29-04-07

 

 

gif_1erMai2007

 

21:17 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Soloplaat voor Maddi Oihenart

 

Maddi Oihenart déploie ses ailes
·Premier album solo pour la chanteuse souletine, composé avec le Gipuzkoar Juantxo Zeberio

Elle a déjà la reconnaissance.Elle a désormais l’album. Un disque justement intitulé Maddi Oihenart, comme pour bien signifier que les musiciens qui l’ont composé se sont retrouvés autour de sa voix comme un élément central.Autre indice, en guise de sous-titre de ce tout nouvel opus publié par les éditions Elkar, l’inscription "Hari biru", comme un "brin de fil".C’est avec cette idée que la chanteuse souletine et le compositeur gipuzkoar Juantxo Zeberio Etxetxipia ont construit les mélodies, en se retrouvant souvent à mi-chemin, dans une salle prêtée de la mairie d’Arbonne.

"Le disque porte mon nom, mais il s’agit d’un échange de sensibilités avec Juantxo" expliquait jeudi Maddi Oihenart, lors de la présentation de ce très lyrique 11 titres.Un disque comme un "fruit commun" ou un échange de plusieurs mois.Des textes de Maddi Oihenart, d’Itxaro Borda, ou deux chansons traditionnelles d’Etxahun Topet et de Maialen Lujambio. Et des musiques en commun, signées selon par Juantxo ou Maddi et sans ordre de création, écrivant selon la mélodie ou le texte en premier. Si Maddi Oihenart veut partager son premier album solo avec les musiciens, Juantxo Zeberio Etxetxipia explique en revanche "l’exercice particulier du chant a cappella" dans lequel excelle Maddi Oihenart et l’ordre de bataille de cette collaboration de plusieurs mois dans "l’importance donnée à sa voix". Comme on tire un brin de ficelle, le disque s’est fait petit à petit, grâce à une première rencontre à l’issue d’un concert en Soule.

De cette rencontre, Maddi Oihenart retiendra un "grand plaisir", perceptible dans cette ¦uvre sensible, toute en délicatesse et en murmures limpides.Un "début d’apprentissage" pour celle qui collectionne les collaborations et déploie ainsi ses ailes."Moi j’ai tout à apprendre dit-elle, et j’espère continuer". Bien sûr, il y a eu des difficultés, comme la simple distance entre la chanteuse vivant en Soule et les musiciens, "presque tous de Gipuzkoa", ou des divergences de langues.Pour Juantxo, "les difficultés de la langue sont surmontables" et cette collaboration entre Soule et Gipuzkoa est plutôt "naturelle"."C’est la magie de ce genre de disque" juge Maddi, en ce sens qu’il peut tout transcender. Enregistré dans des conditions de direct, ce disque promet de trouver "la même cohérence sur scène".Une tournée est prévue, notamment en juin à Iruña et Tolosa, en juillet à Madrid et à l’automne à Gazteiz, en attendant qu’une date soit arrêtée en Pays Basque nord.


13:59 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

25-04-07

Sant in eigen land...

 

Geen sant in eigen land?

 

 

Op 26 april is het de zeventigste verjaardag van het bombardement op Gernika.

 

Terwijl onze media het de laatste dagen vooral hebben over de zestigste verjaardag van een Nederlandse voetballer, wordt onze eigenste Walter Luyten geëerd in Gernika!

 

2007 apirilaren 25

 

 

 GARA > Idatzia > Euskal Herria

Walter Luyten, ex senador flamenco, recibe un homenaje en Gernika

Gernika Batzordea homenajeó ayer al veterano luchador y ex senador flamenco, Walter Luyten, en el contexto del 70º aniversario del bombardeo fascista contra la población civil. Al hilo del bombardeo, el Ejecutivo de Lakua hizo una declaración en la que sostiene que «el Gobierno y el Parlamento español tienen toda la legitimidad democrática para condenar la dictadura franquista y para pedir perdón por todos los crímenes cometidos en nombre de España".

Kepa PETRALANDA |

Walter Luyten, octogenario ex senador flamenco y luchador solidario con la causa de Euskal Herria manifestó ayer en Gernika su voluntad y esperanza de conocer antes de morir «a un `rebelde' convertido en presidente de la República de Euskal Herria, durante el homenaje tributado por Gernika Batzordea, en el contexto de los actos organizados en la villa foral en el 70º aniversario del bombardeo.

Luyten participó en una charla celebrada en Lizeo Antzokia, en la que compartió mesa con Arnaldo Otegi y José Luis Alvarez Txillardegi. Tras la intervención de éste, durante la que acercó la figura del veterano luchador flamenco «al que conocí hace 35 años durante la huelga de hambre que desarrollamos en la catedral de Baiona», el propio Luyten intercaló neerdanlés y francés, junto a expresiones en euskara y castellano para enlazar una amena charla durante la que relató que ha sido detenido tres veces en su vida con motivo de su relación y solidaridad con la lucha de Euskal Herria por su aurodeterminación.

El ex senador flamenco realizó un recorrido cronólógico, en el que no faltaron alusiones a la histórica plaza de los Vizcainos sita en Brujas, la represión desatada por el Duque de Alba en Flandes durante el siglo XVI, la petición de libertad para el lehendakari José Antonio Agirre cuando estuvo preso en Bélgica o la solidaridad de muchos flamencos con los vascos mostrada durante la Guerra Civil.

Luyten fue detenido por los gendarmes en 1972, durante la huelga de hambre que los refugiados políticos vascos realizaron la catedral de Baiona y en 1975 por la Guardia Civil, por enarbolar una ikurriña junto a la iglesia de Santa María, durante el Aberri Eguna que aquel año se celebró en Gernika. En su país fue asimismo arrestado en la década de los 80, en relación con una carta que remitió al embajador español.

Arnaldo Otegi, quien comenzó su intervención bromeando con la posibilidad de que su compañero de mesa fuera nuevamente detenido, en el contexto de la actual situación política en Euskal Herria, contextualizó el bombardeo de Gernika en «la persecución, cárcel, seguimientos, muerte que los vascos hemos conocido durante los dos últimos siglos». qae

Historia de lucha y sufrimiento

Manifestó Otegi que la historia de Euskal Herria «es una historia de lucha y sufrimiento y por ello seguimos en pie como pueblo», antes de añadir que «las recetas del pasado no sirven» para resolver el conflicto y que habrá proceso «porque así lo quiere este pueblo».

El Gobierno de Lakua, por su parte, realizó ayer una declaración institucional en la que se manifiesta que «el actual Gobierno y el Parlamento español son herederos de aquel gobierno legítimo de la República, truncado por el alzamiento de Franco. Tienen, por tanto, toda la legitimidad democrática para condenar la dictadura franquista y para pedir perdón por todos los crímenes cometidos en nombre de España. Un gesto y un reconocimiento que se nos debe a Gernika y a Euskadi y, también, a la propia sociedad española».

En el citado texto se recuerda que mañana se cumple el 70º aniversario del bombardeo de Gernika, en el que «los aviones de la Legión Condor a las órdenes de Franco, sembraron de muerte y destrucción Gernika y, por si eso fuera poco, quisieron arrasar moralmente Gernika y Euskadi, por medio de la mentira. Los mismos que lanzaron las bombas y la metralla sobre Gernika, nos bombardearon con mentiras. Fue una acción contra la población civil, a sangre y fuego se buscó aterrorizar, los motivos del bombardeo fueron de índole ejemplarizante y experimental, contra Gernika y el pueblo vasco por su resistencia al fascismo».

La declaración recuerda que «hace 10 años, Roman Herzog, presidente de Alemania, máximo dignatario de un Estado democrático que no tiene nada que ver con el pasado nazi, a través de su embajador, asumió en Gernika la memoria de lo sucedido. `Yo quiero asumir ese pasado y reconocer expresamente la culpa de los aviones alemanes involucrados', dijo al tiempo que ofrecía su `mano abierta en ruego de reconciliación', en un reconocimiento» sin parangón en el Estado español.

Ibarretxe recibe a los alcaldes invitados

Luyten fue detenido en 1972, en una huelga de hambre de refugiados en Baiona; en 1975 por la Guardia Civil tras mostrar una ikurriña en el Aberri Eguna de Gernika; también en su país por solidarizarse con Euskal Herria.

El lehendakari, Juan José Ibarretxe, recibirá hoy a los alcaldes participantes en los actos del 70º aniversario del bombardeo de Gernika organizadas por el Ayuntamiento de la villa. Será la antesala de los actos que se celebrarán mañana, cuando alcaldes de Hiroshima, Volgogrado, Hamburgo, Dresde, Coventry, Varsovia y Auschwitz, entre otros y representantes políticos vascos, participarán en la lectura de la declaración ``Gernika por la paz''.

La Asociación Republicana Irunesa Nicolás Guerendiain hace votos por «recuperar la memoria histórica, ya que un pueblo ha de saber quiénes son y de dónde vienen los que quieren seguir gobernando, por mucho que traten de vestirse de ropajes democráticos. Ha de saber quiénes son y por qué lucharon y murieron aquellos combatientes por la libertad, la democracia y la justicia. El dolor de las victimas merece reconocimiento público y político, e incluso judicial. Fue un crimen contra la humanidad, que según las leyes internacionales no prescribe nunca, y sin ningún animo de revancha pero si de elemental sentido de la justicia, así debría ser sentenciado». K.P.

De Gernika al Cinturón de Hierro; tras la caída de Bilbo el PNV buscó el Pacto de Santoña

Eibar, Markina, Durango... Flechas Negras italianos y regulares avanzaron y ocuparon Gernika el 29 de abril de 1937, tres días después del bombardeo. José Antonio Aguirre, presidente del Gobierno autónomo y consejero de Defensa, asumió el mando de todas las fuerzas el 5 de mayo, rompiéndose los últimos lazos que unían al Ejército de Euzkadi con el del Norte. El 6 de mayo se inició la evacuación de la población civil: 29.400 personas marcharon al Estado francés y 1.745 serían evacuados a la URSS. La lucha en estas fechas fue encarnizada; el día 8, el ejército faccioso conquistó Sollube, el 11, Bizkargi y el 29, Peña Lemona.

Los golpistas tenían el denominado Cinturón de Hierro a la vista. Era una línea defensiva estática, conformada por bunkers y trincheras fortificadas, formando anillos, destinado a la defensa de la capital vizcaina, siguiendo las instrucciones del general Alberto de Montaud y Noguerol. Como concepción militar, respondía a la estrategia de defensa estática procedente del alto mando francés en la Primera Guerra Mundial.

El general Luis Gámir Ulibarri, futuro jefe del Ejército de Euzkadi, diría que bajo el punto de vista táctico «el examen de la obra de fortificación es desconsolador». El trazado, dijo, no se había supeditado «a la obtención de buenos observatorios y planes de fuego que hicieran posible las barreras de los combinados de infantería y artillería en los tiros de detención; ni efectuado organizaciones en los puntos precisos para evitar espacios desenfilados y ángulos muertos donde la infantería asaltante pudiera reorganizarse a cubierto... Era perfectamente visible desde los observatorios enemigos, dada la constitución topográfica de Bilbao... El enemigo, desde el monte Bizkargi dominaba la obra a distancia inferior a 3.000 metros». Los encargados del diseño hicieron posible su fracaso. Murga y Anglada fueron fusilados tras ser descubiertos intentando entregar planos a agentes rebeldes y el monárquico Goicoechea consiguió pasar las líneas, llevándose los planos del entramado defensivo, que entregó a los atacantes. Por Gaztelumendi, donde sólo había una línea de defensa, tuvo lugar la ofensiva definitiva. El 19 de junio de 1937 Bilbo cayó en manos de las tropas franquistas.

A lo largo de agosto, dirigentes del PNV, con Juan Ajuriagerra a la cabeza, intentaron un acuerdo con mandos militares italianos. Al parecer, hubo otro intento de mediación que provenía del Vaticano. Diferentes autores concluyen que, tanto en un caso como en otro, se realizaron sin conocimiento del Gobierno de Aguirre, aunque el propio lehendakari manifestó aquellos días que «los elementos nacionalistas, desde la caída de Bilbao, sufrieron en todo su ser la sensación de que ya para ellos todo estaba perdido. Los demás partidos tenían una continuidad política en los demás territorios. Ellos, no».

El 23 de agosto unidades vascas desobedecieron las órdenes de Gámir de desplazamiento hacia Asturias. El plazo acordado para la rendición era el 24 de agosto a medianoche, en virtud del Pacto de Santoña; se iban a evacuar dirigentes políticos y funcionarios, así como a los oficiales que lo deseasen, pero finalmente. Finalmente se impusieron las condiciones más duras dictadas por Franco. K.P.

 

 

10:15 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

23-04-07

Franse humor:)

 

21:19 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

28 APRIL

 

Samedi prochain, le 28 avril, ça fera exactement un an que Bahar Kimyongür a
été arrêté aux Pays-Bas en vue de son extradition vers la Turquie.

Pour exiger que la vérité éclate sur le rôle de l'Etat belge dans cette
affaire et pour dénoncer la « loi antiterroriste » belge qui criminalise les
contestataires, le Clea organise un « après-midi événement » pour nos
libertés.

- A 16 heures, ce 28 avril, sur le marches de la Bourse, aura lieu un grand
rassemblement.
- A 17 heures, au Beursschouwburg, des personnalités prendront la parole
( http://www.beursschouwburg.be/detail.php?la=fr&c=3&id=747 )
- A 18 heures se déroulera un grand concert gratuit de Rey Cabrera, chanteur
cubain proche de Buena Vista Social Club.

Toutes les informations (fr, ndl) au sujet de cette activité sont disponibles
sur :

http://leclea.be/pdf/ouvrez-les-yeux.pdf

Toutes les informations (fr, ndl) au sujet de l'affaire Kimyongür (le verdict
du 19 avril 2007 cassant sa condamnation en Belgique ainsi que celles des
autres opposants politiques au régime d'Ankara, les manoeuvres -enfin
dévoilées- des juges et procureurs pour obtenir de manière illicite leurs
condamnations,  le rapport caché aux parlementaires sur le kidnapping de
Bahar orchestré par l'Etat belge et l'Etat turc, les dangers des lois «
antiterroristes » pour nos libertés...) sont disponibles sur :
- en français : http://leclea.be
- in het nederlands : http://www.vrede.be/kimyongur.php

A samedi,
Le Clea

18:17 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

19-04-07

Bahar vrij!

La Cour de Cassation annule le jugement prononcé à l'encontre des sept membres présumés du DHKP-C!
En conséquence, le Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association organise ce vendredi 20 avril à 10 heures 30 une confénce de presse exceptionnelle au siège de la Ligue des droits de l'Homme (303, chaussée d'Alsemberg à Uccle)...

rasseblement
Près de 150 pesonnes ont répondu"Présent" à l'appel du Clea ce jeudi 19/04/2007

 

Ce jeudi 19 avril 2007, la Cour de Cassation a donc décidé de jeter un bâton dans les roues de la Justice expéditive, trafiquée et manipulée. En déclarant illégale la nomination du juge Freddy Troch (spécialement désigné à la tête du tribunal correctionnel de Bruges pour être sûr d'obtenir un verdict à la sévérité exemplaire...), la Cour de Cassation s'est expressément basée sur l'Article 6 de la Convention européenne des droits de l'Homme.

Cet Article exige, en effet, pour tout prévenu l'impartialité du tribunal chargé de le juger. Or il suffit qu'un seul élément de suspicion existe, selon le Président Forier de la Cour de Cassation, pour que soit contestable la légimité du tribunal, ce qui est le cas.

En dénonçant comme illégale, la composition du tribunal de premier degré, la Cour de Cassation prononce du même coup l'illégalité du verdict rendu, l'illégalité des arrestations immédiates qu'il a entrainées dès le 28 février 2006. Qui plus est, l'illégalité ainsi prononcée contre le tribunal correctionnel, indûment présidé par le juge Freddy Troch, a comme conséquence la nullité de l'Arrêt prononcé le 7 novembre 2006 par la Cour d'Appel de Gand (du coup, un autre procès en Appel devrait avoir lieu à Anvers cette fois)... Conséquence de ce constat sans fioriture? (...)
[Lire la suite]

 

 


avec cagoulés
19/04/2007: Des terroriste dans la salle d'audience? On se croyait au Moyen Âge et dans la tradition directe des bourreaux masqués pour accomplir leur sale besogne. Bahar Kimyongür et Sukriye Akar ont été conduits dans la salle d'audience par des policiers cagoulés ne portant par ailleurs, aucun signe indiquant leur apparenance à la police.

[Lire : Les arguments de la défense]
[Video du rassemblement du 17/04/07]
[27/03/2007: Discours de Daniel Flinker, porte-parole du Clea]

16:57 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (1) |  Facebook |

16-04-07

Baskische gevangenen in Frankrijk

 

Prisonniers basques en France/extrad.tempo ( m. à jour le : 16-avr-07 )

      Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      ABAD URKIXO Patxi Mr 911 846 D2-nord Fresnes H

      ABAUNZA MARTINEZ Javier Mr 309 503S D3 Fleury H

      AGINAKO ETXENAGUSIA Asier Mr 331 355U D1 Fleury H

      AGUERRE Didier Mr 1 993 Lannemezan

      AGUIRRE GARCIA Harriet Mr 25 379 Nanterre

      AGUIRRE ODRIOZOLA Javier Mr 11 341 Poissy

      AGUIRREBARRENA BELDARRAIN Aitor Mr 5884 D2-G305 Val-de-Reuil

      AGUIRRESAROBE OLAGOY Eneko Mr 324 724M D1 Fleury H

      ALBERDI ZUBIERREMENTERIA Ane Miren Me 350 664G Fleury F

      ALBISU IRIARTE Mikel Mr 929 159 Fresnes H

      ALCALDE ECHEANDIA Gotzon Mr 347 264M D5 Fleury H

      ALCANTARILLA MOZOTA Peio Mr 61 041 Gradignan

      ALMANDOZ ERVITI Jose Miguel Mr 348 629V D3 Fleury H

      ALTUNA IJURCO Haymar Mr   370 MAC Meaux

      ARAMENDI LANDA Marian Me 61580 Gradignan

      ARANALDE IJURCO Maite Me 918 269 Fresnes F

      ARANBURU Frédéric Mr 1 594 bloc 1 Lannemezan

      ARANGUREN URROZ Asier Mr 319 157K D3 Fleury H

      ARIETALEANIZ TELLERIA Iñaki Mr 42 305 Osny

      AROZENA EIZAGIRRE Haimar Mr 355 661P D5 Fleury H

      ARRANBIDE Gaxuxa Me 27 641 Perpignan

      ARZALLUZ GOÑI Asier Mr 23 nov 2005 Extrad. tempo.

      ATXURRA EGURROLA Julen Mr 24 avr 2006 Extrad. Tempo.

      BERASATEGUI ESCUDERO Ismael Mr 17 802 Villepinte

      BERNADÓ BONADA Marina Me 353 922 Y Fleury F

      BEYRIE Laurenxa Me 339 586R Fleury F

      BIENZOBAS ARRECHE Jon Mr 6 nov 2006 Extrad. Tempo.

      BILBAO ARESTI Eneko Mr 353 998F D5 Fleury H

      CAMPO BARANDIARAN Jose Mr 338 311E D1 Fleury H

      CARASTORRE ALDAZ Juan Ramón Mr 350 749Z D1 Fleury H

      CASTILLO ALARCON Abelardo Mr 9252 Joux-La-Ville

      CAU ALDALUR Jose Antonio Mr 287 384Z D2 La Santé

      CEBERIO AYERBE Jose Mr 329 423U D3 Fleury H

      CELARAIN ORTIZ Oscar Mr 13 922 

      CHIVITE BERANGO Mercedes Me 329 018D div. B Fleury F

      COELLO ONAINDIA Aitziber Me 331 358 X div. B Fleury F

      Edité le : lundi 16 avril 2007 Page 1 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      CORTAZAR GARCIA Aitor Mr 327 634Z D3 Fleury H

      CORTAZAR PIPAON Joseba Imanol Mr 7 597 Salon

      CRUZ ARROZPIDE Angel Mr 7 822 MA1 Seysses H

      DELGADO IRIONDO Agurtzane Me 3 184 Bapaume

      DERGI Daniel Mr 9 949 Clairvaux

      ECHEVERRIA JAUREGUI Xabier Mr 8 283 Muret

      EIZAGUIRRE URANGA Julen Mr 61 581 Gradignan

      ELIZEGI ERBITI Iñigo Mr 913 228 D2-sud Fresnes H

      ELORRIETA SANZ Ibon Mr 22 291 Nanterre

      ERRASTI GOITI Zuhaitz Mr 112 73 Moulins MA

      ESNAL Jacques Mr 9 162 Clairvaux

      ESPARZA LURI Iñaki Mr 61 697 Gradignan

      ESPARZA ORTEGA Joseba Mr 915 655 D3-sud Fresnes H

      ESQUISABEL URTUZAGA Pedro Maria Mr 15 647 Villefranche-sur-

      Saône

      ESTEVEZ PAZ Juan Carlos Mr 331 354T D3 Fleury H

      ETXEBERRIA SIMARRO Leire Me 353 837 F Fleury F

      FERNANDEZ ARRINDA Lander Mr 66 557 Bois d'Arcy

      FERNANDEZ IRADI Juan Ibon Mr 70 493 Bois d'Arcy

      FIGAL ARRANZ Antonio Agustin Mr 904 530 D1-174 Fresnes H

      GAINZA SALINAS Urtzi Mr 923 022 D2-137 Fresnes H

      GALLASTEGI SODUPE Lexuri Me 36 284G div. B Fleury F

      GARATE GALARZA Luis Enrique Mr 71 315 Bois d'Arcy

      GARCIA GAZTELU Xabier Mr 10 056 Clairvaux

      GARCIA JUSTO Aitor Mr 280 234 D1 La Santé

      GARCIA M0NTERO Ainhoa Me 355 084 M Fleury F

      GARMENDIA IMAZ Idoia Me 9251 Joux-La-Ville

      GARMENDIA LACUNZA Alberto Mr 15 274 Villepinte

      GARRO PEREZ Zigor Mr 928 123 D2/189 Fresnes H

      GERESTA AZURMENDI Ander Mr 10 258 Moulins-Yzeure

      GIL DE SAN VICENTE  Kiskitza Me 925 109 Fresnes F

      GURRUCHAGA

      GOGORZA OTAEGI Aitzol Mr 11 165 Poissy

      GOIKOETXEA BARANDIARAN Bixente Mr 4 001 St Maur

      GOIRICELAYA GONZALEZ Cristina Me 355 112S Fleury F

      GOITIA ABADIA Oier Mr 1 898 MAC Meaux

      GONZALEZ BILBATUA Oier Mr 5 917 MA2 Seysses H

      GONZALEZ GONZALEZ Jon Mr 912 051 D2-sud Fresnes H

      GRACIA ARREGI Iñaki Mr 1 715 bloc 1 Lannemezan

      Edité le : lundi 16 avril 2007 Page 2 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      GUIMON Laurenxa Me 61 636 Gradignan

      GUIMON Patxiku Mr 3 931 St Maur

      GUINEA SAGASTI Jesús Mr 8 176 Salon

      GUISASOLA OLAETA Arnaltz Mr 42 130 Osny

      GUTIÉRREZ ELORDUI Borja Mr 928 219 D3 Fresnes H

      HEREDIA de ELU Iker Mr 9 135 Joux-La-Ville

      IBAÑEZ OTEIZA Mikel Mr 288 249Q D2 La Santé

      IDIART Thierry Mr 907 693 D1 Fresnes H

      ILLARAMENDI ZABALETA Juan Miguel Mr 108 51 Moulins MA

      ILUNDAIN IRIARTE Alberto Maria Mr 311 999E D5 Fleury H

      IPARRAGUIRRE GUENECHEA Maria Soledad Me 929 121 Fresnes F

      IRASTORZA DORRONSORO Xabier Mr 8849 Seysses H

      JUARROS RUIZ de GORDEJUELA Maite Me 9 301 Versailles F

      LARRAÑAGA ALTUNA Mikel Mr 15 754 Villepinte

      LETE ALBERDI Jose Ramón Mr 348 478F D3 Fleury H

      LETONA BITERI Igor Mr 26 864 Nanterre

      LIZARRIBAR LASARTE Jon Mr 283 751 D1 La Santé

      LIZUNDIA ALVAREZ Iñaki Mr 284 878 bloc A La Santé

      LOPEZ ANTA Angel Mr 318 124N D5 Fleury H

      LOPEZ DE LA CALLE GAUNA Alberto Mr 15 921 Villepinte

      LÓPEZ de VERGARA ASTOLA Iñaki Mr 282 995 bloc D La Santé

      LOPEZ RESINA Maria Dolores Me 6 599 Rennes

      MARTIN HERNANDO Jesus Maria Mr 7 807 Tarascon

      MARTINEZ BERGARA Benito Fermín Mr 42 956 Osny

      MENDIZABAL MUGICA Ekain Mr 928 122 D3/253 Fresnes H

      MENDIZABAL MUGICA Idoia Me 921 125 Fresnes F

      MERODIO LARRAONA Zigor Mr 925 110 D1-143 Fresnes H

      MORCILLO TORRES Gracia Me 354 994 P Fleury F

      MUJIKA GOÑI Ainhoa Me 339 700Q Fleury F

      MUÑOA ORDOZGOITI Aloña Me 36 939B div. A Fleury F

      MURUETA GONDRA Urtzi Mr 21 202 Draguignan

      NEGRETE ORTEGA Miguel Mr 6 960 Châteauroux

      OLARRA GURIDI Jon Mr 17 jul 2006 Extrad. tempo.

      ORBE SEVILLIANO Zigor Mr 283 552 bloc A La Santé

      ORDOÑEZ FERNANDEZ Iosu Mr 30 oct 2006 Extrad. tempo.

      ORKOLAGA ETXANIZ Aintzane Me 352 351R Fleury F

      OTEGI ERASO Andoni Mr 3 433 Toulon

      Edité le : lundi 16 avril 2007 Page 3 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      OTEGI UNANUE Mikel Mr 344 088J D1 Fleury H

      OTEGUI ARRUGAETA Jose Maria Mr 279 240 D1 La Santé

      OTXOANTEZANA BADIOLA Jon Angel Mr 10 089 Clairvaux

      OYARZABAL CHAPARTEGUI Asier Mr 11 927 2ème div. Cell.  Moulins-Yzeure

      d'arriv.

      OYARZABAL UBIERNA Anartz Mr 277 696 D1 La Santé

      PALACIOS ALDAY Gorka Mr 325 327S D1 Fleury H

      PAROT Jon Mr 8 613 Muret

      PERURENA PASCUAL Miren Argi Me 6 411 Rennes

      PIKABEA UGALDE Angel Mr 4 017 St Maur

      PRECIADO IZARRA Jon Kepa Mr 282 097 D2 La Santé

      QUINTANA ZORROZUA Asier Mr 354 993 N D3 Fleury H

      REGO SEBASTIAN Iñaki Mr 8739 Muret

      RIPOLL ESTARTA Iñigo Mr 286 792 bloc A La Santé

      RUBENACH ROIZ Juan Luis Mr 326 926E D5 Fleury H

      SAAVEDRA MARTINEZ Alberto Mr 67 294 Bois d'Arcy

      SAENZ OLARRA Balbino Mr 12 sep 2006 Extrad. Tempo.

      SÁEZ de EGILAZ MURGIONDO Carlos Mr 279 344 D1 La Santé

      SAEZ TOTORICAGÜENA Gabriel Mr 356 412E D5 Fleury H

      SAGARZAZU GAZTELUMENDI Ramón Mr 59 579 Gradignan

      SAGARZAZU GOMEZ Jose Cándido Mr 280 723 D1 La Santé

      SAINT-PÉE Jean-Marie Mr 15 187 Angoulême

      SALSAMENDI ABAD Zorion Mr 287 987 bloc A La Santé

      SAN SEBASTIAN Bernard Mr 355 143A D4 Fleury H

      SANCHEZ MENDAZA Peio Jon Mr 284 844 bloc A-330 La Santé

      SANTESTEBAN GOICOECHEA Pedro Ignacio Mr 907 151 D2-sud Fresnes H

      SEGUROLA MAYOZ Jose Francisco Mr 11 410c466 Poissy

      SEGUROLA QUEREJETA Joseba Mr 42 769 Osny

      SOMOZA CHAMIZO Lorena Me 339 546X Fleury F

      SORIA VALDERRAMA Inocencio Mr 39 468 Osny

      SUAREZ HUARTE Kepa Mr 44 068 Osny

      SUBIJANA IZQUIERDO Juan Carlos Mr 6 531 MA2 Seysses H

      TELLETXEA GOÑI Iñaki Mr 8850 Seysses H

      TROITIÑO CIRIA Jon Joseba Mr 920 169 D1-260 Fresnes H

      TURRILLAS ARANCETA Jose Luis Mr 11 181 Poissy

      UGARTEMENDIA ISASA Jose Manuel Mr 285 039 bloc B La Santé

      URIARTE DIAZ DE GEREŇU Eloy Mr 287 385A D1 La Santé

      UZKUDUN LIZAUR Mikel Mr 281 461 D2 La Santé

      Edité le : lundi 16 avril 2007 Page 4 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      VALLEJO FRANCO Iñigo Mr 15 352 Villefranche-sur-

      Saône

      VICARIO SETIEN Gregorio Mr 05 avr 2006 Extrad. tempo.

      YURREBASO ATUCHA Jon Mr 44 067 Osny

      ZABALO BILBAO Luis Armando Mr 331 357W D5 Fleury H

      ZALDUA IRIBERRI Miren Itxaso Me 7 900 Seysses F

      ZAMAKOLA IBAIBARRIAGA Zorion Mr 9 401 Clairvaux

      ZUBIAGA BRAVO Manex Mr 339 676P D1 Fleury H

      ZUBIZARRETA LIZUNDIA Urtzi Mr 1 187 MAC Meaux

      ZURIARRAIN MENDIGUREN Naia Me 346 863B Fleury F

      Nombre total de prisonniers : 156

      Edité le : lundi 16 avril 2007 Page 5 sur 5

21:39 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Bahar KIMYOMGUR

Bahar3

 

Mardi 17 avril, à 9 heures sur les marches du Palais de Justice de Bruxelles,
se déroulera un rassemblement pour exiger la cassation du « verdict DHKP-C ».
La dernière audience du procès aura lieu directement après en présence de
Bahar Kimyongür.

Dès 19 heures au Gracia Lorca (47 rue des Foulons à 1000 Bruxelles) se tiendra
une conférence avec Jean Bricmont (UCL), Jean-Claude Englebert (Ecolo), Jean
Flinker (Clea) et des avocats des condamnés pour commenter le verdict de
cassation ainsi que pour envisager les perspectives de lutte contre les «
législations antiterroristes » qui criminalisent la contestation sociale.

Quoi qu'il arrive ce mardi, le combat du Clea se poursuivra. Vous pouvez déjà
noter dans vos agenda la date du 28 avril où Ray Cabrera (Buena vista social
club) se produira lors d'un événement à ne pas rater.

Pour vous tenir informés des évolutions du « procès DHKP-C » et en saisir les
enjeux majeurs, n'hésitez pas à consulter l'attaché de ce mail et notre site
http://www.leclea.be

 

UNE PARTIE TRÈS PEU CIVILE…

Jean FLINKER 

Six décembre 2005. Dès la toute première audience du procès, la 14ème Chambre correctionnelle du tribunal de Bruges est bousculée par un véritable coup de force: l’avocat Kris Vincke, au nom de l’État turc, y est installé comme Procureur fédéral-bis…

Apparemment, cela n’a pas été sans mal. Le Président Freddy Troch n’est pas parvenu à s’entendre avec ses deux assesseurs (le premier juge titulaire Madame D’Hooghe qu’il a dépossédé de sa fonction, ainsi que son adjoint De Busscher), ni à les convaincre. Peu importe: l’essentiel est fait. Surtout, si l’on se souvient des rétroactes. Lors de l’instruction, une commission rogatoire avait été envoyée aux Pays-Bas pour y récolter des informations complémentaires sur le «Parti-Front révolutionnaire pour la libération du peuple». Le juge hollandais avait accepté d’aider ses homologues belges, mais à une condition: que les informations transmises restent confidentielles et ne soient surtout pas communiquées à la Turquie (où elles auraient pu être utilisées contre des opposants au régime). Que s’empresse de faire le besogneux juge Troch, poussé dans le dos par Johan Delmulle? Dès l’entame du procès, il va donc autoriser Vincke à plaider et à intervenir à toutes les autres audiences –avant même de savoir si l’État turc est habilité ou pas à intervenir comme partie civile, une décision renvoyée à trois mois plus tard, avec le jugement final sur le fond… Conséquences: en première instance, l’État turc devient l’invité de plein droit du tribunal –son avocat-échotier étant officiellement accrédité et encouragé à prendre connaissance de tout le dossier pénal, à déclamer aux  côtés du magistrat fédéral «ce qui est en Turquie, et ce qui n’est pas». Bref, six jours de propagande non-stop pour dicter les principaux arguments qui devraient modeler le jugement. En vertu de quoi, le tribunal aura été sous la coupe d’un procureur cacheté et d’un procurateur acheté (étant entendu que le régime d’Ankara aura pu, de la sorte, tenir tribune pour vanter son irrésistible probité démocratique et dépeindre chacun des accusés sous les traits du parfait salaud). Poing final, quand l’essentiel s’est déjà passé ? Le jugement du 28 février 2006 déclarera… non fondée la constitution de la partie civile revendiquée par l’État turc, «ce dernier n’ayant pas encouru de dommages personnels»

Plus explicitement. Se constituer partie civile, c’est demander des dommages-intérêts pour un préjudice –en dehors de la peine entraînée par le délit (peine dont la nature et l’intensité sont recommandées par le ministère public). Peut donc être reconnue «partie civile», une personne (physique ou morale) qui intente une action devant une juridiction pénale afin d’obtenir réparation du préjudice subi par suite d’une infraction.

Plus explicitement. Le tribunal correctionnel (en l’occurrence Freddy Troch, qui finalement a bien dû s’en remettre aux principes de Droit, tels que rappelés par ses deux assesseurs et par les jugements successifs de la Cour de Cassation) en conviendra: «L’Article 3 du Code d’Instruction criminelle détermine que la réclamation judiciaire civile revient à ceux qui ont subi des dommages. Pour que la constitution comme partie civile soit recevable, la partie doit non seulement décrire son exigence de réparation des dommages, mais aussi relever qu’elle a été personnellement  dommagée (Cassation, 4 avril 1987). Il doit, de ce fait, avoir été subi un dommage personnel par le délit. La réclamation d’une personne naturelle ou d’une personne de droit ne peut être acceptée si la partie civile n’a pas un intérêt personnel et direct.

Ici, la partie civile [l’État turc, NDLR] ne prouve pas quel dommage direct matériel et/ou moral elle a subi à la suite de faits qui sont mis à charge des inculpés. Ceci est jugé par le tribunal d’une manière inattaquable (Cassation, 16 décembre 1992) (…).

Le fait que l’État turc a probablement un intérêt dans la punition des inculpés ne suffit pas non plus à la recevabilité de son action civile (…) [d’autant] que l’intérêt dans la punition se mêle à l’intérêt de la communauté –l’État belge– qui a confié exclusivement l’exécution de l’action judiciaire au ministère public (Cassation, 24 janvier 1996).

Attendu les principes précédents, la constitution de l’État turc comme partie civile à la suite de ces méfaits doit être considérée comme non recevable»

Premiers commentaires? La quatorzième Chambre correctionnelle aura institué, de fait, un tribunal à trois juges et –c’est une «première»– à deux procureurs. En effet, le magistrat fédéral Delmulle y représentait l’intérêt général, la société et les lois servant à les défendre. Or l’État turc n’ayant jamais pris la peine de détailler, un à un, les dommages par lui encourus, Vincke devenait par là même un second magistrat défendant, lui aussi,  «l’intérêt général». Ce qui ne peut être. En réalité, pour que sa position de partie civile soit recevable, l’État turc aurait non seulement dû décrire son exigence de réparation mais relever en quoi il aurait été «personnellement» touché. La demande de dommages-intérêts, exigée par une personne physique ou une personne de droit, ne peut être acceptée si elle n’a pas un intérêt personnel et direct à faire valoir. En l’occurrence, la Turquie n’a jamais explicité (au cas par cas) quel dommage en particulier (dommage direct, qu’il soit matériel ou moral) elle aurait subi par les faits mis à charge des inculpés, ou de l’organisation dont ils sont accusés d’être des membres, voire des dirigeants.

COPIE CONFORME. À Bruges, c’est entendu, les avocats des prévenus avaient, dès le départ, insisté pour que le Tribunal se prononce d’abord sur le non recevabilité de la procédure civile revendiquée par la Turquie. Trois types de raisons étayaient leur conviction : il était parfaitement clair que l’État turc n’avait nullement pour but d’exiger un pur dommage, mais de mettre le ministère public sous pression afin qu’il sanctionne plus lourdement les accusés ; mais d’exercer lui-même la procédure pénale et de prendre connaissance du dossier afin de pouvoir l’utiliser. Las: le premier juge avait rejeté cette question préalable comme étant prématurée, décidant que réponse y serait apportée à la fin du procès, avec le jugement.

Conséquemment, l’avocat Vincke, plaidant pour l’État turc, aura pu assister aux débats du début à la fin et, de surcroît, y participer des plus activement. Bien que le président du tribunal ait finalement, dans son jugement, considéré que la constitution de la partie civile n’était nullement recevable, le mal était donc fait. Et pour cause: le trop dévoué juge Troch aura totalement fait main basse sur l’argumentaire utilisé par Ankara, via son faire-valoir Kris Vincke. Dans son jugement, le tribunal correctionnel consigne, en toutes lettres, page 72 (il vaut la peine d’en lire lentement les attendus): «Il est justement fait remarquer, par la partie civile, que le DHKP-C se pose, dans son plaidoyer, comme une sorte d’organisation des droits de l’Homme –ce qui n’est, en aucune sorte, le cas. Les attentats et les meurtres sont commis par le DHKP-C uniquement pour atteindre son objectif : le renversement et la contestation active du régime étatique capitaliste. C’est, en effet, leur propre idéologie qui les conduits à commettre ces attentats. Les membres du DHKP-C choisissent expressément de ne pas prendre part à une société démocratique. Il n’appartient pas au DHKP-C de ne pas reconnaître un Etat de droit établi, de dire son propre Droit, et de choisir tous les moyens violents possibles pour troubler l’ordre de Droit.

Selon le jugement du tribunal, et considérant les motifs cités plus haut, il n’est pas satisfait aux conditions pour démontrer qu’on se trouverait dans un état de nécessité».

Or ici, le premier juge s’est non seulement expressément basé sur ce que la «non partie civile» était venue défendre durant les audiences, mais –plus accablant encore– en a repris littéralement les vitupérations, ainsi libellées dans les Deuxièmes conclusions au nom de l’Etat turc, pages 9 et 10 (dont il vaut la peine de lire lentement les attendus…): «Dans son plaidoyer, le DHKP-C s’est fait tout a coup passer pour une sorte d’association de défense des droits de l’Homme. Ce qui n’est absolument pas le cas. Les attentats et les meurtres (souvent commis contre des personnes totalement innocentes, comme des passagers dans un bus ou des hommes d’affaires) sont prêchés par eux comme essentiels pour atteindre leur objectif : le renversement et la contestation active du régime étatique capitaliste. C’est leur propre idéologie qui les conduits à commettre ces attentats. Ils choisissent expressément de ne pas prendre part à cette société démocratique. Ce n’est pas au DHKP-C de ne pas reconnaître un Etat de droit établi, de dire son propre Droit, et d’utiliser tous les moyens violents possibles pour troubler l’ordre de Droit».

Incroyable ? Incroyable. ll est, en effet, incroyable que l’on laisse la supposée partie civile plaider sa propre cause au point de totalement contaminer, avec les arguments desservis, le jugement final pour –en fin de compte–  convenir  que l’Etat turc ne pouvait agir comme partie au procès…

PAIN BÉNI. Avec le recul, pas difficile de le constater: pour aboutir à un verdict «à la sévérité exemplaire», le Parquet fédéral avait impérativement besoin que soit nommé un magistrat servile à la tête du tribunal de première instance. Avec les trois juges de la Cour d’Appel de Gand, là par contre, c’est rien que du pain béni. Si l’on s’en tient à l’action civile portée par la Turquie, la question de sa recevabilité y aura été réglée avec la rapidité de l’éclair (les juges du siège ayant une nouvelle fois [1] décidé de ne tenir aucun compte des arguments contestataires relevés par le jugement du premier degré ou, beaucoup plus simplement encore, de les dézinguer).

De la page 191 à la page 193 de leur Arrêt, le Président J. Logghe ainsi que les juges T. Denys et J. Libert vont ainsi entièrement avaliser la qualité et l’intérêt exigés pour affirmer l’Etat turc comme partie civile contre «le premier accusé Asoglu Musa, le deuxième accusé Saz Kaya, la troisième accusée Erdal Fehriye, la cinquième accusée Akar Sukriye, le sixième accusé Demirtas Irfan, le septième accusé Ekici Hasan, le neuvième accusé Karatas Dursun, la dixième accusée Sari Zerrin et le onzième accusé Kimyongür Bahar, pour la somme symbolique de un euro à cause du dommage subi, à la fois matériel et moral (…)».

Eléments probants avancés? Aucun. Eléments de jurisprudence opposés ? Aucun. À la place, une série de pures tautologies («En se constituant partie civile, en exigeant des dommages et intérêts pour le préjudice subi, la Turquie fait explicitement connaître qu’elle exige une compensation du dommage sur lequel est basée cette constitution [sic]»). À la place, l’énoncé de critères qu’en réalité l’État turc… ne remplit pas du tout («Il suffit que soit rendu crédible [sic] qu’il existe réellement [sic] un dommage au moment [sic] de la constitution comme partie civile, que la partie civile a personnellement [sic] subi ce dommage et que celui-ci a été causé par l’une des infractions [sic] qui constituent l’objet de cette procédure pénale»); ou alors, l’utilisation systématique d’adverbes et d’expressions autosuffisantes: «Incontestablement», «sans aucun doute», «des faits déclarés prouvés», «donc», «manifestement», «il suffit que»… Voyez plutôt: «L’État turc possède incontestablement la qualité pour exiger la réparation du préjudice qu’il a subi personnellement, ainsi que les dommages qui s’identifient avec l'intérêt général de ses ressortissants, et l’État turc a sans aucun doute également intérêt à exiger un dédommagement, même si ce n’est qu’un euro symbolique pour voir ses droits reconnus. L’intérêt de l’État turc ne se limite donc nullement à ce que les faits déclarés établis soient punis. Les inculpations A, B, C, D, E et N [2] sont d’ailleurs manifestement de nature à causer directement et personnellement des dommages considérables à l’État turc. Dans la mesure où il existe une association de malfaiteurs, une organisation criminelle ou un groupe terroriste causant un danger réel et manifeste à la sécurité des citoyens et/ou à l’autorité en Turquie, l’État turc se voit d’ailleurs obligé de prendre des mesures sécuritaires étendues et chères par définition. Ce préjudice peut être imputé à ceux qui menacent cette sécurité en faisant partie de ces groupements, en prenant part à leurs activités, ou en y remplissant des fonctions importantes voire dirigeantes.

En se constituant partie civile, en exigeant des dommages et intérêts pour le préjudice subi, la Turquie fait explicitement connaître qu’elle exige une compensation du dommage sur lequel est basée cette constitution.

Pour accepter la constitution comme partie civile, il n’est pas nécessaire que le dommage soit déterminé dans sa totalité, complètement et définitivement et/ou qu’il soit budgétisé en chiffres. Il suffit que soit rendu crédible qu’il existe réellement un dommage au moment de la constitution comme partie civile, que la partie civile a personnellement subi ce dommage et que celui-ci a été causé par l’une des infractions qui constituent l’objet de cette procédure pénale.

Quand il est seulement réclamé une compensation provisionnelle ou symbolique (ce qui est le plus grand droit de n’importe quelle partie préjudiciée), il n’est pas non plus exigé que l’État turc détaille ou budgétise plus spécifiquement ce dommage. Enfin, la partie civile n’est en aucun cas obligée d’exiger la compensation intégrale du dommage et peut se contenter d’une compensation symbolique dans le but de faire reconnaître son préjudice»…

LEÇON DE DROIT. Contester la partie de l’Arrêt prononcé par la Cour d’Appel, pour ce qui concerne singulièrement la soi-disant «partie civile turque»? Ce n’est pas difficile, même si quelques considérations de Droit évidemment s’imposent.

Pour qu’une constitution de partie civile soit recevable, elle doit répondre à cinq critères :

— le prétendu dommage doit être réel au moment de la constitution ;

— la constitution de la partie civile doit se rapporter au dommage subi personnellement par elle ;

— le prétendu dommage doit avoir été causé par un délit qui fait l’objet de l’action pénale ;

— le juge doit être compétent pour attribuer une compensation ;

— la partie civile doit indubitablement laisser paraître qu’elle souhaite réparation du dommage qui fonde son action comme partie. Le seul intérêt à poursuivre pénalement ne réside donc pas dans le fait de se constituer partie civile.

Reprenons ces différentes conditions, point par point.

     «Un dommage réel»? L’introduction de l’action civile, devant la justice pénale, n’a d’autre but que la réparation d’un dommage privé causé par le délit, qui doit avoir réellement eu lieu. Il est, dès lors, tout à la fois surprenant et remarquable que l’État turc n’a nullement précisé le dommage qu’il aurait encouru, et n’en a pas spécifié le montant monétaire. Quand il est déclaré, dans les Conclusions de l’avocat Vincke, «Il est avéré que les dommages encourus suite aux  activités du DHKP-C sont  énormes…», la partie turque veut signifier qu’elle n’a pas à les prouver, étant entendu que «le concluant ne souhaite pas en faire une histoire d’argent et qu’il limite son exigence à un euro symbolique comme compensation du dommage».

«Concernant le dommage»…: ces termes ont été ainsi motivés par la dite «partie civile» dans ses Conclusions: «Comme précisé dans la citation, des attentats contre des personnes et des biens visent à attenter aux intérêts de l’État turc. Ainsi, à côté des victimes innocentes (les hommes d’affaires assassinés, les passagers de bus tués par des attentats, les blessés), c’est aussi le concluant qui est victime puisque ses intérêts sont / peuvent [sic] être atteints». Or de cet extrait, il apparaît clairement que la partie civile ne sait pas elle-même si (par les attentats tels qu’évoqués) ses intérêts particuliers ont été effectivement dommagés… Or au moment où la Turquie demande à se constituer partie civile, le dommage doit être réel, pas hypothétique. De ce fait, le raisonnement avancé ici ne tient pas une seconde.

     «Un dommage personnel»? Des personnes qui ne sont atteintes que d’une manière indirecte ne peuvent prétendre se porter partie civile. En l’espèce, l’État turc ne démontre nullement un dommage direct. En page 4 de ses Conclusions, «la partie civile» pose elle-même que «cela ne signifie pourtant pas que l’État turc n’aurait souffert d’aucun dommage, d’autant que les méfaits perpétrés touchent, par étapes intermédiaires [sic], les institutions politiques». Et, page 14, «ce que la concluante ne peut accepter, c’est qu’à travers des actions violentes à l’encontre de citoyens innocents (assassinats et attentats) et des propriétés individuelles, les fondements [sic] de l’Etat turc soit visés et atteints». Dans les mêmes Conclusions sont d’ailleurs énumérés une série de méfaits supposés, lesquels auraient tous été accomplis par le DHKP-C en Turquie. Pour autant que l’on peut en déduire, les attentats concerneraient principalement des citoyens de l’État turc; ainsi est-il fait mention, dans les Conclusions, d’attentats contre des politiciens, des hommes d’affaires, des policiers. Il est inutile, dès lors, d’expliquer que ce n’est pas l’État turc mais bien les familles de victimes présumées qui ont directement souffert d’un dommage. Idem pour ce qui concerne le dommage occasionné à des ressortissants de l’État turc: il n’occasionne évidemment pas, du même coup, un dommage à l’État turc en tant que tel.

Qui plus est. Qui plus est la Cour d’Appel enfreint, elle-même, l’article 3 du Code d’Instruction criminelle selon lequel l’action judiciaire, visant à faire reconnaître un dommage causé par un délit, revient à ceux qui ont subi ledit dommage. A l’appui, on peut se référer à l’Arrêt attaqué, où la Cour d’Appel juge que, dans le cas d’espèce, des méfaits de droit commun sont à l’ordre du jour si des personnes privées, des biens et des intérêts sont immédiatement et directement atteints. Ainsi, l’Arrêt de la Cour précise en pages 32 et 33 : «Nulle part dans les accusations, il n’est fait mention d’attentats contre des institutions politiques turques (…). Cela concerne donc bien des délits de droit commun dont des personnes, des biens et des intérêts privés sont des victimes directes et immédiates et qui ne portent pas atteinte directement aux institutions politiques de l’État turc, n’ont ou ne peuvent avoir de conséquences sur celles-ci». De ces affirmations, il ressort donc explicitement que l’État turc, en tant que tel, n’a pas subi de dommages personnels. En conséquence, il ne possède pas la qualité requise pour se porter partie civile.

     «Le dommage doit être causé par un délit qui fait l’objet de l’action pénale»? L’action de la partie civile (en vertu de l’article 3 du Code d’Instruction criminelle) est uniquement recevable si elle a une relation spécifique avec le méfait pour lequel le prévenu est poursuivi. Le dommage, qui n’a pas été causé par le délit poursuivi, n’est dès lors pas recevable. Là où «la partie civile», dans ses Conclusions, donne une interminable énumération de présumés attentats qui auraient été accomplis par le DHKP-C en Turquie, elle renvoie vers des délits dont la défense des prévenus ne peut vérifier la véracité et qui, en plus, n’étaient même pas mentionnés dans la citation ouvrant la procédure judiciaire… En réalité, ces attentats supposés n’ont pas à être soumis au jugement du tribunal. D’autant que, et cela va de soi, les membres supposés ou les sympathisants du DHKP-C ne doivent pas être tenus d’expier pour tout ce que le mouvement aurait accompli. Toutefois, on voit bien la manœuvre: l’État turc tente ici de les mettre tous dans le même sac et d’amalgamer l’ensemble des inculpés avec le DHKP-C. Se faisant, les délits visés (qui ont été énumérés dans les Conclusions déjà citées) servent à la partie turque pour pouvoir légitimer son action civile et la rendre recevable. Or à ce jour, la prétendue «partie civile» n’a pas livré la moindre preuve démontrant que les prévenus seraient en quoi que ce soit responsables des infractions citées.

«PAR NATURE»? En Droit, iI doit néanmoins y avoir un lien causal entre le dommage et la faute qui peut être reprochée –ce qui n’est, en l’occurrence, notablement pas le cas. Où la Cour pose que les charges A, B, C, D, E et N «sont manifestement de nature à causer directement et personnellement des dommages considérables à l’Etat turc» (page 192), c’est le principe même du lien causal entre la faute et le dommage (tel que rappelé dans l’Article 1382 du Code civil) qui n’est pas respecté –car rien n’établit que «par nature» un fait incriminé cause nécessairement un dommage, encore faut-il prouver qu’il a occasionné, lui et lui seul, un préjudice effectif. Et là où la Cour pose que «l’Etat turc a indubitablement l’intérêt d’exiger une réparation, même si ce n’est qu’un euro symbolique, pour voir ses droits reconnus» (page 192), c’est le principe avancé dans l’Article 1382 du Code civil qui est bafoué car il ne suffit pas de dire que «les droits doivent être reconnus», encore doit-il être prouvé qu’un dommage s’est produit par l’atteinte à ces droits.

L’ensemble de ces éléments confortent ainsi le constat établi par la défense: la constitution de la partie civile n’est pas fondée sur la reconnaissance d’un dommage subi, mais sur l’exercice de la fonction occupée par le Ministère public. Ce qui ne peut être.

     «Le juge doit être compétent»? En la circonstance, cette condition est remplie (excepté pour les faits soumis au tribunal mais qui ont été commis sur le territoire turc: dans ces cas, le tribunal n’est pas compétent pour ce type d’incriminations).

     «L’action doit être indubitablement basée sur la réparation d’un dommage»? Avoir pour seul intérêt «que soit énoncée une sanction et qu’elle s’applique» est insuffisant pour soutenir la constitution d’une partie civile. Or dans ce procès, c’est bien l’unique objectif poursuivi par la partie turque. Et cet intérêt-là est, pour ainsi dire, «absorbé» par l’intérêt général –lequel est défendu, à l’occasion d’infractions pénales, par le ministère public. L’État turc tente ainsi de s’accaparer le rôle dévolu à ce dernier…  

Conclusions ? Dans un Arrêt de la Cour de Cassation daté du 24 novembre 1982, il est judicieusement affirmé: «Attendu que la demanderesse n’apporte pas la preuve d’un quelconque droit ou d’un quelconque intérêt dans lequel elle aurait subi un préjudice suite aux délits imputés aux prévenus; que ce qu’elle nomme une atteinte à son intérêt personnel est en réalité "l’intérêt de tous les citoyens à ce que les délits soient poursuivis en justice et que leurs auteurs soient punis ; qu’il s’agit de l’intérêt général dont la défense incombe en principe exclusivement au ministère public" ; que la circonstance que la plaignante est une institution d’intérêt public devant veiller à la défense de valeurs morales, ne constitue pas une raison suffisante pour déclarer recevable l’action civile de la demanderesse et qu’en décider autrement reviendrait à permettre à tout un chacun d’intervenir dans l’action pénale en introduisant des actions civiles qui sont en fait fictives mais qui auraient pour effet, sinon pour but, d’inciter le ministère public à agir en justice, voire… de l’y contraindre».

Or, par ses allégations à l’emporte-pièce, empilées les unes sur les autres, la Cour d’Appel de Gand n’aura jamais cessé de prendre à contre-pied chacun des «Attendu que» ici convoqué puis révoqué par la Cour de Cassation elle-même. On ne saurait mieux dire.

Jean FLINKER


 

______

NOTES

[1] : Voir, dans Qu’est-ce que la politique, «Des criminels ?».

[2] : Pour les différentes accusations mises à charge des prévenus, voir (dans Sükriye Akar, condamnée sans motif…) «La preuve par neuf…»
 

07:01 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

14-04-07

 

468-2e60e27cd4d4339aa90ba7d52d074643

 

 

Le JPB > Pays Basque

2007-04-14

 

La chasse aux sorcières vise à présent l’ANV
·Le gouvernement espagnol demande au parquet de mener une enquête sur ce parti historique basque fondé en 1930

La chasse aux sorcières contre l’indépendantisme basque se poursuit. Le gouvernement socialiste espagnol a demandé au parquet de mener une enquête sur l’Action Nationaliste Basque, l’ANV, dans le cadre d’une éventuelle procédure d’interdiction. Tout en reconnaissant que ce parti "réunit en principe toutes les conditions légales requises", la vice-présidente María Teresa Fernández de la Vega a annoncé avoir demandé un rapport pour connaître "la composition de cette formation politique et déterminer l’existence d’éventuels liens avec Batasuna".

La "machine médiatique" s’est mise en route jeudi lorsque ce parti, fondé en 1930, a affiché ses représentants auprès de l’organisme chargé de contrôler l’inscription des listes électorales, étape préliminaire à la présentation de candidats. Les médias espagnols ont affirmé que Batasuna "allait se présenter" aux élections municipales et forales du 27 mai "à travers le parti Eusko Abertzale Ekintza-Action nationaliste basque".

Hier, Batasuna a démenti l’information: "Le pari de la gauche abertzale est celui d’ASB et des plates-formes populaires", a déclaré Pernando Barrena. La gauche abertzale a présenté fin mars un nouveau parti baptisé Abertzale Sozialisten Batasuna (ASB), dont les statuts affirment que la formation souhaite développer son travail politique dans le respect des principes démocratiques. Le ministère public espagnol a cependant demandé son interdiction, considérant qu’il s’agissait d’une "continuation de Batasuna".

Lorsque la procédure d’illégalisation d’ASB a été lancée, la gauche abertzale a mis en route une campagne de recueil des signatures nécessaires pour la formation de candidatures populaires. Une fois ces listes citoyennes constituées, la justice devra les examiner une par une pour décider d’éventuelles illégalisations comme ce fut le cas voilà quatre ans avec des centaines de plates-formes locales interdites.

"Même si l’on ne peut accepter en aucune manière la Loi sur les partis politiques [créée pour interdire Batasuna] parce qu’elle est complètement anti-démocratique, la gauche abertzale a décidé de faire un pas en avant en inscrivant un nouveau parti politique" comme cela avait été demandé par le parti socialiste espagnol et l’exécutif de José Luis Rodríguez Zapatero. "Mais le gouvernement du PSOEa jeté à la poubelle ce pas important", a regretté Pernando Barrena. "Je crois qu’il devrait donner une explication parce que comment comprendre alors que l’on nous demande de légaliser un parti pour le jeter ensuite à la poubelle". Selon le représentant de Batasuna, "malheureusement, ça montre bien quelle est la volonté du PSOE et du gouvernement espagnol concernant le processus" de paix.

Premier parti abertzale de gauche

L’ANV, parti qui en 2005 avait demandé à ses sympathisants de se rassembler pour soutenir le Parti Communiste des Terres Basques EHAK, et dont l’interdiction est réclamée par la droite espagnole, a réagi hier à son éventuelle illégalisation. Le président et le secrétaire général de l’ANV, Kepa Bereziartua et Antxon Lopez, avaient dénoncé déjà en 2005 que le procureur général de l’Etat, Cándido Conde Pumpido, les avait prévenus de l’interdiction de leur formation, si celle-ci se présentait aux élections autonomiques d’il y a deux ans.

EAE-ANV est un parti fondé en 1930, né d’une scission avec le parti nationaliste basque PNV.Considéré comme le premier parti abertzale de gauche, l’Action Nationaliste Basque a joui d’une présence politique notable dans ses premières années d’existence. Il a fait partie du premier gouvernement basque mené par Jose Antonio Aguirre et certains de ses militants ont joué un rôle prépondérant pendant la Guerre Civile et durant l’exil. C’est le cas du commandant Kepa Ordoki, qui avait dirigé le bataillon Gernika au cours de la Libération de la France, ou du leader historique Telesforo Monzon.

Inscrit au registre des partis politiques du ministère de l’Intérieur le 14 avril 1977, l’ANV a participé avec peu de succès aux élections organisées la même année. En 1978, il a intégré la coalition électorale Herri Batasuna avec Euskal Sozialista Biltzarrea (ESB), le Parti Socialiste Révolutionnaire Populaire (HASI) et le Parti Révolutionnaire des Travailleurs abertzale (LAIA). Lors de la refondation de la gauche abertzale, en 2001, l’assemblée générale de l’ANV a décidé de ne pas intégrer la structure du nouveau parti politique Batasuna et depuis son activité politique reste discrète. En 2003, le Tribunal Suprême espagnol a reconnu son droit à percevoir une compensation économique du gouvernement de droite en raison des biens réquisitionnés durant la guerre civile.

 

 

 

Op http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

13-04-2007

De historische partij ANV neemt deel aan de verkiezingen

Eusko Abertzale Ekintza
Acción Nacionalista Vasca

EAE-ANV (Eusko Abertzale Ekintza-Acción Nacionalista Vasca) heeft besloten deel te nemen aan de verkiezingen van 27 mei e.k. De partij heeft zijn vertegenwoordigers aangeduid voor de Juntas Electorales Provinciales, de provinciale kiescommissie.

De EAE-ANV is een wettelijke geregistreerde partij die ruim 30 jaar een sluimerend bestaan kende en niet deelnam aan verkiezingen. Nu gebeurt dit dus wel.

De Acción Nacionalista Vasca is een historische Baskische partij, nationalistisch en socialistisch, opgericht in 1930 als gevolg van een splitsing met de PNV. In 1978 vormde de partij een kartel met de electorale coalitie Herri Batasuna, met behoud van de eigen persoonlijkheid en eigen vertegenwoordiging in het nationale bestuur. Sindsdien zijn ze een eigen weg gegaan, maar altijd een politieke partij gebleven. We hoorden onlangs nog van hen toen zij de oproep voor een gezamenlijke Aberri Eguna steunden

Aangezien de nieuwe partij ASB (Abertzale Sozialisten Batasuna) toch verboden zal worden, en de kiesgroepen waarschijnlijk het zelfde lot zullen ondergaan, is dit de enige partij die de linkse abertzales kan vertegenwoordigen. Wat dat betreft verklaarde Arnaldo Otegi dat de opkomst van die historische partij geen nieuwe zet is, want de legalisering van ASB (Abertzale Sozialisten Batasuna) blijft voor hem prioritair. De nieuwe partij voldoet volgens hem aan alle voorwaarden van de “Ley de Partidos”. Alleen wordt nu ongemeen harde druk uitgeoefend opdat Batasuna de gewapende strijd van ETA zou veroordelen. Maar dat is helemaal geen voorwaarde van de partijenwet. Het is een voorwendsel om de linkse abertzales een hak te zetten. Onmiddellijk na de bekendmaking is de Fiscalía General del Estado, het Openbaar Ministerie, een onderzoek gestart naar de entourage van ANV. Politie, Guardia Civil en Ertzaintza moeten uitzoeken welke personen achter die partij schuilgaan en of er banden zijn met de verboden partij Batasuna. U merkt het al, een partij die al meer dan 70 jaar, wettelijk en geregistreerd, bestaat is nu het mikpunt van de “Ley de Partidos”, enkel en alleen omdat ze nationalisten zijn.

13-04-2007 om 08:54 geschreven door Natxo

 

 

 

22:43 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

08-04-07

Aberri Eguna

 

08-04-2007

Aberri Eguna

De verdeeldheid blijft bestaan

Vandaag, 8 april 2007, wordt de 75ste Aberri Eguna, de nationale feestdag van de Basken, gevierd. Dit gebeurt eens te meer in verspreide slagorde.

Niettegenstaande de oproep van een paar burgers en intellectuelen om samen één Aberri Eguna te vieren, zal op verschillende plaatsen, door verschillende partijen meerdere vieringen plaatsgrijpen.

De PNV heeft opgeroepen om op de Plaza Nueva van Bilbao samen te komen onder het motto “Euskadi egin behar dugu”, “Wij moeten Euskadi gestalte geven”. Lehendakari Juan José Ibarretxe en PNV-voorzitter Josu Jon Imaz zullen hier uiteraard aanwezig zijn. Na de officiële plechtigheid wordt een volksmaaltijd aangeboden in de omgeving van de Plaza Arriaga. 

EA- Eusko Alkartasuna voorziet een plechtigheid in Gernika, waarbij de voorzitster Begoña Errazti en de secretaris-generaal Unai Ziarreta van deze partij zullen aanwezig zijn.

Een derde viering, in de vorm van een mars tussen Irún en Hendaia, wordt georganiseerd door de radicalere nationalisten: Batasuna, Aralar, Udalbiltza, AB, Matalaz, Euskaria Fundazioa, Bai Euskal Herriari, ESAIT, Askatasuna, ELA en LAB, en nog andere.      
Onder het motto “Zazpiak bat. Nazioa gara. Etorkizuna gure esku”, “De 7 provincies 1. Wij zijn
één natie. De toekomst in onze handen”, wordt opgestapt van Irún naar Hendaia om de band tussen Hegoalde (Spaans-Baskenland) en Iparralde (Frans-Baskenland) te symboliseren. Onder de aanwezigen zullen o.a. de president van de voetbalclub Athletic de Bilbao José María Arrate, de bertsolari (iemand die geïmproviseerde bertsos of verzen zingt) Andoni Egaña en de auteur Kirmen Uribe aanwezig zijn.

08-04-2007 om 08:26 geschreven door Natxo

 

 

 

2007 ABERRI EGUNA

 

1. Chaque année, l’Aberri Eguna nous invite à renouveler notre engagement au côté de notre peuple et sa liberté. ELA le fait en sa qualité de syndicat abertzale, d’organisation veillant aux intérêts et aspirations de classe, qui conforment sa vision et ses objectifs dans le processus national.

 

2. L’Aberri Eguna est une journée d’affirmation et de revendication : nous affirmons notre identité en tant que peuple et notre volonté de la défendre et de la développer, et nous revendiquons le droit de le faire, sans autres limites que celles qu’aura fixé le peuple lui-même. C’est précisément, la négation de ce droit de la part des institutions espagnoles et françaises qui constitue la base même du conflit politique basque.

 

3. Les territoires qui constituent Euskal Herria sont assujettis à différents cadres institutionnels, et jouissent ou pas de reconnaissance d’identité propre fort différentes. Au Pays Basque nord, les territoires basques n’ont aucune reconnaissance institutionnelle, et l’État français refuse de doter nos compatriotes des outils et moyens basiques pouvant leur

permettre de gérer leur vie quotidienne et développement en tant que communauté jouissant d’une identité propre : la reconnaissance officielle de l’euskara, une université propre, un département administratif pour le Labourd, la Basse Navarre et la Soule, et une Chambre d’agriculture propre. On ne montre que mépris à l’égard des revendications de Batera,

plate-forme d’une base politique et sociale large et plurielle, et Laborantza Ganbara, qui a été construite grâce à une initiative et un travail social importants comme une réponse adéquate aux nécessités de la population, fait l’objet de poursuites incessantes. L’État français

garde toute entière sa détermination d’user de tous les recours que lui confère le pouvoir afin d’étouffer toute initiative qui pourrait finir par mettre en doute son caractère uniforme et monolithique.

 

4. Au Pays Basque Sud, la Navarre, d’un côté, et les trois territoires de la Communauté Autonome du Pays Basque, de l’autre, jouissent de la reconnaissance d’un régime de pouvoir institutionnel qui leur permet de développer une politique propre dans divers domaines, mais toujours sous contrôle des pouvoirs de l’État et dans les limites que cela implique.

Le régime d’autonomie, de par ses limites intrinsèques et l’interprétation qu’en ont fait les services de l’État, n’a pas été en mesure de servir de relais à l’aspiration de décider librement de son futur ainsi que l’exprime une bonne partie de la population. Il convient de ne pas oublier, d’autre part, que des secteurs de pouvoir de décision concernant la protection et

l’exercice des droits et des libertés, et pour la normalisation politique et sociale, restent encore entre les mains de l’État espagnol, et ont pour conséquences fort négatives, la restriction du droit à la participation électorale, la criminalisation de projets culturels, de presse et sociaux, et des poursuites engagées à l’encontre des personnes qui les dirigent, ou  la mise en place d’une politique pénale et pénitentiaire répondant à une volonté de vengeance et visant à la destruction des personnes.

 

5. En Navarre, la gestion du statut d’autonomie –qui n’est rien d’autre que l’Amejoramiento– a été utilisée pour imposer une identité collective et une pratique politique définie par l’anti-basquisme, c’est-à-dire, par une hostilité contre ce qui a été et continue d’être un élément essentiel de l’identité culturelle, sociale et politique de la Navarre. La face cachée de cette obsession anti-basque du “navarrisme” n’est autre qu’une sorte de dévotion à l’espagnolisme, qui confie à l’État la garantie du maintien d’un sous-système espagnol que constitue aujourd’hui le gouvernement navarrais.

 

6. ELA réitère son engagement en faveur du respect de la volonté de la population de Navarre, et dénonce l’hypocrisie de ceux et celles qui agitent de vieux fantômes afin de renforcer le régime actuel et éviter ainsi que les navarraises et les navarrais puissent, un jour, décider du statut juridico-politique du territoire. Et dénonce que sous cette façade

navarriste se cache en fait un réseau de pouvoir, d’intérêts économiques et de contrôle social fondé sur des positions réactionnaires, auxquelles adhèrent, malheureusement, les deux syndicats espagnolistes ; et réclame que les questions institutionnelles et politiques qui touchent à la Navarre soient débattues de manière démocratique, que différentes options, raisons et argumentations puissent être présentées, pour qu’en définitive ce soient les navarraises et navarrais qui puissent, puissions, décider.

 

7. Dans la Communauté Autonome constituée des territoires d’Araba, Bizkaia et Gipuzkoa, les partis abertzales, principalement le PNV, exercent, depuis une trentaine d’années, un contrôle important des institutions propres. Ce nationalisme institutionnel –dont l’action

gouvernementale a contribué, sans doute aucun, à d’importantes avancées - est maintenant installé à la gestion du pouvoir : c’est la représentation, selon ELA, d’un nationalisme satisfait, réticent, d’une part, à la confrontation politique abertzale, et tout autant éloigné, d’autre part, des besoins et aspirations des secteurs populaires, que proche des intérêts et requêtes des divers groupes du pouvoir économique.

 

8. Ce sont des dirigeants qui se félicitent de la croissance du Produit Intérieur Brut, mais qui ferment les yeux devant les inégalités croissantes ; ils se targuent d’avoir assaini les comptes publics, alors que la population doit s’endetter au maximum pour acquérir un logement ; ils

parlent de services publics et de dépense publique, et dans le même temps privatisent des services et réduisent les impôts aux plus riches.

 

9. Cette manière de gouverner a des effets très négatifs pour le projet abertzale qui, selon ELA, ne peut ni avancer ni susciter d’adhésions sans une orientation sociale claire. D’autre part, elle nuit à la crédibilité des propres dirigeants nationalistes, que l’on sent impliqués dans une alliance avec les secteurs les plus réfractaires au changement et les plus empressés au maintien en l’état de la situation ; un cas fort significatif est que lorsqu’il faut régler des questions tellement importantes pour ce pays et sa population comme le régime fiscal ou la politique de logement ou d’infrastructures, les gouvernants nationalistes s’alignent sur les partis espagnols majoritaires et les pouvoirs économiques, et même, comme cela s’est déjà passé, en passant outre les coalitions gouvernementales.

 

10. Il est à noter qu’un gouvernement qui a mené une initiative potentiellement aussi ambitieuse que celle du Nouveau Statut n’a non seulement pas été capable de consolider une alliance politique et sociale suffisante autour de sa proposition, mais a en plus fait bénéficier des bienfaits de sa gestion les secteurs économiques qui ont le plus combattu cette initiative. Il y a, de notre point de vue, une trop grande distance entre les déclarations politiques et une pratique continue qui refuse la confrontation ; un trop grand fossé entre la revendication en

faveur de nos droits en tant que peuple –qui est réservé, dans le meilleur des cas, au champ électoral - et une gestion de pragmatisme lisse, éloignée de toute “velléité” souverainiste.

 

11. Nous nous trouvons, d’autre part, dans une situation où se décidera la fin ou le prolongement d’un processus de lutte armée qui dure depuis déjà  plus de quarante ans. Les gens envisagent avec espoir le maintien de la déclaration de cessez-le-feu de ETA, réalisée il y a un peu plus d’un an, malgré l’attentat tragique de Barajas qui s’est produit entre-temps. Pour ELA – nous l’avons exprimé en de nombreuses occasions – la juxtaposition du conflit armé et du conflit politique est une erreur : la stratégie de la contrainte, qui divise et fractionne la société, est incompatible avec la stratégie de la conviction, qui doit servir au

mouvement abertzale à acquérir chaque fois plus de force, et plus d’espace social et politique. ELA, avec l’immense majorité de cette société, demande que soit définitivement mis un terme à la voie armée.

 

12. ELA veut voir dans les apparitions et propositions des porte-parole de Batasuna des mouvements significatifs en termes d’engagement pour un scénario dans lequel la lutte nationale se développe sans lutte armée, et qui se recentre sur le débat politique et social.

13. ELA est conscient de la complexité de cette transition, des tabous qui lui sont opposés, des difficultés et résistances qu’elle doit surmonter, du réalisme et, dans le même temps, la hauteur de vues que cela exige.

Mais il ne fait aucun doute que la principale bénéficiaire du succès de cette transition est la cause nationale, et qu’il faut lui offrir la possibilité de gagner de nouveaux espaces plus larges, faire adhérer et articuler des acteurs et des engagements pour travailler à la construction nationale et à la résolution du conflit politique en se basant sur une meilleure mise en corrélation des forces politiques et sociales.

 

14. L’incertitude quant à l’évolution de ce processus et le manque de référents communs minimums entre les secteurs souverainistes sont un facteur certain de démoralisation dans les bases abertzales. Il est vrai que nous vivons une conjoncture dans laquelle ni les contraintes

corporatistes, ni la dispute d’espaces facilitent les processus d’adhésion. Malgré cela, nous ne devons pas perdre la perspective, ni oublier comment, malgré toutes les difficultés, la conscience collective sur notre réalité en tant que peuple et la volonté de décider en tant que tel, c’est-àdire, la volonté d’user du droit à l’autodétermination, s’est développée tout au long des dernières années.

 

15. À l’occasion de l’Aberri Eguna ELA appelle ces organisations, cadres et militant-e-s, à renouveler leur engagement abertzale, individuel et collectif, à analyser l’apport que chacun-e pourra amener à la construction nationale, à mener de nouvelles avancées dans cet engagement. Ainsi, ELA veut reconnaître et encourager le travail militant de tant et tant de personnes et groupes qui construisent Euskal Herria, dans des secteurs comme ceux de la culture, la langue basque, la connaissance, l’écologie, l’intégration des personnes immigrées, ou toutes les luttes pour la justice et l’égalité. Le travail politique et l’action des institutions sont nécessaires ; mais sans le dynamisme et l’énergie apportés par un tissu social pluriel, actif, engagé, le processus de construction nationale manque de l’impulsion, la solidité et la capacité d’intégration nécessaires.

 

16. L’appel à l’unité d’action abertzale est une constante à chaque Aberri Eguna. ELA tient à le renouveler cette année, tout en étant conscient de la difficulté intrinsèque que cette unité induit, et qu’en ce moment, les priorités des principaux politiques sont ailleurs. Il nous est forcé de constater que l’unité d’action du syndicalisme abertzale non plus ne traverse pas sa meilleure période, car presque tous les secteurs de collaboration sont en crise. Nous pensons dans tous les cas, que c’est seulement par la plus large unité d’action des forces souverainistes qu’il sera possible de mener des avancées significatives en faveur de l’émancipation nationale et qu’en conséquence, au-delà des conjonctures, le mouvement abertzale ne doit pas perdre cet objectif de vue.

 

17. ELA, pour sa part, mettra tout son engagement afin d’éviter que les différences stratégiques et les désaccords entre organisations ne s’accroissent, puisqu’il semblerait que des objectifs plus ambitieux ne soient envisageables dans la situation actuelle. Enfin, ELA reste confiant dans le fait que nous soyons capables de privilégier les éléments de collaboration plutôt que les points de divergence, et de reconstruire une unité d’action de grande envergure, qui permette au syndicalisme abertzale de dynamiser la lutte des travailleuses et travailleurs pour l’émancipation sociale et nationale.

 

18. Gora Euskal Herria askatua !

 

 

http://www.gara.net/agiriak/2007_ELA_aberrieguna_fr.pdf

 

 

 

 

10:26 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |