15-01-07

Sébas

 

Un copier coller d'une lettre trouvée sur Redforum...

 

Le signataire de cette lettre n'a rien à se reprocher! La famille, les amis des prisonniers ont, aussi, besoin de notre soutien!

 



(2007-01-07)


A Jacques Gaillot, notre ami,

Sebas est à Madrid. Il doit passer devant l’Audencia Nacional demain mais l’heure n’est pas encore précisée. Sa femme (qui doit accoucher le mois prochain) se rend actuellement sur Madrid. Des amis fidèles parmi les fidèles, y seront également.

C’est la première fois de ma vie où j’assiste en tant que témoin à une telle ignominie.

J’étais dans le bus à côté de Sebas, du côté de la fenêtre, lui du côté couloir. Je sais parfaitement ce qu’a pu faire Sebas et ce qu’il a fait. Cela ne pouvait m’échapper. La Guardia Civil peut le savoir sans aucune difficulté Et je sais qu’il n’a rien fait. Mais il a été arrêté, menotté devant nous, les « Solidaires internationalistes » sans aucune réaction de ma part, de notre part. Peur de ces « verts de gris » version démocratie espagnole ? Manque de courage ? Lucidité ? Sebas, de fait, je, nous, l’avons abandonné. Livré en pâture aux bourreaux, leur laissant le choix des méthodes qu’ils choisiront, en toute liberté, et sans que qui que ce soit n’y vienne à redire en temps voulu. Après, bien sûr…

Je ne suis pas fier de moi. Je me sais totalement coupable. J’ai honte. Je pensais avoir consacré beaucoup de mon énergie à une cause, à des personnes, et brusquement tout s’effondre. A l’impuissance à laquelle on finit par s’habituer plus ou moins, vient s’ajouter la mauvaise conscience. C’est sans doute ce qu’ils veulent. Qu’ils ne crient pas victoire trop vite toutefois. Si je n’ai pas son énergie, le Peuple Basque lui, a démontré sa combativité depuis des siècles que les répressions multiples et incessantes n’ont jamais réussi à abattre.

Zutabe ? Peut-être l’as-tu eu entre les mains au hasard d’une distribution sauvage lors de manifestations au Pays Basque, comme cela arrive souvent ? Moi oui, comme des millers d’autres personnes dans ces circonstances. Chaque fois, je l’ai lu attentivement, car c’était le seul véritable moyen de connaître, sans intermédiaire, l’analyse politique d’une organisation condamnée sans avoir droit à la parole. De ce que j’ai pu constater - je ne prétend pas à une analyse exhaustive qui n’est ni autorisée, ni même de ce fait possible -, Zutabe, ce n’est pas un encouragement à la violence, encore moins un manuel de terrorisme. C’est, et c’est seulement, la présentation de l’analyse politique d’ETA. Si tel n’est pas le cas, je demande une démonstration. Cette analyse ne va ni dans un sens contraire à la démocratie, c’est tout le contraire, ni dans un sens du racisme et de la xénophobie, c’est au contraire un appel à l’internationalisme.

Et la détention d’une telle revue serait considérée comme une apologie du terrorisme ? Et le soupçon de détention d’une telle revue serait considéré comme une apologie du terrorisme ? Et le soupçon de détention, sans aucune preuve, d’une telle revue serait lui aussi considéré comme une apologie du terrorisme ?

C’est ce que l’Audencia Nacional va nous dire demain. Je n’ai aucune confiance dans un tribunal qui applique des lois contraires à tous les principes de la démocratie et du respect des droits de l’homme, je n’ai confiance qu’en la justice et, en France comme en Espagne, le Droit a toujours plus tendance à s’éloigner de la Justice, comme la légalité de la légitimité.

Mixel

 

22:41 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (1) |  Facebook |

Commentaren

Liberté pour Sébas !!!!+ Ah, ça, y est, grande soeur ! Enfin j'ai pu afficher mes articles, mes liens, ma solidarité envers Sébastien Bédouret, dit "Sébas" !
cela n'a pas été sans mal, vu quelques ennuis informatiques, mais là c'es tbon !
LIBERTÉ POUR SÉBASTIEN BÉDOURET !
Kussen, bisous, pokou, muxu.
Christine Mirété

Gepost door: Christine MIRÉTÉ | 16-01-07

De commentaren zijn gesloten.