI Daniel / 9 949 / / Clairvaux
ECHEVERRIA JAUREGUI Xabier / 8 283 / / Muret
EIZAGUIRRE URANGA Julen / 61 581 / / Gradignan
ELIZEGI ERBITI Iñigo / 913 228 / D2-sud / Fresnes H
ELORRIETA SANZ Ibon / 22 291 / / Nanterre
ERRASTI GOITI Zuhaitz / 112 73 / / Moulins MA
ESNAL Jacques / 9 162 / / Clairvaux
ESPARZA LURI Iñaki / 61 697 / / Gradignan
ESPARZA ORTEGA Joseba / 915 655 / D3-sud / Fresnes H
ESQUISABEL URTUZAGA Pedro Maria / 15 647 / / Villefranche-sur-Saône
ESTEVEZ PAZ Juan Carlos / 331 354T / D3 / Fleury H
ETXEBERRIA SIMARRO Leire / 353 837 F / 4E / Fleury F
FERNANDEZ ARRINDA Lander / 66 557 / / Bois d'Arcy
FERNANDEZ IRADI Juan Ibon / 70 493 / / Bois d'Arcy
FIGAL ARRANZ Antonio Agustin / 904 530 / D1-174 / Fresnes H
FLORES Pantxoa / 24 148 / / Poitiers
GAINZA SALINAS Urtzi / 923 022 / D2-137 / Fresnes H
GALARRAGA Saroia / 22 127 / / Pau
GALLASTEGI SODUPE Lexuri / 09 aug 2007 / / Extrad. Tempo.
GARAI Cedric / 16 266 / / Angoulême
GARATE GALARZA Luis Enrique / 71 315 / / Bois d'Arcy
GARCIA GAZTELU Xabier / 10 056 / / Clairvaux
GARCIA GONZALEZ Jose Juan / 359 242 F / D3 / Fleury H
GARCIA JUSTO Aitor / 280 234 / D1 / La Santé

GARCIA M0NTERO Ainhoa / 355 084 M / 4E / Fleury F
GARCIA MONTERO Urtzi / 10 110Q / MA2 / Seysses H
GARMENDIA LACUNZA Alberto / 15 274 / / Villepinte
GARRO PEREZ Zigor / 928 123 / D2/189 / Fresnes H
GERESTA AZURMENDI Ander / 10 258 / / Moulins-Yzeure
GIL DE SAN VICENTE GURRUCHAGA Kiskitza / 925 109 / / Fresnes F
GOGORZA OTAEGI Aitzol / 11 165 / / Poissy
GOIKOETXEA BARANDIARAN Bixente / 4 001 / / St Maur
GOIRICELAYA GONZALEZ Cristina / 355 112S / 4E / Fleury F
GOITIA ABADIA Oier / 1 898 / MAC / Meaux
GOMEZ AGIRRE Aner / / / Assignation
GONZALEZ BILBATUA Oier / 5 917 / MA2 / Seysses H
GONZALEZ GONZALEZ Jon / 912 051 / D2-sud / Fresnes H
GRACIA ARREGI Iñaki / 1 715 / bloc 1 / Lannemezan
GUIMON Laurenxa / 61 636 / / Gradignan
GUIMON Patxiku / 3 931 / / St Maur
GUINEA SAGASTI Jesús / 8 176 / / Salon
GUISASOLA OLAETA Arnaltz / 42 130 / / Osny
GUTIÉRREZ ELORDUI Borja / 928 219 / D3 / Fresnes H
HEREDIA de ELU Iker / 9 135 / / Joux-La-Ville
IBAÑEZ OTEIZA Mikel / 288 249Q / D2 / La Santé
IGARTUA ECHEVERRIA Igor / 358 542V / D1 / Fleury H
ILLARAMENDI ZABALETA Juan Miguel / 108 51 / / Moulins MA
ILUNDAIN IRIARTE Alberto Maria / 4 262 / / St Maur
IPARRAGUIRRE GALARRAGA Iker / 72 281 / / Bois d'Arcy
IPARRAGUIRRE GUENECHEA Maria Soledad / 929 121 / / Fresnes F
IRIARTE PEREZ Juan Carlos / 22 303 / / Pau
IRURETAGOYENA LANZ Luis Ignacio / 933 266 / D3-257 / Fresnes H
JUARROS RUIZ de GORDEJUELA Maite / 9 532 / / Versailles F
LARRAÑAGA ALTUNA Mikel / 15 754 / / Villepinte
LETE ALBERDI Jose Ramón / 2 030 / / Lannemezan
LETONA BITERI Igor / 26 864 / / Nanterre
LIZARRIBAR LASARTE Jon / 283 751 / D1 / La Santé
LIZUNDIA ALVAREZ Iñaki / 11 984 / / Moulins-Yzeure
LOPEZ ANTA Angel / 146 990 / B 2001 / Les Baumettes
LOPEZ DE LA CALLE GAUNA Alberto / 15 921 / / Villepinte
LÓPEZ de VERGARA ASTOLA Iñaki / 282 995 / D2 / La Santé
LOPEZ RESINA Maria Dolores / 10 jul 2007 / / Extrad. Tempo.
LORENTE BILBAO Aitor / 360 507F / D3 / Fleury H

MAIZA ARTOLA Juan Cruz / 288 704J / bloc A / La Santé
MARTIN HERNANDO Jesus Maria / 7 807 / / Tarascon
MARTINEZ BERGARA Benito Fermín / 42 956 / / Osny
MENDIZABAL CUBAS Iker / 288 666 / D1 / La Santé
MENDIZABAL MUGICA Ekain / 928 122 / D3/253 / Fresnes H
MENDIZABAL MUGICA Idoia / 921 125 / / Fresnes F
MERODIO LARRAONA Zigor / 925 110 / D1-143 / Fresnes H
MORCILLO TORRES Gracia / 354 994 P / 4E / Fleury F
MUGICA ANDONEGUI Ander / 19 015 / / Villepinte
MUJIKA GOÑI Ainhoa / 09 aug 2007 / / Extrad. Tempo.
MUÑOA ORDOZGOITI Aloña / 36 939B / 4E / Fleury F
NEGRETE ORTEGA Miguel / 6 960 / / Châteauroux MA
OLARRA GURIDI Jon / 17 jul 2006 / / Extrad. tempo.
ORBE SEVILLIANO Zigor / 283 552 / D2 / La Santé
ORKOLAGA ETXANIZ Aintzane / 4085 / / Bapaume
OTEGI ERASO Andoni / 3 433 / / Toulon
OTEGI UNANUE Mikel / 344 088J / D1 / Fleury H
OTEGUI ARRUGAETA Jose Maria / 14 041 / / Ré
OTXOANTEZANA BADIOLA Jon Angel / 10 089 / / Clairvaux
OYARZABAL CHAPARTEGUI Asier / 11 927 / / Moulins-Yzeure
PALACIOS ALDAY Gorka / 325 327S / D1 / Fleury H
PAROT Jon / 8 613 / / Muret
PEREZ SUSPERREGUI Xabier / 72 601 / / Bois d'Arcy
PERURENA PASCUAL Miren Argi / 6 411 / / Rennes
PIKABEA UGALDE Angel / 4 017 / / St Maur
PRECIADO IZARRA Jon Kepa / 282 097 / D2 / La Santé
QUINTANA ZORROZUA Asier / 354 993 N / D3 / Fleury H
REGO SEBASTIAN Iñaki / 8739 / / Muret
RIPOLL ESTARTA Iñigo / 286 792 / D1 / La Santé
RODRIGUEZ ARETXABALETA Liher / 932 189 / D1 / Fresnes H
RUBENACH ROIZ Juan Luis / 326 926E / D5 / Fleury H
SAAVEDRA MARTINEZ Alberto / 67 294 / / Bois d'Arcy
SAENZ OLARRA Balbino / 8 410 / / Tarascon
SÁEZ de EGILAZ MURGIONDO Carlos / 279 344 / D1 / La Santé
SAEZ TOTORICAGÜENA Gabriel / 22 066 / / Draguignan
SAGARZAZU GAZTELUMENDI Ramón / 59 579 / / Gradignan
SAGARZAZU GOMEZ Jose Cándido / 280 723 / D1 / La Santé
SAINT-PÉE Jean-Marie / 6 995 / / Châteauroux MA
SALSAMENDI ABAD Zorion / 287 987 / bloc A / La Santé

SAN SEBASTIAN Bernard / 355 143A / D1 / Fleury H
SANCHEZ MENDAZA Peio Jon / 284 844 / D1 / La Santé
SANTESTEBAN GOICOECHEA Iñaki / 29 644 / A1-114 / Villeneuve les Mag.
SEGUROLA MAYOZ Jose Francisco / 11 410c466 / / Poissy
SEGUROLA QUEREJETA Joseba / 42 769 / / Osny
SOMOZA CHAMIZO Lorena / 339 546X / 6E / Fleury F
SORIA VALDERRAMA Inocencio / 39 468 / / Osny
SUAREZ HUARTE Kepa / 44 137 / / Osny
SUBIJANA IZQUIERDO Juan Carlos / 6 531 / MA2 / Seysses H
TAPIA ZULAIKA Asier / 10 155 / / Seysses H
TROITIÑO CIRIA Jon Joseba / 920 169 / D1-260 / Fresnes H
UGARTEMENDIA ISASA Jose Manuel / 285 039 / D2 / La Santé
UZKUDUN LIZAUR Mikel / 281 461 / D2 / La Santé
VALLEJO FRANCO Iñigo / / / Villefranche-Sur-Saône
VICARIO SETIEN Gregorio / 11 498Y / / Poissy
YURREBASO ATUCHA Jon / 44 136 / / Osny
ZABALO BILBAO Luis Armando / 331 357W / D5 / Fleury H
ZALDUA IRIBERRI Miren Itxaso / 7 900 / / Seysses F
ZAMAKOLA IBAIBARRIAGA Zorion / 9 401 / / Clairvaux
ZUBIAGA BRAVO Manex / 12 sep 2007 / / Extrad. Tempo.
ZUBIZARRETA LIZUNDIA Urtzi / 1 187 / MAC / Meaux
ZURIARRAIN MENDIGUREN Naia / 21 930 / / Draguignan
Nombre total de prisonniers : 173

**************************************************************************

Dans les prisons espagnoles:

mise à jour 2007/10/10

A LAMA
1.Alonso Alvarez, Raul
2.Arizkuren Ruiz, Josetxo
3.Barrios Martin, Jose Luis
4.Errazti Elorza, Jokin
5.Etxebarria Sagarzazu, Kepa
6.Etxegarai Gaztearena, Fernando
7.Etxezarreta Manzisidor, Joseba
8.Garces Beitia, Iñaki
9.Garcia Corporales, Josu
10.Mariñelarena Garziandia, Luis
11.Martinez de Osaba Arregi, Igor
12.Ormazabal Lizeaga, Asier
13.Perez Zorriketa, Ugaitz
14.Ugarte Billar, Xabier
15.Dañobeitia Ceballos, Olatz

ALACANT Foncalent
16.Alaña Arrinda, Koldo
17.Badillo Borde, Irkus
18.Bilbao Moro, Jon
19.Del Olmo Vega, Fernando
20.Elizaran Agilar, Ugaitz
21.Biteri Izagirre, Garazi
22.Garro Perez, Nerea

ALBACETE
23.Goikoetxea Garralda, Txus
24.Larredonda Muñoz, Zigor

ALBOLOTE (Granada)
25.Aginagalde Urrestarazu, Jon
26.Aiensa Laborda, Ibai
27.Akaiturri Irazabal, Iñigo
28.Beaumont Etxebarria, Iñaki
29.Garalde Bedialauneta, Isidro
30.Gaztañaga Bidaurreta, Jose Ignazi
31.Guridi Lasa, Iñigo
32.Lasa Mitxelena, Juan Lorenzo
33.Legaz Irureta, Armando
34.Miner Villanueva, Imanol
35.Troitiño Arranz, Txomin
36.Urdiain Ziriza, Iñaki

37.Lopez Riaño, Idoia
38.Martinez Perez, Leire
39.Uzkudun Etxenagusia, Maritxu

ALCALA MECO (M-II)
PREVENTIVO
40.Agirre Bernadal, Iker
41.Bienzobas Arretxe, Jon
42.Fdez de Gamarra Alutiz, Jabi
43.Garcia Rivera, Felix
44.Lezkano Bernal, Sergio
45.Moreno Fernandez, Koldo
46.Murillo Etxeberria, Gorka
47.Pardo Segovia, Mikel
48.Velasco Lareki, Gorka
CUMPLIMIENTO
49.Agote Cillero, Arkaitz
50.Gonzalez Pavon, Joseba
51.Larrinaga Rodriguez, Asier
52.Lima Sagarna, Iker

ALCALA EMAKUMEAK
53.Barbarin Iurrebaso, Ainhoa
54.Gorrotxategi Vazquez, Axun

ALCAZAR DE SAN JUAN
55.Garcia Razkin, Sergio
56.Lazkano Perez, Xabier
57.Lopez de Abetxuko Liki., Jose R.

ALMERIA
58.Aldasoro Magunazelaia,Ramon
59.Aparicio Benito, Koldo
60.Arruarte Santacruz, Garikoitz
61.Azurmendi Peñagarikano, Mikel
62.Balerdi Iturralde, Juankar
63.Benaito Villagarcia, Mig. Angel
64.Carrasco Aseginolaza, Koldo
65.Dorronsoro Malaxetxebarria, J.M
66.Garrido Sanchez, Karlos
67.Krutxaga Elezkano, Iñaki
68.Lasa Mendiaraz, Sebas
69.Markes Zelaia, Patxi
70.Piriz Lopez, Juan Manuel
71.Urizar de Paz, German
72.Viedma Morillas, Alberto
73.Zabarte Jainaga, Felix

74.Oña Ispizua, Iosune
75.Pedrosa Barrenetxea, Maite

ARANJUEZ (M-VI)
76.Alberdi Elejalde, Ernesto
77.Ariz Lizaso, Eder
78.Arronategi, Asier
79.Arzelus Angiozar, Iker
80.De Juana Chaos, Iñaki
81.Diez de Ulzurrun, Gorka
82.Makazaga Castillo, Iñigo
83.Totorika Eskandon, Haritz

84.Saez de la Cuesta, Alicia (+umea)

BADAJOZ
85.Arizmendi Oiartzabal, Joseba
86.Del Hoyo Hernandez, Kepa
87.Etxezarreta Etxaniz, Ibon
88.Gabiola Goiogana, Andoni
89.Izpura Garcia, Mikel
90.San Argimiro Isasa, Mikel
91.Sebastian Iriarte, Alfontso
92.Usandizaga Galarraga, Xabin
93.Zubiaurre Agirre, Jon
94.Zugadi Garcia, Iñaki
95.Garaizar San Martin, Nerea
96.Ioldi Mujika, Mila
97.Onaindia Susaeta, Josune

BASAURI
98.Abad San Pedro, Endika
99.Ruiz Cantalapiedra, Klemente
100.Uruñuela Mollinero, Jorge
101.Zengotitabengoa Laka, Joseba

BONXE
102.Etxebarria Uria, Garikoitz
103.Martinez Garcia, Txerra
104.Odriozola Agirre, Peio

BOTAFUEGO (Algeciras)
105.Cañas Carton, Iñaki
106.Erro Zazu, Iñaki
107.Gonzalez Endemaño, Jorge
108.Lopez Ruiz, Antxon
109.Makazaga Azurmendi, Xabier
110.Novoa Arroniz, Jose Mari
111.Pujana Alberdi, Iñaki
112.Sanpedro Larrañaga, Premin

113.Garbaio Ruiz, Arantza
114.Noble Goikoetxea, Inma
115.Pacho Martin, Inma

BRIEVA
116.Bakedano Maidagan, Oihane
117.Delgado Iriondo, Agurtzane
118.Lopez Resina, Maria Dolores
119.Moreno Macuso, Julia
120.Urizar de Paz, Amaia
121.Zubimendi Izaga, Araitz

BURGOS
122.Alza Hernandez, Andoni
123.Arnaiz Laskurain, Aritz
124.Etxenike Ugarte, Asier
125.Fdez Prz de Nanclares, Txetxu
126.Lizarralde Izagirre, Luis Mari
127.Mtnez de Albeniz, Arkaitz
128.Perez Diaz, Jose Mari

CACERES II
129.Andueza Antxia, Oier
130.Fraile Iturralde, Gorka
131.Maurtua Eguren, Aitzol
132.Olabarrieta Colorado, Iker
133.Olaizola Baseta, Aitor

CAN BRIANS - BARCELONA
134.Sanchez Burria, Diego

CASTELLO
135.Altable Etxarte, Txuma
136.Barreras Diaz, Oskar
137.Cabello Perez, Andoni
138.Cano Hernandez, Pedro Maria
139.Etxeberria Lete, Peio
140.Fernandez Castañares, Elias
141.Gallastegi Sodupe, Orkatz
142.Lopez Agiriano, Estanis
143.Otxoa de Eribe Landa, J. Angel
144.Ramada Estevez, Fco Jose
145.Rodriguez Gotxikoa, Ekain

146.Igarriz Izeta, Marta
147.Jauregi Amundarain, Oskarbi (4)

CORDOBA (Alcolea)
148.Arri Pascual, Alvaro
149.Etxeberrria Garaikoetxea, JMari
150.Figueroa Fernandez, Angel (2)
151.Gallaga Ruiz, Xabier
152.Garcia Jodra, Fernando
153.Inxausti Etxarri, Tomas
154.Iragi Gurrutxaga, Harriet
155.Parot, Unai
156.Urrosolo Sistiaga, Joseba
157.Zabaleta Elosegi, Jose Jabier

158.Bengoa Ziarsolo, Nerea
159.Gisasola Solozabal, Carmen

CURTIS (Teixeiro)
160.Aramendi Urteaga, Ekaitz
161.Blanco Santisteban, Zigor
162.Caride Simon, Rafa
163.Cebrian Mayayo, David
164.Diez Torre, Fernando (1)
165.Eskudero Balerdi, Gregorio
166.Gomez Ezkerro, Jesus Mari
167.Meñika Oruetxeb., Ibon
168.Plazaola Anduaga, Alberto
169.Polo Escobes, Sergio
170.Rodriguez Cordero, Gonzalo

171.Epelde Agirre, Aiora
172.Ijurko Ruiz, Eider

DAROCA
173.Codo Callejo, Jagoba
174.Coto Etxeandia, Egoitz
175.Fagoaga Igantzi, Iñaki
176.Gramont, David
177.Vidal Alvaro, Gorka
178.Zarrabe Elkoroiribe, Mikel

DUEÑAS
179.Artola Medibe, Mario
180.Foruria Zubialde, Jose Ramon
181.Gomez Lopez, Patxi
182.Gonzalo Casal, Iñaki
183.Ibañez Diez, Raul
184.Maruri Basagoitia, Lander
185.Ortega Sunsundegi, Igor
186.Oviedo Casado, Oskar
187.Urain Larrañaga, Jokin

188.Arrieta Gonzalez, Amaia (+umea)
189.Fresneda Etxeberria, Ainara
190.Martinez Sustatxa, Itziar (+ umea)

EL DUESO
191.Arrieta Prez de Mendiola, Ismael

HERRERA DE LA MANCHA
192.Alonso Rubio, Iñaki
193.Aranburu Muguruza, Xabier
194.Armendariz Izagirre, Iñaki
195.Askasibar Garitano, Mikel
196.Balerdi ibarguren, Xabier
197.Bellon Blanco, Arkaitz
198.Biguri Camino, Jose Angel
199.Castro Sarriegi, Alfonso
200.Cristobal Martinez, Carlos
201.Del Hierro Upategi, Agustin
202.Erostegi Bidaguren, Joseba
203.Errandonea Arruti, Ander
204.Francisco Rodriguez, Niko
205.Fresnedo Gerrikabeitia, Aitor
206.Lerin Sanchez, Jose Angel
207.Lopez Gomez, Jon
208.Lujanbio Galdeano, Pakito
209.Orotegi Otxandorena, Ignacio
210.Rubenach Roig, German
211.Turrientes Ramirez, Mitxel

HUELVA - II
212.Aldana Zelaia, Jon
213.Apeztegia Jaka, Carlos
214.Bilbao Beaskoetxea, Iñaki
215.Borde Gaztelumendi, Joseba
216.Garcia Sertutxa, Gorka
217.Karrera Arenzana, Asier
218.San Epifanio San Pedro, Felipe
219.Solana Matarran, Jon Igor
220.Troitiño Arranz, Antton
221.Zabarte Arregi, Jesus Mari

222.Perez Aristizabal, Eider
223.Txurruka Madinabeitia, Lurdes

IRUÑEA
224.Barandaila Iriarte, Bautista

JAEN – II
225.Arregi Erostarbe, Joseba
226.Arrieta Llopis, Mikel
227.Arronategi Azurmendi, Kepa
228.Diaz de Heredia Ruiz de Arb.,Josu
229.Garcia Aliaga, Aitor
230.Garcia Justo, Asier
231.Palacios Capitan, Pako
232.Sagardui Moja, Jose Mari
233.San Pedro Blanco, Jon Mirena
234.Urizar Murgoitio, Xabier

235.Ernaga Esnoz, Joxepa
236.Lpz de Luzuriaga Fdez,Gotzone

LANGRAITZ
237.Agirre Agiriano, Jon
238.De Luis Astarloa, Fernando
239.Galarraga Arrona, Jose Antonio
240.Hernandez Velasco, Jose Antonio
241.Muñoz de Vivar Berrio, Andoni
242.Perez Ojuel, Carlos
243.Uribe Navarro, Ramon
244.Uribetxeberria Bolinaga, Josu

LOGROÑO
245.Alvarez Santacristina, J Luis
246.Gordo Castro, Xabier
247.Lpez de Aberasturi Rgez, Ieltxu
248.Pikabea Ugalde, Kepa
249.Sola Torres, Txomin

250.Gorostiaga Retuerto, Marilo

MALAGA
251.Delgado Goñi, Juani
252.Etxeberria Pascual, Josetxo
253.Gabirondo Agote, Juan Mari
254.Gonzalez Rodriguez, Manu
255.Martin Carmona, Koldo
256.Mendinueta Flores, Jesus Mª

MANSILLA (Leon)
257.Artola Ibarretxe, Joseba
258.Bollada Alvarez, Jesus
259.Chillon Barbadillo, Igor
260.Etxeandia Meabe, Jose Miguel
261.Igarataundi Peñagarikano, J Mª
262.Lareki Dorronsoro, Xabier
263.Orbegozo Etxarri, Mikel
264.Rego Vidal, Juan Jose
265.Salegi Garcia, Oroitz
266.Tobalina Rodriguez, Juantxu
267.Armendariz G. Langarika, Lierni
268.Garcia Rodriguez, Paula
269.Majarenas Ibarreta, Sara

MARTUTENE
270.Alkain Zulaika, Egoitz
271.Aztiria, Gorka
272.Fahkri Delgado, Ismael
273.Otegi Mondragon, Arnaldo
274.Soto Blanco, Aitor

275.Azkarate Badiola, Miren
276.Sagastume Arrieta, Maitane

MONTERROXO
277.Aiensa Laborda, Mikel
278.Frade Bilbao, Iker
279.Larrea Azpiri, Zunbeltz
280.Lejarzegi Olabarrieta,Endika
281.Manzisidor Torrontegi, Urko
282.Rezabal Zurutuza, Kepa
283.Zubieta Zubeldia, Juan Jose
284.Zubizarreta Balboa, Kepa

MURCIA
285.Bores Gutierrez, Aitor
286.Lopez de Okariz, Unai
287.Segurola Beobide, Joseba
288.Ugalde Zubiri, Andoni

289.De Andres Urrutikoetxea,Arritxu
290.Del Rio Prada, Ines

NAVALCARNERO (M-IV)
291.Artola Diaz, Jon
292.Bravo Saez de Urabain, Zigor
293.Castillo Gnzlez de Mendibil, Emilio
294.Harokarene Kamio, Jean Pierre
295.Lauzirika Oribe, Karmelo
296.Mardones Esteban, Asier

OCAÑA – I
297.Aginaga Ginea, Ibai
298.Elejalde Tapia, Fernando
299.Franco Martinez, Bittor
300.Hermosa Urra, Koldo
301.Herrador Pouso, Juan Carlos
302.Lasarte Oliden, Balentin
303.Lebrero Panizo, Roberto
304.Ormazabal Gaztañaga, J Markel

OCAÑA – II
305.Akarregi Casas, Alex
306.Etxebarri Garro, Juan Mª
307.Garaio Atxurra, Gartzen
308.Goienetxe Alonso, Iñaki
309.Gurtubai Sanchez, Sebas
310.Herrera Vieites, Aitor
311.Lopez Gonzalez, Jesus Maria
312.Markez del Fresno, Kepa
313.Zabala Erasun, Gabriel

PUERTO – I
314.Almorza Arrieta, Karlos
315.Arakama Mendia, Iñaki
316.Arrozpide Sarasola, Santi
317.Arruti Azpitarte, Juan Carlos
318.Etxeberria Martin, Iñaki
319.Fdez de Larrinoa Prez de L,Iñaki
320.Gonzalez Sola, Igor
321.Marañon Uriarte, Guillermo
322.Martinez Izagirre, Jabi
323.Mujika Garmendia, Pakito
324.Muñoa Arizmendiarrieta, Ibon
325.Ordoñez Fernandez, Josu
326.Ruiz Romero, Patxi
327.Saez Arrieta, Arkaitz
328.Solana Arrondo, Kepa Mirena
329.Urra Guridi, Kepa
330.Ziganda Sarratea, Josu

PUERTO – II
331.Almaraz Larrañaga, Agustin
332.Bilbao Goikoetxea, Iñaki
333.Bilbao Solaetxe, Unai
334.Martinez Ahedo, Gorka
335.Perez Aldunate, Xabier
336.Prieto Jurado, Sebastian
337.Ugarte Lpez de Arkaute, Diego (1)

SEGOVIA
338.Olano Olano, Juan Mari

SORIA
339.Amantes Arnaiz, Josu
340.Gojenola Goitia, Xabier

SOTO DEL REAL (M-V)
341.Abaunza Martinez, Javier
342.Aldasoro Jauregi, Juan Cruz
343.Alvarez Forcada, Joseba
344.Amorrotu Lizeranzu, Oier
345.Arbulu Renteria, Ibon
346.Arginzoniz Zubiaurre, Haritz
347.Arraiz Barbadillo, Asier
348.Aspiazu Alzelai, Andoni
349.Bert Arretxea, Fernando
350.Elkano Etxebeste, Anjel Mari
351.Etxeberria Arbelaiz, Rufi
352.Garai Vales, Jon
353.Gomez Gonzalez, Alberto
354.Iparragirre Arretxea, Imanol
355.Irastorza Dorronsoro, Xabier
356.Karasatorre Aldaz, Juan Ramon
357.Kortazar Pipaon, Joseba Imanol
358.Lomas Perez de Obanos, Federico
359.Maiora, Igor
360.Murueta Gondra, Urtzi
361.Oiartzabal Ubierna, Anartz
362.Permach Martin, Joseba
363.Petralanda Mugarra, Aner
364.Petrikorena Leunda, Juan Jose
365.Telletxea Goñi, Iñaki
366.Zabalo Beitia, Xabier
367.Zubiaga Bravo, Manex
368.Zubimendi Berasategi, Mikel

369.Agirre Garcia, Oihana
370.Alejandro, Maria Tomasa
371.Diaz de Hrdia Ruiz de Arblu, Maite
372.Egues Gurrutxaga, Ana Belen
373.Fernandez de Labastida, Maite
374.Gallastegi Sodupe,Irantzu(+umea)
375.Gallastegi Sodupe, Lexuri
376.Lizarralde Palacios, Ana
377.Martinez Garcia, Idoia (+umea)
378.Mujika Goñi, Ainhoa
379.Regueiro Martinez, Joana
380.Santesteban Perez, Arantza

TARRASA (hospitala)
381.Riera Valenciano de M, Laura + umea

TERUEL
382.Barrondo Olabarri, Beñat
383.Beristain Urizarbarrena, Iker
384.Gonzalez Azua, Unai

TOPAS
385.Agirre Lete,Juan Luis
386.Aristi Etxaide, Patxi
387.Bravo Maestrojuan, Josu
388.Crespo Ortega, Jon
389.Gaztelu Otxandorena, J. Miguel
390.Labeaga Garcia, Urko
391.Legina Aurre, Kepa
392.Mallabia Sanchez, Unai
393.Mtz de Lafuente Intxaurregi, JR
394.Otazua Urresti, Iñigo
395.Otxoa de Retana Simon, Asier
396.Rekarte Ibarra, Iñaki

VALDEMORO (M-III)
397.Arriaga Arruabarrena, Rufino
398.Calabozo Casado, Oskar
399.Etxaniz Alkorta, Sebas
400.Etxeberria Goikoetxea, Garikoitz
401.Fernandez Terceño, Aitor
402.Lamariano Larrea, Unai
403.Loran Lafourcade, Gorka
404.Martinez Arkarazo, Gorka
405.Olaitz Rodriguez, Jorge
406.Orue Magazo, Iñigo
407.Salaberria Etxebeste, Emilio

VALENCIA - II
408.Cadenas Lorente, Oskar
409.Enbeita Ortuondo, Joseba
410.Esnal, Juantxo
411.Galarza Quirce, Luis Angel
412.Iñigo Egizurain, Asier
413.Merino Bilbao, Guillermo
414.Olza Puñal, Eneko
415.Tximeno Inza, Xabier

VALENCIA – III
416.Legorburu Gerediaga,Juanjose
417.Lonbide Lorente, Josu
418.Muerza Santos, Iñigo
419.Perez de Anuzita Urkijo, Eduardo
420.Rojo Gonzalez, Juan Ramon
421.Urretabizkaia Sahukillo, Jon
422.Urrestarazu Esnaola, Ibon

423.Gete Etxeberria, Kristina (+umea)
424.Iturriotz Garmdia, Alaitz (+umea)

VALLADOLID
425.Aretxaga Llona, Xabier
426.Fernandez Bernales, Julen
427.Goldaraz Aldaia, Xabier
428.Lizarralde Palacios, David
429.Murga Zenarruzabeitia, Andoni
430.Perea Salazar, Gorka
431.Tejerina Urkia, Arkaitz
432.Vecino Sta Maria, Roberto

433.Gonzalez Peñalva, Belen
434.Karro Boado, Olatz

VILLABONA
435.Abad Palacios, Oskar
436.Abasolo Osinaga, Xabier
437.Aragon Iroz, Santi
438.Gomez Larrañaga, Aratz
439.Ortiz Ribas, Daniel
440.Plagaro Perez de Ar.,Eduardo
441.Sadaba Merino, Javier
442.Uribarri Benito, Asier
443.Casares Etxeberria, Aiboa
444.Mallabia Sanchez, Naiara
445.Sagarminaga Abad, Aitziber

VILLENA (Alicante)
446.Alonso Abad, Fernando
447.Aranburu Sudupe, Gotzon
448.Arkauz Arana, Josu
449.Berganza Zendegi, Santos
450.Iglesias Txouza, Juankar
451.Jurado Garcia, Andeka
452.Lavega Tarrega, Harkaitz
453.Mujika Pikabea, Jose Mª
454.Olarra Guridi, Juan Antonio (1)
455.Zabala Etxegarai, Patxo
456.Zelarain Oiarzabal, Peio
457.Zubikarai Badiola, Kandido

458.Esteran Cruz, Ainara
459.Mujika Alvarez, Nagore

ZUERA (Zaragoza)
460.Azkargorta Belategi, Luis Mari
461.Beristain Urbieta, Joxe Mari
462.Bilbao Gaubeka, Iñaki
463.Etxegarai Mendiguren, Martin
464.Gil Cervera, Mikel
465.Larrañaga Alberdi, Imanol
466.Lesende Aldekoa, Txomin
467.Moreno Ramajo, Txabi
468.Sancho Biurrun, Jokin
469.Urkizu Ormazabal, Jon Ander
470.Frade Bilbao, Ainara
471.Sanz Martin, Olga


(1) Valdemoro
(2) Langraitz
(3) Basauri
(4) Soto del Real
(5) Martutene
(6) Iruñea
(7) Logroño
(8) Alcala
(9) Navalcarnero
(10) Burgos
(11) Zuera
(12) Curtis-Teixeiro
(13) Aranjuez
(14) Valencia-III
(15) Puerto-II
(16) Daroca
(17) Almeria
(18) Cordoba ospitala
(88) Destinora heldu gabe


2007-10-10





20:26 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

14-10-07

Vlamingen in Baskenland

 

 

Ludo Docx : l'avenir de la Flandre passe par l'indépendance ou au moins par une confédération belge aboutie.


 

 

Un Flamand parmi les Basques, un abertzale flamand parmi les Mbertzale basques. Voilà qui pourrait résumer l'existence peu banale de Ludo Docx, prêtre engagé s'il en est. Car c'est bien l'engagement et le don de soi qui guident la vie de ce grand militant de la foi chrétienne et de l'abertzalisme. Enbata l'a rencontré dans sa maison de Donapaleu, Flandriako Etxea, dont il a fait un lieu d'accueil pour ses compatriotes flamands en visite au Pays Basque, à quelques mètres du couvent des Franciscains, qui l'a accueilli à son arrivée en Iparralde et dont la fermeture et la vente le désolent.

Il nous parle de sa jeunesse dans la Flandre d'entre-deux- guerres qui, dans une Belgique dominée :par les élites francophones, n'était pas le pays prospère et sûr de sa force qu'elle est devenue aujourd'hui. Il nous dévoile comment se sont tissés ses liens intimes avec Euskal Herria, jusqu'à une installation définitive à Donapaleu. Le regard qu'il porte sur la Belgique nous aide à mieux comprendre les tenants et aboutissants de la crise qui secoue le royaume. L' implosion éventuelle d' un pays au cœur même de l'Union européenne serait un séisme d'une magnitude autrement plus ample que la partition de la Tchécoslovaquie en 1989. En commençant à dessiner une nouvelle carte géopolitique, elle pourrait préfigurer l'organisation à venir d'une Union enfin consciente de ses réalités historiques.

 

ENBATA: Vous vivez au Pays Basque depuis une vingtaine d'année. On a du mal à saisir les raisons qui peuvent pousser un prêtre flamand qui occupe des fonctions importantes dans son diocèse d'Anvers, à tout abandonner pour s'expatrier en Pays Basque.

 

Ludo Docx: Cela fait 19 ans que je vis en Pays Basque et 17 ans ici à Donapa­leu. Je viens au Pays Basque depuis 34 ans. Je dois mon premier séjour en 1973 à Walter Luyten, sénateur abertza­le flamand que beaucoup connaissent en Euskal Herria, dont l'action ainsi que celle de Willy Kuypers, m'a beaucoup touché à l'époque. Ces deux parlemen­taires flamands ont énormément fait pour la solidarité avec le Pays Basque opprimé par le régime franquiste. On se souvient de leurs nombreux séjours ici, notamment de leurs visites de soutien lors des grèves de la faim dans les églises dlparralde dans les années 70. Mais mon histoire avec le Pays Basque remonte à bien plus loin. Lorsque j'avais 6 ans, ma famille a accueilli «una rima de Gernika», l'une des 5 000 enfants ré­fugiés de la guerre civile accueillis en Flandre, dont les parents et la quasi to­talité de la famille proche avait été tuée par les franquistes. Cette fillette a grandi dans notre famille et a fait ses études universitaires chez nous. Elle a épousé un ingénieur flamand et habite à côté d'Antwerpen (Anvers). Ma seconde expérience date de l'année de mon ordination, il y a exactement 50 ans. Cette année-là, je suis entré à l'uni­versité de Louvain pour poursuivre des études de psycho-pédagogie. J'y ai ren­contré des dizaines de jeunes Basques qui avaient entamé leurs études à Bil-bao, Zaragoza ou Salamanca, mais avaient dû fuir à l'étranger. Ils ache­vaient leurs études dans la section francophone de Louvain, qui, en ce temps-là, était encore bilingue. Ils par­laient basque entre eux et mon premier contact avec l'euskara date de ces an­nées-là.

Ma troisième rencontre avec Euskal Herria, qui fut décisive, s'est produite lorsque Walter, après une action de soli­darité avec les grévistes de la faim, est revenu chez nous et a commencé à nous sensibiliser à la situation politique en Pays Basque.

 

Enb.: Le prêtre engagé que vous étiez déjà ne pouvait qu'être sensible à ce qui se passait ici.

 

L. D.: J'étais à l'époque responsable de la formation des enseignants, tâche que j'ai menée pendant 27 ans, pour le dio­cèse d'Anvers. Il faut savoir qu'en Flandre les écoles catholiques scolari­sent presque les trois-quarts des élèves. Dans une Flandre de tradition catholique forte, elles jouissent d'une bonne noto­riété.

Je suis issu d'une famille chrétienne pratiquante, mais pas cléricale, et sur­tout de forte sensibilité sociale. Nous n'avions aucun prêtre, aucune religieuse dans la famille. Avant l'émergence des partis traditionnels contemporains, il y avait en Flandre deux courants catho­liques qui remontaient au XVIIème siècle: les Geuzen (les gueux), expres­sion de la résistance contre l'occupant espagnol qui est resté chez nous pen­dant 148 ans, et les Sussen ou hyper-catholiques qui collaboraient avec l'occupant et que la hiérarchie catho­lique considérait comme les bons catho­liques. Ma famille appartient plutôt à la tradition des Guezen, donc des catho­liques mal vus. Une anecdote: mon père était directeur d'une école publique. Ma mère dirigeait une école gérée par les religieuses. Elle a été mise à la porte quand ils se sont mariés, car, dans les années 20/30, le mariage était prohibé dans ces écoles de religieuses. Mon pè­re l'a alors embauchée dans son école publique.

L'appel que j'ai ressenti à l'âge de 18 ans et qui a débouché sur mon engage­ment sur la voie de la prêtrise, est da­vantage lié à mon engagement dans les mouvements de jeunes qu'à la ferveur religieuse familiale. Car j'ai rencontré beaucoup de misère dans les familles, dans cette Flandre qui était loin d'être aussi riche qu'elle ne l'est de nos jours. Du reste, parallèlement à mon travail de formateur des enseignants, j'ai poursuivi ce travail auprès des jeunes et je suis devenu responsable des mouvements de jeunesse pour toute la Flandre. J'ai mené cette tâche jusqu'en 1978. Puis pendant dix ans, j'ai prolongé mon action auprès des jeunes dans le mou­vement Vivre et aimer pour l'accompa­gnement des couples, jusqu'à mon installation au Pays Basque en 1988. Je dois cette fibre sociale à mes pa­rents. Nos parents nous ont toujours laissés libres de nos décisions et de nos engagements. Durant les six années d'études au séminaire, mon père n'a cessé de me répéter que si je changeais d'avis je pouvais toujours retourner à la maison. Il me le disait encore la veille de mon ordination, tout en me réaffirmant son respect de ma décision de devenir prêtre et en ajoutant: «Ta mère et moi nous ne voulons qu'une chose, c'est que tu sois un bon prêtre, pas comme notre curé!». Il est vrai que le curé de Berlaar, notre village, était davantage un commerçant qu'un prêtre. Il m'avait d'ailleurs dénoncé à l'évêque parce que je portais un pantalon sous ma soutane! Mon père était un homme très épris de liberté et de justice sociale. Je me sou­viens que, pendant l'occupation alle­mande, notre séjour était toujours rempli de paysans, dont beaucoup ne savaient ni lire ni écrire, qui venaient faire remplir par mon père les déclarations imposées par les Allemands.

 

Enb.: Vous disiez que vous deviez votre engagement en faveur du Pays Basque à Walter Luyten et Willy Kuy-pers. Quel a été le point de rencontre entre vous et ces deux parlemen­taires abertzale flamands?

 

L. D.: En 1973, Walter et Willy sont re­venus en Flandre après avoir été expul­sés de la cathédrale de Bayonne, en même temps que Telesforo de Monzon, qui deviendra pour moi un grand ami. Nous avons été très émus par le témoi­gnage de Walter au cours de journées de réflexion que nous avions organisées à Anvers. Il avait ramené avec lui deux petits disques qui contenaient deux chansons, Aita kartzelan duzu, et Xurtxuri baten gainean xoria, que nous avons traduites en flamand et que nous avons chantées au cours de soirées festives. Çà a été un gros succès auprès des jeunes Flamands qui apprenaient ces chants.

La même année, nous avons invité à notre Aberri Eguna du 1" juillet, autour de la fameuse Tour de la Paix de Diksmuide, érigée par nos parents au lende­main de la première guerre mondiale, et où les Basques étaient nos invités d'honneur, une délégation avec, entre autres, Roger Idiart, Davant, Monzon, Etxamendi et Larralde. Monzon, avec son charisme et sa ferveur bien connus, a fait un court discours, tout en basque. Nous n'avons rien compris à part des mots comme dictature ou liberté, mais il a déchaîné un tonnerre d'applaudisse­ments. Je me souviens que les deux Ehaut ont chanté ces deux chansons, reprises par les 70.000 abertzale fla­mands présents. Ce fut un moment de grande émotion.

C'est à partir de cette date que j'ai com­mencé mes séjours au Pays Basque. En 1975, avec deux jeunes enseignants flamands qui venaient de se marier, nous avons fondé FLIK (FLandriatik IKastolentzat) pour organiser, chez nous, des soirées basques pour soute­nir les ikastolas d'Iparralde qui n'étaient pas encore reconnus et manquaient d'argent. Une goutte d'eau certes, mais très importante pour nous, car symbole de la solidarité entre Flandre et Pays Basque.

A partir de 79, avec quelques-uns de nos anciens élèves devenus jeunes en­seignants, nous avons commencé des chantiers de travail pendant les va­cances d'été. Principalement en Soûle avec Junes Cazenave et Roger Idiart. Nous avons travaillé à la restauration de petites églises en haute Soûle. C'est à cette époque que Roger Idiart m'a ins­truit, et je lui en suis reconnaissant de­puis, sur la situation au Pays Basque, notamment sur le collaborationnisme de la hiérarchie catholique avec le régime franquiste en Hegoalde et avec le systè­me ici en Iparralde.

Très rapidement nous avons été sollici­tés par les responsables des ikastolas qui s'ouvraient un peu partout ici en Iparralde pour les aider dans les constructions et les aménagements. Je me souviens qu'ici à Donapaleu en 84, les parents de l'ikastola nous prépa­raient le repas de midi. Il y avait une véritable fraternité entre nous, les Fla­mands, et les Basques que nous ve­nions aider. Au cours de mes séjours j'ai souvent résidé avec Walter chez Enaut Etxamendi qui nous a fait connaître les sept provinces.

C'est à ce moment-là que des parents m'ont demandé de venir préparer un projet de catéchèse en euskara. L'évê­que de l'époque ne voulait que le fran­çais. Bien entendu, les parents des ikastolas ne pouvaient rien payer. Il me fallait trouver un financement pour m'expatrier de Flandre en Pays Basque. Comme j'avais 55 ans, mon évêque m'a autorisé à laisser mon poste de travail dans l'enseignement supérieur et à me mettre en disponibilité pour venir au Pays Basque travailler sur un projet de catéchèse.

Enb.: Vous aviez donc un évêque compréhensif?

 

L. D.: Je dois dire que mon évêque, Paul Vandenberghe, qui est toujours évêque d'Anvers, est un vrai abertzale flamand. Nous sommes du même coin des Flandres, près d'Antwerpen, nous avons le même âge, nous avons été condisciples à l'université de Louvain et nous sommes restés amis. Il m'a dit: «Ludo, j'avais d'autres projets pour toi, mais je t'autorise à aller au Pays Basque, dans l'esprit des Fidei donum, travailler sur la catéchèse en euskara, car, depuis la dictature franquiste, l'égli­se a une énorme dette envers le peuple basque». Je dois dire que ces paroles m'ont bouleversé. Je reste d'ailleurs in-cardiné dans le diocèse d'Anvers, ce qui m'épargne la tutelle de l'évêque de Bayonne.

Durant mes séjours ici, j'avais fait la connaissance des franciscains de Dona­paleu. Tout le monde se sentait accueilli ici. C'était un lieu de liberté et de ré­flexion extraordinaire. C'est pour cela qu'en arrivant en Euskal Herria, en 1988, je me suis installé au couvent et que j'ai commencé à travailler avec Ma-nex Erdozainzi, Aita Santos, Xantxo Itur-rioz, Frère Gabriel. J'ai passé l'essentiel des deux années, de 88 à 90, à ap­prendre l'euskara au couvent bénédictin de Lazkao. Puis, lorsque je me suis définitivement installé ici, j'ai vécu, pendant deux ans, ma première expérience de curé de campagne. Elle m'a complètement ou­vert les yeux sur les problèmes d'Iparral­de. C'est frère Gabriel qui m'a poussé à acheter cette maison qui était en vente à côté du couvent, en me disant que je serais autonome tout en faisant partie de la communauté. J'en ai fait une maison d'accueil Flandriako Etxea Euskal Her-rian.

 

Enb.: Très rapidement vous vous êtes attelé à la tâche pour laquelle vous aviez obtenu l'autorisation de vous expatrier en Pays Basque.

 

L. D.: Après avoir appris le basque à Lazkao, je me suis mis à travailler pour la catéchèse d'après l'évangile de St Marc. J'ai consacré cinq ans à cette tâche qui a été véritablement un travail de moine. En 95, nous avons publié deux volumes en batua, le premier pour les enfants de 8 à 10 ans, le second pour les parents et les catéchistes. Ces deux livres ont également été publiés en bizkaien. J'ai parcouru les sept pro­vinces pour faire la promotion de ces deux ouvrages au cours de réunions des parents et des catéchistes, dans un nombre incalculable de paroisses, sur­tout en Hegoalde.

Entre temps, j'étais tombé sur l'ouvrage Berri Ona Kantuz que Roger Idiart avait publié en Labourdin. J'ai mobilisé sept personnes d'Hegoalde et après trois ans de travail en profondeur nous l'avons publié en batua en 2004. Nous avons fait un premier tirage de 5.000 exem­plaires, financé grâce aux fonds collec­tés lors des soirées basques de Flandre, et nous les avons distribués gratuitement. Les deux éditions suivantes, 5.000 autres exemplaires, sont parties en quelques mois, dans les écoles de la filière D (D eredua) En deux ans et demi j'ai rencontré plus de 7 000 jeunes, es­sentiellement en Hegoalde.

 

Enb.: L'organisation fédérale belge est actuellement en crise. Quel est votre sentiment sur le devenir du royaume?

 

L. D.: L'Etat belge est un Etat contre-na­ture, fondée en 1830, comme un Etat tampon entre la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, dans la foulée du Congrès de Vienne qui avait redessiné en 1815 la carte d'une Europe mise à mal par l'impérialisme napoléonien. Les 17 provinces flamandes avaient déjà été dissociées durant l'occupation espagno­le des XVI et XVIIe™ siècles, éloignant les provinces néerlandaises des nôtres. La création de la Belgique va malheu­reusement entériner cette véritable cou­pure entre la Flandre des Pays-Bas et celle de Belgique. Dès la création de la Belgique, la haute bourgeoisie franco­phone détient le pouvoir et impose ses règles de fonctionnement, à commencer par la langue.

Mes parents, fils et fille de paysans néerlandophones, ont dû faire leurs études d'enseignants exclusivement en français. Je fais partie de la première génération à avoir pu faire ses études en flamand, à l'exception d'une ou deux matières dont les professeurs franco­phones n'avaient pas encore été rem­placés par des néerlandophones. C'est donc au terme d'une dure lutte de plus d'un siècle que la reconnaissance de notre langue a été obtenue. Et ce n'est que dans les années 60 que les limites linguistiques territoriales ont été arrêtées. Il a donc fallu 130 ans au soi-disant Etat belge pour accepter la réalité historique. A l'issue de cette re­connaissance, Bruxelles se trouve dans la zone flamande, ce qui est incontestable. En 1880, 80% des Bruxellois étaient et parlaient fla­mands. 100 ans plus tard, ils n'étaient plus que 15%. La ville a été complète­ment francisée par les structures offi­cielles de l'Etat belge. Pourtant, si on la regarde on constate que l'architec­ture est complètement flamande. Nos parents et nous, nous nous som­mes battus pour l'autonomie de la Flandre, et ce n'est qu'en 1992 que nous avons obtenu un Etat fédéral belge, avec la reconnaissance de trois entités: Flandre, avec 6 millions de ci­toyens, Wallonie avec 3 millions et Gewest Brussel (Bruxelles-Hal-Vilvor-de) composée de 19 communes et qui compte un million d'habitants. Seule cette dernière est officiellement bi­lingue. Au nom de la pseudo unité bel­ge, le roi Baudouin n'a jamais accepté ce système fédéral. Il en est d'ailleurs vraisemblablement mort. A partir de là, chaque communauté a eu son propre gouvernement régional. Le statut de Bruxelles est beaucoup plus complexe en raison de son bi communautarisme. Il est certain que le cas de Bruxelles, située en territoire flamand, est un problème et le devien­dra encore plus à l'avenir. Le sentiment d'identité nationale fla­mande a été le moteur de cette évolu­tion vers l'autonomie et le fédéralisme. Le mérite de parlementaires comme Walter Luyten et Willy Kuypers a été grand. Leur combat a été exemplaire. La plus grande difficulté pour eux a été de combattre le procès en sépara­tisme ou irrédentisme qui était fait aux Flamands. C'est toujours le procès que l'on fait à ceux qui veulent exister: cet amalgame insupportable entre le désir de reconnaissance identitaire et le séparatisme. Nous autres nationa­listes flamands, nous sommes des in­ternationalistes, comme tous les authentiques nationalistes. Des gens ouverts, aux antipodes des racistes xénophobes du Vlaams Belang (ex Vlaams Blok) qui font tant de mal au mouvement abertzale flamand. Ces racistes sont ultra minoritaires chez nous, mais nos opposants les utilisent sans vergogne pour tenter de nous discréditer. Il n'est que de voir les jour­naux français qui ne peuvent jamais parler de la Flandre sans mentionner le Vlaams Belang. Notre objectif est la construction d'une Europe des peu­ples au lieu de cette Europe des Etats.

 

Enb.: Malgré tout on reconnaît la force et la légitimité des Flamands.

 

L. D.: Oui, malgré cela, on reconnaît la force des Flamands, Non seule­ment parce que nous sommes majori­taires en Belgique. Mais aussi, parce que, en 40 ans, nous avons su sortir la Flandre de la pauvreté endémique qui était la sienne jusque dans les an­nées 60. Souvenons-nous que nos ouvriers allaient travailler dans les mines de Wallonie pour des salaires de misère. L'évolution du port d'An­vers a joué un rôle moteur pour sortir la Flandre de sa pauvreté, Anvers est devenu le deuxième port européen et a entraîné l'industrialisation et un dé­veloppement très dynamique des acti­vités.

La Flandre est à présent riche, alors que la Wallonie s'est appauvrie, en raison de son immobilisme. Au con­traire de la Biscaye, les Wallons n'ont pas su mener la reconversion après la fermeture des mines et le déclin de la sidérurgie lourde. Cette incapacité est largement due à la corruption de l'Etat PS. Jusqu'aux dernières élections de juin dernier, le PS a régné de façon hégémonique sur la Wallonie et, dans une certaine mesure, sur l'Etat fédé­ral. Les Wallons ont profité de l'Etat fé­déral pour obtenir des subventions à outrance, avec leur cohorte de gabe­gie et de corruption. Les mines, par exemple, ont englouti des milliards pour, au bout du compte, finir par fer­mer. La corruption des apparatchiks PS qui détenaient les cinq provinces wallonnes est inimaginable.

Fort heureusement les dernières élec­tions ont mis un terme à l'Etat PS. Les libéraux du Mouvement Réformateur (MR) sont arrivés en tête en Wallonie, devant le PS. Il faut noter qu'à Bru­xelles les libéraux du Mouvement Ré­formateur (MR) se sont alliés avec le Front des Francophones (FDF) pour faire barrage au PS. Le problème c'est que ces gens du FDF sont des anti­flamands enragés.

En Flandre une coalition entre les Dé­mocrates chrétiens (CDV) et les abert­zale flamands du NVA (Nouvelle alliance flamande) s'est constituée et est arrivée en tête aux élections de juin, avec plus de 30% des voix. Le démocrate chrétien, Yves Leterne, a été chargé de constituer le gouverne­ment fédéral mais a jeté l'éponge au bout de trois mois de négociations in­fructueuses, avant d'être de nouveau sollicité par le roi.

 

Enb.: Comment voyez-vous l'avenir de la Flandre?

 

L. D.: Pour moi, les demandes de la coalition victorieuse pour davantage de compétences pour les Flamands ne sont que des exigences minimum. Elles sont pourtant rejetées. Les Fla­mands payent chaque année des mil­liards qui servent en priorité à remplir les poches des politiciens wallons et bruxellois socialistes. Ce qui se pas­se, par exemple, dans la gestion de la sécurité sociale est une honte.

Je le redis, je ne suis pas un sépara­tiste, surtout pas dans le sens du Vlaams Belang. Je suis pour un Etat confédéral qui déléguera l'essentiel des responsabilités à chaque gouver­nement autonome. Je n'ai jamais eu de problème avec les Wallons, ni au séminaire ni à l'université. C'est d'ailleurs grâce à eux que j'ai appris le français. On nous décrit comme des ennemis, mais nous ne sommes pas ennemis. Ce sont nos frères et nos sœurs. Mais cette classe politique wallonne corrompue c'est autre cho­se.

Pour le moment, on ne voit pas trop clair sur l'avenir politique. Sans doute que la vie commune, telle que nous l'avons vécue jusqu'ici, est devenue impossible. Pour ma part je pense que, même si le royaume belge est sauvé et perdure, ça ne peut pas être dans sa configuration actuelle. Un confédéralisme très poussé, très abouti, doit se substituer au fédéralis­me actuel. C'est la condition sine qua non si l'on veut que la Belgique conti­nue à exister. Le titre du De Standaart d'aujourd'hui est «il y a une vie après la Belgique». Personnellement je crois qu'il y aura une vie après la Belgique, que nous serons capables, dans le contexte européen, de nous gérer nous-mêmes. Les constitutionalistes flamands ont déjà préparé une consti­tution pour la Flandre, dans le cadre d'une indépendance quasi complète. Dans ce projet le maintien du royau­me belge est secondaire. Pour nous Flamands, la séparation ne changera rien en matière linguistique, puisque nous avons une autonomie linguistique complète. L'avantage sera une gestion directe et indépendante, sans tutelle de l'Etat belge. Je ne suis pas opposé à la solidarité entre les communautés. Mais la solidarité doit être juste. Cela est différent d'une ap­proche de profiteur qui est la situation que nous connaissons à ce jour. Nous devons construire notre identité de manière encore plus forte et personne n'a le droit de nous en empêcher. Ce qui m'inquiète, c'est la volonté des francophones, notamment du FDF, d'agrandir le Gewest Brussel (Bru-xelles-Hal-Vilvorde) situé au cœur de la Flandre, au-delà des 19 communes actuelles. C'est le signe que les rêves d'hégémonie sont loin d'être éva­nouis.

Nous, au contraire, nous demandons la scission de l'arrondissement électo­ral de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Car grâ­ce aux «communes à facilités» de cet arrondissement, les quelques 200.000 francophones qui vivent dans la péri­phérie de Bruxelles, c'est-à-dire en Flandre, peuvent voter pour des listes francophones malgré leur lieu de rési­dence. De telles anomalies ne sont pas acceptables.

 

Enbata, 11 octobre 2007

 

 

 

 

00:38 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

08-10-07

Vlamingen voor vrijheid en vrede

Vlamingen voor vrijheid en vrede in Baskenland
Flanders for freedom and peace in the Basque Country

Wij zijn inwoners van Vlaanderen die, ongeacht onze politieke kleur, ons ongenoegen wensen te uiten over de arrestatie van meer dan twintig leden van de Baskische politieke partij Batasuna terwijl zij vreedzaam congresseerden te Segura op 4 oktober 2007. Wij eisen de onmiddellijke vrijlating van deze politieke gevangenen. Tegelijkertijd roepen wij de Spaanse en de Franse staat op een duurzame en eervolle vrede na te streven via de dialoog, in plaats van via politieke arrestaties of dubieuze partijwetgevingen. Inperkingen van democratische basisvrijheden zoals de vrijheid om politieke verenigingen te vormen en de vrijheid van meningsuiting binnen de Europese Unie vormen precedenten die ieder van ons slechts kunnen beangstigen.

---

We are inhabitants of Flanders who, regardless of our political persuasions, wish to express our dissatisfaction with the arrest of over twenty members of the Basque political party Batasuna while they were peacefully attending a meeting at Segura on October 4th, 2007. We demand the immediate release of these political prisoners. At the same time we are calling for the Spanish and French state to pursue a enduring and honourable peace by dialogue, rather than by politically motivated arrests or dubious laws on the formation of political parties. Restrictions of core democratic values such as the freedom to form political associations and the freedom of speech within the European Union, like we are witnessing today, form precedents which can only be worrying for each and every one of us.

Indien er een technische storing optreedt, gelieve alternatief@v-sb.be te contacteren.
Bekijk hier de lijst van ondertekenaars.

  Total Signatures to Date = 53

Voornaam:
Naam:
E-post:
Gebruik een bestaand e-postadres!
 

 

15:04 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

 

Spoedbetoging: Halt aan de repressie tegen de Basken
Dinsdag, 9 oktober 2007, om 19 u

 Spaanse ambassade, Wetenschapstraat 19, Brussel
of 18u45 Vlaams Huis, drukpersstraat.

12:13 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

07-10-07

Petitie

Indépendantistes flamands du V-SB dénoncent l’arrestation des membres de Batasuna

OPERACIÓN POLICIAL CONTRA LA IZQUIERDA INDEPENDENTISTA

GARA 2007 octubre 06  11:13:00

C’est avec horreur que le Vlaams-Socialistische Beweging, mouvement pour une Flandre indépendante et socialiste, vient d’apprendre l’arrestation par la police espagnole de 23 membres de Batasuna lors d’une réunion pacifique à Segura. Ces arrestations forment le châpitre le plus récent de la campagne menée par l’état espagnol contre l’opposition de la gauche en Pays baque. On se souvient, entre autres faits, de l’arrestation d’Arnaldo Otegi, suite à… son discours (et ceci dans le cadre de l’échec des négociations de paix, dans lesquelles Batasuna ne jouait pas un rôle). Pas surprenant que certains parlent de Birmaña au lieu d’España !

Apparemment, Madrid préfère réduire une grande partie des basques au silence (et donc probablement continuer le conflit actuel), plutôt qu’un dialogue qui pourrait mener à une paix durable et honorable.

Il est évident que les indépendantistes flamands de gauche du V-SB soutiennent les indépendantistes de gauche en Pays Basque dans leur combat pour une Euskal Herria libre et socialiste. Ils appèlent donc leur compatriottes à signer la pétition intitulée «Flamands pour la paix et la liberté au Pays Basque».  (http://freebatasuna.v-sb.be)

11:14 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

05-10-07

Peio SERBIELLE

Allen daarheen!

 

A découvrir!

 

http://www.peio-serbielle.com/allegria2.asp

 

 

Merci Christine:)

 

 

 

23:02 Gepost door F. in Muziek | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

02-10-07

Drie jaar later...

 

Op 3 oktober 2004, om 6u20 werd Peio SERBIELLE opgepakt in DOMEZAIN.

Een vijftiental agenten van de DNAT en de RAID waren aanwezig. De huiszoeking verliep met alle gebrek aan enig menselijk respect ( het vasttapijt en de houten vloeren werden losgerukt, meubelen werden beschadigd, boven- en ondermatrassen werden opengesneden enz.)

Er werd hem verweten onderdak verleend te hebben aan ETA-leden.

Op 6 februari 2006, na 17 maanden, mocht hij de gevangenis verlaten in afwachting van het proces. Dit proces moet nog plaats hebben wat betekent dat Peio Serbielle nog steeds geen zekerheid over zijn toekomst heeft. Bovendien wordt hij in zijn beroep belemmerd door het feit dat hij Frankrijk niet mag verlaten en er dus geen sprake meer kan zijn van buitenlandse concerten.

 

Heel weldra komt er een nieuwe CD van Peio op de markt waarover, hier, later meer.

 

 

peio_3

 

 

 

 

 

18:42 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |