08-09-09

Balade en Pays

Les 10 ans de Balade en Pays Basque (2)
 

De la part d’Alain Hervochon…

 

 

 

Les plus fidèles auditeurs de l'émission "Balade en Pays Basque" ont remarqués de nombreux problèmes de diffusions ces dernières semaines...
Si j'ai toujours beaucoup de plaisir à consacrer du temps à préparer l'émission, je dois avouer un certain "agacement" de voir qu'elles ne sont pas mises à l'antenne correctement par Radio Bro Gwened...

Plus largement, récemment, pendant une semaine, les salariés et bénévoles de RBG se sont réunis pour réfléchir aux améliorations à apporter pour répondre aux attentes des auditeurs...
J'espère que ces réflexions porteront leurs fruits.

En ce qui me concerne, j'ai décidé d'arrêter l'émission de radio.
VOUS POURREZ NEANMOINS RETROUVER SUR CE SITE "BALADE EN PAYS BASQUE", DES MISES A JOUR HEBDOMADAIRES POUR (RE)DECOUVRIR DES CHANTS ET DES MUSIQUES D'EUSKAL HERRI, ET COMME DANS L'EMISSION DE RADIO, JE VOUS PROPOSERAIS DES DETAILS SUR LES MORCEAUX ET LES ARTISTES PROPOSES.
C'est également en visitant régulièrement ce site que vous serez tenu au courant d'une éventuelle reprise de l'émission à la radio.

 http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr/page2.html

 

20:59 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

26-08-09

Koblalariak

 

Dit Blog is nog altijd gewijd aan Peio SERBIELLE!

 

Daarom wil ik dat zijn muziek beluisterd wordt, dat zijn teksten begrepen worden…

Vertalingen naar het Nederlands van Baskische liedjes lijken onbestaande!

Ik weet niet hoeveel Vlamingen de « eerste » CD van Peio Serbielle bezitten…

In feite was het de tweede plaat van Peio! Maar buiten radio “France Culture” kende de eerste plaat weinig succes.

De eerder opgenomen liederen, gingen dank zij deze nieuwe productie van Jean-Pierre Mader eindelijk hun weg naar het publiek vinden. Concerten werden georganiseerd en Peio ging, door het contact met het publiek, zijn eigen stijl ontwikkelen.

 

Nummer tien

 

 

 

Koblalariak

(Peio Serbielle)

 

Verzenmaker

 

In je ziel

Poëet, Rhapsodos, félibre

Strik je de dagelijkse kwintessens

In je verzen plaats je

De wezens en de dingen

Breng je de dagen

En geringste ogenblikken tot leven.

 

Oh, Dichter!

Zingende gitaar

Je dagen

Zijn gevuld met poëzie

En je nachten

Met leed…

 

Poëet, Rhapsodos, félibre

Steeds zong je

de kwijnende vlakte

een geboeid land

En zijn vrijheid

Ah! Verzenmaker

Dank zij de poëzie…

 

 

http://www.peio-serbielle.com/disco.asp

http://www.youtube.com/watch?v=vKebt9e6aco

 

15:58 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

19-08-09

Huts sentimental

 

 Dit Blog is nog altijd gewijd aan Peio SERBIELLE!

 Daarom wil ik dat zijn muziek beluisterd wordt, dat zijn teksten begrepen worden…
Vertalingen naar het Nederlands van Baskische liedjes lijken onbestaande! 
Ik weet niet hoeveel Vlamingen de « eerste » CD van Peio Serbielle bezitten… 
In feite was het de tweede plaat van Peio! Maar buiten radio “France Culture” kende de eerste plaat weinig succes. 
De eerder opgenomen liederen, gingen dank zij deze nieuwe productie van Jean-Pierre Mader eindelijk hun weg naar het publiek vinden. Concerten werden georganiseerd en Peio ging, door het contact met het publiek, zijn eigen stijl ontwikkelen. 
 
Nummer 6 op de CD
 

 

 

Huts sentimental

Affectieve leegte

Voor jou, mijn hart,
Levend in mijn affectieve leegte,
Kon ik een licht ontdekken in deze haven,
Op deze verlaten stranden, dan zou ik mijn boot
Aanleggen.
 
En dan, de resten sprokkelend,
Van vorige mislukkingen,
Me voorzichtig richtend,
Naar nieuwe hoop,
Als een bedelaar, zou ik nader komen,
Tot dit licht.
 
Zoals de meeuw die in deze haven thuishoort
Zou ik mijn eeuwige woonst bouwen
En zou je, mijn liefste,
Naar believen kunnen omhelzen!
 
Maar zie, de droom is al voorbij
Dit licht zal,
Helaas,
Mijn eeuwige melancholie
Niet kunnen verlichten.
Mijn reis is voor later…
 
Nu ben ik weer 
Op de weg van de leegte.
In mijn aders sterven
Mijn onbevredigde wensen.
Ik ga weer naar de zee,
Alleen.

CD Peio 125k

21:15 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

20-07-09

Kanaldude

Pays Basque

La télé locale Kanaldude affiche sa bonne santé

18/07/2009

Béatrice MOLLE

L'association Aldudarrak Bideo, porteuse du projet Kanaldude, télé locale du Pays Basque, devait tenir son assemblée générale, vendredi à l'heure de notre bouclage. Au programme, le bilan moral et financier, le passage de Kanaldude en société Coopérative d'Intérêt Collectif et la signature de la convention avec la Communauté de Communes de Garazi-Baigorri. Une convention qui stipule que Kanaldude recevra 15 000 euros pendant trois ans et au-delà pour Ximun Carrère, salarié de Kanaldude «une reconnaissance d'un statut d'acteur important de la Communauté tout en gardant notre indépendance.»

Kanaldude existe depuis 1997, très implantée en Basse-Navarre, son champ d'action s'étend désormais sur l'ensemble du Pays Basque. Elle emploie cinq salariés permanents et procure 1 500 à 2000 heures de contrats intermittents, plus de nombreux bénévoles qui donnent un coup de main. Son local est situé à St-Martin-d'Arrossa et ses activités se divisent en deux parties :

Une télé locale qui diffuse sur Internet, une collaboration à partir de la rentrée avec TVPI et l'Office Public de la Langue Basque. Kanaldude produira deux heures d'émissions en basque hebdomadaires, qui seront rediffusées quatre fois par semaine. Par ailleurs, Kanaldude maintient une activité de prestation de services avec la vente de DVD et la réalisation de reportages à la demande tant pour les institutionnels, comme pour les particuliers.

«Coupler les activités, permet de mettre en parallèle la mission d'un service public comme une télé en langue basque et l'activité économique qui nous assure la pérennité des emplois et du projet» explique Ximun Carrère.

 

6786846ef987eb8abf

13:37 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-06-09

Pays Basque Magazine

Pays Basque Magazine 55, p 27

 10 ans de musiques basques

 sur les ondes bretonnes

 

Dans ce numéro, une demi page est consacrée au dixième anniversaire de notre émission préféré, « Balade en Pays Basque » et à son présentateur, Alain Hervochon.

 « Balade en Pays Basque », l’émission qui aide à faire connaître, hors de ses frontières,  la musique basque !

Grâce à Internet cette émission peut, à présent, être entendue partout dans le monde*.

Un hommage mérité !

Dans cet article, Alain en profite pour parler de son « conseiller technique » Patxiku qui tient la librairie Kukuxka à St-Jean-Pied-de-Port.
Si vous passez vos vacances par là, n’oubliez pas de visiter ce magasin !!!!

 

 

kukuxka
 

Photo : http://www.thebalde.net/non_aurkitu/multi.php

 

*Presque partout ! A Kerham, à 1 km du Fort Bloqué, il est impossible de l’écouter ! J’en reparlerai plus tard J

 

 

21:47 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

26-06-09

Pastorale 2009

 

Dans le « Pays Basque  magazine » de ce trimestre, on peut lire un article dédié à la Pastorale 2009 :

 

 

« Ttittika Rekalt est l’auteur de la pastorale souletine de l’année 2009. Il entend secouer les canons de ce genre de théâtre très coutumier qui commençait à « emmerder le public ».

Pour l’artiste dissident « mais pas mégalo », dès que le sujet est basque, il devient œcuménique. « Chaque année, la pastorale raconte la vie d’un saint ou d’un Basque qui n’ont fait que le bien… C’est au contraire une tragédie avec du sang, des trahisons… »

Le Souletin épris de Shakespeare a donc choisi de traiter les événements de 1609 en Labourd, les procès dits « en sorcellerie » dont on célèbre le triste anniversaire cette année. « J’ai essayé de faire un mise à plat du contexte social, politique et économique de l’époque. Je me suis aperçu que beaucoup de procès dits « en sorcellerie » étaient des procès intentés aux femmes par le pouvoir. Ce sont des petits barons locaux qui ont demandé à Henri IV d’intervenir.

Ce dernier a envoyé de Lancre, qui a agi au nom du roi. En fait, de Lancre a utilisé les postulats de la loi pour éradiquer la contestation des femmes dont le seul tort était souvent d’être plus « libres » au Pays Basque qu’ailleurs. On pourrait aujourd’hui remplacer le nom de « de Lancre » l’inquisiteur par celui de Baltasar Garzon (juge antiterroriste NDLR) »

Pour Ttittika Rekalt, le sort réservé aux militants basques indépendantistes et celui des femmes basques de 1609 est le même.

Au nom de l’Etat, il est permis de condamner toute forme de dissidence. »

 

 

 

Zoals iedere zomer wordt ook deze zomer een pastorale opgevoerd, op 26 juli en 2 augustus.

Dit jaar heeft het gebeuren plaats in het dorp Alos-Sibas-Abense.

Het onderwerp van de pastorales was meestal een heiligenleven of de avonturen van een “goede” Bask. De auteur van deze pastorale vond het meer dan welletjes geweest en verdacht het publiek ervan zich heimelijk te vervelen.

Hij heeft gekozen voor drama, verraad en bloed… Deze pastorale zal het hebben over de processen in hekserij die in 1609 plaats hadden.

Bij de voorbereiding van zijn werk had hij opgemerkt dat deze processen vooral gericht waren tegen vrouwen. Het waren de kleine baronnen die Henri IV vroegen tussen te komen en deze stuurde de beruchte “de Lancre” om in naam van de wet op te treden. In feite, volgens Ttittika Rekalt, gebruikte “de Lancre” de wet om het verzet van de vrouwen te onderdrukken. Deze waren namelijk vrijer in Baskenland dan elders in het koninkrijk. Steeds volgens Rekalt, zou je de naam van “de Lancre” kunnen vervangen door “Baltasar Garzon” en is het lot van de Baskische militanten gelijk aan het lot van de slachtoffers van “de Lancre”

 

 

http://nl.wikipedia.org/wiki/Heksensabbat

 

http://www.abbadia.fr/fichiers/fichiers_pdf/2009/programme_nekato.pdf

 

 

14:19 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

20-05-09

Resister n'est pas un crime

dyn001_original_316_290_pjpeg_2548381_1207732c0df706f95ddf3461ec6da23d

 

Procès Bahar : soyez là ! Lundi 8h30 Palais de Justice BXL (à diffuser)

 

Le procès de Bahar Kimyongür et de cinq autres militants, membres présumés du DHKP-C, débute ce lundi 25 mai.

Un rassemblement est organisé à cette occasion devant le Palais de Justice de Bruxelles à 8 heures 30.

 

Posez un geste citoyen : visionnez ce clip et partagez-le avec vos contacts.

 

http://www.dailymotion.com/ilucaluca/video/15688979

 

Rejoignez-nous lundi prochain.

 

Le CLEA, le Comité pour la Liberté d'Expression et d'Association.

 

 

- Visionnez gratuitement Résister n'est pas un crime. Récemment primé à Paris, ce documentaire relate les moments-clés de « l'affaire Kimyongür » :

 

http://tvbruits.org/spip.php?article1026

 

- Lisez l'appel pour le rassemblement du 25 mai :

http://www.leclea.be/pdf/tract25mai-coul.pdf

- Suivez l'actualité du procès sur :

http://www.leclea.be/

____________________________ ___________________

 

16:12 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

19-05-09

Maite Lafourcade

 

 elkar21501_01

Maite Lafourcade, spécialiste en droit basque

"A l'heure actuelle une université de plein exercice au Pays basque Nord est une utopie"
* Original en basque

Nora Arbelbide

Elle a pris la retraite l'année dernière, mais elle ne s'est pas pour autant retirée du monde du travail. Au contraire. N'ayant trouvé personne pour la remplacer, elle est dans l'obligation de continuer son cours public d'histoire du droit basque à la faculté de Bayonne, en tant que professeur émerite. Elle continue aussi à donner des conférences. Elle participera le 20 juin prochain au colloque sur la femme organisé par le centre de Recherche de Paris ainsi que le centre de Recherches sur la Langue et les Textes basques IKER à la mairie de Bayonne. Elle y donnera une conférence sur la femme basque au travers des droits qui lui était conférés.

-Vous allez participer à un colloque où vous donnerez une conférence sur le traitement de la femme dans les droit basque, de quelle particularité faisait-elle l'objet?
Il existait une égalité totale entre la femme et l'homme dans le droit basque. Il n'y avait aucune différence entre les deux sexes du point de vue juridique. C'était l'aîné qui héritait de la maison, femme ou homme. En Labourd, l'héritière avait le pouvoir de décision. Lorsqu'elle était en désaccord avec son mari, c'était sa voix qui l'emportait. Ce principe est très particulier dans le Pays basque. Par exemple en France en 1804 Le Code civil consacre "l'incapacité juridique de la femme mariée ». Ce Principe est commun à toutes les coutumes en France depuis le XVIème siècle. La femme ne pouvait faire aucun actes juridiques sans être autorisé par son mari. Si elle n'avait pas d'autorisation, l'acte était nul. Ce principe a duré jusqu'au XXème siècle. On l'a supprimé en 1938.

-Quel regard portez-vous sur ce droit basque?
Cétait un modèle de société. Le pouvoir appartenait aux maisons, aussi bien au Pays basque Sud qu'au Nord. Ce droit révèle comment la société basque était organisée pendant des siècles. Il révèle un état d'esprit différent de celui qui existe ailleurs. Le droit n'était pas individualiste. Par exemple, la droit de propriété au Pays basque était collectif, se qui explique le succés des coopératives. J'ai un étudiant qui a commencé sa thése sur les manifestations de la solidarité basque. Il a trouvé beaucoup de documents dans les archives. En ce qui concerne le patrimoine familial, le respect de la maison ancestrale expliquerait pourquoi le Pays basque est demeuré lui-même pendant des siècles, qu'il a survécu. Maintenant avec l'invasion des étrangers, les basques se retrouvent en minorité. Nous pouvons, par exemple voir de belles fermes se vendre par appartements. Le morcellement des propriétés, c'est la fin du Pays basque.

-A l'heure actuelle que reste-il du droit basque?
Le droit basque est toujours en vigueur dans certains endroits le Pays basque Sud. Il est légalisé. Dans l'arrière pays, dans les zones aforadas on ne peut pas vendre la maison. Ces terres sont soumises aux Fors. Au Pays basque français, vers l'intérieur, ce droit existe toujours à l'état d'usages, il subsiste. Il y a toujours un seul héritier, les patrimoines ne sont pas partagés, ni vendus. La ferme n'est pas divisée. A l'arrivée du Code Civil en France la conception individualiste a été introduite. Au Sud aussi cette conception s'est introduite par d'autres biais. La propriété n'est plus indivisible. Le propriétaire a tous les droits. Il a le droit de se servir de la chose, de jouir des fruits et d'en disposer. Et, evidemment les propriétés se sont vendues. Au Pays basque Nord, surtout sur la côte, il suffit de regarder autour de soi pour voir le nombre de maison individuelle. Le foncier atteint des prix considérables. Les paysans, garants de la tradition de la maison indivisible, sont eux aussi tentés de vendre. Le paysage a ainsi beaucoup plus changé dans ces dernières années, que pendant des siècles, lorsque le droit basque était encore en vigueur.

-Vous continuez à donner des cours publics de droit basque alors que vous êtes à la retraite depuis l'année dernière, pourquoi cela?
Tout simplement parce qu'il n'y a personne pour me remplacer. Il n'y a pas d'universitaire basque affilié à l'université de Pau qui soit juriste, et qui puisse ainsi, prendre ma suite. Une université de plein exercice est revendiqué au Pays basque Nord, mais en attendant, à Bayonne nous n'avons personne pour nous remplacer. A l'heure actuel une université de plein exercice au Pays basque Nord est une utopie. Les professeurs ne veulent pas venir à Bayonne. De plus, je ne trouve personne pour prendre ma suite au Centre d'Etudes basques de la Faculté de Bayonne. Les études basques qui se font à Bayonne ne permettent pas de devenir juriste. Dans les élèves qui entament des études de droit, peu s'intéressent au droit basque. D'autres part, il y a très peu de non basques qui se penchent sur le droit basque. Ceux qui sont originaire des alentours du Pays basque préfèrent étudier le droit espagnol. Ici même il y a un droit très particulier, mais ils n'en tiennent pas compte. Il reste d'ailleurs beaucoup à faire sur le droit, ainsi que sur le Pays basque en général.

-Pouvez-vous nous dire quelques mots sur les particularités du droit basque qui vous passionne tant?
En ce qui concerne le droit privé, l'organisation de la famille et le droit de propriété étaient très originaux au Pays basque. La propriété basque n'était pas individualiste. L'héritier est, en vérité, seulement le gestionnaire des biens, il ne pouvait pas vendre. En basque on le nommait etxerakoa, soit, celui qui est pour la maison. Le propriétaire c'était toute la famille. De même pour les terres communales, la propriété était collective. En Labourd elle appartenait à tous les habitants du village, en Soule à tous les habitants de la Soule, et en Basse Navarre, à chaque vallée ou pays. Au Sud c'était pareil.

-Le droit public était aussi original, non?
C'était la démocratie. Prenez par exemple le Biltzar du Labourd. Dans chaque village, les assemblées de maîtres de maisons se réunissaient à la sortie de la messe le dimanche. Chaque maison avait une voix, quelle que soit son importance. Les maîtres de maison décidaient de tout ce qui concerne la communauté, toujours à la majorité. Puis, ils désignaient un représentant pour l'Assemblée Générale ou Biltzar. La réunion du Biltzar se déroulait en deux session. A la première, le Syndic exposait les propositions avec explications et commentaires. Puis les représentants retournés dans leurs villages ou les maîtres de maison votés sur les propositions. Les députés ramenaient les réponses à une seconde session du Biltzar. Chaque paroisse avait une voix. A la différence de ce qu'on appelle démocratie de nos jours, celle-ci n'était pas individuelle. C'était chaque maison qui avait une voix, et non chaque individu. La démocratie est à base familiale.

-Le droit matrimonial est aussi assez spécifique, non?
C'était toujours dans le même état d'esprit, soit la conservation de la maison à travers les générations. Les maisons étaient immuables, quasiment sacrées. Généralement, l'héritier épousait la cadette et l'héritaire, le cadet. Si l'héritier mourait sans enfants, c'est comme s'il n'y avait pas eu de mariage. C'était la séparation totale des biens. Elle ou lui reprenait sa dot. Si la cadette mourait, l'héritier rendait la dot à la famille de la cadette. S'il y avait un enfant, automatiquement, c'était la communauté totale de tous les biens. Si l'héritier mourait, sa femme pouvait même se remarier dans la maison. Elle y était intégrée.

-En ce qui concerne la forme, le droit basque était coutumier, pouvez vous nous expliquer ce terme?
Le droit sous l'ancien régime était coutumier. Au Pays basque entre autres. La loi et la coutume sont deux sources opposées du droit. La loi est autoritaire, imposée par un pouvoir, la coutume est née du peuple lui même. Le droit est devenue coutumie à une époque où il n'y avait pas de pouvoir légiférant,à la fin de l'époque carolingienne. Les populations se sont fait leur propre droit. Elles ont organisé leurs relations. Il y avait autant de coutumes qu'il y avait de communautés. Ce droit fùt rédigé contre l'invasion du droit romain, XVIème siècle en France. C'est grâce à ces écrits notamment, ainsi qu'aux archives notariales que nous pouvons l'étudier, même si la terminologie du droit romain, en vigueur à l'époque, à été adopté.

Une vie consacré au droit basque

Née en 1934, elle avait arrêté ses études de droit après s'être mariée. Par les hasards de la vie, elle s'est intéressée au droit basque. Lorsqu'elle a divorcé et s'est remise aux études, elle a fait sa thèse sur les contrats de mariage au Labourd sous le règne de Louis XVI. C'est là qu'elle a découvert ce droit basque. Depuis elle n'a pas arrêté de l'étudier. Aujourd'hui à la retraite, elle continue son travail dans le Centre de recherche d'Etudes Basques de la faculté pluridisciplinaire de Bayonne qu'elle a elle même créé. Vis à vis de l'administration elle ne le dirige pas, mais en réalité c'est elle qui le maintient en vie. Elle prépare la publication d'un colloque fait en 2000. Il traite du droit de la famille comparé, en Guipuzcoa, en Biscaye, en Navarre, en Pays basque Nord, ainsi qu'en France et en Espagne. D'autre part, elle coordonne deux autres projets. L'un s'intitule « le droit et l'organisation des espaces au Pays basque : influences de la conceptions du droit de propriété sur le paysage». Elle prépare un autre travail sur les religions de l'origine à nos jours au Pays basque. Elle est aussi toujours enseignante. Elle donne des cours public de droit basque à la faculté de Bayonne. Elle débuta à Pau puis à Bayonne. Par l'intermédiaire d'Eugène Goienetxe elle débuta en tant qu'assistante, puis maître assistante, maître de conférence puis professeur. Elle est venue à Bayonne lorsque l'antenne universitaire a été créé. Elle a d'ailleurs, elle même participé à sa création. 


Photo: Nora Arbelbide



Euskonews & Media 215. zbk (2003 / 06 / 20-27)

 

 

 

14:34 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

18-04-09

Vakantie...

 

De vakantie zit erop…

850 km scheiden me van de Bretoense vrienden maar zoals Gilles Servat het zingt:

Je vous emporte dans mon coeur! Ik draag jullie mee, in mijn hart !

 

De bezoekers van dit Blog zullen zich misschien afvragen wat iemand die het steeds maar heeft over Baskenland en de Baskische muziek te zoeken heeft in Bretagne…

Moeilijk uit te leggen

 

Dank zij een Bretoen leerde ik de Baskische muziek en Peio SERBIELLE kennen! Het was op de Bretoense Radio Bro Gwened dat ik voor het eerst « Balade en Pays Basque” hoorde. De enige uitzending waarin wat uitleg te horen is over de Baskische artiesten, instrumenten en ook nog een vertaling (in het Frans) van de gezongen teksten.

Alain HERVOCHON is de maker van dit unieke programma.

 

Hoe verliep de vakantie? Fijn, dank je

En ja, natuurlijk ontmoette ik Alain! Alain is het type Bretoen waarover Léo Ferre zong dat hij “loodzware pannenkoeken serveert omdat deze gevuld zijn met gevoelens”

 

Het waren dan wel geen pannenkoeken die hij ons bereidde, voor onze aankomst, maar een uitstekende « raclette »! Aan de zorgen waarmee alles voorbereid was kon je merken dat de “gevoelens” deel uitmaakten van de ingrediënten…

We hebben het over Baskische muziek gehad, hebben naar Baskische muziek geluisterd en deze becommentarieerd. Er viel zoveel te vertellen… De flessen Bretoense cider hebben een kort leven geleid

Maar wat wil je? Kletsen veroorzaakt dorst! En de Bretoense cider is zo lekker! Alain heeft ons trouwens enkele flessen cadeau gedaan in het vooruitzicht van de onvermijdelijke “caffard” die gepaard gaat met het opbergen van de valiezen.

 

 

 

Voor de derde maal verbleven wij in dezelfde gîte, in Kerham

Deze gîte was voor de verbouwing tot gîte een opnamestudio! De huidige eigenaars zijn Jean-Jacques Mel en zijn vrouw Annie, een jong en sympathiek koppel. Jean-Jaques is ergotherapeut maar in zijn vrije tijd is hij dichter, zanger en producer! Hij heeft zopas een nieuwe CD uitgebracht: “Passage secret”. Een “geheime doorgang” naar zijn gevoelens en herinneringen. Het werd dus een heel persoonlijke CD die weldra te horen zal zijn op Radio Bro Gwened maar ik kan iedereen aanraden de CD te kopen en rustig te beluisteren, knus gezeten in een zetel, met al dan niet een glas cider binnen handbereik…

 

m_5b36438498f449128ed19eb99ed059cd


 

De wereld is kleinJean-Jacques schonk ons de laatste CD van de groep K’vell. 

“Sentinelles de la mer”

Naast klassiekers van het Bretoense repertoire zijn er op deze CD heel wat zeer mooie liedjes van… Bernard RAUD! Zegt de naam je niets? Vergeten ?

Bernard Raud was een van de artiesten die op 27 januari 2006, in Ploemeur, op het podium stond om zijn steun te betuigen aan Peio SERBIELLE !

 

http://www.youtube.com/watch?v=jL3jL_N-A4I

 

 

OK ! Ik denk dat ik nu een fles cider ga ontkurken…

 

 

 

19:33 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

Fini les vacances...

 

Fini les vacances ! Déjà…

850 km me séparent des amis Bretons…

Mais comme le chante Gilles Servat : Je vous emporte dans mon cœur !

 

 

Mais vous, visiteurs de ce Blog, vous devez vous demander ce que je vais chercher en Bretagne alors que j’aime tellement parler du Pays Basque et de sa musique…

Il y a des choses qui ne s’expliquent pas 

 

Vous avez oublié comment j’ai découvert Peio SERBIELLE ? C’est à Alain HERVOCHON que je le dois ! Et c’est sur Radio Bro Gwened qu’on peut écouter son émission. La seule émission de musique basque avec quelques mots d’explication sur les interprètes, instruments + traduction en français des chansons ! Si vous connaissez d’autres émissions dans ce genre, faites moi savoir !

 

Alors, ces vacances ? Elles étaient super, merci 

Oui, j’ai revu l’ami Alain. Un vrai Breton ! Du genre…


…qui t'file une bonne crêpe en ciment
Tellement il y a fourré des tonnes de sentiments

(Ferré)

 

OK ! Bon ! Il ne nous avait pas préparé des crêpes mais une raclette. Nous avons discuté musique, écouté musique, commenté musique en vidant quelques bouteilles de cidre… Discuter donne soif ! Et le cidre breton est si bon ! D’ailleurs, Alain nous a filé quelques bouteilles pour soigner la flemme qui ne manquera pas de nous surprendre en rangeant nos valises et souvenirs.

 

 

Ca fait trois ans de suite que nous louons un gîte à Kerham. Un gîte qui, avant d’avoir été transformé en gîte… était un studio d’enregistrement ! Les propriétaires actuels sont Jean-Jacques Mel et son épouse Annie, un couple jeune et sympathique. Jean-Jacques est ergothérapeute et poète,  chanteur et producteur pendant ses heures libres. Il vient de sortir un CD « Passage secret », le « Passage secret » vers ses états d’âme et souvenirs. C’est un CD très personnel qui vaut l’écoute et qu’on entendra bientôt sur Radio Bro Gwened. Mais le mieux, c’est de l’acheter et de l’écouter, blotti dans un bon fauteuil, avec ou sans verre de cidre à portée de la main…

 

m_5b36438498f449128ed19eb99ed059cd
 

 

 

Le monde est petit☺. Jean-Jacques nous a offert un CD du groupe K’vell.  « Sentinelles de la mer »

En dehors de quelques classiques du répertoire Breton j’ai retrouvé sur ce CD de bien jolies chansons de… Bernard RAUD ! Ce nom ne vous dit rien ? Oublié ?

Bernard Raud était un des artistes qui le 27 janvier 2006, à Ploemeur, chantait pour exprimer son soutien à Peio SERBIELLE !

 

http://www.youtube.com/watch?v=jL3jL_N-A4I

 

 

Bon… Je crois que je vais aller ouvrir une de ces bouteilles de cidre…

 

 

 

 

14:59 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

04-04-09

Je dors en Bretagne ce soir

 

Je dors en Bretagne ce soir…

 

http://www.youtube.com/watch?v=kuq9h6qzNts

 

Les pommiers fleuris du printemps
Et la grêle de temps en temps
Sur les talus la blanche épine
La tige fine qui s'incline
Les ajoncs de
La Roche-Bernard
Beauté
prise dans un regard

Par chance et aussi par vouloir
Je dors en Bretagne ce soir

L'abeille sur le liseron blanc
Et en surface d'océan
L'évanouissement des vagues
L'ombre d'un chemin qui zigzague
La graine des genêts craquant
En plein midi au bord des champs

Par chance et aussi par vouloir
Je dors en Bretagne ce soir

Les bruines de l'arrière-saison
Voilant des ports sans horizon
Une sirène qui résonne
Portant mélancolie d'automne
Le galop fou du vent salé
Sur l'infini des monts d'Arrée

Par chance et aussi par vouloir
Je dors en Bretagne ce soir

L'onglet du pecheur étripant
Le poisson sur le pont glissant
L'alignement mégalithique
Que fait reluire la pluie oblique
Et un peu de neige parfois
Qui blanchit l'ardoise des toits

Par chance et aussi par vouloir
Je dors en Bretagne ce soir

Dans la beauté

DSCN0003-400

22:45 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

03-04-09

Vakantie!!!!

 

Even uitrusten….! Bretagne!

 

Un peu de congé! Un peu de repos…

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=kuq9h6qzNts

 

http://www.youtube.com/watch?v=JgjhmoUAEsU

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=Kkl4ssj8uyA

 

http://www.youtube.com/watch?v=Z3NvkHnZoR4

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=mqf1FMXp0lQ

 

http://www.peio-serbielle.com/

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=WlKSIduOsUA

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=j_gXomMXUZU

 

 

21:51 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

13-03-09

Gu Gira Kantaldia

Présentation du concert 'Gu Gira Kantaldia'

Le concert "Gu Gira Kantaldia", qui aura lieu le 5 avril au Kursaal de Saint-Sébastien, a été présenté ce jeudi. Une belle occasion pour revivre les années 70, avec, entre autres, Antton Valverde, Gorka Knörr, Urko, Gontzal Mendibil, Iñaki Eizmendi, Urbil & Txomin Artola, Mixel Ducau (Errobi) et Niko Etxart. Voir la vidéo

 

http://www.eitb.com/video/fr/detail/107863/presentation-du-concert-gu-gira-kantaldia/

 irudiak%2Fgugira

12:05 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

10-03-09

ELKAR

 

 elkar_logo_esaldi

http://www.elkar.com/norgara.cfm?hizkuntza=3&cfid=9280705&cftoken=25708492&

20:33 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

03-01-09

Bayonne - Castres. Bayonne rouwt

BAYONNE-CASTRES, Bayonne rouwt.

 Michel Mixelena, Mixu, werd gisteravond het slachtoffer van een hartaanval terwijl hij naar de tribunes terugkeerde waar zijn vrouw en kinderen zaten. Even tevoren had hij een nummer gebracht had met Pottoka, de mascotte van de "Aviron Bayonnais"

 De dokters slaagden er niet in hem te reanimeren en iets na 22u werd zijn dood vastgesteld.

 Mixu, was de rocker die met de groep SUSTRAIA vrolijke ska-rock bracht en het clublied van de rugbyploeg in 2007, van een nieuw arrangement voorzag.

 Eind 2007 maakte hij een soloalbum met intiemere liedjes en in 2008 trad hij op met Maialen en Xabaltx in de formatie MMX.

 

 http://www.dailymotion.com/video/x6ztnr_mmx-hegoak-le-cli...

 

 eitb.com -  Bayonne |

Beaucoup d'émotion et de tristesse ce matin dans les cafés de Bayonne, à l'annonce du décès de Michel Mixelena, dit "Mixu", ancien leader du groupe Sustraia, victime d'un malaise cardiaque juste avant le coup d'envoi de la rencontre Bayonne-Castres.

 

Beaucoup de tristesse à l'annonce de la mort de Mixu. Le café du samedi matin aux premières heures du marché de Bayonne avait un goût plus amer que d'habitude, avec cette nouvelle qui rajoutait encore un peu plus de brume dans le regard des consommateurs habituels.

Michel Mixelena, dit "Mixu", a été victime d'un malaise cardiaque quelques minutes avant le coup d'envoi du match de rugby de l'Aviron Bayonnais, alors qu'il regagnait sa place dans les tribunes au côté de sa femme et de ses enfants après s'être produit sur le terrain en compagnie de Pottoka, la mascotte du club bayonnais.

Malgré des soins prodigués pendant plus d'une heure, les services médicaux ne sont pas parvenus à le réanimer à son départ du stade vers l'hôpital, vers 21h45, avant que son décès ne soit constaté peu après 22 heures.

Voix attachante et très populaire au Pays Basque, Mixu était une figure de la musique basque : résolument rock dans sa musique et dans sa tête, il venait de sortir un premier album solo à contre-courant. Par envie, envie de poser des mots sur des pages encore blanches, de dévoiler sentiments, opinions, de passer des coups de gueule de sa formation rock Sustraia à d'autres cris, mais d'amour.

Cela devait donner une musique chaude, intime, toute une ambiance acoustique chaloupée à déguster au coin du feu, travaillée d'une voix douce, charmeuse et charmante qui rendait toute l'émotion à ses textes.

Récemment, il participait à l'aventure du trio "MMX", aux côtés des chanteurs Xabaltx et Maialen : leur reprise du célèbre "Hegoak" en enchanta plus d'un, comme cette soirée d'été au Château d'Ascarats, réunis à l'occasion de l'ouverture du Centre de la Diaspora basque par EuskoSare.

Ses dernières phrases, sur son album solo, nous accompagnent aujourd'hui dans ce moment de deuil : "Que la vie soit musique, Que les maux soient mots, Et que le spectacle continue"

 

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.view...

 http://fr.truveo.com/Sustraia-et-Pottoka-Bayonne-2008/id/...

 http://www.lejpb.com/paperezkoa/20080726/88567/fr/Nous-vo...

 http://www.sustraia.fr/

http://www.euskosare.org/kultura/mixu_premier_disque

 

20:22 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

20-11-08

Acharnement et justice

Affaire de Quévert: le parquet général se pourvoit en cassation


COMMUNIQUE
Source : CARB
Porte parole: Klaod An Duigou

Publié le 20/11/08

PARIS - Suite à la décision de la Cour d'Assises d'Appel (spécialement composée) de Paris qui a rejeté l'appel formé par le parquet contre trois militants indépendantistes bretons, Christian Georgeault, Pascal Laizé et Gaël Roblin, qui avaient été acquittés dans l'Affaire de Quévert le 26 mars 2004, le parquet général se pourvoit en cassation « pour l'intérêt juridique de la question posée », à savoir la possibilité de faire un appel partiel d'un arrêt de Cour d'Assises .

Il s'agit là, à l'évidence, d'un véritable acharnement judiciaire et politique contre des militants indépendantistes qui ont déjà purgé les peines auxquelles ils avaient été condamnés.

Pour la Coordination Anti-Répressive de Bretagne,

Le porte-parole,

Klaod An Duigou ■

17:31 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

30-10-08

Balade en Pays Basque

Balade en Pays Basque

 

Even jullie er aan herinneren dat dit programma, gepresenteerd door Alain Hervochon nu iedere week te beluisteren is van 15u tot 16u op

 

 Radio Bro Gwened

 

Op Internet:

 

http://rbg.online.stalig.net/live.mp3.m3u

 

De maandagavond, van 21u tot 22u een herhaling van dit programma!

 

 

 

De play-list voor 1 november, opgesteld door Alain:

 

Ibon KOTERON / Kepa JUNKERA
"Adar okerra") (Kenwijsje)

LANTZ
http://www.myspace.com/lantzfolk

"Pelegria naizela"

ETXAHUN IRURI
http://www.eke.org/eke/gure_ekintzak/erakusketak/kantuketan/kantuketan_diska/goizian_argi_hastian.htm

"Goizean argi hastean"

Txomin ARTOLA
Amaia ZUBIRIA
"Goizean argi hastean"

Paitxi SAIZ
"Ai zer plazera"

ETXAMENDI/LARRALDE
Anje DUHALDE
Quatuor ARITZAK
"Lehen eta orai"

NAIA
http://www.myspace.com/naiarobles


 

 

22:19 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

23-09-08

Balade en Pays Basque

 

Après quelques semaines d'interruption,

l'émission "BALADE EN PAYS BASQUE"

est de retour sur les ondes de RADIO BRO GWENED

(Et sur INTERNET bien sûr !)

le samedi 27 septembre

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Après avoir tenu compte des remarques constructives

dont certain(e)s d'entre vous m'ont fait part,

d'importantes modifications interviennent :


* L'émission n'aura plus qu'une durée d' 1 heure

mais le rythme devient HEBDOMADAIRE !

( De 15 h à 16 h CHAQUE SAMEDI )


* Le samedi après-midi étant souvent

un jour réservé à diverses activités,

chaque émission sera REDIFFUSEE

le lundi soir de 21 h à 22 h


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


J'espère que ces modifications
répondront à vos attentes

et je vous donne donc
RENDEZ VOUS SAMEDI 27 SEPTEMBRE à 15 h
(Ou le lundi 29 à 21h)

Pour une "BALADE EN PAYS BASQUE"
nouvelle formule

Alain

http://baladeenpaysbasque.monsite.wanadoo.fr/ 

 

Zaterdag 27 september begint het nieuwe seizoen van « Balade en Pays Basque », na enkele weken onderbreking.

 Vanaf nu zullen wij iedere week, van 15u tot 16u, kunnen genieten! Voor de afwezigen is het mogelijk een herhaling te horen, elke maandagavond tussen 21u en 22u.

Voor meer info, klik op de link Alain!

 

 

21:44 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

25-07-08

O ma liberté

Un poème de Patrick Bulle (que je vous présenterai plus tard !)

 

 

O ma liberté

 

Sur les sentiers âpres de l’Artzamendi,

Bâton de marche en main, j’use ma cinquantaine,

Et si l’effort épuise le corps vieillissant

Il m’est plus doux que les remous de cette peine,

Car l’amour qui magnifie aussi avilie.

 

Sous le ciel bleu d’octobre,-où dansent des vautours-,

Qui dore et irise l’écume de la Nive

Qui déroule ses méandres vers l’océan,

Je suis venu dire au torrent ce qui m’arrive,

Que ce mal que j’ai est le mal d’amour

 

Et me voici là, à soupirer ma douleur,

En cette forêt d’Iraty qu’octobre dore,

Dressant ses long fûts en l’espace flamboyant ;

Me voici éructant ce mal qui me dévore,

Asséchant de mon âme la vive liqueur.

 

J’ai porté mes pas et ma peine sur la grève,

Eclaboussée par le crépuscule basque ;

Mais là encore les lanières du temps

Fouettent, autant que l’atlantique bourrasque,

L âme où l’amour demeure larvaire sans sève.

 

Ce mal, tapi au fond de moi, bête recluse,

Las, fait fi de mes sens que cet asile exalte ;

Mon corps est sa niche et mes larmes son sang.

Ses assauts, ses tourments n’ont ni cesse ni halte,

Comme la houle au large de Saint-Jean-de-Luz.

 

Je porte aussi, de cet amour, l’amère écume

Sur les contreforts si mordorés de la Rhune,

Aux fougères rousses et genêts jaunissants ;

Du lever du soleil au coucher de la lune

Mon âme langoureuse s’emplit de sa brume.

 

Aussi je vais parmi des voies d’asphodèles

Qui offrent aux cieux cléments leurs blanches hampes ;

Leurs suave, doux parfum, des plus envoûtants,

N’anesthésie pas ce mal qui, en moi, rampe :

Je demeure, ô ma liberté, sa citadelle.

 

Ecrit en Octobre 2005, au Pays-Basque ,sur les flancs de L’ARTZAMENDI, en pensant à vous, cher Péio Serbielle, et en écoutant vos chansons (lecteur Mp3), et y « aérant » ma solitude

 

 

23:04 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-05-08

Vriendschap...

Le vieux renard.
 
            La mémoire est un diamant que le temps enfouit sous la poussière des jours qui passent...
            Parfois, il suffit d'un coup de vent pour que le diamant revienne à la lumière, et brille de toutes les facettes du souvenir.
 
            C'est une tornade qui a balayé la mienne, de mémoire.
            D'un coup, je suis revenue plus de vingt ans en arrière, à ce jour où j'ai compris, le nez dans les gravillons, qu'il y avait réellement un problème au Pays Basque. Jusqu'alors, Euskal Herria se résumait pour moi à des clichés touristiques et à une petite boite, décorée d'une « etxe » aux murs blancs et au toit rouge, sur laquelle était écrite une formule mystérieuse: « Zazpiak bat ». A deux cents kilomètres de la frontière, le nationalisme basque semblait aussi lointain que les histoires de martiens, et l'ETA (terme qui englobait Iparretarrak), une nébuleuse menaçante dont on n'entendait parler que quand un drame se produisait.
            Et puis un jour, lors d'une fête chez des amis à Terrasson, en Dordogne, le maître de maison m'a demandé comme un service de « m'occuper » d'un Basque qui venait d'atterrir dans le coin, et qu'on avait invité parce qu'il ne connaissait personne et qu'à cette époque on avait le sens de l'hospitalité. Le problème, c'est qu'il parlait fort mal le français, et en plus avec un accent épouvantable, et qu'il fallait quelqu'un qui parle espagnol pour lui tenir compagnie, ce qui me désignait quasi automatiquement. Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette première rencontre fut électrique, et que l'orage n'a pas grondé que dans le ciel du Périgord! Il avait le don de m'exaspérer quand il me disait d'un ton goguenard, avec son accent biscayen : « Yé souis oun vieux rrrenard ! »... J'ai essayé de lui faire comprendre que la violence ne peut rien résoudre, il a tenté de m'expliquer que la violence répond à la violence, et que parfois cela semble le seul chemin pour se faire entendre et ne pas mourir dans l'indifférence générale. Même s'il restait persuadé que la négociation était l'issue qui s'imposerait tôt ou tard. D'ailleurs, il était persuadé que nous n'aurions pas à attendre très longtemps...
            Nous avions fini par conclure un armistice.
            Nous sommes même devenus amis, de vrais amis, de ceux pour lesquels le temps et la distance ne comptent pas, parce qu'il n'y a pas de prescription pour l'amitié.
            Vingt ans après, j'ai gardé mes convictions. « Nik ere bai » (moi aussi) », me répondrait-il s'il m'entendait. Mais j'ai appris beaucoup de choses en vingt ans. Entre autres, que Euskal Herria n'est pas peuplé de martiens et que la lutte des Basques est une douloureuse réalité et non une saga virtuelle.
C'est ce que j'ai réalisé, le 14 juillet suivant, le nez dans mes gravillons. Toute la bande - le vieux renard compris - s'était rendue à Sarlat. Il y avait de la musique, du soleil, des gens qui se promenaient en riant, des gamins qui couraient... Tout-à-coup, des pétards ont explosé près de nous. Avant que j'aie compris ce qui se passait, je me suis retrouvée plaquée au sol, coincée sous le copain. Il avait instinctivement réagi à ce qu'il avait perçu comme une fusillade! Heureusement pour moi qu'à l'époque il avait moins de rondeurs qu'aujourd'hui! C'est là que j'ai réalisé que ce qu'il me racontait n'était pas du roman. Il s'était excusé, un peu gêné. Mais c'est moi qui aurais dû m'excuser.
            Je n'ai pas eu l'occasion de le faire. Quelque temps plus tard, il disparaissait dans la nature pour échapper au GAL. Et puis avec le temps, j'avais un peu oublié l'incident.  Mais durant toutes les années passées sans avoir de ses nouvelles, j'ai tremblé de voir apparaître son nom à chaque arrestation de militants basques.
            Jusqu'à la tornade du 20 mai où je l'ai pris en pleine figure lors du journal télévisé.
            Il n'a pas changé. Il a gardé le même accent où les « rr » roulent comme les galets dans la Nive. Et ses convictions n'ont pas changé non plus.
 
            A ceux qui me disent qu'il est imprudent de se déclarer amie d'un « présumé chef de l'ETA », je répondrai que si l'amitié est un délit, je l'assume avec fierté.
            A mon « vieux renard » et à tous ceux qui se retrouvent en cage pour avoir tant aimé leur patrie, je dis : « Agur, jaunak, agur t'erdi ».
 
Annie Arroyo
 

20:54 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

30-04-08

Verlof!

 

 

Morgen, 1 mei, vertrek ik op verlof!!!

Vergeet niet ook mijn links te bezoeken!!!

En hieronder, enkele mooie en interessante vidéo's.

 De muziek: EGON!

 

http://fr.youtube.com/watch?v=jOEL0FQc9KU

http://fr.youtube.com/watch?v=mkJmyHU9gKA

http://fr.youtube.com/watch?v=QRaDDA9Rt9w

http://fr.youtube.com/watch?v=TVZRnJRVTC0

http://fr.youtube.com/watch?v=MXQkuEgPtUE

http://fr.youtube.com/watch?v=smn82ZGLuSU

17:36 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

29-04-08

UNPFII

 

 

AFRIQUE, POLYNÉSIE, PÉROU...

La deuxième semaine de cette 7ème session de l'UNPFII débute par des prises de parole de délégués africains, polynésiens, guatémaltèques, péruviens.  Nos compatriotes n'ont pas encore pu s'exprimer à la tribune faute de temps (le nombre d'inscrits étant vraiment très important) mais gageons qu'ils réussiront à porter la voix de notre peuple autochtone basque dans les jours qui viennent. Nous publions le reportage audio du jour de notre envoyé spécial, Jojo Bidart. 

De tweede week vangt aan. De Baskische delegatie heeft het woord nog niet kunnen nemen door tijdgebrek. Het aantal ingeschrevenen voor de tribune is indrukwekkend. Zij hopen weldra aan het woord te komen. Een audioreportage is te beluisteren op

 

http://autonomia.hautetfort.com/

 

 

15:06 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

25-04-08

 

 

 

Herriak bizzi behar du !

Photos et reportages audio

http://autonomia.hautetfort.com/

 

LES PEUPLES DOIVENT VIVRE

23:35 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

24-04-08

AUTONOMIA

 

 

1/ REPORTAGES SONORES



 Jojo Bidart et Audrey Hoc, nos reporters son pour des reportages quotidiens (en basque) diffusés en direct sur Irulegiko Irratia et retranscrits sur ce blog. En ouverture de cette session de l'UNPFII, à noter la présence remarquée du président bolivien, Evo Morales.

http://autonomia.hautetfort.com/




Pour tout contact direct avec les membres de la délégation citoyenne basque présente à New-York, dans le cadre de la 7ème session de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones : audreyhoc@hotmail.com
Autre contact, en Pays basque : gabrielmouesca@gmail.com - mobile : 06 23 16 27 23

 

 

Directe commentaren te beluisteren via de webstek AUTONOMIA (link hierboven)

11:26 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

20-04-08

PERMANENT FORUM OVER INHEEMSE KWESTIES

 

VOIX AUTOCHTONES A L'ONU

Chaque année, à New York, des délégations des peuples autochtones du monde entier se rassemblent durant l'Instance Permanente aux Questions Autochtones de l'ONU. Cette année, du 21 avril au 2 mai, une délégation de 10 citoyens du Pays basque nord sera présente lors de la 7ème session. Organisée à l'initiative d'Autonomia Eraiki, cette délégation veut alerter l'assistance de l'UNPFII sur les contradictions de l'Etat français, car celui-ci a signé des traités internationaux qu'il ne respecte pas, puisqu'il ne reconnaît pas les peuples autochtones de son territoire. Manifestement, l'Etat français refuse de reconnaître aux Basques se trouvant présentement sous son administration le statut de peuple autochtone. Statut qui, à la lecture des critères onusiens s'applique parfaitement aux Basques du Pays basque nord.

Informer l'opinion internationale sur la question basque c'est le deuxième objectif de cette initiative. La délégation établira des contacts avec les représentants des peuples sans Etat présents dans cette assemblée afin de construire des ponts avec ces gens qui ont le même problème existentiel que nous. Ce sera également l'occasion de rencontrer la diaspora basque de New York.

La volonté de trouver un autre lieu pour y être entendu a encouragé ces représentants de la société civile basque à se rendre à New York. Pour cette première expérience, ils auront un statut d'observateurs. Cependant, ils ont l'intention d'entamer les démarches pour y participer en tant que membres actifs.

L'UNPFII (United Nation Permanent Forum on Indigenous Issues) a été créée pour promouvoir la visibilité des questions autochtones au niveau international. Cette instance fait partie du Conseil Economique et Social de l'ONU. Elle promeut les projets développés par ses membres et elle a comme objectif d'influencer les Etats sur les questions liées aux peuples minoritaires.

Lire l'article sur le JPB 

Eneko Bidegain-en artikulua Berria egunkarian 
 

Ieder jaar heeft, in New York, het Permanent Forum over Inheemse Kwesties van de Verenigde Naties plaats. Dit jaar loopt het Forum van 21 april tot 2 mei en een Baskisch delegatie uit Ipparalde zal aanwezig zijn. Op initiatief van AUTONOMIA ERAIKI willen 10 burgers het Forum inlichten over de tegenstrijdigheden binnen de Franse staat die wel internationale akkoorden tekent maar deze op zijn grondgebied niet eerbiedigt, aangezien de inheemse volken op Frans grondgebied niet erkend worden en hen dit statuut geweigerd wordt.

De delegatie wil van deze gelegenheid gebruik maken om het Baskische probleem aan de internationale opinie voor te leggen en contacten te leggen met vertegenwoordigers van andere Volken zonder Staat.

De wil om gehoord te worden heeft 10 Baskische burgers doen besluiten naar dit Forum te gaan, zij het met het statuut van "waarnemers". Stappen om later ook actief deel te nemen zullen ondernomen worden.

http://www.un.org/esa/socdev/unpfii/

autonomia

 

16:25 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (2) |  Facebook |

 

 

Radio Bro-Gwened : née en 1983 de la volonté d'associations travaillant en pays vannetais à la défense et à la promotion de la langue et de la culture bretonnes, Radio Bro-Gwened est une des radios associatives les plus anciennes du Morbihan. Elle émet sur 3 fréquences : 92.6 Mhz (Pontivy), 101.7 Mhz (Nord-Morbihan) et 97.3 Mhz (Sud-Morbihan). Radio Bro-Gwened réalise quotidiennement 3 journaux d'informations locales (dont un flash en breton) et 7 heures de magazine (4 h en breton) avec invités, interviews et reportages.

 

Mais Radio Bro Gwened est, aussi accessible via Internet sur

http://rbg.online.stalig.net/live.mp3.m3u

pour que vous, et moi, passons du bon temps !

Et j'aimerai passer un peu de publicité pour mes programmes « coup de ♥ ». Ceux qui font que mes week-ends, malgré la pluie, soient ensoleillés !

« Balade en Pays Basque »

Animé par Alain Hervochon

Alain nous fait découvrir la musique basque, peu connu « par chez nous » ! Il ne se contente pas de nous « passer » des chansons !

Alain il nous explique le sens, l'origine. Il nous traduit... Il fait que nous comprenons mieux les basques ! Et en fin de programme il met sa « play-list » sur

http://www.myspace.com/baladeenpaysbasque

pour que nous puissions continuer à découvrir et approfondir notre connaissance de la musique basque !C'est, à ma connaissance, le seul programme de ce genre !Et je m'avoue « accro » J

 

« Le Petit Jus Irlandais»

Animé par Yann-Erwan

Ce passionné de la musique Irlandaise nous sert ce « Petit Jus Irlandais »  depuis bientôt 12 ans! Yann-Erwan est LE spécialiste de la musique irlandaise et son enthousiasme nous entraîne bien hors de sa « grille horaire » ! Sans parler des veillées de Noël et  Nouvel An animées, pour le plaisir de nous tous, par ses soins!

Pour les Belges : Orion ( Rudi Velghe et Raquel Gigot) font partie des groupes qu'il suit depuis le début !

Découvrez aussi http://www.myspace.com/Yann_Erwan

« Poivre et Celte »

Animé par Gwen

http://www.poivreetcelte.blogspot.com/

Gwen vous propose un programme composé de musique celtique et de rythmes plus épicés ! Ces rythmes épicés, il va les chercher un peu partout ! Ca vous fait l'équivalent d'un bon Chili Con Carne ! A déguster entre amis !

Ce 19 avril 2008 , avec un peu d'attention, on pouvait gagner un Cd du groupe Belge Dazibao ! http://www.muziekpublique.be/html/fr/concerts/cf20071103d...

« Les Détourneurs de Corbillard »

.....tous les dimanches à partir de 18h sur Radio Bro Gwened.

 Les Détourneurs se présentent :

"Vos oreilles interceptant ces mots, il est donc de supposer que nous avons les mêmes préoccupations.

Nous éprouvons ce besoin physique de vous faire part de nos coups de coeur, voire de les exprimer tout simplement ; goutte d'encre dans une mer d'informations, poignées de Herz alternatifs dans un océan de décibels.

Des larmes de bonheur ou de rage, pleins les yeux, aprés avoir vu un film, ou lu un livre, et voila que nos voix s'en viennent charmer la bande FM....et vous chers auditeurs!

Alors attention... soyez intelligemment en marge, lisez, regardez, soyez curieux, pour que personne ne le soit jamais à votre place.

Vous êtes sur Radio Bro Gwened et vous écoutez les Détourneurs de Corbillards...."

http://yshintu.free.fr/html/bandeaugauche.htm

Tous les dimanches, à l'heure où la flemme nous guète, les Détourneurs de Corbillard viennent nous distraire, nous intriguer... Ils viennent nous détourner, pendant une heure, de ces petites ou grandes inquiétudes qui nous rongent avant d'entamer une nouvelle semaine...

Si je fais un article sur Radio Bro Gwened et mes programmes « coup de ♥ »,  c'est parce ces programmes me semblent importants ! J'y tiens ! Ces programmes méritent d'être découvert par tous !

Je sens chez ses animateurs BENEVOLES une lassitude ! Consacrant tout leur temps libre à la préparation de leur programme, faisant nombreux kilomètres  pour présenter leur programme... Ils se trouvent, trop souvent, confrontés à des problèmes techniques... Ils se plaignent du peu d'interaction !

Ils ne bénéficient pas  de la publicité qu'ils méritent ! Nous avons besoin de leurs programmes !  A nous, les auditeurs,de faire de la publicité !!!

12:34 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

30-03-08

Askatasuna - verslag 2007

 

askatasuna

 

 

21 mars, 2008

BILAN REPRESSIF EUSKAL HERRIA 2007

REPRESSION POLITIQUE AU PAYS BASQUE

Année 2007

Introduction

 

Arrestations 490

 

-gardes à vue au secret 124

-gardes à vue normales 55

-pour accomplissement de la peine 87

-pendant des mobilisations 224

 

Plaintes de tortures 42

Personnes incarcérées 209

Citations à comparaître 57

Actions interdites 123

Attaques de la police 97

-blessé(e)s 148

Contrôles sur la route* 2.155

* contrôles sur la route réalisés par les sections spéciales antiterroristes de différents corps de police

 

1.- ARRESTATIONS AU PAYS BASQUE POUR DES MOTIFS POLITIQUES

 

Sur les 490 personnes arrêtées pour des raisons politiques au Pays basque pendant l’année 2007, 124 ont subi une garde à vue au secret. Ces gardes à vue au secret ont été demandées par l’Audience Nationale espagnole ainsi que par les juges de la 14è section du Tribunal de Paris. 55 d’entre elles seulement ont été des gardes à vue normales. Ces 179 personnes arrêtées ont été accusées d’une supposée relation avec l’ETA. 87 personnes ont été arrêtées et incarcérées pour accomplir leur peine. Ces tribunaux ont incarcéré, au total, 209 personnes. Les autres 224 personnes arrêtées par les différents corps de police l’ont été pendant des mobilisations ou actions de protestation. Parmi toutes ces personnes arrêtées aucune n'a été incarcérée, mais elles ont été inculpées et devront subir toute la procédure judicaire.

 

1.                              ARRESTATIONS : DONNÉES GÉNÉRALES

2.                               

Arrestations 490

Gardes à vue au secret 124

Gardes à vue normales 55

Pour accomplissement de la peine 87

Mobilisations 224

Plaintes de torture 42

Incarcérations 209

Gardes à vue au secret 93

Gardes à vue normales 23

Pour accomplissement de la peine 93*

Plaintes de torture 42

Gardes à vue au secret 42

·                     6 jeunes se sont présentés volontairement pour accomplir leur peine

 

II. ARRESTATIONS EN GARDE À VUE AU SECRET

 

Personnes arrêtées 124

Garde Civile 14

Police Nationale espagnole 57

Police française 53

Personnes incarcérées 93

Garde Civile 12

Police Nationale espagnole 41

Police française 40

Plaintes de torture 42

Garde Civile 12

Police Nationale espagnole 30

 

III. ARRESTATIONS EN GARDE À VUE NORMALE

 

Personnes arrêtées 55

Garde Civile 3

Police Nationale espagnole 22

Police française 5

Ertzaintza (police basque) 19

Mexique 1

Canada 2

Scotland Yard 3

Personnes incarcérées 23

Garde Civile 1

Police Nationale espagnole 12

Ertzaintza (police basque) 4

Mexique 1

Canada 2

Scotland Yard 3

 

IV. PERSONNES ARRÊTÉES POUR ACCOMPLISSEMENT DE LA PEINE

 

Personnes arrêtées 87

Garde Civile 4

Police nationale espagnole 46

Police française 3

Ertzaintza (police basque) 33

Police municipale 1

 

V. PERSONNES ARRÊTÉES LORS DE MOBILISATIONS ET ACTIONS RÉALISÉES POUR DENONCER LE MANQUE DE LIBERTÉ D’EXPRESSION

 

Personnes arrêtées 224

Garde civile 7

Police nationale espagnole 20

Police française 10

Ertzaintza (police basque) 113

Police de la Navarre 56

Police municipale 18

 

VI. ANNEXE. PERSONNES ARRÊTÉES PAR LES DIFFERENTS CORPS DE POLICE

 

Arrestations

Garde civile 28

Police nationale espagnole 145

Police française 71

Ertzaintza (police basque) 165

Police de la Navarre 56

Police municipale 19

Mexique 1

Canada 2

Angleterre 3

Personnes incarcérées

Garde civile 13

Police nationale espagnole 99

Police française 40

Ertzaintza (police basque) 37

Police municipale 1

Mexique 1

Canada 2

Angleterre 3

Plaintes de torture

Police nationale espagnole 30

 

 

2. RESTRICTIONS DES LIBERTÉS DÉMOCRATIQUES : PERSECUTION DES ACTIVITÉS POLITIQUES ET TRIBUNAUX D’EXCEPTION

 

I. CITATIONS À COMPARAÎTRE : 57 Basques

En application de la stratégie de mise hors-la-loi des organisations et collectifs basques, 57 citoyens et citoyennes basques ont été cités à comparaître devant le juge ou bien ont été accusés d’organiser des activités politiques.

Citations 57

Audience Nationale espagnole 37

Tribunal Supérieur de Justice du Pays basque (TSJPV) 7

Autres tribunaux 13

 

II. ACTES POLITIQUES INTERDITS : 123 actes politiques ont été interdits à cause de la stratégie de mise hors-la-loi

123 actes politiques ont été interdits (mobilisations, assemblées, conférences de presse, hommages aux prisonnier(e)s politiques basques…) par décisions judiciaires ou administratives en application de la stratégie d’illégalisation.

Actes interdits 123

Mobilisations 92

Actes – Hommages 24*

Conférences de presse 5

Assemblées populaires 2

Audience Nationale 63

Mobilisations 49

Actes – Hommages 14

Conseiller de l’Intérieur du gouvernement basque (Balza) 29

Mobilisations 21

Actes – Hommages 6

Conférences de presse 1

Assemblées populaires 1

Délégation du gouvernement de la Navarre (Ripa) 30

Mobilisations 22

Actes – Hommages 3

Conférences de presse 4

Assemblées populaires 1

*Nota: La mairie de Portugalete a interdit l’acte de la « Journée de l’euskara » sans qu’une décision judiciaire ou administrative ait été communiquée auparavant.

 

Police responsable de faire accomplir les décisions d’interdiction

Actes interdits 123

Mobilisations 92

Actes d’hommage 24

Conférences de presse 5

Assemblées populaires 2

 

Ertzaintza 67

Mobilisations 47

Actes d’hommage 18

Conférences de presse 1

Assemblées populaires 1

Garde civile 32

Mobilisations 27

Actes d’hommage 4

Assemblées populaires 1

Police nationale espagnole 18

Mobilisations 15

Actes d’hommage 1

Conférences de presse 2

Police de la Navarre 3

Mobilisations 3

Police municipale 3

Actes d’hommage 1

Conférences de presse 2

 

III. PEINES. Peines qui représentent une montée du durcissement de la répression

 

a) Iñaki de Juana Chaos a été condamné, par la Cour de cassation espagnole, à une peine de trois ans de prison pour deux articles d’opinion publiés dans le journal Gara, il est accusé d’un délit de « menaces terroristes ». Ce fait est très grave puisque il représente un antécédent à la restriction du droit à la liberté d’expression.

b) Le 12 janvier 2007, la Cour de cassation espagnole a décidé que Jarrai-Haika-Segi était une « organisation terroriste », en imposant des peines de 6 ans à 23 militants indépendantistes et en criminalisant l’activité politique publique de ces organisations de jeunes, de façon à mettre au centre de la répression toute la base sociale du mouvement indépendantiste de jeunes.

c) Décision du Tribunal constitutionnel espagnol, du 10 mai 2007, par laquelle toutes les listes électorales du parti ASB aux élections municipales du 27 mai 2007 (246 en total) et 133 listes d’ANB seront invalidées.

d) Décision de la Cour de cassation espagnole qui ratifie la thèse et les peines imposées par l’Audience Nationale espagnole dans le dossier des « arrestations préventives » (les peines vont de 6 à 11 ans de prison parce que les noms de ces personnes apparaissent, présumément, sur une liste de l’ETA). Cette sentence apporte un soutien à la théorie policière que « tout est ETA » et à la pratique policière des « arrestations préventives ».

e) Sentence de l’Audience Nationale espagnole de décembre 2007 dans le dossier 18/98. La sentence affirme que KAS, Ekin et Xaki sont parties constituantes de l’ETA et que l’entreprise Orain et le collectif Josemi Zumalabe ont travaillé au service de l’ETA. En conséquence, 47 citoyens et citoyennes basques ont été condamné(e)s ou bien pour appartenance à bande armée ou pour collaboration, sans que pour autant aucun d’eux ait été accusé d’un délit concret. La sentence du dossier 18/98 a transformé en « terroristes » les personnes qui défendent certaines idées politiques.

 

IV. CONCLUSIONS : LES LIBERTÉS DÉMOCRATIQUES SONT BAFOUÉES AU PAYS BASQUE

Les forces d’occupation espagnoles et françaises qui se trouvent au Pays basque ont pour finalité d’appliquer les lois spéciales décidées spécialement pour le Pays basque. Ces 30 dernières années, le Pays basque a connu une répression très grave : exécutions, sale guerre, politique d’exécutions extra judiciaires, répression sauvage des mobilisations populaires… mais ce type de répression n’est plus présentable, actuellement, dans un pays de l’Union européenne soi-disant démocratique. Actuellement, la stratégie d’oppression des États a besoin d’une couverture juridique pour être la plus efficace possible et ainsi pour ne pas devoir en assumer les responsabilités : les lois contre le terrorisme, les tribunaux d’exception, le durcissement du code pénal, les délits-type des nouveaux terrorismes… L’État espagnol, qui a pour but de mater la dissidence basque, a imposé ce qu’on pourrait appeler le « droit pénal de guerre », conçu exclusivement pour le Pays basque, et l’État d’exception qui y règne. Cela implique que le cadre des libertés démocratiques a été complètement détruit.

- Loi antiterroriste (garde-à-vue au secret et torture)

- Élargissement du concept pénal de terrorisme dans le code pénal (mouvance de l’ETA et dossier 18/98 ; arrestations préventives, luttes des rues, mobilisations…)

- Loi des partis (mise hors-la-loi)

- « Loi Corcuera » (loi approuvée pour pénaliser les mobilisations : amendes administratives)

- Loi de vidéo-surveillance

- Acceptation des preuves d’ADN réalisées sans aucun contrôle judiciaire

- Loi du mineur

- Utilisation répressive de la prison préventive (possibilité de rester en prison pendant quatre ans en attente du procès)

- Loi de protection des témoins

- Extension des délits dans le code pénal tels que « apologie du terrorisme » et « menaces terroristes » (restrictions graves de la liberté d’expression)

- Loi contre des activités qui pourraient représenter des humiliations pour les victimes (loi spécifique pour aller à l’encontre des actes d’hommages et d'accueil des prisonniers et prisonnières)

- Nouvelles lois de la politique pénitentiaire :

- Prison à vie (prolongement de la limite maximale d'accomplissement d’une peine à 40 ans pour les délits de terrorisme)

- Disparition des Tribunaux de surveillance pénitentiaire de la province par le Tribunal Central de Surveillance Pénitentiaire de l’Audience Nationale)

- Interdiction d’étudier à l’Université publique basque, ce qui implique que les prisonnier(e)s basques ne peuvent pas étudier dans leur langue

- Restriction du droit aux communications

- Annulation des réductions de peine (doctrine Parot)

 

3. MILITARISATION DU PAYS BASQUE ET VIOLENCE POLICIERE

 

I. État policier

 

1. Garde civile, CRS, Police nationale espagnole, Gendarmerie, armée espagnole et armée française, services secrets des deux États (Renseignements généraux, CNI), police des Communautés autonomes (Ertzaintza et Police de la Navarre), gardes du corps… L’année 2007 a été l’année des chiffres les plus élevés de militarisation du Pays basque de l’ère moderne. Actuellement, le nombre d’agents de forces armées qui se trouvent au Pays basque est de 23.867.

 

2. Le budget annuel de tout cet appareil de répression est de 2.036 millions d’euros.

I. Si on ajoute à ce nombre les polices privées (autour de 6.000) et la police municipale (autour de 3.700), nous arrivons à 33.567 agents armés au Pays basque. Le ratio-policier est très supérieur à celui des autres États et peuples européens : 11,23 policiers ou agents armés par 1.000 habitants (le ratio en Espagne est de 5,0 et l’ONU recommande que ce ratio ne soit pas plus élevé que 3,0). Il faut ajouter à cela, les plus de 10.000 caméras de vidéo surveillance et une législation conçue exclusivement pour le contrôle et la répression. Compte tenu de toutes ces données, nous pouvons affirmer que le Pays basque est dans une situation d’ Etat policier.

 

Données 2005

Garde civile

Nombre d’effectifs 6.117

Casernements 82

Police nationale espagnole

Nombre d’effectifs 2.865

Casernements13

Armée espagnole*

Nombre d’effectifs 2.049

Casernements18

Armée et police françaises*

Nombre d’effectifs 2.200

Casernements 14

Ertzaintza (police basque)

Nombre d’effectifs 7.998

Casernements 31

Police de la Navarre

Nombre d’effectifs 638

Casernements 2

Sécurité privée et gardes du corps 2.000

TOTAL

Nombre d’effectifs 23.867

Casernements 160

(*) Ces données ne sont que des estimations.

- Manœuvres militaires de l’armée espagnole en six localités basques

- Agurain, Jaizkibel, Hernani, Orduña, Geetxo (un bateau de guerre).

- En septembre 2007, le ministre de défense espagnol a suspendu les « exercices militaires » que le BRIPAC de l’armée espagnole devait réaliser début octobre (cette brigade, en 2006, a réalisé des manœuvres militaires dans 27 localités basques).

- Construction de nouvelles infrastructures militaires et policières

- De nouveaux casernements de la Garde civile ont été construits à Santurtzi et à Lekunberri. Il existe un plan pour agrandir la caserne d’Intxaurrondo de la Garde civile.

- Nouveau commissariat de la police de la Navarre à Elizondo.

 

II. VIOLENCE POLICIÈRE ET IMPUNITÉ

Les citoyens et citoyennes basques doivent supporter de nombreuses conséquences de la répression que les forces de police font subir au peuple basque (persécution, contrôles sur les routes, arrestations, torture, menaces, interdictions…). Cette répression n’a qu’un objectif, protéger les modèles de vie et les projets politiques que les États espagnol et français veulent imposer au peuple basque. Ce qui implique que nous nous trouvons dans une situation où la démocratie fait défaut, puisque les États ont recours à des moyens policiers et militaires pour maintenir un projet politique.

 

a) Torture

Rapport de personnes qui ont déposé une plainte pour torture

 

Nom et prénom,Date,Lieux,Police,Tribunal,Situation

Bedouret Sébastian,6 janvier, Hernani, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Agirre Bernadal Iker, 25 janvier, Portbou, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Lerin Sanchez Jose Angel, 28 mars, Andoain, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Herrador Pousa Juan Karlos, 28 mars, Donostia, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Agote Arkaitz, 28 mars, Donostia, GC, J.C.I. Nº2, Prison,

Orue Iñigo, 28 mars, Idiazabal, GC, J.C.I. Nº2, Prison,

Agirre Itziar, 28 mars, Zizurkil, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Zinkunegi Endika, 28 mars, Oion, GC, J.C.I. Nº2, Liberté provisoire

Irigoien Lorea, 28 mars, Uharte-Arakil, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Lakano Sergio, 1 avril, ,Orereta, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Lamariano Unai, 1 avril, Donostia, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Gonzalez Pabon Joseba, 1 avril, Txantrea, GC, J.C.I. Nº2, Prison

Velasco Gorka, 10 juillet, Gasteiz, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Moreno Koldo, 10 juillet, Gasteiz, PN, J.C.I. Nº5, Prison,

Fernandez de Gamarra, Xabier, 10 juillet, Gasteiz, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Arroyo Urko, 10 juillet, Agurain, PN, J.C.I. Nº5, Liberté provisoire

Arginzoniz Zubiaurre Aritz, 10 juillet, Santander, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Elorriaga Joseba, 17 octobre, Getxo, P N, J.C.I. Nº5, Prison

De Gregorio Mikel, 17 octobre, Getxo, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Gezuraga Txomin, 17 octobre, Getxo, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Mimenza Aner, 17 octobre, Getxo, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Rodríguez Josu, 17 octobre, Berango, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Labajo Lander, 17 octobre, Berango, PN, J.C.I. Nº5, Prison

Goikoetxea Basabe Zigor, 17 octobre, Getxo, PN, J.C.I. Nº5, Liberté provisoire

Sardon Zabaleta Jon, 30 octobre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Liberté

 

Perez Quintans Unai, 30 octobre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Prison au secret

 

Alberdi Casanova Egoi, 30 octobre, Donostia, PN,J.C.I. Nº3, Prison au secret

 

Lamarka Pello, 30 octobre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Prison au secret

 

Arretxe Mikel, 30 octobre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Prison au secret

 

De Ibero Ekaitz, 30 octobre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Prison au secret

Garmendia Pradillo Julen, 30 octobre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Liberté

Coloma Iñaki, 7 novembre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Liberté provisoire

Ezkerra Ekatiz, 7 novembre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Liberté provisoire

Etxeberria Jon, 7 novembre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Liberté provisoire

Mendizabal, Martin, 7 novembre, Donostia, PN, J.C.I. Nº3, Liberté provisoire

Urdin Xabier, 19 novembre, Burlata, PN, J.C.I. Nº6, Liberté provisoire

Urdin David, 19 novembre, Burlata, PN, J.C.I. Nº6, Prison,

Gulina Iñigo, 19 novembre, Burlata, PN, J.C.I. Nº6, Prison,

Torrea Aitor, 19 novembre, Burlata, PN, J.C.I. Nº6, Prison

Gorriz Iker, 19 novembre, Burlata, PN, J.C.I. Nº6, Liberté provisoire

Oses Carrasco Jose Javier, 21 novembre, Iruñea, PN, J.C.I. Nº6, Prison

Lupiañez Gorka, 6 décembre, Berriz, GC, J.C.I Nº2, Prison

GC : Garde civile

PN : Police nationale espagnole

 

b) Répression contre des mobilisations populaires

Année 2007

Attaques de la police 97

Blessé(e)s 148

Contrôles d’identités* 990

(*) Contrôles d’identités lors de mobilisations et d'actions de propagande.

- Il faut souligner spécialement les attaques sauvages de la police basque du 6 janvier (Vélodrome d’Anoeta, Saint-Sébastien), du 24 février (manifestation à l'appel du Collectif de prisonnier(e)s politiques basques-EPPK) et celles du 9 septembre (manifestation en faveur des droits des prisonnier(e)s politiques basques pendant les fêtes de Saint-Sébastien). Malgré la présence de milliers de manifestants, la police basque a très durement attaqué ces trois manifestations. Le résultat en a été des dizaines de personnes blessées.

- La situation de répression en Navarre est très grave. D’un côté, la Navarre est le territoire le plus militarisé du Pays basque et, d’un autre côté, le gouvernement espagnol mène, par la main d’UPN (le PP de la Navarre) une politique qui cherche l’anéantissement de tout vestige d’identité basque (langue basque, drapeau basque, toponyme basque, Olentzero, etc.). Il y a une nouvelle donnée, la militarisation de la police municipale de Pampelune et son rôle chaque fois plus important dans la répression directe : attaques lors des manifestations, contrôles d’identité, amendes, passage à tabac, persécutions, etc.

 

c) Persécution et attaques

Année 2007

Nombre de personnes (1) 12

Locaux publiques

Perquisitions (2) 21

Attaques (3) 7

Attaques (4) 5

(1) Attaques contre les personnes (passages à tabac dans la rue, contrôles de police dans les routes…).

(2) La police entre dans certains locaux pour y faire des contrôles d’identité et pour perquisitionner.

(3) La police entre dans certains locaux pour attaquer les personnes qui s'y trouvent et laisse des personnes blessées.

Attaques contre certains locaux (casser les vitres, mettre le feu au local…).

 

d) Espionnage et contrôle social

- Six appareils GPS ont été trouvés, cinq dans des voitures et un dans un siège politique. Cela a été dénoncé publiquement.

- Vingt personnes ont déclaré avoir subi des menaces et des propositions de collaboration avec la police.

 

 

4. ANNÉE 2007 EN DEUX PHASES : LA 1ère VA DU 1er JANVIER AU 6 JUIN ET LA 2ème DU 7 JUIN AU 31 DÉCEMBRE

Voici les tableaux de la répression des États espagnol et français contre le Pays basque. L’année 2007 est divisée en deux phases, la phase A qui va du 1er janvier au 6 juin et la phase B qui va du 7 juin au 31 décembre.

 

I. DONNÉES GÉNÉRALES DES ARRESTATIONS

Arrestations

Phase A : 198 (40%)

Phase B : 292 (60%)

Personnes incarcérées

Phase A : 53 (25%)

Phase B : 156 (75%)

Plaintes pour torture

Phase A : 12 (29%)

Phase B : 30 (71%)

 

II. GARDES-À-VUE

Régime au secret

Phase A : 24 (19%)

Phase B :100 (81%)

Normales

Phase A : 19 (35%)

Phase B : 36 (65%)

Pour accomplissement de la peine

Phase A : 23 (26%)

Phase B : 64 (74%)

Mobilisations

Phase A : 132 (59%)

Phase B : 92 (41%)

 

III : ARRESTATIONS EN RELATION À L’ETA (sauf les mobilisations)

Arrestations* 266

Phase A : 66 (25%)

Phase B : 200 (75%)

Incarcérations 209

Phase A : 53 ( 25%)

Phase B : 156 (75%)

 

IV : INCARCÉRATIONS

Garde-à-vue au secret

Phase A : 21 (23%)

Phase B : 72 (77%)

Garde-à-vue normales

Phase A : 5 (22%)

Phase B : 18 (78%)

Pour accomplissement de la peine

Phase A : 27 (29%)

Phase B : 27 (29%)

 

V : AUTRES

Interdictions

Phase A : 46

Phase B : 77

Citations à comparaître

Phase A : 32

Phase B : 25

Attaques de la police

Phase A : 40

Phase B : 57

Blessé(e)s

Phase A : 89

Phase B : 59

 

 

5. CONCLUSIONS : ANALYSE D’ASKATASUNA

- Le Pays basque vit une situation grave, sans aucune démocratie. Les États français et espagnol nient la souveraineté politique du Pays basque. Mais cette négation des droits du peuple basque n’est pas la conséquence politique issue d’un débat libre et démocratique ; cette situation est le résultat exclusif d’une politique de répression : arrestations, torture, incarcérations, lois d’exception, amendes, déportation, contrôle social, violations des droits fondamentaux, persécutions… La société basque a montré maintes fois sa volonté politique d’être une nation libre et les États cherchent la façon de mater cette volonté à travers la répression. Il n’y a aucune possibilité de débat politique ; on veut imposer à la société basque le projet espagnol et français, un point c’est tout.

- Ni l’État français ni l’État espagnol n'ont un projet politique où la volonté de la société basque serait respectée, ils n’ont pas de projet démocratique pour le Pays basque. Utiliser la contrainte politique la contrainte politique : c’est la seule attitude de l’État espagnol et de l’État français envers le Pays basque Négation, dépendance, persécution, politique du NON… Comme ils n’ont aucun projet politique compatible avec la volonté du peuple basque, il ne leur reste que la répression pour s’imposer.

- Lois d’exception, négation des droits, tribunaux spéciaux de guerre et police partout dans les rues, sur les routes. Cette politique d’oppression a démontré que cet État de droit au Pays basque peut se transformer, lorsque cela convient aux intérêts des deux États, en un État policier. Actuellement, les États français et espagnol ont 16.000 agents de la police et de l’armée dans des casernements situés au Pays basque. En ce sens, nous pouvons affirmer que le fait d’utiliser des moyens policiers et militaires pour défendre un cadre juridique ne fait que démontrer qu’il n’y a pas de démocratie. Qu’appelle-t-on État de droit au Pays basque ? Habiller la répression d’une certaine apparence légale à travers de nouvelles mesures d’exception ? Actuellement, au Pays basque, « État de droit » est synonyme de violence d'État. Durant l’année 2007, « l’État de droit » a touché le fond plusieurs fois. Par rapport aux libertés fondamentales, il y a eu d’importants reculs : prison à vie si l'on se réfère à la politique pénitentiaire, torture dans les commissariats, persécution des organisations politiques…

- Le Pays basque a besoin d’un nouveau cadre, un cadre démocratique : Si la résolution du conflit passe par le fait de respecter la volonté populaire et la décision populaire, il faudra, pour que cela puisse être une réalité, mettre en marche un processus démocratique. Askatasuna pense qu’il faut démanteler toute la structure créée pour la répression et qu'il faut que tous les corps de police et les armées français(es) et espagnol(e)s sortent du territoire basque pour que la démocratie puisse être reconnue au Pays basque.

1. Que les droits démocratiques soient reconnus (La négation ça suffit ! Les droits auxquels en tant que nation le Pays basque a droit, ainsi que les droits et libertés qui reviennent à ceux et celles qui y vivent doivent être reconnus et respectés).

2. Désactivation de tout le mécanisme d’imposition (La répression et l’impunité, ça suffit ! La société basque a le droit de décider de son avenir en toute liberté).

3. Participation démocratique du peuple basque aux décisions politiques qui concernent le Pays basque (La contrainte, ça suffit).

Nous appelons la société basque à renforcer la lutte contre la répression.

Au Pays basque, à 31 décembre 2007


http://pagesperso-orange.fr/anaram/presentacion_askatasuna.htm

 

13:09 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

24-03-08

 

 

TXIKIA 

 

 « Txikia » zuen guda izena

Bera gizon osoa izan arren.

MENDIZABAL, SASETA-ren hurrena,

Biak txiki, bizkor eta lerden.

SASETA hil zen gudarien aurrean,

MENDIZABAL hil zaiku bakarrik...

Baina biek daukate Herri osoa

Atzo ta gaur haien atzetik !

EUSKADI-rentzat hil dira ta

Gorputzak arantzaz beterik ! 

Harro hadi, Kantauri itsasoa

Ta heien betiko loa

Betiko kantazak !

Geroari esaiok olatuetan

Herri zarrak ez direla itzaltzen !

Gure haurrek biharko ikastoletan

Heien izenak abestu ditzaten,

Arantzetan biak hil bait ziren !

Herriarentzat biak hil bait ziren ! 
 

TXIKIA, (de Kleine) was zijn strijdnaam

Hoewel hij een echte man was:

MENDIZABAL, de opvolger van SASETA.

Ze waren allebei klein, sterk en schrander.

SASETA stierf voor de ogen van de soldaten,

MENDIZABAL, hij stierf heel alleen…

Maar beiden hebben een Volk achter zich.

Gisteren en vandaag!

Zij lieten het leven voor Euskadi,

Hun lichamen doorzeefd door doornen!

Wees trots, Kantabrische zee !

En hun eeuwige slaap,

Moge je het eeuwig zingen!

Verkondig aan de Toekomst, met je golven,

Dat oude Volkeren nooit sterven!

Dat onze kinderen, morgen, in de scholen

Hun naam moge zingen,

Want beiden stierven tussen de doornen!

Beiden stierven voor hun Land!

♫♫

 

TXIKIA (Le Petit) était son nom de guerre

Bien qu’il fût lui-même un homme entier.

MENDIZABAL, le successeur de SASETA,

Tous deux petits, forts et vifs.

SASETA mourut sous les yeux des soldats,

MENDIZABAL, lui, mourut tout seul…

Mais tous deux ont un Peuple tout entier

Hier et aujourd’hui derrière eux !

Ils sont morts pour Euskadi,

Les corps criblés d’épines ! 

Enorgueillis-toi, mer Cantabrique,

Et leur sommeil éternel

Chante-le éternellement !

Dis au Futur par tes flots

Que les vieux Peuples ne meurent jamais !

Que nos enfants demain dans les écoles

Chantent leurs noms,

Car tous deux moururent dans les épines !

Tous deux moururent pour leur Pays ! 
                                                                               
  Paroles et musique : Telesforo de Monzon 

 

 

http://users.skynet.be/tillets/txikia.htm

 

http://www.elkarlanean.com/elkarlanean.cfm?&kodea=g81.ec271&saila=artikuluak&bilduma=999&hizkuntza=2

 

 

 

00247

 

11:27 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

09-03-08

Ongelooflijk, zei je?

 

Verkiezingen in Spanje… Hypocrisie van de bovenste plank ! Meer op

 

 

http://blog.seniorennet.be/euskalherria/

 

drapeau_biarritz

 

17:10 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |

04-03-08

Journal du Pays Basque

 

 

L´association des victimes du 3 Mars réclame justice et vérité


·Hier à midi, plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour célébrer les événements du 3 Mars 1976

Hier, il y a 32 ans jour pour jour, la Police Armée espagnole du régime franquiste abattait cinq travailleurs devant l’église San Francisco de Gasteiz (Araba) et blessait plus d’une centaine de personnes. Depuis, comme chaque année, certains syndicats ainsi que divers agents sociaux rendent un hommage en leur mémoire. Hier à midi, plusieurs centaines de personnes se sont réunies devant un monolithe construit en l’honneur des cinq victimes et qui rappelle cet événement. Dans la soirée, les syndicats ELA, LAB, ESK et EILAS ont organisé un acte politique, dans le but de dénoncer ces événements. Ils se sont retrouvés aux portes de l’église San Francisco et par la suite la manifestation a pris la direction des rues de Gasteiz.

Les victimes du 3 Mars ont mené une infinité d’actions ces 32 dernières années, ayant pour but d’arriver à éclaircir les faits qui s’étaient déroulés en 1976 à Gasteiz. Néanmoins, trois décennies après, "nous continuons à réclamer la vérité, la justice et la reconnaissance" se plaint dans un entretien Andoni Txasko, membre de l’association des victimes du 3 Mars, à la fois témoin et protagoniste de ce triste jour de mars 1976.

Des démarches ces derniers mois

Andoni Txasko a rappelé les différentes démarches qui ont été réalisées ces derniers mois sur le thème des victimes de la violence. Il a expliqué aussi la manière dont l’association a été poursuivie après de violents incidents lors d’une manifestation en 2006 où l’Ertzaintza avait chargé. L’association espérait que leur cas serait intégré dans la loi de la Mémoire Historique (Ley de la Memoria Histórica) votée à Madrid, mais elle pense "qu’il ne sera pas possible qu’avec cette loi d’impunité, des cas comme les leurs soient rouverts". Par ailleurs, ils n’ont pas été considérés par le Gouvernement de Lakua (communauté autonome) qui ne les reconnaît pas au sein de la classification de "victimes du terrorisme". A la Députation Forale de Araba un engagement avait été pris dans le but d’élaborer une norme "forale" qui reconnaîtrait ce cas, mais "cinq années se sont pratiquement écoulées et cet engagement n’a pas été tenu". Les membres de l’association ont mis tout leur espoir dans la Commission Spéciale qui doit débattre à leur demande au Parlement de Gasteiz, afin d’éclaircir les faits et définir les responsabilités politiques.

L’association des victimes a présenté le 26 février dernier un texte auprès du Département de l’Intérieur de Lakua demandant l’arrêt des poursuites engagées après l’intervention de l’Ertzaintza en 2006 contre une manifestation qui s’était soldée par des dizaines de personnes blessées et interpellées.

A la suite de ces faits, trois actions en justice avaient été engagées. La première auprès de l’Audience Nationale espagnole pour "apologie du terrorisme" car les manifestants portaient des pancartes avec les portraits de prisonniers politiques basques récemment décédés en prison ; la deuxième dont le jugement est en cours pour "désordres publics" et la dernière devant le Tribunal administratif qui pourrait entraîner d’importantes sanctions économiques.

Par ailleurs, l’association des victimes du 3 Mars a lancé une campagne d’information et recherche l’adhésion de tout organisme ou institution pour soutenir leur demande de reconnaissance par Lakua.



Ce qui s’est passé le 3 Mars 1976
Le 3 Mars 1976, la police franquiste faisait brutalement irruption avec gaz lacrymogènes et armes à feu dans une assemblée de travailleurs lors d’une grève devant l’église San Francisco du quartier Zaramaga de Gasteiz. Le contexte politique et social était à l’époque particulièrement tendu en Euskal Herria et dans tout l’Etat espagnol, car de multiples grèves étaient en cours. A Gasteiz, la grève avait commencé chez Michelin où un travailleur avait perdu la vie. Puis, les ouvriers de "Forjas Alavesas" s’étaient mis en grève pour défendre leurs droits et pour empêcher la fermeture de leur entreprise. Lors d’une assemblée réunissant grévistes et personnes solidaires, la police avait tiré et Romualdo Barroso, Francisco Aznar, Pedro Martinez Ocio, José Castillo et Bienvenido Perreda avaient été tués. De plus, des centaines de personnes avaient été blessées par balles. Peu après le massacre, Manuel Fraga Iribarne, alors ministre de l’Intérieur, avait déclaré : "il fallait écraser le mouvement de Vitoria car il était dirigé par des leaders qui manipulaient la classe ouvrière ; de petits soviets étaient en gestation et il fallait les supprimer..." Il s’agissait d’empêcher à tout prix la propagation du mouvement dans l’Etat espagnol. A ce jour, Fraga Iribarne n’a jamais dû répondre devant la justice de ces faits sanglants.

 

 

18:49 Gepost door F. in Algemeen | Permalink | Commentaren (0) |  Facebook |