30-03-07

Balade eb Pays Basque

 

De laatste maanden is het me, wegens tijdsgebrek, onmogelijk om teksten te vertalen. Bovendien werd mijn computer erg… euh… laat ons zeggen: wispelturig!     

 

Het was me onmogelijk de computer van mijn dierbare echtgenoot op te eisen voor meer dan knip- en plakwerk. Mijn spaarvarken moest eraan geloven en ik hoop nu, beetje bij beetje, ook weer meer tijd te vinden voor de berichtgeving over “Balade en Pays Basque”.

 

Al die tijd verwaarloosde ik, noodgedwongen, de berichtgeving over dit radioprogramma dat me nauw aan het ligt!

 

Morgen, 15u,  op

 

http://rbg.online.stalig.net/live.mp3.m3u


"BALADE EN PAYS BASQUE"
samedi 31 mars de 15h à 17h
(Week-end des finales du
Kan ar Bobl à PONTIVY)

A cette occasion,
nous évoquerons les caractéristiques du
KANTU XAPELKETA,
concours de chant basque réservé
cette année aux enfants
+infos
: http://www.eke.org/albisteak/1173202855

 

Meer over de Kantu Xapelketa, Baskische zangwedstrijd, dit jaar gewijd aan de kinderen

 

 

23:39 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Le Journal du Pays Basque

 

Le JPB > Pays Basque 2007-03-30

Deux membres présumés d'ETA arrêtés en Dordogne

Opération- Deux membres présumés de l'organisation armée ETA ont été interpellés en Dordogne alors qu'ils venaient de forcer un barrage de police, selon la police.

Les deux hommes, Juan Carlos Iurrebaso et Kepa Suarez "âgés d'une cinquantaine d'années", auraient été en possession de faux papiers, et l'un deux était porteur d'une arme de poing, a-t-on indiqué de même source, tandis que des fausses plaques d'immatriculation ont été découvertes dans leur véhicule, volé en septembre 2006.

Ils se sont tous deux réclamés de l'ETA selon la sous-direction antiterroriste (SDAT, de la direction centrale de la police judiciaire), saisie de l'enquête.

A propos de l'opération anti-ETA qui a démarré mercredi au Pays Basque sud et au cours de laquelle huit personnes ont été interpellées le responsable de l’Intérieur du gouvernement autonome basque a déclaré que ses services étaient en "alerte maximum". Il s’est fait reprendre par le ministre de l’Intérieur espagnol en indiquant que la situation n’avait pas changé ces dernières semaines. Ces arrestations surviennent alors que l’ETA s’est déclarée en trêve depuis plus d’un an.


 

19:00 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-03-07

Presos

 

Prisonniers basques en France/extrad.tempo ( m. à jour le : 29-mars-07 )

      Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      ABAD URKIXO Patxi Mr 911 846 D2-nord Fresnes H

      ABAUNZA MARTINEZ Javier Mr 309 503S D3 Fleury H

      AGINAKO ETXENAGUSIA Asier Mr 331 355U D1 Fleury H

      AGUERRE Didier Mr 1 993 Lannemezan

      AGUIRRE GARCIA Harriet Mr 25 379 Nanterre

      AGUIRRE ODRIOZOLA Javier Mr 11 341 Poissy

      AGUIRREBARRENA BELDARRAIN Aitor Mr 5884 D2-G305 Val-de-Reuil

      AGUIRRESAROBE OLAGOY Eneko Mr 324 724M D1 Fleury H

      ALBERDI ZUBIERREMENTERIA Ane Miren Me 350 664G Fleury F

      ALBISU IRIARTE Mikel Mr 929 159 Fresnes H

      ALCALDE ECHEANDIA Gotzon Mr 347 264M D5 Fleury H

      ALCANTARILLA MOZOTA Peio Mr 61 041 Gradignan

      ALMANDOZ ERVITI Jose Miguel Mr 348 629V D3 Fleury H

      ALTUNA IJURCO Haymar Mr   370 MAC Meaux

      ARAMENDI LANDA Marian Me 61580 Gradignan

      ARANALDE IJURCO Maite Me 918 269 Fresnes F

      ARANBURU Frédéric Mr 1 594 bloc 1 Lannemezan

      ARANGUREN URROZ Asier Mr 319 157K D3 Fleury H

      ARIETALEANIZ TELLERIA Iñaki Mr 42 305 Osny

      AROZENA EIZAGIRRE Haimar Mr 355 661P D5 Fleury H

      ARRANBIDE Gaxuxa Me 15 634 Angoulême

      ARRANBIDE Robert Mr 915 837 D3-309 Fresnes H

      ARZALLUZ GOÑI Asier Mr 23 nov 2005 Extrad. tempo.

      ATXURRA EGURROLA Julen Mr 24 avr 2006 Extrad. Tempo.

      BERASATEGUI ESCUDERO Ismael Mr 17 802 Villepinte

      BERNADÓ BONADA Marina Me 353 922 Y Fleury F

      BEYRIE Laurenxa Me 339 586R Fleury F

      BIENZOBAS ARRECHE Jon Mr 6 nov 2006 Extrad. Tempo.

      BILBAO ARESTI Eneko Mr 353 998F D5 Fleury H

      CAMPO BARANDIARAN Jose Mr 338 311E D1 Fleury H

      CARASTORRE ALDAZ Juan Ramón Mr 350 749Z D1 Fleury H

      CASTILLO ALARCON Abelardo Mr 9252 Joux-La-Ville

      CAU ALDALUR Jose Antonio Mr 287 384Z D2 La Santé

      CEBERIO AYERBE Jose Mr 329 423U D3 Fleury H

      CELARAIN ORTIZ Oscar Mr 13 922 

      CHIVITE BERANGO Mercedes Me 329 018D div. B Fleury F

      Edité le : jeudi 29 mars 2007 Page 1 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      COELLO ONAINDIA Aitziber Me 331 358 X div. B Fleury F

      CORTAZAR GARCIA Aitor Mr 327 634Z D3 Fleury H

      CORTAZAR PIPAON Joseba Imanol Mr 7 597 Salon

      CRUZ ARROZPIDE Angel Mr 7 822 MA1 Seysses H

      DELGADO IRIONDO Agurtzane Me 3 184 Bapaume

      DERGI Daniel Mr 9 949 Clairvaux

      ECHEVERRIA JAUREGUI Xabier Mr 8 283 Muret

      EIZAGUIRRE URANGA Julen Mr 61 581 Gradignan

      ELIZEGI ERBITI Iñigo Mr 913 228 D2-sud Fresnes H

      ELORRIETA SANZ Ibon Mr 22 291 Nanterre

      ERRASTI GOITI Zuhaitz Mr 112 73 Moulins MA

      ESNAL Jacques Mr 9 162 Clairvaux

      ESPARZA LURI Iñaki Mr 61 697 Gradignan

      ESPARZA ORTEGA Joseba Mr 915 655 D3-sud Fresnes H

      ESQUISABEL URTUZAGA Pedro Maria Mr 15 647 Villefranche-sur-

      Saône

      ESTEVEZ PAZ Juan Carlos Mr 331 354T D3 Fleury H

      ETXEBERRIA SIMARRO Leire Me 353 837 F Fleury F

      FERNANDEZ ARRINDA Lander Mr 66 557 Bois d'Arcy

      FERNANDEZ IRADI Juan Ibon Mr 70 493 Bois d'Arcy

      FIGAL ARRANZ Antonio Agustin Mr 904 530 D1-174 Fresnes H

      GAINZA SALINAS Urtzi Mr 923 022 D2-137 Fresnes H

      GALLASTEGI SODUPE Lexuri Me 36 284G div. B Fleury F

      GARATE GALARZA Luis Enrique Mr 71 315 Bois d'Arcy

      GARCIA GAZTELU Xabier Mr 10 056 Clairvaux

      GARCIA JUSTO Aitor Mr 280 234 D1 La Santé

      GARCIA M0NTERO Ainhoa Me 355 084 M Fleury F

      GARMENDIA IMAZ Idoia Me 9251 Joux-La-Ville

      GARMENDIA LACUNZA Alberto Mr 15 274 Villepinte

      GARRO PEREZ Zigor Mr 928 123 D2/189 Fresnes H

      GERESTA AZURMENDI Ander Mr 10 258 Moulins-Yzeure

      GIL DE SAN VICENTE  Kiskitza Me 925 109 Fresnes F

      GURRUCHAGA

      GOGORZA OTAEGI Aitzol Mr 11 165 Poissy

      GOIKOETXEA BARANDIARAN Bixente Mr 4 001 St Maur

      GOIRICELAYA GONZALEZ Cristina Me 355 112S Fleury F

      GOITIA ABADIA Oier Mr 1 898 MAC Meaux

      GONZALEZ BILBATUA Oier Mr 5 917 MA2 Seysses H

      GONZALEZ GONZALEZ Jon Mr 912 051 D2-sud Fresnes H

      Edité le : jeudi 29 mars 2007 Page 2 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      GRACIA ARREGI Iñaki Mr 1 715 bloc 1 Lannemezan

      GUIMON Laurenxa Me 61 636 Gradignan

      GUIMON Patxiku Mr 3 931 St Maur

      GUINEA SAGASTI Jesús Mr 8 176 Salon

      GUISASOLA OLAETA Arnaltz Mr 42 130 Osny

      GUTIÉRREZ ELORDUI Borja Mr 928 219 D3 Fresnes H

      HEREDIA de ELU Iker Mr 9 135 Joux-La-Ville

      IBAÑEZ OTEIZA Mikel Mr 288 249Q D2 La Santé

      IDIART Thierry Mr 907 693 D1 Fresnes H

      ILLARAMENDI ZABALETA Juan Miguel Mr 108 51 Moulins MA

      ILUNDAIN IRIARTE Alberto Maria Mr 311 999E D5 Fleury H

      IPARRAGUIRRE GUENECHEA Maria Soledad Me 929 121 Fresnes F

      IRASTORZA DORRONSORO Xabier Mr 8849 Seysses H

      JUARROS RUIZ de GORDEJUELA Maite Me 9 301 Versailles F

      LARRAÑAGA ALTUNA Mikel Mr 15 754 Villepinte

      LETE ALBERDI Jose Ramón Mr 348 478F D3 Fleury H

      LETONA BITERI Igor Mr 26 864 Nanterre

      LIZARRIBAR LASARTE Jon Mr 283 751 D1 La Santé

      LIZUNDIA ALVAREZ Iñaki Mr 284 878 bloc A La Santé

      LOPEZ ANTA Angel Mr 318 124N D5 Fleury H

      LOPEZ DE LA CALLE GAUNA Alberto Mr 15 921 Villepinte

      LÓPEZ de VERGARA ASTOLA Iñaki Mr 282 995 bloc D La Santé

      LOPEZ RESINA Maria Dolores Me 6 599 Rennes

      MARTIN HERNANDO Jesus Maria Mr 7 807 Tarascon

      MARTINEZ BERGARA Benito Fermín Mr 42 956 Osny

      MENDIZABAL MUGICA Ekain Mr 928 122 D3/253 Fresnes H

      MENDIZABAL MUGICA Idoia Me 921 125 Fresnes F

      MERODIO LARRAONA Zigor Mr 925 110 D1-143 Fresnes H

      MORCILLO TORRES Gracia Me 354 994 P Fleury F

      MUJIKA GOÑI Ainhoa Me 339 700Q Fleury F

      MUÑOA ORDOZGOITI Aloña Me 36 939B div. A Fleury F

      MURUETA GONDRA Urtzi Mr 21 202 Draguignan

      NEGRETE ORTEGA Miguel Mr 21 875 Pau

      NUÑEZ BENITO Joana Me 9 154 Joux-La-Ville

      OLARRA GURIDI Jon Mr 17 jul 2006 Extrad. tempo.

      ORBE SEVILLIANO Zigor Mr 283 552 bloc A La Santé

      ORDOÑEZ FERNANDEZ Iosu Mr 30 oct 2006 Extrad. tempo.

      Edité le : jeudi 29 mars 2007 Page 3 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      ORKOLAGA ETXANIZ Aintzane Me 352 351R Fleury F

      OTEGI ERASO Andoni Mr 3 433 Toulon

      OTEGI UNANUE Mikel Mr 344 088J D1 Fleury H

      OTEGUI ARRUGAETA Jose Maria Mr 279 240 D1 La Santé

      OTXOANTEZANA BADIOLA Jon Angel Mr 10 089 Clairvaux

      OYARZABAL CHAPARTEGUI Asier Mr 27 416 Nanterre

      OYARZABAL UBIERNA Anartz Mr 277 696 D1 La Santé

      PALACIOS ALDAY Gorka Mr 325 327S D1 Fleury H

      PAROT Jon Mr 8 613 Muret

      PERURENA PASCUAL Miren Argi Me 6 411 Rennes

      PIKABEA UGALDE Angel Mr 4 017 St Maur

      PRECIADO IZARRA Jon Kepa Mr 282 097 D2 La Santé

      QUINTANA ZORROZUA Asier Mr 354 993 N D3 Fleury H

      REGO SEBASTIAN Iñaki Mr 8739 Muret

      RIPOLL ESTARTA Iñigo Mr 286 792 bloc A La Santé

      RUBENACH ROIZ Juan Luis Mr 326 926E D5 Fleury H

      SAAVEDRA MARTINEZ Alberto Mr 67 294 Bois d'Arcy

      SAENZ OLARRA Balbino Mr 12 sep 2006 Extrad. Tempo.

      SÁEZ de EGILAZ MURGIONDO Carlos Mr 279 344 D1 La Santé

      SAEZ TOTORICAGÜENA Gabriel Mr 356 412E D5 Fleury H

      SAGARZAZU GAZTELUMENDI Ramón Mr 59 579 Gradignan

      SAGARZAZU GOMEZ Jose Cándido Mr 280 723 D1 La Santé

      SAINT-PÉE Jean-Marie Mr 15 187 Angoulême

      SALSAMENDI ABAD Zorion Mr 287 987 bloc A La Santé

      SAN SEBASTIAN Bernard Mr 355 143A D4 Fleury H

      SANCHEZ MENDAZA Peio Jon Mr 284 844 bloc A-330 La Santé

      SANTESTEBAN GOICOECHEA Pedro Ignacio Mr 907 151 D2-sud Fresnes H

      SEGUROLA MAYOZ Jose Francisco Mr 11 410c466 Poissy

      SEGUROLA QUEREJETA Joseba Mr 42 769 Osny

      SOMOZA CHAMIZO Lorena Me 339 546X Fleury F

      SORIA VALDERRAMA Inocencio Mr 39 468 Osny

      SUBIJANA IZQUIERDO Juan Carlos Mr 6 531 MA2 Seysses H

      TELLETXEA GOÑI Iñaki Mr 8850 Seysses H

      TROITIÑO CIRIA Jon Joseba Mr 920 169 D1-260 Fresnes H

      TURRILLAS ARANCETA Jose Luis Mr 11 181 Poissy

      UGARTEMENDIA ISASA Jose Manuel Mr 285 039 bloc B La Santé

      URIARTE DIAZ DE GEREŇU Eloy Mr 287 385A D1 La Santé

      Edité le : jeudi 29 mars 2007 Page 4 sur 5


 

 Nom Prénom Mr, ... No écrou Bâtiment Code-prison

      UZKUDUN LIZAUR Mikel Mr 281 461 D2 La Santé

      VALLEJO FRANCO Iñigo Mr 15 352 Villefranche-sur-

      Saône

      VICARIO SETIEN Gregorio Mr 05 avr 2006 Extrad. tempo.

      ZABALO BILBAO Luis Armando Mr 331 357W D5 Fleury H

      ZALDUA IRIBERRI Miren Itxaso Me 7 900 Seysses F

      ZAMAKOLA IBAIBARRIAGA Zorion Mr 9 401 Clairvaux

      ZUBIAGA BRAVO Manex Mr 339 676P D1 Fleury H

      ZUBIZARRETA LIZUNDIA Urtzi Mr 1 187 MAC Meaux

      ZURIARRAIN MENDIGUREN Naia Me 346 863B Fleury F

      Nombre total de prisonniers : 156

      Edité le : jeudi 29 mars 2007 Page 5 sur 5

21:51 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

28-03-07

CLEA

 

Rassemblement au Palais de Justice de Bruxelles
le mardi 27 mars à 9 heures                                        

Pour l’annulation du «procès DHKP-C»
palais1
Près de 200 personnes ont répondu “présent” [Lire notre Communiqué de presse, avec images] [Vidéo]

 


Ce mardi 27 mars, s’est déroulé la première audience en cassation du verdict prononcé en novembre 2006 dans le cadre du «procès DHKP-C». Le Clea (le Comité pour la liberté d’expression et d’association) avait appelé à un rassemblement à cette occasion à 9 heures du matin au Palais de Justice de Bruxelles afin d’exercer une pression citoyenne pour que le «procès DHKP-C» soit annulé, pour que le verdict condamnant Bahar Kimyongür et plusieurs militants d’origine turque soit cassé.

La presse en parle :

Le Soir - 27/03/2007 : Carte Blanche
De Standaart - 27/03/2007 : Carte Blanche
De Morgen - 27/03/2007 : Interview de Bahar Kimyongür à la prison de Nivelles le 24/03/2007
[1]  [2]
Le Soir - 28/03/2007  [1]  [2]
De Morgen - 28/03/2007

Soirée d'information et de mobilisation

Le CLEA (Comité pour la liberté d'expression et d'association) organisait une soirée d'information et de mobilisation : Mardi politique, le 27 mars 2007 au García Lorca, rue des Foulons, 47 à 1000 Bruxelles. Un nombreux public a participé activement à un débat très animé qui s'est poursuivi jusqu'après 23 heures.
Que penser du verdict en cassation dans le procès DHKP-C ?
Mardi 27 mars, au matin, la Cour de cassation aura rendu son arrêt? Deniz Demirkapi (épouse de Bahar Kimyongür), Jean Flinker (membre du CLEA), Manuel Lambert (juriste, Ligue des Droits de l'Homme) et un avocat des détenus de Nivelles et Bruges, ont fait le point : situation après la première audience à la Cour de cassation, comment continuer la mobilisation pour la libération de Bahar et de ses co-détenus, comment combattre les lois dites “antiterroristes”" qui menacent nos libertés?

Concert de soutien à Bahar Kimyongür

Le 28 mars, dès 16h et durant toute la soirée, au café «Het Groot Gevaar» (avenue de Jette 18 à 1081 Koekelberg) : Concert de soutien à Bahar Kimyongür (avec des nombreux groupes reggae, rock, hard rock…). Des interventions de membres du Clea et de la famille de Bahar sont prévues entre les concerts après 19 heures.


Soutenons Bahar Kimyongür et les autres condamnés, exigeons l'annulation du «procès DHKP-C» –un procès politique où des militants sont traités de terroristes.

 



•Six mois de prison pour avoir dit «Monsieur»
[Le Journal du Mardi 21/03/2007]
Comité de vigilance en matière de lutte contre le terrorisme (Comité T) :
•Rapport 2006

17:12 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

24-03-07

JPB

 

Le JPB > Pays Basque 2007-03-24
Un an après, tout un pays en quête de paix
·Aujourd’hui, jour pour jour, cela fait un an que le "cessez-le-feu permanent" annoncé par l’ETA le 22 mars 2006 est entré en vigueur

"Euskadi Ta Askatasuna [ETA] a décidé de déclarer un cessez-le-feu permanent à partir du 24 mars 2006. L’objectif de cette décision est d’impulser un processus démocratique au Pays Basque pour construire un nouveau cadre dans lequel soient reconnus les droits qui nous reviennent en tant que Peuple, et dans lequel soit garantie pour l’avenir la possibilité de développement de toutes les options politiques".

Un an après l’entrée en vigueur du "cessez-le-feu permanent" de l’ETA, les graines d’espoir que cette annonce avait semées dans cette terre basque tardent à pousser. Difficile de maintenir l’espérance face à un processus de dialogue beaucoup trop lent, où les pas ont été faits au goutte-à-goutte et dont les fondements ont été secoués par le séisme de l’attentat de l’ETA à l’aéroport de Barajas du 30 décembre et par la rupture officielle de tout dialogue qui s’ensuivit.

Pourtant, malgré les difficultés, les graines semées peuvent encore repartir, nourrie par le besoin. Le besoin de dépasser les souffrances liées au conflit est le meilleur des engrais dans ce type de processus, comme l’a déclaré à maintes reprises le leader irlandais du Sinn Féin, Gerry Adams. À cela il faut ajouter d’autres besoins.D’une part, celui du gouvernement socialiste de trouver une issue avant les élections législatives de 2008, puisque la paix est la pierre angulaire du mandat de José Luis Rodríguez Zapatero et il ne peut pas se permettre d’échouer. D’autre part, le besoin de la gauche abertzale de trouver une solution pour participer de plein droit dans la vie politique et pour mettre en place un cadre politique lui permettant de défendre son choix indépendantiste au-delà du statu quo.Et, enfin, peut-être le besoin le plus important, celui de la population basque et de la société espagnole qui ne demandent pas autre chose que la reprise du dialogue pour mettre un terme au problème.

Une majorité pour le dialogue

Un récent sondage réalisé par l’institut GESOP à la demande du quotidien catalan El Periodico de Catalunya montre à quel point la société est en quête de paix. Quelque 58,8% des personnes interrogées souhaitent voir relancer les pourparlers entre le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero et l’ETA, malgré l’opposition farouche du Parti Populaire. Certes, il s’agit d’un pourcentage bas par rapport à celui que les sondages montraient il y a un an (près de 80%).

Mais, tenant compte de la pression exercée par les médias de la droite contre le dialogue et par la droite même à travers des manifestations comme celles de Madrid et de Pampelune d’il y a quinze et huit jours, le fait que 60% de la société se dise favorable à la reprise des pourparlers avec l’ETA est extraordinairement significatif. Tout comme il est significatif que 55,1% des enquêtés pensent que le PP est responsable de l’accroissement des tensions politiques en Espagne, alors que seuls 18,3% des sondés imputent ce phénomène aux socialistes.

Tout cela montre l’existence d’un décalage entre les votants traditionnels de la droite, dont une grande partie serait favorable au dialogue, et les dirigeants du Parti Populaire, qui ne semblent pas disposés à mettre un terme à l’utilisation de la question basque en tant qu’arme électorale.

Dans ces circonstances, José Luis RodríguezZapatero, qui a réaffirmé sa "détermination intacte" à en finir avec le conflit basque, pourrait confronter avec beaucoup plus de tranquillité l’opposition du PP. Selon la presse madrilène, le locataire de La Moncloa attend un communiqué de l’ETA avant de relancer le processus de dialogue.

Il faut rappeler que dans sa revendication de l’attentat du 30 décembre, dont elle a déploré les morts, l’ETA avait affirmé que son cessez-le-feu restait "en vigueur". Mais cela ne suffit pas au gouvernement. Un nouveau communiqué, qui serait diffusé avant le 8 avril, journée de l’Aberri Eguna [jour de la patrie basque], annoncerait toujours selon les médias madrilènes un engagement "plus déterminé" de la part de l’ETA.

Au jour d’aujourd’hui, cette information n’est qu’une hypothèse basée sur une longue tradition.En effet, l’ETA ayant l’habitude de se manifester autour de la date de l’Aberri Eguna, il est logique d’espérer un communiqué avant le 8 avril d’autant plus qu’à cette date s’ajoute celle des douze mois depuis l’annonce du cessez-le-feu. Mais de là à affirmer que dans cette éventuelle déclaration l’organisation armée basque annoncerait un "abandon définitif de la lutte armée" comme l’annoncent certains médias, il y a de la marge.

La seule certitude aujourd’hui, c’est que l’ETA n’a pas encore donné son avis sur la proposition de la gauche abertzale sur la mise en place d’une double autonomie politique au Pays Basque nord et sud. Si un communiqué existe, il devrait très certainement se prononcer sur la question. Sur le reste, mystère. Et élucubrer sur ce que l’ETA pourrait annoncer ne sert qu’à vendre des journaux ou à augmenter l’audience.

La voie politique

Et alors que certaines rédactions bruissent de rumeurs sur l’imminence d’un communiqué de l’ETA qui "clarifierait" ou "modifierait la donne", le deuxième pilier du processus de paix, le dialogue entre les partis politiques, reste toujours bloqué. Les socialistes conditionnent la reprise du dialogue à une annonce de l’ETA concernant l’abandon définitif des armes. La direction du PNV, même en partageant cette position, estime que les contacts doivent se poursuivre en attente d’une déclaration de l’ETA sur l’"abandon définitif de la violence" permettant un "dialogue résolutif".Eusko Alkartasuna, tout en demandant une déclaration de ce type à l’ETA, espère davantage de pas du gouvernement espagnol.Tout comme la troisième formation du tripartite, Ezker Batua-IU qui propose la mise en place d’une commission mixte Vitoria-Madrid pour relancer le processus.

Enfin, Batasuna, qui a déclaré jeudi qu’"un scénario de non-violence multilatérale est absolument nécessaire pour rendre possible le dialogue et la négociation politique et surtout l’accord politique final", a appelé à avancer dans les pourparlers entre les partis politiques pour débloquer la situation actuelle.

"L’opportunité historique" d’obtenir la paix est "toujours ouverte", a affirmé le porte-parole Navarrais de Batasuna Pernando Barrena. Selon lui, "cela relève de l’ETA et du gouvernement [espagnol] de mettre en place un scénario de non-violence multilatérale" et "des partis politiques d’avancer vers un accord sur la solution politique du conflit".

Sans doute, le pessimisme est l’état d’âme le plus facile à adopter, surtout un an après la vague d’optimisme qui avait inondé tous les esprits du Pays Basque. Mais, s’il est vrai que la situation actuelle ne porte pas à l’optimisme, le fait que malgré tous les obstacles la majorité de la société soutienne la reprise du processus de paix est un élément d’espoir indéniable. Toutes les parties ont intérêt à répondre à cette demande.



Chronologie
22 mars. L’ETA déclare un "cessez-le-feu permanent" en vigueur à partir du 24 mars.

29 mars. Le juge Fernando Grande Marlaska écroue le leader de Batasuna Arnaldo Otegi et lui impose une caution de 250 000 euros.

1er avril. À l’appel du Forum de Débat National, des milliers de personnes manifestent à Bilbo en soutien d’un processus de paix.

7 avril. Arnaldo Otegi quitte la prison après avoir payé sa caution.

8 avril. Des femmes de toutes sensibilités politiques (sauf le PP) créent la plateforme Ahotsak.

14 juin. L’ETA exprime sa volonté de mener jusqu’au bout un processus de résolution du conflit.

20 juin. Plusieurs personnes sont arrêtées en Pays Basque nord et sud accusées d’appartenir au réseau financier de l’ETA.

29 juin . Le président Zapatero annonce solennellement le lancement d’un "dialogue" avec l’ETA, et insiste sur le "respect des décisions que prendront librement les citoyens basques".

6 juillet. Première rencontre symbolique entre le Parti socialiste d’Euskadi (PSE) et le parti de la gauche abertzale Batasuna.

Début août. Le prisonnier politique Iñaki de Juana Chaos entame une grève de la faim afin de dénoncer sa mise en examen pour deux articles d’opinion publiés dans la presse. Le parquet requiert 96 ans de prison.

20 août. Un groupe de personnes brûle un minibus à Donostia pour dénoncer la situation d’Iñaki de Juana Chaos. C’est le début de la reprise de la kale borroka.

Début septembre. Premières réunions informelles des partis basques en vue de trouver un préaccord sur le volet politique des négociations.

23 octobre . Un commando de l'ETA vole 350 armes près de Nîmes. Le président Zapatero prévient par la suite qu’il y aura des "conséquences". Gel des contacts entre partis basques.

24 octobre. La justice confirme l'inculpation d'Arnaldo Otegi et de 37 autres membres de Batasuna.

25 octobre. Le Parlement européen apporte son soutien au processus basque.

4 novembre. L’ETA prévient dans son bulletin interne de la rupture du processus faute "d'avancées visibles" de la part de Madrid.

6 novembre. M. Zapatero affirme que son gouvernement "ne fera pas de concession", c’est-à-dire pas de geste d’apaisement tel que pourrait l’être le rapprochement.

7 novembre. Après un jeûne de plus de deux mois, Iñaki de Juana Chaos rentre à nouveau en grève de la faim pour dénoncer sa condamnation à treize ans de prison pour deux tribunes libres.

11 novembre . Batasuna affirme que le processus se trouve dans une situation très grave.

29 novembre. Trois activistes présumés de l’ETA, dont le chef présumé de son appareil logistique, Zigor Garro Perez, interpellés à Quézac.

2 décembre. Arrestations de trois autres membres de l’ETA près d'Aurillac.

5 décembre. Pour Batasuna, dans les conditions actuelles le processus n’est pas viable.

9 décembre. Un dirigeant socialiste affirme que l’ETA n’était pas au rendez-vous de la réunion prévue dans un pays d’Europe avec des émissaires de Madrid au mois d’août.

12 décembre. Batasuna : "le processus est sur le point de couler".

13 décembre. M Zapatero assure qu’il fera les "gestes nécessaires à chaque étape", mais "pas de faux pas".

20 décembre. La presse annonce qu’une première réunion entre émissaires du gouvernement et de l’ETA a eu lieu le 14 décembre "dans un pays européen", information que Madrid a refusé de confirmer.

30 décembre. Attentat à l’aéroport de Madrid. Deux morts.

2 janvier. Le ministre espagnol de l’Intérieur Alfredo Pérez Rubalcaba affirme que le processus est "liquidé".

6 janvier. Le rassemblement auquel le Mouvement pro-amnistie devait annoncer ses contributions pour la résolution du conflit est interdit. La police autonomique charge et interpelle deux personnes. Quelques heures auparavant la Garde Civile avait arrêté l’animateur de Radio Pays Sébastien Bedouret.

8 janvier. Batasuna appelle l’ETA à "conserver intacts" les engagements du communiqué du 22 mars.

9 janvier. L’ETA revendique l’attentat et affirme dans un communiqué que son cessez-le-feu est pour autant maintenu.

11 janvier. Tout en condamnant l’attentat, le groupe de députés européens créé en soutien au processus, lance un appel pour "sauver la paix".

13 janvier. Des milliers de personnes à Bilbo à l’appel du lehendakari. Le thème de la manifestation "Pour la paix et le dialogue" est changé à la demande des socialistes pour éviter la participation de la gauche abertzale.

15 janvier. Lors d’un discours au Congrès, le chef du gouvernement espagnol appelle à un "grand consensus démocratique contre le dialogue".

19 janvier. Le Tribunal Suprême déclare les mouvements de jeunes Jarrai, Haika et Segi "organisations terroristes". Une vingtaine de jeunes sont incarcérés.

22 janvier. Nouvelle réunion entre le lehendakari Juan Jose Ibarretxe et des représentants de Batasuna.

3 février. Des milliers de personnes manifestent à Bilbo pour le dialogue à l’appel de la démarche Milakabilaka.

5 février. Début de la campagne de mobilisation du Collectif des prisonniers politiques basques.

6 février. Suivant la thèse selon laquelle "tout est l’ETA", le ministère public demande des peines qui totalisent 484 ans de prison pour la cinquantaine d’inculpés dans le macro-dossier 18/98.

13 février. Ouverture d’enquête au Tribunal supérieur de Justice du Pays Basque contre les dirigeants socialistes Patxi Lopez et Rodolfo Ares pour s’être réunis avec Batasuna.

24 février. L’Ertzaintza charge contre une manifestation de la gauche abertzale à Bilbo.

1er mars. Le prisonnier Iñaki de Juana Chaos est transféré dans un hôpital de Donostia et arrête sa grève de la faim.

3 mars. La gauche abertzale présente lors d’un meeting à Iruñea-Pampelune sa proposition d’un double cadre d’"autonomie politique" pour les trois provinces basques du nord d’une part et pour les quatre du sud de l’autre. Le tout dans une "perspective nationale".

6 mars. Alors que le PP l’accuse de "céder" face à l’ETA, M. Zapatero annonce au Congrès que son gouvernement "est en train de chercher un grand accord politique pour la vie en commun en Euskadi", pour "se mettre d’accord sur les principes essentiels d’un nouveau cadre politique".

10 mars. Manifestation à Bilbo en soutien des personnes inculpées dans le macro-dossier 18/98 dont le procès finit le 14 mars. À Madrid, la droite et l’extrême droite manifestent à l’appel du PP pour protester contre le transfert de Chaos.

17 mars. Manifestation à Iruñea-Pampelune à l’appel de l’UPN sous le thème "La Navarre n’est pas négociable". Toute l’opposition navarraise critique la mobilisation.


22:15 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

22-03-07

Bahar

Bahar3

 

 

Chères amies, chers amis,

Nous vous invitons à venir ce dimanche 25 mars dès 13h30 devant la prison de
Nivelles pour réclamer la "Liberté pour Bahar".

Comme Noam Chomsky, célèbre intellectuel américain ; comme Georges Debunne,
ancien secrétaire général de la FGTB et ancien président de la CES ; comme
Karin Resetaritz et d'autres parlementaires européens libéraux ; comme Josy
Dubié et Marie Nagy, parlementaires fédéraux Ecolo ; comme Georges-Henri
Beauthier, ancien président de la Ligue des Droits de l'homme ; comme des
milliers de citoyens en Belgique et ailleurs, vous êtes déjà très nombreux à
avoir signé l'appel « Liberté pour Bahar » sur le site du Comité pour la
liberté d'expression et d'association http://leclea.be

ATTENTION : cet appel est récent, n'est pas la pétition contre l?extradition
de Bahar vers la Turquie !
En effet, nombre d'entre vous ont signé au printemps 2006 cette pétition
lancée par le Clea. L'Etat belge avait tenté de remettre secrètement via les
Pays-Bas Bahar Kimyongür aux autorités turques. Heureusement, la Justice
hollandaise l'a relâché. Mais en novembre 2006, un tribunal gantois n'a pas
suivi l'avis hollandais et a condamné Bahar à 5 ans de prison ferme alors
qu'il n'a commis aucun acte délictueux ! L'appel « Liberté pour Bahar »
proteste contre cette condamnation en Belgique. Nous encourageons ceux qui
n'ont pas encore signé cet appel, en croyant qu'ils l?avaient déjà fait, à se
rendre sur notre site pour marquer leur solidarité avec Bahar, pour refuser
les attaques que subissent actuellement la liberté d'expression et
d'association.

Le 27 mars aura lieu, au Palais de Justice de Bruxelles, l'unique audience en
cassation du jugement prononcé à Gand à l'encontre de Bahar Kimyongür et
d'autres militants d'origine turque. Il est essentiel que ce jugement soit
cassé car il s'agit d'une décision créant une jurisprudence en vue de
criminaliser la contestation sociale en Belgique sous couvert de « guerre
contre le terrorisme ».

Dans ce cadre, pour rappeler que s'exprimer, s'organiser, contester n'est pas
du terrorisme ; pour montrer qu'on ne condamne pas en Belgique un citoyen
pour ses opinions ; le Clea vous invite à participer aux actions suivantes :

- Si vous réussissez à convaincre simplement une personne de votre entourage à
signer l'appel « Liberté pour Bahar » d'ici mardi, nous atteindrons le
chiffre impressionnant de 5 000 signataires avant l'audience en cassation. Il
s'agira d'un signal fort pour exiger la cassation du procès.

- Ce dimanche 25 mars, à 13h30 devant la prison de Nivelles : Rassemblement «
Liberté pour Bahar ».
Des personnalités francophones et néerlandophones rendront visite à Bahar
Kimyongür puis interpelleront la presse. Les personnalités suivantes seront
notamment là : Jean Bricmont (UCL) Lieven De Cauter (KUL), Stephan Galon
(FGTB), Anne-Theresa De Keersmaeker (chorégraphe), Eric Goeman (Attac
Vlaanderen et Democratie 2000)...
Le lieu de rendez-vous est le suivant : 4 avenue de Burlet, 1400 Nivelles (à
deux pas de la gare).

- Ce mardi 27 mars, à 9H au Palais de Justice de Bruxelles : Rassemblement «
Annulation du procès DHKP-C ».

Enfin, pour ceux qui ne pourraient vraiment pas se libérer pour ces
rendez-vous -et pour les autres également-, deux autres événements sont
prévus :

- Le 27 mars à 19H au Garcia Lorca (rue des Foulons 47 à 1000 Bruxelles) :
Café politique « Que penser du verdict en cassation du procès DHKP-C ? »

- Le 28 mars, dès 16H et durant toute la soirée, au café « Het Groot Gevaar »
(avenue de Jette 18 à 1081 Koekelberg) : Concert de soutien à Bahar Kimyongür
(avec des nombreux groupes reggae, rock...).

Toutes les informations au sujet de ces événements sont http://leclea.be

Soyez mobilisés, nous comptons sur vous, à bientôt, le Clea


 

21:26 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

21-03-07

Publicité et torture

Chronique de Paul Hermant

 

Chronique du lundi 26 février sur la RTBF Radio:

(..) quand je ne suis pas à la radio, j’écoute la radio. Et notamment cette nouvelle émission, Média première, (..) cette émission qui fait entendre les voix et les avis des auditeurs sur ce qu’ils pensent de ce qu’ils écoutent et de ce qu’ils voient.
Mon attention a été attirée, figurez-vous, par une trop courte discussion autour d’une publicité qui fait scandale ces temps-ci. Il s’agit de ce spot radio où l’on plonge et replonge un taux d’intérêt dans une baignoire tant qu’il n’avoue pas qui il est ni pour qui il travaille.
Et j’avais écouté un professeur du secondaire, en direct à l’antenne, s’inquiéter du passage d’un spot s’amusant de la torture, à un moment où disait-il, la violence pose question partout. (..) En studio, une dame a défendu la profession publicitaire. Elle nous a conseillé de «prendre un peu de recul» et «de ne pas percevoir les choses au premier degré». Elle nous a aussi mis en garde: «Ce n’est pas toujours facile en 30 secondes, de comprendre les choses. C’est pour ça qu’en radio, il faut de la répétition», a-t-elle dit. Hé bien, c’est ce que je vais faire, Sophie, je vais répéter. Je vais répéter les propos qu’a tenus le vice-président américain Dick Cheney, il y a seulement quelques mois, en octobre 2006. A un journaliste lui posant cette surprenante question: «Etes-vous d’accord qu’une trempette dans l’eau ne pose pas de problème de conscience si cela peut sauver des vies américaines ?», le vice-président fit cette réponse: «Ce n’est même pas la peine
d’y réfléchir, ça a été un outil très important pour rendre le pays plus sûr».
Et c’est vrai, ce n’est même pas la peine d’y réfléchir, quel plus bel hommage pouvait-on rendre à la banalisation de la torture et
au retour de la baignoire que de l’utiliser comme un argument publicitaire ? C’est du second degré? Mais dans le registre de torture, on a aussi la brûlure au second degré, par exemple, qui n’est pas mal non plus. (..) Je me demande parfois si le monde n’est pas trop complexe pour le comprendre en 30 secondes.

 

 

18:22 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

 

17:16 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Maialen in concert

 

http://www.itelebista.com/fr/video/1363

13:27 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Unai Romano

 

Voor wie een woordje engels begrijpt

 

http://www.youtube.com/watch?v=H9otlBYc6XE&mode=related&search=

 

Interview en anglais

12:58 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

IRULEGIKO IRRATIA

 

Le JPB > Pays Basque 2007-03-21
Large soutien à Irulegiko Irratia
·Le SNJ premier syndicat des journalistes, estime qu’"il faut relever les empreintes des gendarmes du Pays Basque"

Le Syndicat National des Journalistes s’associe au club de la Presse du Pays Basque pour dénoncer "la grossière intimidation, décidée par le Parquet de Paris", à l’encontre des dix journalistes et d’un stagiaire de la Radio associative en langue basque Irulegiko Irratia.

Le premier syndicat des journalistes en France rappelle que les membres de la rédaction d’Irulegiko Irratia ont été menacés de garde à vue, prise d’ADN et de photos s’ils refusaient ce relevé d’empreintes. "Explication des autorités : seul ce relevé pouvait les mettre hors de cause ! Il s’agit naturellement d’une pression judiciaire totalement inadmissible" souligne le SNJ.

"En imposant cette procédure, le Parquet de Paris réinvente le droit : ce n’est plus à la justice de faire la preuve d’un crime ou d’un délit, c’est au citoyen, quelle que soit sa fonction, de faire la preuve de son innocence. Dans ce cas, et sachant que l’enveloppe et le texte de la revendication ont été touchés par les gendarmes ainsi que par les magistrats, le SNJ demande que leurs empreintes soient également relevées" préconise le syndicat.

"Dans la société de soupçon général mise en place au Pays Basque par le Parquet de Paris, ce relevé, et lui seul, sera l’unique moyen de les mettre hors de cause" ajoute le syndicat dans son communiqué.

Soutien de LAB et de ELA

Le Syndicat LAB dénonce également "l’intimidation et la pression" envers la radio associative bas-navarraise en langue basque Irulegiko Irratia. Le syndicat s’interroge sur la façon de faire et sur le but recherché par le fichage de l'ensemble des salariés de la radio. "Nous tenons à dénoncer fermement ces agissements. Nous estimons qu’éthiquement, les journalistes n’ont pas à subir un tel examen. Nous l’interprétons comme une intimidation, une pression exercée sur eux par le pouvoir judiciaire" souligne LAB.

Le syndicat du Pays Basque sud ELA s’est également montré solidaire avec les journalistes d’Irulegiko Irratia "suite à l’action de la gendarmerie française qui a procédé au fichage de toute sa rédaction pour avoir diffusé un communiqué ayant revendiqué un attentat". ELA montre son indignation "face à la décision de la gendarmerie de Donibane Garazi, allant jusqu’à menacer les journalistes.

ELA considère inadmissibles les pratiques de cette nature, et, faisant siennes les dénonciations des travailleurs d’Irulegi Irratia, croit qu’éthiquement les journalistes n’ont pas de raison de souffrir un examen de cette nature, qui a pour seule fin l’intimidation et la mise sous pression de ces derniers. "Le fait que la gendarmerie ait choisi une radio associative en langue basque pour agir de la sorte, alors que les autres médias du Pays Basque ayant reçu des revendications du même genre n’ont pas été inquiétés, met en évidence encore plus, une tactique d’intimidation qui ne peut être acceptée" souligne le syndicat.

ELA a fait parvenir cette dénonciation à la Fédération Internationale des Journalistes et a appelé tous les professionnels du Pays Basque Sud à se solidariser avec les collègues d’Irulegi Irratia et à défendre les libertés individuelles et collectives des travailleurs des médias.

Inadmissible

Les salariés du Journal du Pays Basque expriment leur entière solidarité envers les salariés d’Irulegiko Irratia. En tant que professionnels de la presse, nous nous révoltons face à des procédures dignes d’un autre temps. Nous nous interrogeons sur les objectifs recherchés en s’attaquant à un média bascophone.

Tous les médias ont reçu un jour ou l’autre un communiqué anonyme. En revanche, c’est la première fois que les enquêteurs s’en prennent à des journalistes, en les obligeant à fournir leurs empreintes digitales, sous la menace d’une garde à vue. C’est inadmissible.

En s’en prenant aux médias, aux journalistes, l’autorité judiciaire s’attaque à la liberté d’information, à la liberté de chaque citoyen de pouvoir recevoir une information juste et contrastée.

Nous appelons tous ceux attachés à la démocratie et aux libertés à rester vigilants face à cette dérive.

Les salariés du JPB


09:27 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

BAHAR

 

Rassemblement au Palais de Justice de Bruxelles

le 27 mars à 9 heures.

Pour l’annulation du « procès DHKP-C » 
 

Mardi prochain, le 27 mars, se déroulera l’unique audience en cassation du verdict prononcé en novembre 2006 dans le cadre du « procès DHKP-C ». Le Clea (le Comité pour la liberté d’expression et d’association) organise un rassemblement à cette occasion à 9 heures du matin au Palais de Justice de Bruxelles afin d’exercer une pression citoyenne pour que le « procès DHKP-C » soit annulé, pour que le verdict condamnant Bahar Kimyongür et plusieurs militants d’origine turque soit cassé. 
 

De nombreuses raisons doivent inciter les citoyens et les militants en Belgique à se mobiliser pour ce rendez-vous très important. En effet, le « procès DHKP-C » est un procès test pour notre démocratie.

Au cours de cette affaire, les tribunaux belges ont utilisé la nouvelle loi « antiterroriste » inspirée par les législations élaborées suite aux attentats du 11 septembre par l’administration Bush. Des militants ont ainsi été condamnés à plusieurs années de prison en étant qualifiés de « terroristes » alors qu’ils n’ont commis aucun acte violent en Belgique, en Turquie ou ailleurs. Ce sont, en fait, des opposants politiques exprimant un point de vue contestataire à l’égard du régime d’Ankara qui ont été criminalisés ; ce qui menace la liberté d’expression, la liberté d’association et le droit à la contestation de tous les militants dans notre pays.

Dans ce procès très clairement politique, on a reculé très dangereusement les limites de l’Etat de droit et du procès équitable, au nom de la prétendue « guerre contre le terrorisme ». Cette affaire est l’expression d’une régression dangereuse : ce sont désormais les juges qui vont décréter ce que l’action politique se doit de faire… pour être raisonnable, efficace, légitime et tolérée. C’est intolérable ! 
 

Les avocats des condamnés dans cette affaire ont relevé pas moins de 19 irrégularités pouvant justifier la cassation de la décision du 7 novembre à Gand. Depuis la présence de l’Etat turc comme partie civile dans le procès jusqu’aux refus systématiques des juges concernant les demandes d’enquête complémentaire émises par la défense, en passant par l’atteinte manifeste à la publicité des débats ; les éléments ne manquent pas pour critiquer l’aspect formel de ce procès. 
 

Le Clea appelle les citoyens, les militants à venir massivement se rassembler au Palais de Justice de Bruxelles ce mardi 27 mars à 9 heures pour ensuite assister à l’audience où comparaîtront Bahar Kimyongür, Musa Asoglu, Sukriye Akar et Kaya Saz, quatre détenus politiques en Belgique.

Il est nécessaire de faire un effort pour être présent à ce rendez-vous historique. En effet, c’est la dernière occasion de s’opposer au jugement prononcé dans cette affaire. Si le verdict n’est pas cassé, la jurisprudence belge permettra aux tribunaux de condamner pour « terrorisme » tous ceux (syndicalistes, altermondialistes, pacifistes, anarchistes, communistes…) qui expriment une opinion contestataire et s’organisent pour la faire entendre.  

Soyons vigilants : avec un peu d’avance, si nous n’y prenons pas garde maintenant, Bahar Kimyongür et ses camarades… c’est nous ! 
 
 
 

Toutes les informations sur ce rendez-vous et sur les tenants et aboutissants des jugements prononcés dans « l’affaire DHKP-C » sont sur : www.leclea.be

09:21 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

18-03-07

 

 

Deze maand in MEERVOUD

 

 

Volkerenrubriek 

 

Baskenland: Iñaki De Juana beëindigt hongerstaking 

In de marge van het moeizame vredesproces in Baskenland, heeft de zaak Iñaki De Juana de laatste maanden voor heel veel spanningen gezorgd.

Voor veel Spanjaarden is Iñaki een monster.  Dit beeld wordt aangewakkerd door de propagandamachine van de neofranquistische partij Partido Popular (PP).  Vijfentwintig mensen heeft hij van het leven beroofd en nooit toonde hij berouw.  Iñaki De Juana is de inzet geworden van de machtsstrijd tussen de regerende sociaal-democraten (PSOE) en de oppositiepartij PP.  Allebei eisen zij het recht op om zich de radicaalste en de zuiverste antiterroristische partij te noemen.  Hun plat populisme straalt af op de buitenlandse media, die zonder verpinken het gekleurde jargon overnemen.

In Baskenland is Iñaki een held.  Met zijn hongerstaking bracht hij het ellendige lot van de meer dan 700 Baskische politieke gevangenen onder de aandacht.  Iñaki zou normaal in oktober 2004 vrijkomen, maar de Spaanse machthebbers zagen dit niet zitten.  Daarop begon hij op 7 augustus 2006 met een hongerstaking van 63 dagen.  Toen hij op 7 november werd veroordeeld tot dertien jaar cel voor uitspraken in de pers begon hij met een tweede hongerstaking.  Toen bleek dat hij doorzette, werd Madrid bevreesd voor de gevolgen.  Iñaki werd geboeid en onder dwang gevoed.  Eind januari stierf zijn moeder, hij had ze al sinds 2005 niet meer gezien en mocht niet naar de begrafenis.  Enkele dagen later publiceerde The Times aangrijpende foto’s van de uitgemergelde maar vastberaden hongerstaker.  Het protest in Baskenland groeide aan.  In een poging om de gemoederen te bedaren werd de straf van 13 jaar verminderd tot 3 jaar, maar Iñaki gaf geen duimbreed toe.  Eind februari wist Iñaki de voedingssondes te verwijderen en ging zijn gezondheid er zienderogen op achteruit.  Op 1 maart besliste de Spaanse regering in allerijl om Iñaki naar een ziekenhuis in Baskenland over te brengen, waarna hij huisarrest zou krijgen.  Toen het nieuws bekend werd dat Iñaki onderweg was naar Baskenland gingen sympathisanten langs de weg staan.  Enkele honderden mensen wachtten hem op in het ziekenhuis van Donostia.  Pas daar aangekomen gaf hij zijn hongerstaking na 115 dagen op.

Intussen roepen de neofranquisten moord en brand.  Ze organiseren grote betogingen en aarzelen daarbij niet om te goochelen met de cijfers over het aantal aanwezigen.  Vrede willen ze duidelijk niet, enkel de totale uitroeiing van het Baskische nationalisme kan hen tot bedaren brengen.

Tot slot willen we het beeld nuanceren van de gruwelijke seriemoordenaar Iñaki De Juana, dat ook in onze media is verspreid.  Van de 25 moorden waarvan hij is beschuldigd, zijn er 24 gepleegd tegen personen van het Spaanse repressieapparaat.  Het gaat om leden van de Guardia Civil, militairen, ...  Er is slechts één slachtoffer dat de Amerikanen in de categorie  ‘collateral damage’ zouden onderbrengen. 

Baskenland: ELB blijft de grootste in Iparralde 

In Frans-Baskenland of Iparralde staat de strijd voor eigen instituties hoog op de agenda.  Iparralde zit gevangen in één departement samen met het grotere Bearn, waardoor de Basken bijna steeds aan het kortste eind trekken.  In de landbouwsector is de Baskisch-Occitaanse tegenstelling misschien wel het grootst.  In Iparralde is Euskal herriko Laborarien Batasuna (ELB) de grootste boerenvakbond die ijvert voor een duurzame landbouw.  In het Occitaanse Bearn - waar grootschalige landbouw overheerst - is de Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de baas.  Door een niet-evenredige zetelverdeling is ELB nauwelijks vertegenwoordigd in de departementale landbouwkamer.  Daarom werd er op initiatief van ELB in 2005 een eigen Baskische Landbouwkamer opgericht, die niet erkend wordt door Parijs.

Eind januari werden er verkiezingen gehouden voor de departementale landbouwkamer.  FDSEA zette alles op alles om ELB de grond in te boren, maar dat lukte niet.  Omdat de telling van de stemmen departementaal verloopt, is het niet mogelijk om precies te weten hoeveel stemmen ELB behaalde in Iparralde.  Volgens berekeningen van ELB behaalden ze 51,4 % (51,5 % in 2001) van de stemmen.  Door te goochelen met de participatiegraad, doet de FDSEA daar nog een aantal procenten van af.

Wat er ook van moge zijn, ELB heeft stand gehouden tegen een ongenadig offensief van de agro-industrie en het Franse establishment.  Nu ggo’s (genetisch gemanipuleerde organismen) met alle mogelijke middelen over het Franse platteland worden verspreid, is het syndicale werk van organisaties als ELB meer dan welkom. 

Baskenland kort 

Vakbondsverkiezingen

De afgelopen maanden zijn er in Spaans- of Zuid-Baskenland vakbondsverkiezingen geweest.  ELA, LAB, CCOO en UGT zijn daarbij de grote spelers.  ELA en LAB zijn links-nationalistische vakbonden terwijl CCOO en UGT een Spaanse stempel dragen.

Ondanks een felle campagne tegen de Baskische vakbonden hielden zij toch stand.  In de Baskische Autonome Gemeenschap ging ELA er met 40,70 % licht op achteruit in vergelijking met de verkiezingen van 2002 toen ze een historische 41,35 % neerzetten.  In Nafarroa is er opnieuw een lichte winst voor ELA: 21,48 %.  LAB groeit lichtjes in de BAG (16,75 %) en Nafarroa (12,28 %).  Aan Spaanse zijde gaat de UGT er op achteruit ten koste van de communistische CCOO.  Enkel in Nafarroa hebben de Spaanse vakbonden een meerderheid. 

Sébastien Bédouret vrijgelaten

Op de terugweg van een solidariteitsmeeting voor de Baskische politieke gevangenen in Donostia werd Sébastien Bédouret op 6 januari gearresteerd door de Guardia Civil.  Bédouret is een medewerker van de Parijse zender Radio Pays die zich richt tot de ‘nationale minderheden’ in Frankrijk.  In de bagage van Bédouret werd een tijdschrift gevonden dat ruim verspreid wordt in Baskenland, namelijk ‘Zutabe’, het tijdschrift van ETA.  Ondanks zijn Franse nationaliteit werd Sebas flink aangepakt door de Spaanse ordehandhavers (zie daarvoor onze weblog op www.meervoud.org).  Hij werd overgebracht naar Madrid en opgesloten.  Eind januari werden de kantoren van Radio Pays in Parijs doorzocht door de politie.  Op 9 maart werd Sebas vrijgelaten.

Vlamingen die sympathie hebben met Baskenland zijn weer maar eens gewaarschuwd.  De Spaanse staat is niet gelukkig met buitenlandse pottenkijkers en is niet te beroerd om iemand drie maanden vast te zetten en te mishandelen.  Democratie op z’n Spaans, het kan een hele ervaring zijn! 

 

Wie eens een echt, gedrukt exemplaar van Meervoud wil uitproberen (dus met àlle artikels, inclusief foto's), en niet in het buitenland woont, kan een gratis proefnummer aanvragen. U doet uzelf - en ons - natuurlijk nog meer plezier met een heus abonnement. Meervoud VZW overleeft dankzij haar abonnees, en wil dat graag zo houden. Alvast hartelijk dank!

http://www.meervoud.org/index.php?blz=proefnabo&type=...

Een jaarabonnement (10 nummers) kost 25 euro (binnenland) of 40 euro (buitenland). Steunabonnement: 40 euro (binnenland) of 50 euro (buitenland), te storten op het rekeningnummer 001-2384501-26 van VZW Meervoud bij Fortis Bank.

Wie uit het buitenland betaalt gebruikt, om onnodige kosten te vermijden, best de volgende gegevens:
Naam van de bank: Fortis Bank
BIC (Bank Identification Number), ook gekend als SWIFT-code: GEBABEBB
IBAN (International Banking Account Number): BE59 0012 3845 0126

Abonnees uit Nederland kunnen ook storten op rekening 86.49.11.068 van de SNS-bank te Maastricht.
 

 

 

 

21:25 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

"Handelaars in nieuws"

 

Handel in nieuws: een stand van zaken 


Politieke Avond met Freddy de Pauw over de toenemende handel in nieuws 


 

Dinsdag 27 maart 2007 van 19u00 tot 21u00

Vlaams Huis, Drukpersstraat 20, 1000 Brussel 


 

Toegang: gratis (meer informatie: 02/22.33.140) 


 

In 2005 verscheen bij het Davidsfonds het boek ‘Handelaars in nieuws’ van Freddy de Pauw.  Hoewel hij niets nieuws vertelde als hij het had over de toenemende commercialisering van de media, was zijn boek toch ontluisterend.  Met tal van voorbeelden schetste hij de mechanismen die achter de moderne media schuilgaan.  Geïllustreerd met citaten beschreef hij hoe mediamagnaten over hun mediakanalen denken.  Aan het einde van het boek was het beeld van de objectieve media flink bijgespijkerd.

Op de Politieke Avond komt het verhaal van het boek aan bod en worden aanvullingen gegeven uit de actualiteit.  Zorg dat je erbij bent! 

Freddy de Pauw was jarenlang buitenlandjournalist voor De Standaard.  Tegenwoordig lees je hem op www.uitpers.be, dé Vlaamse nieuwswebstek voor buitenlandse berichtgeving. 
 

20:50 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

17-03-07

in Journal du Pays Basque

 

La Gendarmerie fiche toute la rçedaction d-Irulegiko Irratia
·10 journalistes et une stagiaire int çetçe contraints de fournir leurs empreintes digitales sous peine de garde ÷a vue

Le Club de la Presse rçeunissant plus de 100 journalistes professionnels de Pay Basque nord se dit "indignçe" par la fichage

Le Club de la Presse du Pays Basque, association réunissant une centaine de journalistes professionnels radio, télévision et presse écrite, soit la quasi totalité des journalistes travaillant en Pays Basque nord, ainsi que les communicants des entreprises et institutions les plus importantes du Pays Basque et de la région, a fait part de sa "stupéfaction" et de son "indignation" face à la décision de la gendarmerie de Saint-Jean-Pied-de-Port, agissant sur instruction de la section de recherches de la gendarmerie de Pau, de faire procéder le mois dernier sous convocation du parquet de Paris aux relevés d’empreintes digitales des dix journalistes et d’une stagiaire de la rédaction de la radio associative bas-navarraise en langue basque Irulegiko Irratia.

"La raison invoquée par la gendarmerie était que tous ayant pu manipuler un communiqué reçu par la poste fin octobre de l’an dernier et revendiquant un attentat, relever leurs empreintes était le seul moyen de les mettre hors de cause dans le cadre de l’enquête qui avait été ouverte à cette occasion. En cas de refus les journalistes avaient été menacés d’être placés en garde à vue avec prise d’empreintes digitales et génétiques et de photos" informe le club de la presse.

Les journalistes d’Irulegiko Irratia qui au début de cette affaire avaient remis, à sa demande, à la gendarmerie le communiqué de la revendication ainsi que l’enveloppe dans lequel il leur avait été adressé ont souligné dans une déclaration commune: "Nous tenons à dénoncer fermement ces agissements... Nous estimons qu’éthiquement, nous n’avons pas à subir un tel examen. Nous l’interprétons comme une intimidation, une pression exercée contre nous par le pouvoir judiciaire".

Une première

Le Club de la Presse se dit "entièrement solidaire" de ses collègues. Il souligne que le fait que la gendarmerie ait choisi une radio associative pour agir de la sorte alors même que les autres médias du Pays Basque qui auraient reçu la même revendication "n’ont pas été inquiétés, relève à l’évidence d’une tactique d’intimidation qu’il n’est pas question de laisser passer".

En outre, l’association constate que, poussée jusqu’au bout de sa logique, cette tactique de la gendarmerie "permettrait de ficher sous le couvert d’enquêtes en cours tout journaliste qui aurait reçu directement ou indirectement un communiqué ayant trait à un fait divers ou à un fait de société quelconque concernant aussi bien la vie politique que les activités associatives, culturelles voire sportives". "C’est une dérive qu’il faut dénoncer au nom justement de la liberté d’informer sans être sous la menace d’un fichage systématique", souligne encore le club de la presse.

En outre, le Club de la Presse du Pays Basque appelle tous les journalistes "et au-delà toutes les organisations de la profession à l’échelle locale, nationale et européenne ainsi que toutes les personnes attachées aux libertés individuelles, à rester vigilants et à se mobiliser si de tels faits venaient à se reproduire".

10:16 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

15-03-07

 

 

Dossier d'information sur la 14e section anti-terroriste de Paris et
les outils répressifs de l'Etat français

 

http://www.askatasuna-uztaritze.org/dossier_fr/14-section...

 

30 ANS DE RÉPRESSION EN EUSKAL HERRIA

 

http://www.askatasuna-uztaritze.org/actualites/30ans-de-repression-2007/30ans-repression-01-2007.htm

 

13:32 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

13-03-07

DIWAN

 

 

 


11:25 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

 

 

Manifestation contre la Guerre, dimanche 18 mars.
Rendez-vous dès 13h en face du podium, gare du Nord.
Venez nombreux dans le bloc du Clea


Le Clea participera, ce dimanche 18 mars, à la manifestation internationale
contre la guerre, avec tous les citoyens qui crient leur colère et leur
révolte contre Bush et ses complices.
Le Clea organise un bloc au sein de la manifestation anti-guerre, sous le mot
d'ordre : « Non à la guerre, non aux lois antiterroristes, libérez Bahar ».
Nous appelons les militants pacifistes à nous y rejoindre.

La guerre mondiale « contre le terrorisme » a également lieu chez nous, en
Belgique.
L'Etat belge soutient le gouvernement américain non seulement en envoyant des
soldats en Afghanistan et comme membre de l'Otan mais aussi en causant des
victimes dans notre propre pays.

Terroriste, vous l'êtes déjà mais vous ne le savez pas
Vous en doutez ? Bahar Kimyongür a été condamné le 7 novembre dernier à Gand à
5 ans de prison ferme alors qu'il n'a commis aucun délit. A cause de la
nouvelle loi « antiterroriste » adopté par la Belgique en 2003 et directement
inspirée par les nouvelles lois américaines, exprimer un point de vue
contestataire et s'organiser pour être en mesure de diffuser ses idées à
grande échelle est désormais passible de plusieurs années d'enfermement.

Bahar Kimyongür a été condamné avec d'autres opposants politiques d'origine
turque, alors qu'ils n'ont commis aucun acte de violence, en étant qualifiés
de « terroristes ». La signature sous ce jugement, c'est celle de G. W. Bush.

Parce qu'ils s'opposaient à la tutelle américaine sur la Turquie, à la guerre
en Irak et au Moyen-Orient, des militants se trouvent actuellement en prison
dans notre pays.

Rejoignez le bloc du Clea dès 13h en face du podium à la gare du Nord.
Calicots, pancartes, affiches, chants et mots d'ordre vous y attendent. Pour
les retardataires, vous pouvez retrouver le Clea dans le cortège grâce au
grand calicot avec la photo de Bahar.
La guerre de Bush se déroule aussi en Belgique. S'opposer à la guerre de Bush
en Belgique passe par la défense de Bahar Kimyongür et de ses camarades.
Mobilisons-nous avant que nous, militants pacifistes, soyons les prochaines
victimes belges de la guerre « contre le terrorisme ».

 

09:38 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

12-03-07

Maïalen ERROTABEHERE

 

"Bonsoir à tou(te)s...

 

Maïalen ERROTABEHERE que nous avons eu le plaisir de voir 2 fois à PLOEMEUR, sera en concert à DONOSTI/St Sébastien le jeudi 15 mars à 19h30... Ce concert sera retransmis en direct sur internet !

 

Toutes les infos sur le site de mon émission : http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr

 

@+

 

ALAIN"

 

 

 

 Donderdag 15 maart, geeft Maïalen ERROTABEHERE een concert in Donosti. Trouwe luisteraars van "Balade en Pays Basque" kennen haar. Het concert is te volgen via Internet

op  http://www.gipuzkoakultura2.net/kmk-zuzenean.php om 19u30

 

22:06 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

11-03-07

LIBRE - VRIJ

7-picture1

 

SEBASTIEN LIBRE !
Sébastien a été libéré ce soir vers 21h.
Radio Pays
Sa libération était imminente dès ce matin. Moyennant caution, Sébastien a pu sortir de sa détention madrilène et prendre un train de nuit pour Paris.
Il retrouve sa compagne et son fils Gaby, né alors qu'il était encore incarcéré.

Toutes les équipes de Radio Pays se réjouissent de cette libération et remercient toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour le soutenir pendant deux mois de "captivité".
C'est à présent à lui de vous donner rapidement de ses nouvelles.

Mais notre station reste mobilisée pour continuer à soutenir tous ceux qui sont encore aux prises d'une justice partiale et répressive en France comme en Espagne.

 

10:56 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

08-03-07

SPBL

 

Solidaires du Peuple Basque en lutte

148 ave Jean Lolive

93500 PANTIN

 

Paris 4 mars 2007

 

 

Cabinet du Premier Ministre

57, rue de Varenne

75700 PARIS

 

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

Nous voudrions attirer toute votre attention sur la situation de Jesus Maria  ZABALA MUGIRA, prisonnier politique basque, qui aura accompli l’intégralité de sa peine le 8 mars prochain et qui doit donc être libère dans la mesure où il ne fait l'objet d'aucune requête de la part de l'État espagnol..

 

Compte tenu de ce qui s’est passé dans les cas similaires précédents, nous craignons que cette personne soit expulsée et remise sans son accord à la Guardia Civile à une des frontières avec l'État espagnol. Cette pratique qui « impose le pays d’accueil à l’expulsé » est illégale, et a été condamnée, à chaque fois qu'elle a pu être jugée par les tribunaux administratifs français. En dépit de ces condamnations, cette pratique perdure en toute impunité dans l’indifférence générale comme dans celle de ceux désignés pour faire appliquer la loi

 

Le gouvernement de l’État français, dans le déni de la question basque n’a, à ce jour, fait aucun signe pour montrer une quelconque volonté d’arriver à une paix durable au Pays Basque et persévère dans cette attitude.Il manifeste ainsi son choix de préférer le maintien du statu quo avec des conséquences qu’il ne cesse de condamner par ailleurs, plutôt que de rechercher une solution politique à un problème de nature strictement politique.

 

Nous exigeons que les droits de Jesus Maria ZABALA MUGIRA soient respectés et que le gouvernement français s'engage dans ce sens.

Nous exigeons le respect de la loi et des traités internationaux.

 

Liberté pour Jesus Maria ZABALA MUGIRA

 

23:05 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

DHKP-C

 

 

arton55-200x134

 

 

Ce 27 mars se tiendra l'unique audience en cassation du verdict rendu à Gand
dans le cadre du « procès DHKP-C ».

Mobilisez dès maintenant autour de vous, notez ce rendez-vous dans vos
agendas : le Clea (le Comité pour la liberté d'expression et d'association)
organise un vaste rassemblement le 27 mars, dès 9 heures, au Palais de
Justice de Bruxelles.

Soutenons Bahar Kimyongür et les autres condamnés, exigeons l'annulation du «
procès DHKP-C » -un procès politique où des militants sont traités de
terroristes-.

Vous trouverez, en attaché, tous les arguments expliquant la menace que fait
peser ce verdict à l'encontre de tous les militants en Belgique. Réagissons...

D'autres informations se trouvent sur le site internet :
http://leclea.be

A bientôt...



21:49 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

06-03-07

SEGI

 

Woordvoerder Baskische jongerenorganisatie SEGI bezoekt Nederland

Amsterdam – De Baskische jongerenorganisatie SEGI komt op zondag 11
en maandag 12 maart naar Nederland om steun te zoeken bij Nederlandse
organisaties in haar strijd tegen de repressie in Spanje en Baskenland. Op
zondag 11 maart is er een informatie-avond in Vrankrijk, Spuistraat,
Amsterdam. Zie onderaan voor details.

*** Zondag 11 maart, Vrankrijk, Spuistraat 216, Amsterdam. 21.30 zaal
open. 22.00 begin. Voertaal Engels***

SEGI is de grootste en meest radicale linkse jongerenorganisatie van
Baskenland. Op door hen georganiseerde politieke festivals komen,
ondanks tegenwerkingen van de Guardia Civil, jaarlijks minstens 20.000
jongeren af, en de club is actief op allerlei sociale en politieke terreinen,
zoals antimilitarisme, dienstweigeren, milieu, feminisme, werkloosheid
onder jongeren, arbeidsrechten, recht op zelfbeschikking van
Baskenland, tegen marteling, etc.

SEGI is op 27 december 2001, met instemming van de 15 Europese
lidstaten, waaronder dus ook Nederland, in de groepenlijst van
terreurorganisaties in Europa, opgenomen. Op het moment dat die lijst
werd bekendgemaakt, was SEGI echter niet verboden. SEGI is altijd in
volledige openheid opgekomen voor de rechten van de jongeren in
Baskenland. Op 5 februari 2002 besloot de Spaanse onderzoeksrechter
Baltasar Garzón om SEGI dan toch per decreet te verbieden in Spanje.

SEGI zou deel uitmaken van het ‘de wereld van ETA’, de beschuldiging
die bijkans tegen iedereen die politiek kritisch tegenover het Spaanse
staatsbeleid staat, gebruikt wordt en ETA zou de SEGI-jongeren
recruteren voor de gewapende strijd. Uit onderzoek, dat ter sprake kwam
in een uitzending van NOVA (naar aanleiding van het laatste bezoek van
SEGI aan Nederland in 2003 (1)), bleek echter dat er nauwelijks sprake
was van doorstroming van SEGI naar ETA.

Uiteindelijk worden na het proces in juni 2005 onverwacht 12 leden van
SEGI vrijgelaten, al werden ze wel tot 4 jaar cel veroordeeld. Ze zaten
echter al 4 jaar in voorarrest, niet ongebruikelijk in Spanje. Er waren geen
bewijzen dat ze geweld hadden gebruikt en waren geen wapens bij hen
aangetroffen. Wel wordt SEGI als ‘onwettige’ organisatie bestempeld,
maar niet als ‘terroristisch’.

In november 2006 wordt dan, op aandringen van de aan de ultra rechtse
Partido Popular gelieerde ‘Vereniging van Slachtoffers van het
Terrorisme’ (AVT) het proces tegen SEGI heropend; het Spaanse
ministerie van justitie was niet tevreden met de uitkomst van eerdere
processen, waarin SEGI niet als terroristische organisatie en onderdeel
van ETA werd weggezet. Nu zouden ze tot elf jaar gevangenisstraf
moeten worden veroordeeld, aldus het ministerie in haar eis voor het
Spaanse Hooggerechtshof.

Op 19 januari 2007 behandelde het Spaanse Hooggerechtshof het beroep
van de ‘Vereniging Slachtoffers van het terrorisme’ (AVT) in de zaak
tegen SEGI. Nu krijgt de AVT haar zin en worden de 3 organisaties (ook
SEGI’s voorlopers Jarrai en Haika) als ‘behorend tot een terroristische
bende, organisatie of groep’ definitief veroordeelt. Direct wordt tegen 23
jongeren een opsporingsbevel uitgevaardigd omdat ze nu tot 6 jaar
gevangenisstraf kunnen worden veroordeeld. In de dagen na het vonnis
worden Igor Ortega, Amaia Arrieta, Olatz Carro en Iker Frade opgepakt.
Ook is er een internationaal arrestatiebevel uitgevaardigd tegen leden
van SEGI.

De situatie in Baskenland, met een haperend, zo niet dood vredesproces,
verkwanseld door de PSOE-regering en opgeblazen door ETA, vraagt
meer dan ooit om een politieke oplossing van het conflict; in de visie van
het Baskenland Informatie Centrum het respecteren van het recht op
zelfbeschikking van Baskenland. Onderdeel van het proces richting een
politieke oplossing is in onze ogen het stoppen van de repressie richting
de linkse Baskische onafhankelijkheidsbeweging. Daarnaast zullen er,
zoals voorgesteld in de vredesbesprekingen, twee paden moeten worden
bewandeld. ETA onderhandelt met de Franse en Spaanse regering over
het inleveren van wapens en de overplaatsing van Baskische politieke
gevangenen naar Baskenland, de politieke partijen vormen een ‘ronde
tafel’ om een referendum over de politieke status van Baskenland voor te
gaan bereiden.

Beide opties moeten nieuw leven worden ingeblazen. Vandaar dat het
Baskenland Informatie Centrum ruimte geeft aan een insider in het
conflict, in dit geval SEGI, om haar verhaal te vertellen en een politieke
toekomst van Baskenland te schetsen en zo activisten in Nederland te
interesseren in een politieke oplossing van het conflict. En om het
initiatief van BIC, de petitie ter ondersteuning van het vredesproces, te
steunen.

Voor meer informatie:
www.baskinfo.org en
www.vredesprocesbaskenland.nl

Baskenland Informatie Centrum (BIC)
Postbus 2884 3500 GW Utrecht
info@baskinfo.org

(1)
http://www.novatv.nl/index.cfm?fuseaction=videoaudio.details&reportag
e_id=1797


Vervolging van SEGI

Op 6 en 7 maart 2001 worden 15 mensen van Haika gearresteerd en in
staat van beschuldiging gesteld. Op 1 mei 2001 wordt Haika (en ook
Jarrai) illegaal verklaard door onderzoeksrechter Garzon “als integraal
onderdeel van dezelfde terroristische organisatie die de ETA leidt en die
wordt gecomplementeerd door KAS-EKIN.” Belangrijk onderdeel van de
bewijsvoering wordt bepaald door het feit dat ex-leden van deze
jongerenorganisaties later gearresteerd worden op verdenking van
betrokkenheid bij of actieve deelname aan aanslagen van de ETA en dat
gewelddadige acties samen zouden gaan met bijeenkomsten van de
organisaties. Op 16 juni 2001 wordt dan SEGI als Baskische
jongerenorganisatie opgericht.

De voormalige Minister van Binnenlandse Zaken Rajoy verklaarde in
oktober 2001 dat ETA, Batasuna en SEGI één en dezelfde groepering zijn.
SEGI wordt gezien als kweekvijver voor  ETA activisten en daarom
beschouwt de Spaanse overheid SEGI als de jongerentak van de ETA.
Het Spaanse openbaar ministerie verdenkt SEGI en voorheen Haika en
Jarrai ervan de organisatorische kern te vormen van het straatgeweld (de
Kale Borroka) door middel van het verstoppen van molotovcocktails,
zwavelzuur en maskers in vuilniscontainers om deze tijdens feesten en
manifestaties te gebruiken. Onderzoeksrechter Baltasar Garzon gaat zelfs
een stap verder. Volgens hem is SEGI sinds eind 1999 toen de ETA een
eind maakte aan een wapenbestand de ‘kraamkamer van de ETA’. Op 5
februari 2002 wordt SEGI bij wege van voorlopige maatregel verboden in
Spanje, omdat de beweging een voortzetting zou zijn van de verboden
organisaties Jarrai en Haika. En curieus, eerder al, op 27 december 2001
wordt SEGI met instemming van alle Europese lidstaten op de lijst van
terroristische organisaties geplaatsts.

Openbaar Aanklager Enrique Molina van het Audiencia Nacional in
Madrid eist op 4 januari 2005 bij elkaar 654 jaar gevangenisstraf voor de
42 aangeklaagde jongeren van Jarrai-Haika-SEGI. Volgens Molina zijn de
jongeren, die allemaal openbare functies bekleedden bij hun organisaties,
‘leden’ of ‘medewerkers’ van ETA en dat leidt hij af uit het feit dat de
organisaties dezelfde doelen hebben en zelfs een ‘financiële eenheid’
vormden.

Op maandag 7 februari begint in Madrid het monsterproces. Het proces
moet in sneltempo worden afgeraffeld want in maart verloopt de 4-jaren
termijn van voorarrest voor 6 jongeren. Negentien anderen zitten al 3 jaar
in voorarrest. Tien jongeren hebben besloten, gezien de te verwachten
straffen van tussen de 10 en 112 jaar, onder te duiken. De verdediging
heeft door het tempo nauwelijks tijd om gefundeerd in te gaan op de
stapels beschuldigingen die de openbaar aanklager heeft neergelegd.
Absurd is het gegeven dat SEGI in het Franse deel van Baskenland nog
altijd legaal opereert, dat Frankrijk de uitlevering van 3 leden van SEGI
aan Spanje heeft geweigerd en dat de Spaanse overheid geen enkel
bewijs kan leveren voor haar beschuldiging dat SEGI een onderdeel van
ETA zou zijn. Kafka-esk is de situatie van Asier Tapia, die als het aan de
Spaanse justitie ligt, voor 112 jaar gaat worden opgesloten. Hij had in
maart 2001 op een persconferentie de arrestatie van 15 vermeende Haika-
leden veroordeeld en opgeroepen om op de repressie te reageren. De
Spaanse justitie heeft daarvan ‘aanstichting tot gewelddadige actie’
gemaakt en hem 22 acties met ‘terroristische schade’ in de schoenen
geschoven. Als klap op de vuurpijl eist de Asociacion de Victimas del
Terrorisme (AVT), een mantelorganisatie van de Partido Popular, die eind
januari nog demonstreerden met leuzen als ‘Een verenigd Spanje kan
nooit verslagen worden’ en ‘We zullen Spanje blijven volgen tot de
dood’, enfin, deze organisatie dus, 336 jaar extra voor de jongeren
vanwege een ‘daad van genocide’ tegen ‘iedereen die niet voldeed aan
de nationaal-terroristische dictaten van Baskenland’. De advocaten van
de jongeren klagen de gang van zaken aan bij de Baskische commissie
voor mensenrechten, bij de Baskische minister van justitie, natuurlijk
gaan ze in beroep bij het Hof zelf en ze hebben ook een beroep ingesteld
bij de vereniging van Europese advocaten. Het proces gaat de hele week
door en staat bol van onregelmatigheden, tot aan de tolk aan toe, die
voortdurend verkeerd uit het Baskisch vertaald. De aangeklaagden zitten
in een glazen kooi, wat het in mensenrechten vastgelegde recht van
contact tussen advocaat en verdachte gedurende het proces onmogelijk
maakt, er worden geen individuele aanklachten geformuleerd, ook zo’n
peiler van de rechtsstaat. Er wordt voornamelijk geredeneerd in de trant
van persoon A is van SEGI, SEGI is de opvolger van Haika, Haika was de
voortzetting van Jarrai, Jarrai was op een gegeven moment één van de
organisaties binnen KAS, en KAS werd zogenaamd gecontroleerd door
ETA. Dus persoon A is van ETA, ook al was-ie nog niet eens geboren
ten tijde van het bestaan van KAS.

Op 20 februari roept openbaar aanklager Enrique Molina dan wat
getuigen op die zijn zaak moeten onderbouwen; zo had Imanol Iparragirre
in 1995 tegen de Guardia Civil verklaard van zowel KAS als Jarrai lid te
zijn geweest, daarmee Molina’s these van Jarrai’s gehoorzaamheid aan
KAS onderbouwend. Ipparragirre echter verklaarde dat zijn getuigenis
toentertijd onder folter van de Guardia Civil tot stand was gekomen en
klaagde uitgebreid die praktijken aan bij de huidige rechter. Op 5 maart
moeten dan Olatz Dañobeitia, Olatz Karro, Garazi Biteri, Ugaitz Elizaran,
Igor Ortega en Garikoitz Etxeberria worden vrijgelaten omdat hun 4 jaar
voorarrest erop zit. Het beroep van de openbaar aanklager die ze nog 126
dagen extra binnen wil houden, omdat de verdediging bewust vertraagd
zou hebben, wordt afgewezen. De 6 moeten zich elke dag bij het
politiebureau in hun woonplaats melden en mogen Spanje niet uit reizen.

Op 26 april worden onverwacht 12 mensen vrijgelaten. De meesten van
hen zaten al 4 jaar vast, maar konden uiteindelijk niet veroordeeld
worden. Het bleek dat het bewijs dat ETA Jarrai had opgericht voor een
deel bestond uit documenten van 30 jaar oud en op illegale
aftappraktijken van de telefoons van de kantoren van de
jongerenorganisaties; bovendien verklaarden alle getuigen, inclusief
Jose Luis Alvarez Santacristina, die ETA de rug toekeerde, dat Jarrai
nooit onder ETA-gezag heeft gestaan. Eén van de belangrijkste
documenten om de link tussen SEGI en ETA te onderbouwen, zou bij een
huiszoeking bij hem in 1992 zijn gevonden. De datum op die documenten
is echter uit 1993. En zo ging het maar door.

Op 20 juni wordt er dan door de vierde Kamer van het Spaanse Nationaal
Gerechthof uitspraak gedaan. Ze besluit dat de jongerenorganisaties
ideologisch wel dicht bij ETA staan, maar dat er geen wapens worden
gebruikt en dat er dus van terrorisme geen sprake is. Wel worden 16
jongeren veroordeeld wegens lidmaatschap van een ‘illegale organisatie’
en krijgen 3,5 jaar cel, 8 jongeren 2,5 jaar wegens ‘actief lidmaatschap’, 4
werden vrijgesproken en 5 al eerder vrijgelaten. Omdat de uitgesproken
straffen lager zijn dan hun voorarrest (sommigen zaten al 4 jaar), komen
ze allemaal op vrije voeten, op Markel Ormazabal, Ibon Meñika en Igor
Chillon na. Zij moeten mogelijk nog een straf uitzitten als de uitspraak
definitief is, omdat hun straf hoger is dan hun periode van voorarrest. Er
werd overigens bij geen van de veroordeelden een criminele daad
vastgesteld, waardoor de uitspraken absurd blijven. Allen moeten de
komende 20 maanden nog 5 euro per dag boete betalen en opdraaien
voor de proceskosten. Ze verliezen ook het recht om kandidaat te zijn bij
verkiezingen en mogen geen overheidsfuncties meer bekleden.

De voorzitter van de Partido Popular Mariano Rajoy draait de boel om als
hij in een commentaar op de uitspraak zegt dat SEGI wel een
terroristische organisatie is; ze staan immers op de EU-lijst voor
terreurgroepen? Indertijd werd SEGI door toedoen van de PP op de lijst
geplaatst; hiervoor is een enkel vooronderzoek in eigen land voldoende.
Overigens blijft SEGI in Spanje een verboden organisatie.

Op 21 oktober gaan zowel het Openbaar Ministerie, de advocaten van de
Jarrai-Haika-SEGI als de aan de PP-gelieerde vereniging ‘Slachtoffers van
het Terrorisme’ in beroep tegen de uitspraak van de Audiencia Nacional,
waarin de 3 jongerenorganisaties en hun leden als ‘niet-terroristisch’
werden bevonden. Het OM denkt dat de rechtbank zich ‘vergiste’ door
een te ‘beperkte definitie van terrorisme te hanteren’, de verdediging van
de Baskische jongeren claimt dat er ‘geen enkel bewijs is voor de
veroordelingen’.

In november 2006; Het proces tegen SEGI wordt heropend; het Spaanse
ministerie van justitie was niet tevreden met de uitkomst van eerdere
processen, waarin SEGI niet als terroristische organisatie en onderdeel
van ETA werd weggezet. De aangeklaagden kregen toen 4 jaar
gevangenisstraf en moesten direct worden vrijgelaten, omdat ze al 4 jaar
in voorarrest zaten. Nu zouden ze tot elf jaar gevangenisstraf moeten
worden veroordeeld, aldus het ministerie vandaag voor het Spaanse
Hooggerechtshof.

Op 19 januari behandelde het Spaanse Hooggerechtshof het beroep van
de ‘Vereniging Slachtoffers van het terrorisme’ (AVT) in de zaak tegen de
Baskische jongerenorganisaties Jarrai, Haika en SEGI, die in juni 2005
weliswaar als ‘onwettige’ organisaties werden bestempeld, maar niet als
‘terroristisch’. Nu krijgt de AVT haar zin en worden de 3 organisaties als
‘behorend tot een terroristische bende, organisatie of groep’ definitief
veroordeelt. Direct worden tegen 23 jongeren opsporingsbevelen
uitgevaardigd omdat ze nu tot 6 jaar gevangenisstraf kunnen worden
veroordeeld. In de dagen na het vonnis worden Igor Ortega, Amaia
Arrieta, Olatz Carro en Iker Frade opgepakt. Ook is er een internationaal
arrestatiebevel uitgevaardigd.

EU-terreurlijst

SEGI zou plaatsing op de Europese afknijplijst, wat betekent dat de
financiële tegoeden zijn bevroren, graag willen aanvechten voor het
Europese Hof van Justitie, maar is verstrikt geraakt in een Kafkaiaanse
juridische jungle. Want het zijn de ministers van Justitie van de (toen 15)
lidstaten die SEGI op de afknijplijst hebben geplaatst middels een
‘gemeenschappelijk standpunt’. En over zo’n besluit heeft het Europees
Hof van Justitie weinig te vertellen. Een rechtstreeks beroep tegen een
gemeenschappelijk standpunt kan alleen worden ingesteld door de
Europese Commissie of een lidstaat, niet door een persoon of
organisatie. Die weg loopt dus dood. Het Europese Hof heeft inmiddels
in niet mis te verstane bewoordingen gewezen op het juridisch gat dat
hier ligt. SEGI startte bij het Hof een schadevergoedingsactie vanwege
haar plaatsing op de lijst. SEGI kon het Hof immers niet vragen haar van
de lijst te halen. Op deze manier probeerde SEGI op een indirecte manier
toch een rechterlijk oordeel te krijgen over haar plaatsing op de lijst. Het
Hof oordeelde echter dat het ook niet bevoegd was om over een
schadevergoedingsactie te oordelen. ‘Het is nodig op te merken dat
verzoekers waarschijnlijk over geen enkel effectief rechtsmiddel
beschikken, of dat nu voor de nationale of de Europese rechter is, om
inschrijving op de EU-lijst aan te vechten,’ stelde het Hof vast.

Baskenland Informatie Centrum, 5 maart 2007

Zondag 11 maart 2007

De linkse, autonome Baskische jongerenorganisatie SEGI komt steun
vragen in haar strijd tegen de repressie in Baskenland. In januari werd
SEGI tot ‘terroristische’ organisatie verklaard en moeten 23 van hen voor
2 tot 6 jaar de gevangenis in. Ook info over het vredesproces, de ETA-
aanslag van december 2006 en de politieke toekomst van Euskal Herria.
Met filmpjes van SEGI-acties, info-stand en Baskische regio-producten.

The left wing autonomous Basque youth organisation SEGI comes to ask
for support in her struggle against repression in the Basque Country. In
January SEGI was convicted as ‘terrorist’ organisation and 23 of them
have to go to jail for 2 till 6 years. Also info about the peace-process, the
ETA-attack of December 2006 and the political future of Euskal Herria.
With films of SEGI-actions, info-stand and products from the Basque
region.

Open: 21.30
Start:  22.00
Language: English

Vrankrijk, Spuistraat 216 Amsterdam
Geen honden, no dogs
www.baskinfo.org
www.vredesprocesbaskenland.nl
www.vrankrijk.org

23:19 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

02-03-07

Inaki de Juana

 

op http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

 

Na 20 jaar terug in Euskadi
Klik op de afbeelding om de link te volgen
Op de foto hiernaast:

Irati Arantzabal, de partner van De Juana

<!--[endif]-->

Op dag 115 van zijn hongerstaking (1 maart 2007) is Iñaki de Juana Chaos dus, na 20 jaar, terug in Euskadi. De ambulance die hem van Madrid naar Donostia bracht, arriveerde om 15:50 u. Bij zijn aankomst hadden zich een paar honderd personen verzameld om hem een “ongietorri”, een welkom thuis te geven, en zij riepen slogans zoals "Iñaki askatu", "Presoak kalera”, “Amnistia osoa", Iñaki vrij, Gevangenen op straat, Algemene amnestie.

Wat eveneens te onderstrepen valt, was de grote aanwezigheid van de “beltzas”, de in het zwart geklede Ertzaintza, wat dan weer voor de nodige spanningen zorgde. Eén persoon werd gewond door de kloppen die hij van de “beltzas” kreeg. Ze kunnen de provocatie niet laten.

Wat later op middag werd meegedeeld dat De Juana zijn hongerstaking, na 115 dagen, beëindigd heeft.

Foto's van de aankomst

De Partido Popular en de mantelorganisatie AVT maken groot misbaar en kenschetsend voor de situatie is de reactie van de secretaris-generaal José Manuel Sánchez Fornet van het Sindicato Unificado de Policías (SUP), verenigd syndicaat van de politie, die verklaarde dat als het zijn organisatie had afgehangen de Etarra, Iñaki de Juana Chaos, nooit de gevangenis zou verlaten hebben, maar er zou gebleven zijn tot hij crepeerde.

Dat de directe familie van slachtoffers van de aanslagen zo reageert, kan ik mij best inbeelden, maar dat de hoeders van wetten van de rechtstaat zo reageren, zegt veel over die rechtstaat. Eén van die wetten (Codigo Penal 1973) zegt dat De Juana al moest vrijgelaten worden in oktober 2004.

De voorzitster van de Baskische PP, María San Gil, klaagt de schandalige toegeving aan de chantage aan en verzekert dat het nu niet het moment is voor moedeloosheid en berusting, maar roept de bevolking op om burgerlijk (?) te rebelleren (rebelarse cívicamente).
Kan zij hiervoor gestraft worden? Ja!
Zal zij hiervoor gestraft worden? Neen!

Merkwaardig feit.

Bij de ultrarechtse krant “El Confidential”, van PP-origine, is er een enquête lopend over het gebeuren met drie mogelijke antwoorden:

<!--[if !supportLists]-->1. <!--[endif]-->Het is een overgave van de rechtstaat

<!--[if !supportLists]-->2. <!--[endif]-->Het is een humanitaire oplossing

<!--[if !supportLists]-->3. <!--[endif]-->Het is een beslissing van Zapatero om de dialoog met ETA gunstig te stemmen

Ik heb 20 maal geprobeerd om op “oplossing 2” te stemmen, en bij het aanklikken van “Votar”, “Stemmen”, sprong mijn stem telkens automatisch naar 3. Ze zijn zo valselijk lief, die ultra’s. Begrijpt u nu waarom “humanitaire oplossing” maar 5% krijgt?

 

 

In Journal du Pays Basque

 

 

Le JPB > Pays Basque 2007-03-02
Iñaki de Juana Chaos arrête sa grève de la faim après la concession de la semi-liberté
·Dans la journée d’hier il a été transféré par ambulance à l’hôpital de Donostia-Saint-Sébastien, sa ville natale

Le gouvernement espagnol a accordé hier la semi-liberté au prisonnier basque Iñaki de Juana Chaos qui a immédiatement décidé d’arrêter sa deuxième grève de la faim entamée le 7 novembre après un premier jeûne de deux mois. Le ministre socialiste de l’Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, a dit avoir pris la décision "personnellement", pour des "raisons légales et humanitaires" afin "d’éviter le décès" du militant donostiar "dans les prochaines semaines".

Le ministre a donné cette information après une série de rencontres avec les porte-parole parlementaires de tous les groupes politiques du Congrès espagnol. "Beaucoup penseront qu’il ne mérite pas ce type de traitement humanitaire, pour lui qui n'a pas eu pitié de ses victimes. Et ils n'ont pas complètement tort. Mais une des différences entre les terroristes et nous, qui ne le sommes pas, c’est que la vie nous importe, celle de toutes les personnes", a déclaré M. Rubalcaba lors d’une conférence de presse.

En régime de "semi-liberté surveillée", dès que son état de santé le permettra, il sera ensuite assigné à résidence sous surveillance policière le temps de purger l’année de prison qui lui reste, a expliqué le ministre. Le militant a été transporté en ambulance de Madrid au Pays Basque pour être transféré à l’hôpital de Donostia Saint-Sébastien.

L’association pour la défense des droits des prisonniers politiques basques Askatasuna a confirmé dans l’après-midi qu’Iñaki de Juana Chaos avait décidé d’abandonner sa grève de la faim après la décision du gouvernement.

Iñaki de Juana Chaos, qui a purgé 20 ans de prison, refusait de s’alimenter pour protester contre une nouvelle condamnation à une peine de prison ferme de près de treize ans puis réduite à trois ans par le Tribunal suprême pour un délit de "menaces" en raison de deux articles d’opinion publiés dans le journal Gara. Lors de son procès, il avait affirmé ne plus faire partie de l’organisation armée basque et vouloir se consacrer à l’écriture.

Seulement 55 kilos

L’état de santé du prisonnier donostiar s’était nettement dégradé après 114 jours de grève de la faim, cumulés avec 63 jours d’une première grève entre août et octobre. Selon ses avocats, il ne pèse plus que 55 kilos, malgré l’alimentation forcée qui lui était administrée depuis fin novembre dans un hôpital de Madrid. Vendredi dernier il avait arraché la sonde nasogastrique grâce à laquelle il était alimenté. Les médecins la lui avaient remise mardi et il restait depuis attaché en permanence à son lit.

"C’est la première fois que le gouvernement cède face au chantage" de l’ETA, a réagi le secrétaire général du Parti Populaire et ancien ministre de l’Intérieur Angel Acebes. Le parti de la droite espagnole a accusé le chef du gouvernement socialiste espagnol José Luis Rodríguez Zapatero de vouloir "humilier les victimes" de l’ETA.

Le militant donostiar est arrivé à l’hôpital sous escorte de la police autonomique basque vers 15h50, après un détour par Bilbo. Plus de 200 personnes étaient présentes pour l’accueillir, ce qui a entraîné des moments de tension. La police a repoussé les manifestants pour que le convoi puisse passer.

Divers représentants de la gauche abertzale ont ensuite pu lui rendre visite dans sa chambre d’hôpital, dont Juan Mari Olano, porte-parole du Mouvement pro-amnistie à qui Iñaki de Juana a fait savoir qu’il cessait sa grève de la faim. Le militant a également remercié les mobilisations en sa faveur estimant que "c’est grâce à sa lutte et à celle de la société basque qu’il est désormais en Euskal Herria".


 

 

13:33 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

01-03-07

Nieuwsflash

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

Nieuwsflash

Dag 115 van de hongerstaking

Inaki de Juana Chaos is per ziekenwagen overgebracht van het hospitaal “Doce de Octubre” te Madrid, waar hij sedert 24 november 2006 onder politietoezicht stond, naar het hospitaal “Nuestra Señora de Arántzazu” in Baskenland.

Minister van Binnenlandse Zaken, Alfredo Pérez Rubalcaba, zal om 12:30 u over de beslissing van de regering een verklaring afleggen.

Foto's over De Juana

Beslissing van de regering

Op basis van juridische en humanitaire motieven heeft Binnenlandse Zaken, bij monde van Minister voor Binnenlandse Zaken Alfredo Pérez Rubalcaba, beslist om aan Inaki de Juana Chaos de “tweede graad” van gevangenisregime toe te kennen (dit is geen vrijlating, noch “eerste graad” of voorlopige invrijheidsstelling).
Dat betekent dat hij eerst in een hospitaal in Donostia zal behandeld worden, en daarna zal overgebracht worden naar zijn huis waar hij onder permanente controle en bewaking zal blijven. Van nu af aan hangt hij af van de gevangenis van Martutene, Gipuzkoa.

17:18 Gepost door F. in Actualiteit | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Bahar

 

Bonjour,

Voici deux rendez-vous importants:

-Le 3 mars, 16H : Rassemblement devant la prison de Bruges pour soutenir Musa
Asoglu, Sukriye Akar et Kaya Saz (Penitentiair Complex Brugge - Legeweg 200 -
8200 Sint Andries/Brugge).
Départ de Bruxelles: 14H à la Bourse.

-Le 27 mars, 9H : Audience en cassation du « procès DHKP-C » au Palais de
Justice de Bruxelles.

Venez nombreux...

Pour en savoir plus sur les aspects scandaleux du procès, le texte que nous
vous proposons en attachement vous intéressera certainement. D'autres
informations se trouvent sur
http://leclea.be


---

 

CE QUI EST EN JEU…

Jean FLINKER 

Le 7 novembre dernier, sept personnes –toutes accusées de faire partie du groupe révolutionnaire turc DHKP-C– ont été condamnées à de lourdes peines de prison (de 4 à 7 ans ferme).

Les avocats de la défense ont introduit un pourvoi en cassation, contre ce jugement prononcé par la Cour d’Appel de Gand. L’issue de ce pourvoi sera connue le 27 mars. La défense n’exclut pas que l’affaire soit portée, par la suite, devant la Cour européenne des droits de l’Homme à Strasbourg.  

En septembre 1999, trois membres du DHKP-C («Parti-Front révolutionnaire pour la libération du peuple») étaient arrêtés à Knokke : dans les véhicules qu’ils utilisaient, dans l’appartement où ils logeaient, la police a retrouvé plusieurs armes et de nombreux documents politiques.

Rapidement, le juge chargé de l’instruction va être dépossédé de l’enquête initiale et les charges retenues contre les personnes inculpées vont être artificiellement élargies par le Parquet fédéral: à l’infraction d’association de malfaiteurs va ainsi s’ajouter l’accusation d’appartenance à une «organisation criminelle» et à un «groupe terroriste». Pour cette dernière qualification, on a gonflé le dossier en y ajoutant des faits de 2004, notamment la diffusion d’un communiqué de presse sur un attentat manqué en Turquie.

Il faut souligner que le DHKP-C, en tant que mouvement politique, mène essentiellement un travail de caractère démocratique en Turquie (ce qui n’est pas sans risque, compte tenu de la nature du régime en place à Ankara). Mais cet activisme au grand jour est appuyé, secondairement, par des actions armées, toujours ciblées (contre des représentants du pouvoir: policiers tortionnaires, mafieux utilisés par les services secrets pour assassiner des opposants, responsables militaires chargés de la répression contre la gauche…). Ces actions d’auto-défense armée se sont toujours limitées à la Turquie : le DHKP-C n’a commis aucun fait de violence en Belgique, ce qui est d’ailleurs confirmé par la Sûreté de l’Etat.  

Pour des raisons d’une extrême gravité, cette «affaire terroriste» et le verdict de la Cour d’Appel de Gand (qui dit en avoir établi la vérité judiciaire) se doivent d’interpeller tous les défenseurs des droits de l’Homme.

Avec le procès du GICM (le Groupe Islamique Combattant Marocain), dont le jugement a été rendu le 19 janvier 2007, le procès «Erdal et consorts» constitue la première application en Belgique de la loi antiterroriste du 19 décembre 2003, une législation des plus controversées…

Car c’est peu dire que le procès a donné lieu à une série de positionnements inquiétants.  

Selon la défense, comme il s’agissait de délits de nature politique, seule la Cour d’Assise était compétente pour en juger, conformément à l’article 150 de la Constitution. La Cour d’Appel a rejeté cet argument parce que les délits du DHKP-C «ne portent pas directement atteinte aux institutions politiques turques» : «Le fait de commettre des attentats sur des personnes (principalement des officiers de police, des juges, des industriels et des citoyens ordinaires) et des bâtiments (bureaux de police, tribunaux, centres commerciaux, etc…) n’est pas en soi de nature à atteindre l’action et l’organisation des institutions politiques législatives ou de menacer l’organisation de l’Etat.

Le seul fait d’être chef ou membre de l’association, une organisation criminelle et terroriste qui commet de pareils attentats et les revendique, est encore moins de nature à atteindre l’action et l’organisation des institutions législatives politiques de la Turquie ou de menacer l’organisation de l’Etat turc » (Page 35).

Pourtant, dans le même arrêt du 7 novembre 2006, il est –à de multiples reprises–  spécifié que le but de cette organisation est bel et bien de « renverser l’Etat turc au moyen de la lutte armée».

Comme en première instance (où l’affaire à juger n’était, soi-disant, pas politique et ne pouvait donc relever que du tribunal correctionnel), la Cour d’Appel va toutefois développer –sur des pages entières– des prises de position engagées, qualifiant (pour mieux le disqualifier) le DHKP-C de mouvement communiste ou marxiste-léniniste «extrémiste». En voici quelques exemples, tous caractéristiques du discours «apolitique» tenu et constamment entretenu par la Cour :

Page 127 : «Il est on ne peut plus clair que la commission systématique et successive d’attentats à l’encontre d’hommes politiques turcs, de personnalités militaires, de magistrats et d’hommes d’affaires, et contre des bâtiments publics, a eu de graves conséquences pour l’organisation et l’administration du pays (...). L’exercice de la lutte armée est de nature à porter gravement atteinte et à désorganiser la structure constitutionnelle fondamentale du pays».

Page 186 : «Par la concrétisation de ses principes dans des faits de destruction et de violence sanglante, uniquement parce que des personnes représentent l’establishment capitaliste ou des autorités, le DHKP-C est une association extrêmement dangereuse et un groupe terroriste –qui renvoie à un état d’esprit dangereux déjà même chez ceux qui veulent en faire partie».

Page 130 : «C’est leur idéologie marxiste-léniniste qui les conduits vers ces attentats».

Page 128 :  «En ce sens, l’extrême gauche et l’extrême droite sont les deux aspects d’un même mal».

La Cour d’Appel de Gand ? Elle s’est constamment appliquée à nier la nature essentiellement politique de l’affaire qu’elle avait à juger. Tout en usant de considérants politiques à même de déconsidérer l’idéologie des prévenus. 

La défense avait également invoqué un «état de nécessité», arguant que les accusés et leur mouvement politique en Turquie menaient une lutte violente en réaction à une violence d’Etat : celle d’un régime dominé par l’armée. Depuis la Seconde Guerre mondiale en effet, la Turquie a subi trois coups d’Etat militaires (le dernier a instauré une dictature épouvantable qui, dans les années 80, a entraîné l’arrestation de 650.000 personnes). En réalité, derrière un façadisme démocratique, les militaires tiennent encore et toujours les rennes du pouvoir. La Turquie détient le record des violations de la Convention européenne des droits de l’Homme (75% des plaintes que doit juger la Cour de Justice de Strasbourg concerne la Turquie) et compte encore des milliers de détenus politiques dans ses prisons. Les juges de Gand n’ont pas voulu en convenir: «Que certaines autorités turques utiliseraient manifestement des moyens illégaux pour se venger (…) ne sont pas non plus à relever pour le jugement des faits qui sont actuellement à charge des accusés» (page 44).

Or le refus de reconnaître cet état de nécessité, et les justifications qui en sont données, est sans doute l’élément le plus révoltant figurant dans l’arrêt de la Cour d’Appel (page 127): «Le coup d’Etat fasciste (…), la répression de l’Etat turc constituent une réaction à la démonstration de force du parti ouvrier au sens large». Ainsi, selon la Cour (qui ne fait pas de politique), la répression fasciste serait une réaction (légitime en elle-même) à la lutte du mouvement ouvrier. Et puisque tous les désordres sont imputables au mouvement ouvrier (qui serait, en quelque sorte, coupable de vouloir faire triompher ses droits), l’évocation d’un prétendu «état de nécessité» est ici inconvenant, incongru et donc à exclure. Historiquement, il faut cependant constater que c’est avec les mêmes arguments qu’ont été justifiés et honorés tous les putsch fascistes –de Mussolini à Pinochet, en passant par Franco et les colonels grecs.

     Dans la même logique scandaleuse, la Cour a également rejeté toutes les requêtes formulées par la défense pour prendre en considération la situation en Turquie durant la période 1997-2004 (période des faits incriminés) : «Il n’est pas utile d’aller plus loin dans les éventuels méfaits accomplis par les pouvoirs turcs, ni dans les violations des droits de l’Homme en Turquie» (page 42).

D’un côté, on a donc fait totale abstraction du contexte politique réel en Turquie. Mais de l’autre, la Cour s’est néanmoins permis de juger les actions revendiquées par une organisation politique agissant dans un pays situé à plus de 3.000 kilomètres de la Belgique. Sur le plan déontologique, cet arrêt donne la chair de poule. 

La Cour considère les prévenus comme faisant partie d’une organisation criminelle, que l’on doit aussi qualifier de groupe «terroriste». Ces concepts ont été introduits dans la loi pénale belge respectivement en 1999 et en 2003. Il s’agit donc d’incriminations récentes pour lesquelles «le procès Erdal  et consorts» constituait un test. Il faut se rappeler qu’au moment où ces deux projets de loi étaient présentés au Parlement, un large mouvement de protestation s’était développé parce qu’on pouvait craindre que ces incriminations soient utilisées pour réprimer des courants politiques et syndicaux dérangeants.

L’aspect politique de la loi sur les organisations criminelles, présentée dans l’exposé des motifs comme une arme contre le terrorisme (nous sommes en 1996, donc bien avant le 11 septembre 2001), a été alors abandonné par le législateur. Le projet initial a été profondément modifié. Le concept d’«atteintes aux institutions politiques» a été mis de côté et on a précisé que les mouvements, dont le but était exclusivement politique, ne pouvaient pas tomber sous le coup de la loi. Le tribunal correctionnel de Bruges avait donc, à juste titre, accepté que la loi sur les organisations criminelles ne puisse pas s’appliquer au DHKP-C. La Cour d’Appel…, non. Elle a mis à mal aussi bien le texte que l’esprit de la loi (tels que voulus par le législateur) pour conserver l’incrimination d’organisation criminelle. Cette décision constitue un dangereux précédent car, de cette manière, on pourrait appliquer la loi contre tous mouvements légaux (politique ou syndical), si des délits étaient commis dans leur sillage. Dans le cas du DHKP-C, il s’agit, selon la Cour, d’extorsion pour la perception des cotisations du mouvement.

     L’application très large du délit de groupe «terroriste» par la Cour est aussi extrêmement dangereuse. Cette infraction a été retenue pour deux des sept prévenus parce qu’ils auraient distribué un communiqué, au sujet d’un attentat manqué en Turquie, par l’intermédiaire d’un Bureau d’information. Le communiqué n’était pas la revendication de l’attentat mais la présentation d’excuses envers les victimes de cet accident. Le DHKP-C a un Bureau d’information à Bruxelles depuis le début des années 90 et celui-ci a toujours pu fonctionner sans problèmes. Du jour au lendemain, cette liberté d’expression est devenue «participation à un groupe terroriste», par la magie de l’entrée en vigueur de la loi antiterroriste. Pourtant, la loi belge sur les infractions terroristes contient une disposition qui précise que cette incrimination ne peut pas menacer le droit à la liberté d’expression. Les mises en garde émises au moment de la discussion de l’avant-projet de loi par certains démocrates, qui craignaient que des opinions politiques dissidentes soient considérées comme des délits, sont ainsi devenues réalité.   

Pendant le procès Erdal, la défense a aussi dénoncé le fait qu’il s’agissait d’un procès d’exception. Un tribunal spécial a effectivement été mis en place. L’indépendance du tribunal a été contestée parce que le juge Freddy Troch est venu siéger à Bruges spécialement pour le procès. Il a été désigné sur avis du Parquet (le Procureur général de la Cour d’Appel de Gand), qui, en tant que responsable des poursuites, est partie au procès, au même titre que les prévenus. Une partie contribue donc à décider par qui son procès sera jugé. Pour la défense, c’était inacceptable. Or la Cour d’Appel a rejeté cet argument. La défense ira probablement porter cette question à Strasbourg (après avoir saisi la Cour de Cassation) parce qu’elle considère qu’il s’agit d’une violation de l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’Homme (droit au procès équitable).

     Procès d’exception parce que, pour démontrer que le DHKP-C est une organisation «terroriste», la Cour n’a pas hésité à utiliser des faits et des éléments s’étant déroulés dans d’autres pays (Turquie, Allemagne, Pays-Bas…) et à d’autres moments que ceux de la période infractionnelle (par exemple, des faits remontant aux années 70, lorsque certains prévenus n’étaient même pas nés ou étaient encore enfants). Ou alors, il s’agissait de faits ayant eu lieu à des moments où les délits d’organisation criminelle et de groupe terroriste n’existaient même pas dans la loi belge. Selon la défense, il s’agit là d’une violation manifeste de «la saisine» du tribunal, c’est-à-dire du principe selon lequel le tribunal n’est saisi que des faits commis pendant la période et sur le territoire visé par la citation (ici la Belgique).

     Procès d’exception également parce qu’aucune des demandes d’enquête complémentaire émises par la défense n’ont été acceptées (même une simple demande d’audition de témoins à l’audience a été refusée…) : «Ce n’est donc pas le procès de l’État turc qui doit être fait et, par conséquent, les enquêtes qui tendraient à montrer la culpabilité de tiers (y compris l’État turc ou ses responsables) ne servent pas à trouver la vérité en rapport avec les faits reprochés aux accusés dans le cadre de cette procédure pénale»  (page 42).

     Procès d’exception enfin, parce que la publicité des débats a été sérieusement hypothéquée –les personnes, faisant partie du public, devaient présenter leurs documents d’identité à l’entrée et devaient se soumettre à des fouilles répétées, ce qui est évidemment rebutant et décourage les gens à assister au procès.   

Trois des condamnés ont fait l’objet d’une arrestation immédiate le 28 février 2006, au terme du prononcé du verdict de première instance à Bruges, et ont été écroués séance tenante. Le procès d’exception s’illustre aussi ici, dans le régime de détention spécial auquel ont été soumis ces trois détenus : isolation (aucun contact possible avec les autres détenus, pas d’accès au travail au sein de la prison…), contrôles renforcés (de la correspondance, des visites familiales…) et traitements humiliants (fouilles à nu, lumière dans la cellule pendant toute la nuit…). Les avocats de Sukriye Akar, Musa Asoglu et Kaya Saz ont dû introduire, devant le tribunal des référés de Bruxelles, jusqu’à cinq recours consécutifs contre ce régime arbitraire parce qu’il violait les droits fondamentaux des personnes. Le juge leur a donné entièrement ou partiellement raison –estimant, à juste titre, que l’étiquette de «terrorisme» ne devait pas automatiquement mener à l’imposition d’un régime pénitentiaire honteux. Faut-il le préciser: ces conditions de détention illégales et inhumaines étaient conduites et, à chaque fois, reconduites voire renforcées  par le ministère de la Justice dans le seul but d’humilier les prisonniers et de casser leur moral.  

L’un des épisodes, probablement les plus inquiétants, s’est déroulé en marge du procès. En avril 2006, Bahar Kimyongür, un des prévenus, a été arrêté aux Pays-Bas parce que la Turquie avait demandé son extradition. La Belgique ne pouvait répondre à cette injonction dans la mesure où Kimyongur a la nationalité belge et qu’on n’extrade pas ses propres nationaux. Les Pays-Bas, eux, le pouvaient. Le mandat d’arrêt international turc se fondait sur une action de protestation pacifique ayant eu lieu en novembre 2000 (lors de la venue du ministre des Affaires étrangères Ismail Cem au Parlement européen à Bruxelles), et sur le délit d’appartenance au DHKP-C (tel qu’affirmé par le tribunal correctionnel de Bruges). Début juillet 2006, la justice néerlandaise a refusé l’extradition et Kimyongur a été libéré. Le 19 septembre 2006, Le Soir a révélé qu’une réunion secrète s’était tenue, quelques jours avant l’arrestation de Kimyongur aux Pays-Bas, à l’initiative de Laurette Onkelinx, en présence des hauts responsables de trois Cabinets ministériels, de toutes les forces de Police et de Sûreté, ainsi que du Parquet fédéral (dont Johan Delmulle qui officiait au procès du DHKP-C pour y requérir contre les prévenus…). Le plus inquiétant dans cet épisode, c’est la collaboration active du gouvernement et du Parquet fédéral pour assurer la pleine réussite de cette tentative d’extradition –en sachant pertinemment bien que Kimyongur risquait d’être torturé voire assassiné en Turquie… 

Conclusions ? Dans ce procès très clairement politique, on a reculé très dangereusement les limites de l’Etat de droit et du procès équitable, au nom de la prétendue «guerre au terrorisme».

Dans cette époustouflante affaire, la lutte juridique n’est pas encore terminée (loin s’en faut), mais il est d’ores et déjà évident qu’il s’agit là d’un procès-test, comme expression d’une régression dangereuse: ce sont désormais les juges qui vont décréter ce que l’action politique se doit de faire… pour être raisonnable, efficace, légitime et tolérée.

15:59 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Allen daarheen...

 

10:13 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |